Le besoin de financement brut moyen par mois à 13,4 MMDH au S2    Bliken en Afrique pour contrer la présence russe et chinoise    CAN Beach Soccer : Maroc – CIV, les Eléphants se retirent à cause d'un penalty    Le gouvernement appelle les fonctionnaires à soigner leur tenue vestimentaire    Fabrice Sawegnon. Eye of the Tycoon    ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent au programme Future we want    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Marhaba 2022 : Plus de 530.000 passagers entrés au Maroc via Tanger Med    Campagne 2021/22: Baisse de 14% de la valeur ajoutée agricole prévisionnelle    Une page héroïque dans l'histoire du Maroc    Gaza: Le bilan des frappes israéliennes monte à 44 morts dont 15 enfants    Les armes crépitent à nouveau dans le Haut-Karabakh    Affaire Pegasus: les services espagnols incapables d'identifier les documents volés    Football: Le Rapide Oued Zem a un nouveau président    Le Raja Casablanca signe le Libérien Peter Wilson    Supercoupe de la CAF: Wydad-Berkane aura-t-il vraiment lieu à Laâyoune?    Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    L'option Ammouta se précise ?    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    La DGAPR explique par rapport à la situation de Souleimane Raissouni    Célébrations Achoura: 17 personnes interpellées dans plusieurs villes du Royaume    Interview. Moudawana: voici ce qu'il faut changer, selon Amina Bouayach    Espagne: arrestation d'un Marocain qui jetait des pierres sur des baigneurs    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    Tanjazz est de retour !    Retour des festivités dans les quatre coins du royaume    Entre les Doukkalis et les chevaux, un lien profondément enraciné dans l'histoire    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    Espérance de vie en Afrique : Une longévité inégalée et en demi-teinte de la population    Traite des êtres humains : Simulation d'enquête et de procès entre le Maroc et le Niger    Marrakech : Les espaces verts, refuges « nocturnes » face à la chaleur torride    Casablanca : Avertissements sur la propagation des «chiens errants»    Nouveau roman d'Abderrahim Kamal: Quand des personnages manipulent leurs propres peaux    Casablanca : Lever de rideau sur la 1ère édition du Festival Al Fida national de théâtre    FC Séville : Youssef En-Nesyri persona non grata auprès des supporters    [Vidéo] Usine Auto Hall à Casablanca. Une nouvelle ligne de montage pour les camions Foton    L'AMMC lance son portail Fintech    Les Britanniques reviennent à l'argent liquide pour mieux gérer leurs dépenses    Palestine : Ce que le Maroc accomplit, ce que l'Algérie s'obstine à détruire et instrumentaliser    Renault ElectriCity. Le nouveau fer de lance du losange pour développer sa gamme électrique    Trophée Joan Gamper : démonstration de force du Barça (VIDEO)    Ily se remémore les souvenirs avec son père, Abdelaziz Stati (VIDEO)    Le 22è Festival national du film rend hommage à cinq professionnels du cinéma    L'affaire palestinienne, défouloir d'un PJD moribond    Budget    USA: Le plan de Biden pour le climat et la santé franchit le Sénat après des négociations marathon    Joe Biden dénonce le meurtre de quatre musulmans dans le Nouveau-Mexique    Feux de forêt dans le nord-ouest de l'Espagne : Plus de 4.000 hectares brûlés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Policy Center : Le Maroc dispose d'un potentiel gazier significatif qui progresse
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 06 - 2022

Le continent africain ne devrait pas manquer de gaz suite à la guerre en Ukraine
Une nouvelle étude de Policy Center s'est intéressée au marché du gaz en Afrique suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Les conclusions de cette étude montrent que le continent africain ne devrait pas manquer de gaz, mais que le prix à payer est celui des cours gaziers qui s'emballent. «Malgré la désorganisation du marché mondial du gaz, le continent africain ne devrait pas en être pour autant affecté pour trouver le gaz dont il a besoin», note l'étude. Il existe aujourd'hui en Afrique une offre potentielle capable de répondre à ces besoins. Cette étude tient à préciser que les cours du gaz naturel n'ont pas attendu la crise ukrainienne pour s'emballer. Les cours mondiaux se sont envolés dès 2020.
Cette guerre «va cependant en amplifier les cours et modifier les conditions de son approvisionnement pour les pays importateurs», relève l'étude. Ainsi, la crise ukrainienne va révéler les faiblesses de ce marché et en amplifier les conséquences. Parmi ces faiblesses, figurent celles liées à un manque d'investissement concernant la production, celles liées au mode d'approvisionnement de cette production et celles liées à l'absence de diversification de ses fournisseurs. S'agissant des réserves de gaz sur le continent africain, l'Afrique du Nord détient à elle seule 48%, suivie de l'Afrique de l'Ouest (31%), l'Afrique du Sud (16%), l'Afrique centrale (4%) et l'Afrique de l'Est (1%). Sept pays concentrent 90% des réserves gazières africaines, à savoir le Nigeria, l'Algérie, le Mozambique, l'Egypte, la Libye, le Cameroun, le Maroc.
Le Nigeria est le pays qui détient les réserves les plus importantes d'Afrique, 5.500 milliards de m3, suivi de l'Algérie avec 4.500 milliards de m3 et du Mozambique avec 2.800 milliards de m3. A eux seuls ces trois pays regroupent 70% des réserves gazières du continent. Dix-huit pays produisent aujourd'hui du gaz en Afrique. Ces pays sont classés en 3 grandes catégories : les grands, les moyens et les petits producteurs. Le Maroc fait ainsi partie des pays petits producteurs qui sont au nombre de 10. Ces pays participent à hauteur de 2% de la production nationale. Outre le Maroc, on retrouve dans cette catégorie l'Afrique du Sud, le Cameroun, le Congo, le Gabon, le Ghana, la Guinée équatoriale, la République démocratique du Congo, le Sénégal et la Tanzanie. Les pays grands producteurs sont au nombre de trois, à savoir l'Algérie, le Nigeria et l' Egypte. Ces trois pays représentent à eux seuls 87% de la production totale.
A noter que l'Algérie en assure à elle seule plus de 50%. Les pays producteurs moyens sont au nombre de cinq (Libye, Angola, Mozambique, Tunisie, Côte d'Ivoire). Ils représentent 11% de la production continentale. Il est important de relever que le Maroc au même titre que la Tunisie, le Ghana, l'Afrique du Sud et la République démocratique du Congo fait partie des pays à la fois producteurs et importateurs de gaz naturel. L'étude relève que le Maroc dispose d'un potentiel gazier significatif qui progresse, dans un pays leader des énergies renouvelables du continent. Mais pour alimenter ces centrales thermiques au gaz, préféré au charbon quand cela était possible, le Royaume doit l'importer.
Diversification des fournisseurs
L'étude met en exergue la nécessité pour le continent africain de diversifier ses fournisseurs et de ne pas privilégier le seul approvisionnement par gazoduc. Le document rappelle que le 3 février 2022, l'accord signé avec l'Espagne va permettre au Maroc l'utilisation en sens inverse du gazoduc GME, à partir de l'Espagne et utilisant du GNL acheté sur les marchés internationaux, re-gazéifié dans une unité de re-gazéification espagnole et alimentant le GME pour sa partie marocaine. L'étude note également que les autorités marocaines ont diversifié leurs fournisseurs en signant fin novembre 2021 un contrat Sound Energy, prévoyant la fourniture de 350 millions de m3 de GNL pendant 10 ans, conduisant à accompagner ce contrat de construction d'un terminal GNL dans le port de Mohammedia.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.