La BCIJ arrête l'un des extrémistes allié à Daesh    L'Organisation de la coopération islamique réagit aux attaques israéliennes    Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    Le discours de la vérité!    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dix ans de réclusion pour avoir tué son ami
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 06 - 2010

Soufiane, âgé de vingt-huit ans, s'est abstenu de remplir le verre de vin rouge de son ami, Hassan, son aîné de deux ans, arguant qu'il devait gagner du temps. Résultat : décès de Hassan et dix ans de réclusion pour Soufiane.
Nous sommes à Casablanca. La chambre criminelle près la Cour d'appel ouvre ses portes pour que les justiciers et les membres des familles des détenus qui comparaîtront ce matin devant la Cour, rentrent en courant à la salle d'audience pour se trouver une place. Cinq minutes plus tard, la salle d'audience est archicomble. Pas moins d'un quart d'heure, les détenus ont été conduits par des policiers pour prendre place au banc des accusés. Tout d'un coup, la sonnette qui alerte l'assistance retentit. Le silence règne dans la salle d'audience. La Cour rentre et prend place. L'audience a été ouverte. Plus d'une trentaine de dossiers sont entassés devant le président de la Cour. Il ouvre les nouveaux l'un après l'autre et appelle les mis en cause un par un avant de s'assurer de son identité. Il s'assure ensuite s'il avait choisi un avocat pour le défendre ou s'il attend que la Cour le nomme dans le cadre de l'assistance judiciaire. Tout d'un coup, le président de la Cour a commencé à ouvrir les dossiers des affaires qui ont été reportées lors des précédentes audiences. Les trois premières affaires qui ont été examinées concernent le vol qualifié. Alors que la quatrième porte sur une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner. À ce propos, le président a appelé Soufiane à la barre. C'est un jeune de vingt-huit ans, mécanicien de son état, qui venait, il y a quelques mois, de se marier et fonder un foyer. Malheureusement, il n'avait pas encore l'intention de renoncer à rejoindre de temps en temps ses amis pour se soûler en pleine rue. C'est un vice qu'il ne semblait pas avoir l'intention d'abandonner. Certes, il ne les rejoignait pas quotidiennement. Mais, sa femme avait besoin de lui surtout qu'il s'absentait du matin au soir. «Je n'avais pas l'intention de le tuer, M. le président», a-t-il répondu au président quand celui-ci l'a interrogé sur le mobile de leur malentendu qui a fini dans le sang. «Nous savons que tu n'avais pas l'intention de le tuer puisque le parquet général t'a poursuivi pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l'intention de le tuer et non pas pour homicide volontaire», lui a rétorqué le président de la Cour qui lui a demandé de lui raconter toute l'histoire. Soufiane n'a pas nié. Il a tout raconté. Il a affirmé à la Cour qu'il a rencontré son ami, Hassan. Celui-ci est un jeune de trente ans, célibataire, menuisier de son état. C'est son ami depuis qu'ils se sont rencontrés au collège, il y a plus d'une quinzaine d'années. «Nous étions comme deux frères. Mais, j'ignore quelle mouche nous a piqués ce jour du crime», a expliqué Soufiane sur un ton plein de regret. Invité, Soufiane a accompagné son ami, Hassan, chez lui. Ils ont commencé à s'enivrer. Seulement, l'arrivée de la mère de Hassan a inquiété Soufiane qui n'a pas pu ajouter un seul verre de vin rouge. «C'est mieux de sortir dehors. Je ne peux pas continuer à me soûler devant ta mère», lui a proposé Soufiane. Tous les deux sont sortis de la maison et regagné un jardin jouxtant la demeure de Hassan au quartier Ben Msik. Quand ils ont vidé le premier «trois-quarts», ils ont acheté un deuxième. Ils picolaient sans le moindre problème. Tout d'un coup, Hassan a demandé à Soufiane de lui remplir le verre. Soufiane lui a demandé d'attendre pour ne pas vider la bouteille. Mais Hassan a insisté. Et Soufiane s'est abstenu de lui remplir le verre. Aussitôt, Hassan a saisi une branche d'un arbre qui était par terre et l'a jetée sur lui. Soufiane s'est énervé et a commencé à l'insulter. De l'échange d'injures, Soufiane a brandi un couteau et lui a asséné un coup fatal. «Inconsciemment, je lui ai donné ce coup M. le président», a affirmé Soufiane tout en manifestant le regret qui ronge son cœur jour et nuit. Un regret qui ne ressuscitera jamais Hassan, mais qui a permis à la Cour de le faire bénéficier des circonstances atténuantes et le condamner à dix ans de réclusion criminelle.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.