Nasser Bourita : Il faut qu 'il y ait un mouvement au sein de l'Europe pour soutenir l'autonomie au Sahara dans le cadre de la souveraineté du Maroc    Une entreprise américaine investit dans le projet de développement du premier robot humanoïde marocain    Fusion : PSA et FCA officiellement unis    Situation sanitaire satisfaisante du cheptel national    Bank of Africa et CADFund signent une convention de partenariat    Mondial de handball. Le Sept national s'incline face au Portugal    Premier conseil d'administration de l'Agence marocaine antidopage    Le Maroc désigné pays hôte de la CAN féminine 2022    Compteur coronavirus : 806 infections et 31 décès en 24H    Notre objectif est de retarder l' arrivée au Maroc de la nouvelle souche de la Covid-19 et de limiter sa propagation    Les employés du Groupe Sentissi en visite au passage d'El Guergarat    Banque mondiale : Contraction de 6,3% en 2020    Bientôt une charte architecturale et la promotion de l'éco-cité de Dakhla    Moulay Brahim El Othmani nouveau président du conseil d'administration de la MGPAP    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira au large de cap spartel    Lancement de la plateforme «Dakhlaconnect.com»    CHAN (Cameroun-2021) : Ce lundi à 17h00, le Maroc, tenant du titre, affronte le Togo    Mondial de handball : Le congolais Mvumbi, un pivot atypique sous les projecteurs !    Mondial de Handball : Premier match annulé à cause de la Covid-19    Maroc : l'Ukraine pourrait détrôner la France comme premier fournisseur de blé    Biden promet une série de décrets dès mercredi    La reconnaissance de la marocanité du Sahara: un tournant qui promet    Appel Maghrébin: Sortir des logiques de guerre importée    WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Azilal : campagne de chirurgie générale au profit des zones touchées par la vague de froid    Kerouac, Ginsberg, Burroughs... Le rêve tangérois des voyageurs américains dans l'âme    Ronaldo: «Le Real a eu tort de laisser partir Hakimi»    La jeunesse partisane appelle au renforcement de sa représentation politique    Marc Thépot, une nouvelle vie    Confessions dominicales : Témoignage édifiant en réponse aux chantres du défaitisme    Vient de paraître : «Le Secret de la lettre» de Mohammed Ennaji    Les temps sont durs pour Mohamed Ismaïl!    Des plasticiens marocains et africains participent à une exposition d'art collective    Abdelkhaleq JAYED : Dans l'envers des pages une réflexion sur le temps, les sons, les couleurs et les signes    Dans une nouvelle exposition, Living 4 Art reflète les âmes d'une vingtaine d'artistes    L'Arabie saoudite et le Qatar rouvriront leurs ambassades respectives «dans les prochains jours»    La situation politique et sociale en Algérie est "désastreuse"    Covid-19 : 1 million de doses du vaccin chinois Sinopharm sont arrivées en Serbie    Ahssan Pâtissier débarque sur 2M à partir du 26 janvier    Se lever tôt le matin : les techniques efficaces pour se réveiller sans fatigue    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dix ans de réclusion pour avoir tué son ami
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 06 - 2010

Soufiane, âgé de vingt-huit ans, s'est abstenu de remplir le verre de vin rouge de son ami, Hassan, son aîné de deux ans, arguant qu'il devait gagner du temps. Résultat : décès de Hassan et dix ans de réclusion pour Soufiane.
Nous sommes à Casablanca. La chambre criminelle près la Cour d'appel ouvre ses portes pour que les justiciers et les membres des familles des détenus qui comparaîtront ce matin devant la Cour, rentrent en courant à la salle d'audience pour se trouver une place. Cinq minutes plus tard, la salle d'audience est archicomble. Pas moins d'un quart d'heure, les détenus ont été conduits par des policiers pour prendre place au banc des accusés. Tout d'un coup, la sonnette qui alerte l'assistance retentit. Le silence règne dans la salle d'audience. La Cour rentre et prend place. L'audience a été ouverte. Plus d'une trentaine de dossiers sont entassés devant le président de la Cour. Il ouvre les nouveaux l'un après l'autre et appelle les mis en cause un par un avant de s'assurer de son identité. Il s'assure ensuite s'il avait choisi un avocat pour le défendre ou s'il attend que la Cour le nomme dans le cadre de l'assistance judiciaire. Tout d'un coup, le président de la Cour a commencé à ouvrir les dossiers des affaires qui ont été reportées lors des précédentes audiences. Les trois premières affaires qui ont été examinées concernent le vol qualifié. Alors que la quatrième porte sur une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner. À ce propos, le président a appelé Soufiane à la barre. C'est un jeune de vingt-huit ans, mécanicien de son état, qui venait, il y a quelques mois, de se marier et fonder un foyer. Malheureusement, il n'avait pas encore l'intention de renoncer à rejoindre de temps en temps ses amis pour se soûler en pleine rue. C'est un vice qu'il ne semblait pas avoir l'intention d'abandonner. Certes, il ne les rejoignait pas quotidiennement. Mais, sa femme avait besoin de lui surtout qu'il s'absentait du matin au soir. «Je n'avais pas l'intention de le tuer, M. le président», a-t-il répondu au président quand celui-ci l'a interrogé sur le mobile de leur malentendu qui a fini dans le sang. «Nous savons que tu n'avais pas l'intention de le tuer puisque le parquet général t'a poursuivi pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l'intention de le tuer et non pas pour homicide volontaire», lui a rétorqué le président de la Cour qui lui a demandé de lui raconter toute l'histoire. Soufiane n'a pas nié. Il a tout raconté. Il a affirmé à la Cour qu'il a rencontré son ami, Hassan. Celui-ci est un jeune de trente ans, célibataire, menuisier de son état. C'est son ami depuis qu'ils se sont rencontrés au collège, il y a plus d'une quinzaine d'années. «Nous étions comme deux frères. Mais, j'ignore quelle mouche nous a piqués ce jour du crime», a expliqué Soufiane sur un ton plein de regret. Invité, Soufiane a accompagné son ami, Hassan, chez lui. Ils ont commencé à s'enivrer. Seulement, l'arrivée de la mère de Hassan a inquiété Soufiane qui n'a pas pu ajouter un seul verre de vin rouge. «C'est mieux de sortir dehors. Je ne peux pas continuer à me soûler devant ta mère», lui a proposé Soufiane. Tous les deux sont sortis de la maison et regagné un jardin jouxtant la demeure de Hassan au quartier Ben Msik. Quand ils ont vidé le premier «trois-quarts», ils ont acheté un deuxième. Ils picolaient sans le moindre problème. Tout d'un coup, Hassan a demandé à Soufiane de lui remplir le verre. Soufiane lui a demandé d'attendre pour ne pas vider la bouteille. Mais Hassan a insisté. Et Soufiane s'est abstenu de lui remplir le verre. Aussitôt, Hassan a saisi une branche d'un arbre qui était par terre et l'a jetée sur lui. Soufiane s'est énervé et a commencé à l'insulter. De l'échange d'injures, Soufiane a brandi un couteau et lui a asséné un coup fatal. «Inconsciemment, je lui ai donné ce coup M. le président», a affirmé Soufiane tout en manifestant le regret qui ronge son cœur jour et nuit. Un regret qui ne ressuscitera jamais Hassan, mais qui a permis à la Cour de le faire bénéficier des circonstances atténuantes et le condamner à dix ans de réclusion criminelle.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.