Une ONG condamne l'appel du Polisario à commettre des attentats terroristes au Maroc    Moment historique pour Yassine Bounou, gagnant du Trophée Zamora    Une réflexion de la presse italienne sur le nouveau contrat Mbappé    Une délégation marocaine à Prague    Plainte de LaLiga contre le PSG : Javier Tebas contre le renouvellement du contrat Mbappé    Travaux du Busway : Perturbation de la circulation à Casablanca    Guerre en Ukraine : Moscou annonce la destruction d'armes occidentales    USA-Liban : Nouvelle charrette de sanctions US    Sebta et Mellilia : La DGI annonce la fin des activités de contrebande    Marrakech / Systèmes de paiement et e-gov :15ème édition de l'Africa Pay & ID Expo    Casablanca : 16 MDH pour une cure de jouvence de la Trémie Zerktouni- Hassan II    Chine / Covid-19 : Des milliers de Pékinois placés de force en quarantaine    Casablanca : Lancement de la 15ème édition du Festival international Théâtre et Cultures    Marhaba 2022: consulat mobile au profit des ressortissants marocains de Saint-Etienne    Premier league: Manchester city championne d'Angleterre après un scénario fou    Mbappé: « La déception du Real est à la hauteur de mes hésitations »    Opération Marhaba. Les navires, les compagnies, le pavillon marocain, les réservations, la hausse des prix,... tout sur la traversée maritime    Monkeypox: Quel plan de riposte pour le MSPS?    Education. Voici les nouvelles dates des examens scolaires    Agence africaine du médicament. Bataille fratricide entre le Maroc, l'Algérie et la Tunisie    Covid-19 au Maroc : 98 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Espagne : Démantèlement d'un réseau de trafic de migrants entre Ceuta et Cadix    Football / Match amical Etats Unis-Maroc : Le sélectionneur américain dévoile sa liste de joueurs    UPA: Le président du parlement émirati salue le rôle du Roi Mohammed VI dans le soutien des Maqdissis    Journée de l'Afrique. Lahcen Mahraoui en première ligne à Dublin    Au camp de Boujdour, à Tindouf, un événement «international» devant des chaises vides    COVID-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 mai 2022    Situation médicale préoccupante d'un détenu à Fès : l'administration pénitentiaire fait le point    Usage de l'arme en dehors du service par un policier à Béni Mellal : enquête ouverte    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane    Blé: la menace de pénurie guette les pays importateurs    Moudhaffar Al Nawab, voix du peuple irakien, n'est plus    Tornade à Michigan: deux morts et 23 blessés    Le président du Conseil national des EAU salue le rôle pionnier de SM le Roi dans le soutien des Maqdissis    Migrations: aux portes des Etats-Unis, des drames et des enfers    USA: Joe Biden qualifie les cas de Monkeypox dans le monde de "préoccupants"    Québec réduit les frais de scolarité pour les étudiants étrangers en région    Amélioration de l'école publique : un formulaire pour recueillir les avis des citoyens    Le Maroc participe à la foire internationale de l'agriculture de Novi en Serbie    Canada/Intempéries: Quatre morts et 900.000 foyers privés d'électricité    Interview avec Neila Tazi : « Nous ne quittons pas Essaouira, elle est la capitale de la tagnaouite »    Festival : Jazzablanca, le fond et la forme    Météo au Maroc: les prévisions du dimanche 22 mai    Diaspo #240 : Youssef Anegay, guitariste à Strasbourg indissociable de Lazywall    Le Maroc récolte les fruits d'une riche expérience institutionnelle des Rois de la Dynastie Alaouite    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Fizazi dans un aquarium
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 07 - 2003

Les quatre théoriciens de la Salafiya Jihadia, Mohamed Fizazi, Miloudi Zakaria, Omar Haddouchi et Abdelkrim Chadili, ainsi que trois autres membres de ce courant comparaissent aujourd'hui devant la Cour d'appel de Casablanca, qui reprendra par ailleurs l'interrogatoire d'autres personnes impliquées dans les attentats du 16 mai.
