Belgique : Emeutes à Bruxelles après le match contre le Maroc    Mondial-2022 : La Croatie s'impose face au Canada (4 buts à 1)    Haro sur les erreurs du passé !    Salé / Conseil communal: Mobilisation de 14 MMDH pour le renforcement des infrastructures    Rabat-Salé-Kénitra : Accompagnement des associations en matière de démocratie participative    Casablanca : 7ème édition de la Journée de consultations médicales gratuites    Mondial2022: Apothéose historique du Maroc contre la Belgique    Mondial 2022 / Belgique vs Maroc (0-2) : Les Lions de l'Atlas auteurs d'un exploit monumental et historique    Dakar abritera du 11 au 13 décembre la 54è Assemblée générale de l'AFRAA    Covid-19: nouveau bilan du ministère de la Santé    Prisons : le nombre de détenus en France atteint un record inédit    Covid-19 au Maroc : 101 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Silence assourdissant dans les ruelles de Rabat    Japon : La Moroccan Night célébrée à l'ambassade du Maroc    Mourad Fedouache vainqueur du prime final de Dream Artist de 2M    Le Costa Rica surprend et s'impose face au Japon    Le Parlement arabe examine les développements de la situation en palestine    Maroc - Belgique : le onze de départ des Lions de l'Atlas    Rabat, capitale du patrimoine culturel immatériel mondial du 28 novembre au 3 décembre    France : 49.3, l'article qui muselle l'Assemblée Nationale    Le Tourisme reconnecte Marocains et Israéliens    Mort d'un casque bleu marocain en République centrafricaine: Le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU expriment leurs condoléances au Royaume    Maroc – Belgique: la compo des Lions de l'Atlas    Migration : Les entrées irrégulières en Europe au plus haut depuis 2016    Spoliation immobilière. Le ministère de l'Intérieur muscle son dispositif de lutte contre le phénomène    Voici les prévisions météorologiques pour dimanche 27 novembre 2022    Femmes: Le MEF adhère à la campagne contre la violence    Niamey: le président du Niger reçoit Ryad Mezzour, porteur d'un message du roi Mohammed VI    Précieux conseils de connaisseurs pour investir au Maroc    Italie: une dizaine de personnes disparues après un glissement de terrain    Rapatriement de mineurs marocains: Le juge décide de poursuivre Mateos et Deu    Investissement. Saâd Bendidi vers la passe de trois    Niger-Maroc: Mohamed Bazoum reçoit un message du Roi Mohammed VI    Attijariwafa bank lance son nouveau Business Game « Attijari Startup Game »    Mondial-2022: l'Argentine bat le Mexique (2-0) et se relance    Magazine : Décibels, ouïe c'est cela    Exposition : La Terre mère de Wafaa Mezouar    Arts de la scène : Riche dérive casablancaise    Mouvement populaire. Mohamed Ouzzine succède à Mohand Laenser (vidéo)    Chakib Benmoussa reçu par les autorités maliennes    Covid-19: le bulletin du samedi sur la situation épidémiologique    France : le 49.3 ou la lente agonie de la démocratie parlementaire    Parution de l'ouvrage « Le Maroc, Israël et les Juifs marocains » de Jamal Amiar    Ouzzine élu nouveau secrétaire général du MP    Le coût global de la violence à l'égard des femmes est estimé à 2,85 MMDH    La mise en vente des armes aux USA est une « très mauvaise idée », selon Biden    « Lalla Moulati » : Neta Elkayam chante pour les femmes    Festival Handifilm. « Le cinéma comme levier d'autonomisation » au cœur de la 15e édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pétrole : l'indexation perd son essence
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 04 - 2006

Face à la montée des prix du brut, le Premier ministre vient de demander à deux départements de présenter des mesures d'urgence pour le Transport et l'Agriculture. L'indexation reste au point mort.
