Hydrogène : Comment le Maroc peut devenir le premier fournisseur de l'Union Européenne ?    Maroc: baisse du flux des IDE à fin juin 2020    Explosions à Beyrouth: le dernier bilan    Alerte santé au Maroc : Cette maladie « mange » les enfants dans une indifférence générale    Détournements des aides destinées à Tindouf: deux ONG italiennes entrent en jeu    Football: L'AS Rome reste propriété américaine    Audi et Volkswagen : Nouveaux rebondissements dans l'affaire de truquage des moteurs diesel    Sbata : nouvel effondrement d'immeuble    Ritz-Carlton Hotel confirme le maintien de ses projets au Maroc    Covid-19 : le Ministère mise sur le suivi à domicile pour décharger l'hôpital    Coronavirus : 18 nouveaux décès au Maroc (récap')    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Après la blessure de Mbappé, nouveau coup dur pour le PSG    Coronavirus : comment la Commune de Marrakech gère la situation ?    Météo Maroc: temps chaud ce jeudi avec des températures au dessus de la normale    Transferts : Arda Turan de retour à Galatasaray    Explosions à Beyrouth: Une Marocaine blessée    Botola : le classement général    L'écrivain marocain Mohamed Adib Slaoui n'est plus    Botola Pro D1 : Deux joueurs du MAT testés positifs à la Covid-19    La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Fulham, vainqueur de Brentford, retrouve la Premier League    Nadal dit non à l'US Open et au calendrier infernal    Les IDME ont atteint 11 MMDH l'année dernière    Pour l'ONSSA, la Fête du sacrifice s'est déroulée dans de bonnes conditions d'hygiène et de santé animale    Le CNDH présente son mémorandum sur le nouveau modèle de développement    Opérationnalisation des Hautes Orientations Royales contenues dans le discours du Trône du 29 juillet    Pour faire face au nombre croissant des contaminations au nouveau coronavirus    Comment réduire les risques de démence    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    Le FUS, précurseur dans le trading de joueurs au Maroc    "Les Khettaras au Maroc .. un patrimoine écologique", nouvel ouvrage de la Fondation Miftah Essaâd    Marc-Aurèle : Le Chemin de la sagesse    La Libye cible de folies hégémoniques    Le président portugais a envoyé un message au roi Mohammed VI    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination ! (2e partie)    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Explosions au Liban: Macron attendu à Beyrouth    Covid-19: une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages dans la région MENA    L'ancien roi Juan Carlos 1er prend le chemin de l'exil    Safaâ Baraka, une jeune réalisatrice qui marque le pas    Beyrouth : la ville dévastée par des explosions dans son port    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dix ans de réclusion pour avoir tué son ami
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 06 - 2010

Soufiane, âgé de vingt-huit ans, s'est abstenu de remplir le verre de vin rouge de son ami, Hassan, son aîné de deux ans, arguant qu'il devait gagner du temps. Résultat : décès de Hassan et dix ans de réclusion pour Soufiane.
Nous sommes à Casablanca. La chambre criminelle près la Cour d'appel ouvre ses portes pour que les justiciers et les membres des familles des détenus qui comparaîtront ce matin devant la Cour, rentrent en courant à la salle d'audience pour se trouver une place. Cinq minutes plus tard, la salle d'audience est archicomble. Pas moins d'un quart d'heure, les détenus ont été conduits par des policiers pour prendre place au banc des accusés. Tout d'un coup, la sonnette qui alerte l'assistance retentit. Le silence règne dans la salle d'audience. La Cour rentre et prend place. L'audience a été ouverte. Plus d'une trentaine de dossiers sont entassés devant le président de la Cour. Il ouvre les nouveaux l'un après l'autre et appelle les mis en cause un par un avant de s'assurer de son identité. Il s'assure ensuite s'il avait choisi un avocat pour le défendre ou s'il attend que la Cour le nomme dans le cadre de l'assistance judiciaire. Tout d'un coup, le président de la Cour a commencé à ouvrir les dossiers des affaires qui ont été reportées lors des précédentes audiences. Les trois premières affaires qui ont été examinées concernent le vol qualifié. Alors que la quatrième porte sur une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner. À ce propos, le président a appelé Soufiane à la barre. C'est un jeune de vingt-huit ans, mécanicien de son état, qui venait, il y a quelques mois, de se marier et fonder un foyer. Malheureusement, il n'avait pas encore l'intention de renoncer à rejoindre de temps en temps ses amis pour se soûler en pleine rue. C'est un vice qu'il ne semblait pas avoir l'intention d'abandonner. Certes, il ne les rejoignait pas quotidiennement. Mais, sa femme avait besoin de lui surtout qu'il s'absentait du matin au soir. «Je n'avais pas l'intention de le tuer, M. le président», a-t-il répondu au président quand celui-ci l'a interrogé sur le mobile de leur malentendu qui a fini dans le sang. «Nous savons que tu n'avais pas l'intention de le tuer puisque le parquet général t'a poursuivi pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l'intention de le tuer et non pas pour homicide volontaire», lui a rétorqué le président de la Cour qui lui a demandé de lui raconter toute l'histoire. Soufiane n'a pas nié. Il a tout raconté. Il a affirmé à la Cour qu'il a rencontré son ami, Hassan. Celui-ci est un jeune de trente ans, célibataire, menuisier de son état. C'est son ami depuis qu'ils se sont rencontrés au collège, il y a plus d'une quinzaine d'années. «Nous étions comme deux frères. Mais, j'ignore quelle mouche nous a piqués ce jour du crime», a expliqué Soufiane sur un ton plein de regret. Invité, Soufiane a accompagné son ami, Hassan, chez lui. Ils ont commencé à s'enivrer. Seulement, l'arrivée de la mère de Hassan a inquiété Soufiane qui n'a pas pu ajouter un seul verre de vin rouge. «C'est mieux de sortir dehors. Je ne peux pas continuer à me soûler devant ta mère», lui a proposé Soufiane. Tous les deux sont sortis de la maison et regagné un jardin jouxtant la demeure de Hassan au quartier Ben Msik. Quand ils ont vidé le premier «trois-quarts», ils ont acheté un deuxième. Ils picolaient sans le moindre problème. Tout d'un coup, Hassan a demandé à Soufiane de lui remplir le verre. Soufiane lui a demandé d'attendre pour ne pas vider la bouteille. Mais Hassan a insisté. Et Soufiane s'est abstenu de lui remplir le verre. Aussitôt, Hassan a saisi une branche d'un arbre qui était par terre et l'a jetée sur lui. Soufiane s'est énervé et a commencé à l'insulter. De l'échange d'injures, Soufiane a brandi un couteau et lui a asséné un coup fatal. «Inconsciemment, je lui ai donné ce coup M. le président», a affirmé Soufiane tout en manifestant le regret qui ronge son cœur jour et nuit. Un regret qui ne ressuscitera jamais Hassan, mais qui a permis à la Cour de le faire bénéficier des circonstances atténuantes et le condamner à dix ans de réclusion criminelle.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.