Emmanuel Macron aurait-il été espionné à son insu par le renseignement extérieur français ?    Affaire Pegasus : Mélenchon doute des accusations portées contre le Maroc    Pegasus : le Maroc riposte, Christian Cambon bat en brèche des imputations diffamatoires    Affaire Pegasus: Le Maroc accuse    Affaire Pegasus : l'interview de Nasser Bourita avec Jeune Afrique    Position extérieure globale: une situation nette débitrice de 731,6 MMDH en 2020    Transparency Maroc critique l'adoption hâtive de la réforme fiscale et la juge "incomplète"    Fête du Trône: Plus de 80 pays au séminaire de l'ANU-Maroc    Maroc/Reste du monde: 685 milliards de DH de transactions commerciales en 2020    Balance des paiements: allégement du déficit du compte des transactions courantes de 62,3% en 2020    La démission du DTN ? S'agit-il vraiment d'un départ volontaire ?    Botola Pro D1 / 29ème journée / Acte1 : Une journée cruciale pour les relégables !    JO / Foot féminin : Les Pays-Bas sans pitié envers la Zambie (10 à 3)    La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques sous haute surveillance sanitaire à Tokyo    L'AC Milan insiste toujours pour enrôler Hakim Ziyech    Tokyo 2020: suivez en direct la cérémonie d'ouverture (VIDEO)    Exclusif : Johnson & Johnson attendu samedi, deux millions de doses de Sinopharm reçues ce vendredi    Le ministère de la santé se désolidarise d'une brochure sur la Covid-19    Covid-19 : De nouvelles mesures restrictives sur fond d'inquiétudes    Covid-19 : le variant Delta à l'assaut du Maroc, 1 910 nouvelles infections recensées    Le Maroc reçoit de nouvelles doses du vaccin Sinopharm    Magazine : Khadija Alami, fée et gestes    Festival : Khouribga accueille son premier navet    Message du roi Mohammed VI au président Al-Sissi    Real Madrid: Karim Benzema positif au coronavirus    La Bourse de Casablanca démarre en légère hausse    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Pegasus. Les pseudos révélations ne valent rien    Qui sont nos 48 représentants aux JO ?    Canicules, vagues de chaleur : 4 fausses bonnes idées    Recrudescence des cas Covid et importance de la vaccination... le point avec Pr. Chakib Abdelfattah    France: une nouvelle loi antiterroriste adoptée    Automobile: fin des moteurs à combustion d'ici 2030, c'est l'engagement des constructeurs mondiaux    Agadir-Ida Outanane: des unités médicales mobiles au profit de la population rurale    Me Olivier Baratelli : «le Maroc n'a jamais fait appel à la société NSO et n'a jamais utilisé le logiciel Pegasus»    Stylisme et cinéma au programme de la nouvelle édition du Journal des Arts (vidéo)    Liban : les ménages dépensent cinq fois le salaire minimum pour se nourrir (étude)    Affaire Pegasus. Bourita: « Le Maroc aussi a choisi de faire confiance à la justice en interne et à l'international »    Nouvelle manifestation contre le passeport sanitaire le 24 juillet en France    Inondations: Angela Merkel appelle à "accélérer" la lutte contre le changement climatique    [Interview avec Sonia Noor, chanteuse, guitariste et compositrice] Le patrimoine marocain, un trésor à préserver et à transmettre    L'AG de l'ONU adopte une résolution marocaine proclamant une journée internationale contre le discours de haine    Hajj 1442 : Les pèlerins effectuent la lapidation des « jamarat » pour le 2è jour de Tachriq    Le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Adha et procède au rituel du sacrifice    "Nektachfou Bladna"-Replay: La bonne humeur est garantie !    VIDEO// Abderrahmane Tazi parle de son film sur Fatema Mernissi sur Info Soir de 2M    Une cérémonie en présence de sa veuve Hélène : Le legs de Abderrahmane Youssoufi pour les générations futures    Le monde de la culture en deuil : Le penseur et écrivain Mohamed Sabila n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Coronavirus : après le Maroc, l'Afrique subsaharienne se rue sur la chloroquine
Publié dans Barlamane le 02 - 04 - 2020

Du Burkina Faso au Cameroun, en passant par la Côte d'Ivoire et la République démocratique du Congo, l'Afrique subsaharienne se jette sur la chloroquine, un médicament bien connu sur le continent, où le coronavirus a déjà tué au moins 190 personnes.
Après le Maroc, qui a décidé de recourir à la chloroquine pour traiter les patients contaminés par le nouveau coronavirus, l'Afrique subsaharienne a décidé de prendre le même chemin. En plus de demander au laboratoire Sanofi de remettre tout son stock du médicament, les autorités de Rabat ont établi un protocole thérapeutique en concertation avec un comité technique et scientifique, qui a prescrit une association chloroquine et azithromycine, selon une note ministérielle diffusée.
Des hôpitaux sénégalais aux pharmacies de rue camerounaises, en passant par des entreprises pharmaceutiques sud-africaines, l'Afrique subsaharienne, désarmée face au coronavirus, se rue sur la chloroquine, un médicament bien connu des Africains.
Ce traitement et ses dérivés comme l'hydroxychloroquine, utilisés durant des années pour soigner le paludisme sur le continent, suscitent beaucoup d'espoir dans le monde. Mais leur efficacité est encore loin d'être prouvée et leur généralisation divise la communauté scientifique.
Si l'OMS a appelé à plusieurs reprises à la prudence, sur le continent africain qui ne dispose que de peu de moyens pour lutter contre le virus, les autorités n'ont pas hésité longtemps.
Au Burkina Faso, au Cameroun, en Afrique du Sud, par exemple, les gouvernements ont rapidement autorisé les structures hospitalières à traiter les malades avec cette molécule. Et une grande étude, à l'image de celle du désormais célèbre professeur français Didier Raoult, a été lancée en Afrique du Sud.
Au Sénégal, près de la moitié des personnes contaminées se sont déjà vu prescrire l'hydroxychloroquine. Un engouement tel qu'en République démocratique du Congo (RDC), le président Félix Tshisekedi a déclaré la semaine dernière qu'il était « urgent » de produire la chloroquine « en quantité industrielle ». En Afrique du Sud, l'une des plus grosses entreprises pharmaceutiques a promis de donner 500 000 tablettes aux autorités sanitaires.
Dans plusieurs grandes villes africaines, comme à Abidjan (Côte d'Ivoire) ou encore à Luanda (Angola), les habitants se sont rués dans les pharmacies pour récupérer des plaquettes. Le même phénomène a été observé au Malawi, où aucun cas n'a été annoncé officiellement.
Au Gabon, à Libreville, les files d'attente devant les officines s'allongent aussi, au grand dam d'Armelle Oyabi, présidente d'une association de personnes atteintes du lupus, une maladie auto-immune qui se traite avec l'hydroxychloroquine.
Au Nigeria, des patients empoisonnés à la chloroquine ont été admis la semaine dernière dans deux hôpitaux de Lagos. Pour s'en procurer illégalement, les Africains peuvent toutefois se tourner vers les apothicaires de rue.
Mardi, déjà, les autorités camerounaises ont annoncé que de la fausse chloroquine était en circulation dans le pays, et avait notamment été retrouvée… dans certains centres de santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.