C'était attendu. Le Premier ministre vient de commander à deux ministères, ceux de l'Equipement et du Transport et de l'Agriculture et des Pêches Maritimes, un plan de mesures d'urgence pour soutenir les secteurs du Transport et de l'Agriculture. La présentation des rapports des deux Départements est imminente. Ces deux secteurs, l'Agriculture et le Transport, qui utilisent souvent le gas oil normal (non indexé) seront les premiers à souffrir de la nouvelle flambée des prix du brut.
Au delà, c'est tout le système d'indexation, rétabli depuis janvier 2006, qui est mis en difficulté. «Nous avions prévu au moment de la mise en place de ce mécanisme, de faire varier les prix sur le marché national, à la hausse ou à la baisse à chaque fois que le prix du baril évolue en hausse ou en baisse d'au moins 2,5%», explique Rachid Talbi Alami, ministre des Affaires générales et économiques.
Un seuil dépassé aujourd'hui, puisque le baril a augmenté de 16% depuis janvier 2006, se négociant désormais au prix de 75 dollars dans les principales places internationales. Le gouvernement hésiterait à appliquer la mesure à cause de ses lourdes implications tant sociales qu'économiques.
Et les opérateurs du secteur de se demander si le moment qui avait été choisi pour appliquer la «proportionnalité » était le meilleur. Et surtout si les projections faites lors de la mise en place du programme d'indexation étaient bien ficelées.
Va-t-on suspendre l'indexation ?
«Je ne peux pas répondre à votre question», rétorque Mohamed Boutaleb à ce sujet, nous renvoyant à son cabinet.
Interrogé, un autre cadre du ministère de l'Energie est resté laconique: «la politique d'indexation est liée au marché international. Personne ne pouvait présager que le baril allait atteindre 75 dollars». Le scénario de l'année 2006 avec un baril autour de 75 dollars contre 60 dans les prévisions du ministère des Finances, est bien parti pour être le remake de 2005. L'année dernière, le cours du baril avait atteint 60 dollars contre une prévision de 35 dollars dans la loi de Finances.
Par contre, pour Mohamed Lahlimi du Haut Commissariat au Plan, l'indexation devait se faire quand le baril était à 45 dollars et non à 60. «Quand vous indexez à partir d'un haut niveau de prix, la charge est lourde », explique celui qui pilote actuellement une vaste étude sur la prospective énergétique du Maroc à l'horizon 2030.
Aux yeux de M. Lahlimi, cette montée du prix du pétrole est structuelle. «Si l'on tient compte de l'inflation, le prix actuel de 74 dollars est le même que celui des années 80, à cette différence près que les pays riches ont augmenté leurs revenus sur la période, à même de supporter les hausses actuelles ». Ce qui n'est pas le cas des pays en voie de développement, et surtout de ceux ne disposant pas de pétrole comme le Maroc.
Pour le Royaume, poursuit M. Lahlimi, il y aura certainement une décision douloureuse à prendre. D'autant que, prévient ce haut fonctionnaire, la situation politique internationale caractérisée par la guerre en Irak, la crise nucléaire en Iran, les pressions sur le Venezuela et les ruptures de production au Nigeria font le bonheur des spéculateurs. La retombée des cours n'est pas pour demain.
Faudra-t-il continuer à subventionner les importations du pétrole, en alourdissant les charges de l'Etat ? Ou, à l'inverse, doit-on appliquer l'indexation et la vérité des prix, sachant que cela est intenable pour le consommateur et l'entreprise ? Faut-il jouer sur la fiscalité ? Dans tous les cas, toute décision, recommande M. Lahlimi, nécessitera une grande action de recherches, l'engagement pour le développement de nouvelles sources d'énergie alternative, et la poursuite, envers le consommateur, de campagnes incitant à l'économie de l'énergie.
Cette hausse est d'autant plus lourde de conséquences, que la Caisse de Compensation, n'a plus les moyens de suivre. L'institution accuse 4 milliards de dirhams d'arriérés. L'Etat qui fait recours aux crédits budgétaires, apure à raison d'un milliard de dirhams par mois. Un effort qui risque d'être insuffisant avec une conjoncture pétrolière toujours aussi défavorable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.