Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Un joueur du Real en isolement    Compteur coronavirus: 35 nouveaux cas et 399 guérisons en 24H    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    L'Espagne prolonge les restrictions sur les vols en provenance d'Inde    Maroc: Les cafés et restaurants seront-ils autorisés à travailler de nuit ?    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Santé connectée: A consommer avec modération !    Oranje : Anwar El Ghazi présélectionné pour l'Euro 2021    Les Casablancais retrouvent l'historique Parc de la Ligue Arabe (Reportage)    Pays-Bas : Mohamed Ihattaren présélectionné avec les Jong Oranje    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Réseaux sociaux: 84% des marocains utilisent WhatsApp en 2021    Melilla : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Football : Le Borussia Dortmund vainqueur de la Coupe d'Allemagne    65è anniversaire de la création des FAR : SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Les pays en développement face aux défis de la reprise post-Covid    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Technopark et le Cluster Solaire promeuvent l'entrepreneuriat    Afghanistan : les Etats-Unis se retirent d'une des plus importantes bases    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Météo/Maroc: temps peu nuageux au Royaume ce vendredi    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens s'apprêtent à sortir massivement, au jour anniversaire de la contestation populaire inédite
Publié dans Barlamane le 21 - 02 - 2020

Les Algériens bouclent vendredi, pour la 53e semaine consécutive de marches hebdomadaires, un an de contestation populaire qui aura contraint Abdelaziz Bouteflika à démissionner mais sans réussir à changer le « système » au pouvoir depuis l'indépendance.
Le Pacte pour l'Alternance démocratique (PAD), qui regroupe des partis et associations en pointe dans le mouvement de contestation, a appelé, avec d'autres, « à faire des 21 et 22 février 2020, un moment fort de la mobilisation populaire pour disqualifier l'agenda de la régénération du système et jeter les bases d'une nouvelle République ».
Vendredi matin, le centre d'Alger, épicentre des manifestations hebdomadaires, est calme, avec de nombreux véhicules de police visibles. Selon les réseaux sociaux, des barrages filtrants ont été mis en place aux entrées de la capitale pour compliquer l'accès des Algériens venus d'autres régions pour célébrer l'anniversaire.
Il y a un an, le vendredi 22 février 2019, de nombreux Algériens, qu'on disait résignés et dépolitisés, envahissaient soudainement les rues à travers le pays, contre la volonté annoncée du président Bouteflika -quasi-invisible et muet depuis un AVC en 2013- de briguer un 5e mandat lors de la présidentielle prévue en avril.
Un « Hirak » (« mouvement ») était lancé qui, après six semaines de manifestations ne cessant d'enfler, poussait l'état-major de l'armée, pilier du régime, à exiger et obtenir le 2 avril la démission d'Abdelaziz Bouteflika.
Assurant ouvertement le pouvoir de fait, le haut commandement militaire a toutefois balayé ensuite toutes les revendications du « Hirak » sur un changement du « système », et multiplié les arrestations.
Dans un entretien jeudi soir avec des titres de la presse nationale, le président Abdelmadjid Tebboune, ex-fidèle de M. Bouteflika élu en décembre lors d'une présidentielle massivement boudée, a rendu hommage au Hira » qui a empêché l'effondrement total du pays. Il a assuré qu'il allait mettre en œuvre « l'ensemble de ses revendications ».
Mais, dans un « Manifeste du 22-Février », publié jeudi, des organisations proches du « Hirak » ont appelé à « continuer la mobilisation », soulignant que leurs slogans étaient toujours d'actualité: « Qu'ils partent tous » exprime « une volonté de rupture avec les institutions actuelles » et le refus « que le processus de changement soit confié au pouvoir en place ».
Ce manifeste dénonce également la poursuite des « mesures répressives » contre journalistes, militants et manifestants et rappelle que les Algériens « veulent que leur pays soit gouverné et géré dans la transparence et la clarté ». Les citoyens « veulent des responsables redevables de leur action, une justice indépendante et un Parlement légitime qui ne soit pas une Chambre d'enregistrement », précise-t-il.
L'ampleur des cortèges vendredi sera un test de sa vigueur, alors que le « Hirak » est confronté à de nombreux défis, à l'orée de sa deuxième année, au moment où le régime reprend des forces.
Depuis la présidentielle, « il y a une façade constitutionnelle et démocratique mais en fait c'est exactement ce qu'il y avait avant », souligne Dalia Ghanem, chercheuse au Carnegie Middle East Center de Beyrouth (Liban). M. « Tebboune n'est que la façade civile d'un régime qui reste aux mains de l'institution militaire. »
La capacité du régime « à changer sans changer et sa résilience vont être testées dans les prochaines années », poursuit Mme Ghanem, soulignant que les faibles prix des hydrocarbures vont l'empêcher de puiser dans la manne pétrolière pour acheter la paix sociale, comme il a eu coutume de le faire.
Largement informelle, sans structure organisée ou dirigeants identifiés, la contestation doit à son tour se repenser au risque de s'essouffler. Doit-il accepter la « main tendue » par le président Tebboune au risque d'être avalé par le régime? Doit-il se structurer pour participer au jeu institutionnel? Au risque d'afficher au grand jour ses clivages et ses contradictions?
Quoi qu'il en soit, le « Hirak » a déjà changé la donne politique, après 20 ans de présidence Bouteflika, durant laquelle toute opposition réelle a été méthodiquement découragée, entravée, bâillonnée ou « cooptée ».
Surtout, avec le mot d'ordre « pacifique », il a « réussi à faire qu'il n'y ait pas de confrontation sanglante ni de répression brutale », souligne l'historienne Karima Dirèche, directrice de recherche au CNRS (France).
La contestation a également rassemblé les Algériens en dépassant les clivages culturels, identitaires, linguistiques ou religieux, et souligné l'émergence d'une « nouvelle génération très politisée et qui sait ce qu'elle veut », note Dalia Ghanem.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.