«Je n'ai tué personne». Une phrase prononcée, vendredi matin, par Mohamed Omari, l'un des trois kamikazes qui ont renoncé à la dernière minute à se faire exploser lors de ce vendredi noir du 16 mai. Dit-il la vérité ? C'est la question qui a hanté l'esprit de l'assistance durant toute la séance matinale. Il fallait attendre la séance de l'après-midi qui a été entamée vers 16h pour avoir la réponse. Âgé de 23 ans, père d'un enfant de sept mois, ce veilleur de nuit n'a pas nié être l'un des 14 kamikazes qui se préparaient à se faire exploser la nuit du vendredi 16 mai dans les cinq sites ciblés à Casablanca. «Ils m'ont rejoint, jeudi 15 mai vers 22h, chez moi au quartier Massira…», affirme-t-il à la cour. Ils étaient 14, selon ses déclarations : lui-même, Youssef Kawtari, Âdil Tayaâ, Khalid Benmoussa, Khalid Taïb, Saïd Âbed, Mohamed Ârbaoui, Mohamed Laâroussi, Abderrahim Belkaîd, Mohamed Hassouna, Abdelfettah Boulikdame, Mohamed M'haniyi, Hassan Taoussi et Rachid Jalil. Ils ont mangé avalé des sandwichs avant de visionner une cassette-vidéo concernant un cours de Hassan Abou Ayoub sur «Le paradis et l'enfer», explique Omari. Une sorte de préparation psychologique pour les kamikazes, semble-t-il. Ils se sont réveillés tôt le lendemain pour la prière d'Al Fajr. Après quoi, ils sont restés dans la maison de Omari jusqu'au moment de la prière d'Al Joumouâ. A l'exception de Mohamed Omari, personne n'est sortie pour effectuer cette prière à la mosquée. Pourquoi? Abdelfettah Boulikdane le leur a interdit, répond Omari. Ce dernier s'est rendu chez sa mère pour lui remettre un billet de 20 dirhams, puis à la mosquée avant de rejoindre ses «frères» avec du lait et des dattes en mains. Ils ont tous mangé, à l'exception de Youssef Kaoutari, qui jeûnait. A ce moment, précise-t-il, Abdelfettah Boulikdane préparait les explosifs à la terrasse. Tous les kamikazes se sont rasés la barbe et ont changé leur vêtement d'afghan pour des pantalons, des tricots et des tee-shirts. «…Contrairement aux autres, j'ai gardé ma barbe et je n'ai pas changé de vêtements… », précise Omari. Répartissant les individus en cinq groupes, Abdelfettah Boulikdane l'a gardé pour celui qui irait à l'hôtel Farah (ex-Safir). «A bientôt au paradis…», se sont-ils dit, en s'embrassant avant de prendre leur chemin à destination de leurs cibles respectives. « J'ai renoncé à la dernière minute à participer aux attentats-suicide… », affirme Omari à la cour, en ajoutant avoir été obligé de les accompagner sinon il aurait été tué. Sur un ton d'exclamation, le président lui a demandé de s'expliquer sur le fait que les kamikazes se soient réunis et ont passé la nuit chez lui et que les bombes ont été fabriquées chez lui. Il lui a demandé pourquoi il était sorti chercher un médicament quand Abdelfettah Boulikdane avait eu une malaise et qu'il les a accompagnés, à bord d'un taxi, avec un sac à dos plein d'explosifs et muni d'un détonateur, d'une bouteille remplie d'un produit explosif et d'un briquet qui sert à allumer une mèche en cas de dysfonctionnement du détonateur. Il avait plusieurs possibilités de prendre la fuite et d'alerter les autorités, lui explique la cour. En guise de réponse Omari a affirmé avoir être menacé par Abdelfettah Boulikdane, muni d'un couteau, qui lui a dit que «celui qui se rétracte mérite la mort ». Craignant d'être tué par ses «frères», il a choisi de les accompagner. Sur les lieux, il a été mis devant les trois autres kamikazes dont Abdelfettah. «Je ne voulais pas tuer des Musulmans…J'ai jeté le sac à dos sans actionner le détonateur et j'ai pris la fuite… ». Après la première déflagration, il a perdu connaissance pendant quelques minutes avant de se réveiller et de prendre la poudre d'escampette. Heureusement, il a été arrêté par des riverains. Omari n'a pas cessé un seul moment de pointer du doigt l'un des kamikazes, Abdelfettah Boulikdane. Il le considère comme chef de file, qui a veillé sur l'opération depuis le jeudi 15 mai jusqu'au moment de l'exécution des attentats. «C'est lui qui m'a recruté au départ dans le courant de Ahl Sunna Wal Jemaâ », affirme-t-il. Auparavant, selon ses déclarations devant la cour, il accompagnait les adeptes de Jemaâ Tabligh Wal Irchad, qui font la «Daâwa» en appelant les gens à faire la prière. Puis, il a rejoint les rangs du groupuscule de Miloudi Zakaria, «Assirate Al Moustakime» (Droit Chemin). «J'ai assisté aux cours de Miloudi Zakaria et de Brahim Firdaous (son bras droit)… Il parlait des mécréants, du Jihad, de combat contre les juifs…je ne comprenais pas bien ce qu'ils expliquaient parce que je suis analphabète… », précise-t-il à la cour. Il a été influencé par Miloudi Zakaria jusqu'au jour où il a voulu se marier. «Il nous conseillait de nous marier sans acte de mariage… ». Depuis, il a fait la connaissance d'Abdelfettah par le biais de Abdelhak Sebbagh. A propos de Abdelhak Moule Sebbate, considéré comme l'émir national de la Salafiya Jihadia, Omari a affirmé à la cour qu'il ne le connaissait pas. «J'ai entendu parler de lui et je suis parti à Fès pour me marier… ». Omari n'a pas tout révélé. Il a gardé des points obscurs sans explications. Le deuxième kamikaze, Rachid Jalil, qui a renoncé à la dernière minute à se faire exploser devant l'Alliance Juive, a précisé, également qu'il a accompagné les kamikazes sous peine d'être tué. Il en veut pour preuve le fait d'avoir jeté son sac à dos bourré de produits explosifs et être retourné chez lui avant d'arriver à la cible. Seulement sa participation aux préparations, la veille et le jour du vendredi 16 mai, aux attentats dément ses déclarations devant la cour. Celle-ci a interrogé également Yassine Lahnech qui a nié être un kamikaze de réserve et a commencé l'interrogatoire de Mokhtar Baoud pour lever l'audience vers minuit après avoir décidé de la reprendre ce lundi matin. Par ailleurs, les théoriciens de la Salafiya Jihadia, Mohamed Fizazi, Omar Haddouchi, Abdelkrim Chadli, Miloudi Zakaria, comparaîtront à l'audience d'aujourd'hui en compagnie de Mustapha Dabte, Saïd Ghilane et Saïd Aguemir.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.