Maroc – Mali : Les Lionnes de l'Atlas de nouveau victorieuses face aux Aigles    Marhaba 2021: tarifs adaptés et liaison maritime annoncée avec le Portugal    «Mon histoire avec les médicaments»,une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 14]    Rencontre Biden-Sanchez. Un désaveu formel pour le président du gouvernement espagnol    Ammouta : Les Lions de l'Atlas "sont prêts" pour la Coupe arabe    Botola Pro : Le WAC atomise le HUSA    L'Ambassade de France annonce la reprise de la délivrance des Visas à partir du 15 Juin    Le Conseil de gouvernement se tient jeudi: ce qui est prévu    L'Espagne, l'Algérie et les Marocains du Monde !    Le groupe OCP, une signature de qualité    Finances publiques : Tout savoir sur la situation des charges et ressources du mois de mai    Nouveau modèle de développement : les défis du marché des capitaux    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Société d'aménagement Zenata et Lydec : un partenariat novateur a été scellé    Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 14 juin    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    Palestine: Les colons préparent leur marche, les Palestiniens leur Intifada    L'exercice combiné maroco-américain se déroule dans de parfaites conditions    Au sommet avec Biden, Poutine veut du respect    Benjamin Netanyahu devient un justiciable comme les autres    Dernier jour du sommet : le G7 agit face à la pandémie, le climat et la Chine    Espionnage d'élus : Nancy Pelosi veut entendre des procureurs généraux de Trump    Sahara: la Hongrie soutient officiellement le plan d'autonomie    Crise maroco espagnole. Entre la retenue de la presse marocaine et le déchaînement des journaux ibériques    Le furtif échange entre Sánchez et Biden mal digéré par la presse espagnole    Euro 2020 : Le programme de ce lundi    Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Intervention de la Marine royale au large de Tan-Tan    Chebbi après la défaite du Raja: « J'ai commis une erreur »    Décevant encore, Vahid peut remercier d    Sahara. L'Espagne ne veut pas céder de peur que le Maroc revendique Sebta et Melilla    Covid. Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce lundi 14 juin    Covid-19: le Maroc n'est pas à l'abri d'une rechute, selon un expert    300 Billets gratuits pour les élèves marocains des classes préparatoires    Lycée d'excellence de Benguerir. Plus de 400 élèves admis dans les grandes écoles françaises    Coronavirus. Le vaccin américain Novavax efficace à plus de 90% contre les variants    Voici les bienfaits de cette plante pourtant pointée du doigt    Météo au Maroc: temps assez chaud ce lundi    Saadi Youssef est décédé «Loin du premier ciel»    « Ma ville à moi » sur les planches du Théâtre Mohammed V    Quand la darija devient un moyen d'intégration pour les Subsahariens    Fonds d'aide cinématographique : 21,58 millions de dirhams alloués aux nouveaux projets    Vente aux enchères à Tanger : 54 oe uvres passeront sous le marteau pour la bonne cause    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fitch Ratings confirme la notation par défaut des émetteurs en devises à long terme du Maroc
Publié dans Barlamane le 06 - 05 - 2021

Fitch Ratings a confirmé mercredi la notation par défaut des émetteurs en devises à long terme du Maroc (IDR) à «BB +» avec une perspective stable.
La note «BB +» du Maroc est soutenue par un record de stabilité macroéconomique reflétée par une inflation et une volatilité du PIB relativement faibles avant la pandémie, une part modérée de la dette en devises (FC) dans la dette totale des administrations publiques (GC) et une liquidité extérieure relativement confortable.
Ces atouts sont contrebalancés par des indicateurs de développement et de gouvernance faibles, une dette GG élevée et des déficits budgétaires et des comptes courants (CAD) plus importants, indique Fitch ratings dans un communiqué.
