Réforme électorale : les très attendus amendements dès la semaine prochaine    Mustapha Ramid démissionne du gouvernement pour « raisons de santé »    L'ONCF dévoile ses résultats    Evolution du coronavirus au Maroc : 480 nouveaux cas, 482.994 au total, vendredi 26 février 2021 à 18 heures    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Nouveauté Peugeot Landtrek : un pick-up qui sort ses griffes    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le Maroc pourrait recevoir un don de vaccins de la part d'Israël    Russie : Washington n'acceptera «jamais» l'annexion de la Crimée, affirme Joe Biden    Rapport du renseignement américain : MbS accusé d'avoir «validé» le meurtre de Jamal Khashoggi    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    HCR / JICA: Un projet de 275.000 $ pour soutenir les réfugiés au Maroc en contexte de Covid    Percevoir le cannabis tout autrement    Une rareté en trompe-l' oeil    Immigration : un réseau qui faisait passer des migrants pour des sahraouis démantelé    DGAPR : les détenus impliqués dans les événements d'Al Hoceima sont en bonne santé    Le vice-président du Mali salue le rôle joué par le Maroc dans le processus de transition de son pays    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    L'ONU demande la libération immédiate de tous les détenus du Hirak en Algérie    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    Réunion vendredi du Conseil de gouvernement    Tanger Med : tous les indicateurs de l'activité portuaire sont au vert au 4ème trimestre 2020    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    TPE : un nombre record de faillites en 2020    Transport touristique : un encours de crédits de plus de 5 MMDH    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Des leaders politiques et élus internationaux adressent une lettre à Joe Biden pour appuyer la décision US reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    ALM en visite à El Guergarat    Vaccination au Maroc: un bilan encourageant avec plus de 3 millions de personnes vaccinées    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Eau potable : Lydec annonce une perturbation du service dans certaines zones de Casablanca    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Errements et balbutiements
Publié dans Challenge le 02 - 11 - 2012

Plus d'un demi siècle de politique sportive au Maroc avec des fédérations, des clubs, des pratiquants, des arbitres et un ministre de tutelle, sans compter un CNOM qui prend d'année en année plus d'importance tant il est devenu incontournable, et pourtant on a toujours l'impression que l'on est encore à ânonner l'alphabet du sport.
C'est le fameux «b.a-ba» que l'on peut traduire en darija par le «ba-bou-bi» qui marque le rythme dans les écoles primaires.
Balbutiements et énervements
A voir le nombre de doctes dirigeants sportifs qui s'emportent pour un oui ou pour un non et qui sont prêts à tout remettre en cause au moindre désagrément, on se dit que l'on est bien loin d'une gestion adulte et responsable du sport.
Le nombre de fédérations dont les bureaux éclatent comme des pétards mouillés, ne peut garantir une pratique ludique et productrice du sport.
A la moindre occasion, on réclame assemblée générale et révision des statuts et règlements.
A force de vouloir mettre les codes de direction en conformité avec les caprices et désirs des uns et des autres, on arrive à ne plus rien diriger du tout.
Car, de saison en saison, les lois s'annulant l'une l'autre, on ne trouve plus comment se dépatouiller de tout cela.
Le nombre de fédérations mises carrément hors-jeu, ou qui sont tenues en otage par quelques présidents de clubs influents est effarant.
Ainsi le Handball, le Basket Ball, le Volley Ball ou encore la Natation et le Taekwondo, voire le Rugby, sont devenus pratiquement ingouvernables.
Le pompon revient à la fédération de lutte. Elle est, comme beaucoup d'autres disciplines, moribonde mais elle bouge encore et attire les convoitises.
La basse-cour du sport
A la dernière AG, le président en exercice, installé-là depuis vingt ans, a été dégommé d'une voix par son plus dangereux opposant.
L'élection – démocratique comme il se doit – s'est jouée sur un seul votant.
Le nouveau a gagné par onze voix contre dix. On dirait un score de match de handball pour cadets ou juniors.
Et encore, sur cette vingtaine de clubs votants, il faut savoir qu'il y en a qui n'existent que sur le papier.
Il y a des clubs fantômes en sport et ce, dans toutes les disciplines.
Comme beaucoup de cette multitude d'associations qui pullulent au Maroc, ils n'ont d'existence véritable que par le dépôt légal qui les autorise à ouvrir un compte bancaire où seront versées les subventions qui servent souvent d'autres projets que ceux pour lesquels l'institution a été créée.
Faut-il donner l'exemple de ce club dont le propriétaire (vocable plus adapté que celui de président) recevant 10 000 DH par an pour une vague activité socio-sportive en ponctionnait chaque fois les 4/5 pour se constituer un bon petit cheptel.
Du bétail au nom du sport...Qui a dit « chacun chez soi et les vaches seront bien gardées » ?
Voilà l'application de ce fameux adage à la lettre.
L'argent du sport n'est pas perdu pour tout le monde. Et contrairement à une idée largement répandue, ce n'est pas dans les gros budgets que l'on trouve les prévaricateurs, mais bien dans les petites structures dont personne ne parle, qui sont loin des projecteurs des médias qui s'en mettent plein les poches en ne faisant rien de bien, mais qui seront les premiers à crier à l'injustice et à réclamer plus d'intégrité et de transparence dans la gestion des affaires publiques.
Quand des parlementaires ajoutent à la confusion
Certains de ces illustres olibrius beaux parleurs et opportunistes se sont retrouvés dans l'enceinte du Parlement. Ce ne sont pas eux qui sont à blâmer, mais bien ceux qui les ont élus.
Mais qu'y peut-on ?
Ce n'est pas demain la veille que l'on aura une majorité de citoyens à même de défendre leurs droits en respectant leurs devoirs et œuvrant pour l'intérêt général.
Cela viendra incha Allah, mais il faut être patient.
En attendant, il nous faut assister à ces réunions où la chose sportive est traitée non pas au niveau de la politique générale en y apportant une salutaire réflexion sur les réformes à entreprendre, mais comme si certains élus avaient des comptes à régler avec des personnalités respectables et au statut social irréprochable mais dont le seul tort est de s'occuper du sport.
Un sport où, répétons-le, les petits margoulins peuvent grouiller et prospérer en paix dans le marigot, alors que les gens en vue sont systématiquement pointés du doigt.
Ainsi de Ali Fassi-Fihri, président de la FRMF, dont une commission parlementaire a tout simplement exigé la démission sans condition pour manquements graves dans la conduite du football. Ce week-end a lieu le match Maroc-Mozambique, capital pour les Lions de l'Atlas.
Que se passera-t-il si, à Dieu ne plaise, notre équipe ratait ce match ?
Est-ce le gibet ou l'échafaud qui sera réclamé par la vox populi ?
Une vox qui se fait influencer même dans les lieux où la pondération et la maturité devraient présider.
Mais enfin...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.