Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Maroc. Les exigences d'une nouvelle ère [Par Jamal Berraoui]    Défense : Défis et ambitions de la future industrie marocaine de l'armement    Pakistan: 7 soldats et 5 terroristes tués au Waziristan du Sud    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Fathallah Sijilmassi nommé Directeur général de la Commission de l'Union Africaine    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    Azemmour : Un grand taxi volé retrouvé, un suspect arrêté    Dr Saïd Afif, membre du Comité scientifique de vaccination anti-Covid : «Il est encore très tôt pour parler de la vaccination des 3-11 ans»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Industries manufacturières: Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    CIH Bank : Renouvellement de la quadruple certification ISO 9001 version 2015    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Flambée des prix : des augmentations abusives ?    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Sensibilisation sur le civisme fiscal en RDC : Instituer une culture fiscale dans le pays    Vaccination volontaire des adolescents de 12 à 17 ans : plus d'un million d'injections administrées    Prévisions météorologiques pour ce jeudi    Vladimir Poutine annonce que des dizaines de personnes de son entourage ont le Covid    3ème Edition de la conférence « Parlons Développement » : Faire des jeunes les moteurs du développement durable    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Les contours de la majorité gouvernementale seront probablement dévoilés la semaine prochaine    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Téhéran, l'AIEA et la surveillance du programme nucléaire iranien    Formation du gouvernement. Aziz Akhannouch boucle aujourd'hui le premier round des consultations    Le roi Mohammed VI nomme le général Belkhir El Farouk inspecteur général des FAR    Un RNPG déficitaire au 1er semestre    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 septembre 2021 à 16H00    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Le festival JIDAR fait sensation sur les réseaux    Echange culturel pour lutter contre les idées extrémistes    New District présente son premier artiste Hassa1    La nomination de Staffan de Mistura en tant qu'Envoyé Personnel au Sahara, se fera dans les prochains jours    DataPathology : Witamax injecte 2 MDH    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rama Yade, une gaffeuse professionnelle
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 04 - 2008

Rama Yada, la jeune et fougueuse secrétaire d'Etat que Nicolas Sarkozy avait choisie pour illustrer la diversité de son gouvernement n'est pas à sa première incartade.
Il paraît de plus en plus difficile pour Nicolas Sarkozy d'ignorer que quelque chose cloche lourdement dans son appareil diplomatique, que le Quai d'Orsay, cette maison prestigieuse chargée d'assurer le rayonnement et la crédibilité internationale de la France, est loin d'être bien tenue. Illustration de cette atmosphère de déliquescence, le dernier cafouillage sur le Tibet commis par la secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme lorsque, avec une assurance absolue et une morgue de novice, elle avait énuméré les conditions qui doivent être remplies par les Chinois avant que Nicolas Sarkozy n'accepte de participer à la cérémonie des JO à Pékin l'été prochain. Conditions qui avaient provoqué la stupeur tant leur réalisation semble difficile à atteindre : «la fin des violences contre la population et la libération des prisonniers politiques, la lumière sur les événements tibétains et l'ouverture du dialogue avec le dalaï-lama».
Devant le tollé général d'une telle posture qui pousse vers la radicalité et l'impasse, Rama Yade s'est vite rétractée en niant avoir utilisé le mot «conditions». Le ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner a été chargé de monter au créneau pour jouer les pompiers et les ajusteurs : «Il n'y a pas de condition à la position de la France. Ce serait vraiment torpiller une éventuelle participation au dialogue que de poser des conditions». Rama Yade était la grande absente lors de la visite de Nicolas Sarkozy en Chine en novembre dernier. Cette absence a été interprétée à l'époque comme un signe de réalisme politique de la part du nouveau locataire de l'Elysée, pourtant chantre de la rupture et du changement. L'opposition socialiste n'a pas raté l'occasion de faire de la morale au gouvernement sur un sujet aussi sensible. Le Parti socialiste dégaine un communiqué dans lequel il critique «le manque de clarté de la politique du gouvernement vis-à-vis de la Chine (qui) affaiblit la voix de la France (…) De plus, le flou qui entoure la position de Nicolas Sarkozy et du gouvernement (...) est très préoccupant et n'est pas à la hauteur des enjeux».
Rama Yada, la jeune et fougueuse secrétaire d'Etat que Nicolas Sarkozy avait choisie pour illustrer la diversité de son gouvernement aux côtés de Rachida Dati et Fadéla Amara, n'est pas à sa première incartade, ni à sa première dénégation. Déjà lors de la visite contestée du colonel Mouammar Kadhafi, elle s'était fait remarquée par la violence de son propos. La France, selon elle, «n'était pas un paillasson sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s'essuyer les pieds du sang de ses forfaits».
Au delà de ses sorties non calibrées qui ravissent les journalistes et maintiennent en alerte les chancelleries, la question commence à se poser sur la cohérence des équipes qui façonnent le message diplomatique français. Sauf à penser que Nicolas Sarkozy, par cynisme ou pour insuffler un esprit d'émulation et de compétition, a décidé de composer ses équipes de manière à susciter les contradictions, force est de constater que le couple Bernard Kouchner-Rama Yade est loin de jouer une symphonie harmonieuse. Bien au contraire, la diplomatie de Paris prend les airs d'actions irréfléchies et improvisées.
L'impression est donnée que les deux personnalités se confrontent ouvertement. La jeune Rama semble défier à tout instant l'autorité du vieux Bernard sous le regard presque amusé du château où l'activité diplomatique est conçue et mûrie par Jean David Levitte. Nicolas Sarkozy s'est depuis le début comporté avec les attitudes et prises de postion de Rama Yade comme un bienfaiteur se comporterait avec une enfant gâtée. Sa fougue, son jeune âge et son inexpérience expliquent sans doute une part de cette bienveillance de Nicolas Sarkozy. Son incapacité à remanier en profondeur et à sacrifier un des plus vivants symboles de l'ouverture et de la diversité est à l'origine du reste.
Rama Yade, qui a échoué à se faire élire à Colombes lors des dernières municipales, sait qu'elle est en train de jouer son va-tout. Sa présence dans un ministère aussi exposé que le Quai d'Orsay lui offre la possibilité de se tricoter une réputation et de se construire un personnage. En quelques mois de présence au gouvernement et de polémiques entretenues, elle réussit à creuser un sillon prometteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.