Le déficit budgétaire de l'administration centrale est passé à 7,7% du PIB en 2020, contre 4,1% en 2019 (hors produits de la privatisation). Les mesures de confinement liées à la pandémie et la baisse de la demande mondiale ont provoqué une forte baisse des revenus tandis que les dépenses courantes ont augmenté pour atténuer l'impact sur la santé et amortir le coup financier sur les ménages et les entreprises.
Des déficits budgétaires importants entraîneront une nouvelle augmentation de la dette publique
Fitch ratings prévoit ainsi un déficit de 6,5% du PIB en 2021, après 6,9% en 2020, estimant qu'il n'y aura pas de modifications importantes des politiques budgétaires et économiques après les élections législatives de 2021.
Selon la même source, des déficits budgétaires importants entraîneront une nouvelle augmentation de la dette publique malgré la reprise économique, indiquant que la dette GG augmentera à 68,8% du PIB en 2021 et 70,5% en 2022 contre 66,8% en 2020, dépassant la médiane «BB» projetée de 59,1% en 2022.
Par ailleurs, Fitch ratings prévoit que la dette GG sera globalement stable à partir de 2023. Le choc pandémique prolongé aggravera les vulnérabilités financières de certaines entreprises publiques.
Banques : le choc pandémique entraînera une détérioration de la qualité des actifs
L'agence de notation financière internationale évalue le ratio de capitalisation du secteur bancaire comme assez faible par rapport aux risques liés à la concentration du portefeuille de prêts et à l'expansion régionale des banques. Le choc pandémique entraînera ainsi une détérioration de la qualité des actifs du secteur. Toutefois, les risques qui en découlent pour la solvabilité des banques sont gérables.
Baisse importante des recettes globales du compte courant
En outre, le secteur du tourisme, qui représente 6,7% du PIB en recettes brutes annuelles moyennes du compte courant en 2017-2019, restera impacté par la crise en 2021 et ce, après l'effondrement de 70% de ses recettes brutes. Les exportations de phosphate et d'automobiles ont enregistré de bonnes performances en janvier-février 2021, mais certains secteurs restent à la traîne, comme le textile et l'aérospatiale. Ainsi, Fitch ratings estime que les recettes globales du compte courant resteront inférieures à leur niveau de 2019 en 2021 et 2022.
La dette extérieure nette atteindra 19,5% du PIB en 2022
Les importations rebondiront en 2021 alors que la demande intérieure de biens finals et intermédiaires commencera à se redresser, parallèlement à la hausse des prix du pétrole. Les envois de fonds (5,9% du PIB en 2017-2019) ont augmenté en 2020 et continueront de soutenir les indicateurs externes du Maroc.
Selon Fitch Ratings, les risques de dégradation du déficit des comptes courants (CAD) seront principalement financés par la dette et la dette extérieure nette atteindra 19,5% du PIB en 2022, contre 16,7% en 2020. Les risques de liquidité extérieure sont atténués par le soutien de longue date des créanciers publics et la composition favorable de la dette extérieure du Maroc. Les prêts publics représentent environ les deux tiers de la dette extérieure publique et la moitié de la dette extérieure brute totale.
Les réserves de change augmenteront lentement en 2021 et 2022
La résilience extérieure est également soutenue par les réserves de change assez confortables du Maroc et par une meilleure flexibilité du taux de change. Fitch prévoit que les réserves de change augmenteront lentement en 2021 et 2022 après avoir atteint 32,2 milliards de dollars à fin 2020 contre 25,3 milliards de dollars en 2019. Ainsi, les réserves de change couvriront 7,5 mois de paiements extérieurs courants en moyenne en 2021-2022, supérieurs à la médiane «BB» de 5,4 mois.
Un assouplissement des perturbations liées à la crise sanitaire et une amélioration des précipitations après deux ans de sécheresse entraîneront un rebond de la croissance du PIB réel à 4,8% en 2021, après une contraction de 7,1% en 2020. La politique budgétaire restera expansionniste jusqu'à au moins 2022. Le lancement d'un fonds d'investissement stratégique en coopération avec le secteur privé, prévu pour 2021, soutiendra la reprise économique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.