« Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Le parlement de l'enfant : Une expérience prometteuse    Le Registre national électronique des sûretés mobilières prévu pour le printemps 2020    La sélection nationale des joueurs locaux s'impose face à la Guinée    Casablanca accueille la 3ème édition de China Trade Week    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    Les avocats manifestent contre l'article 9 du PLF    Ford se lance dans l'électrique, avec sa marque emblématique Mustang    «Le Mans 66» vrombit en tête du box-office nord-américain    Range Rover Evoque. Sur les traces du Velar    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    La sécurité au coeur de la stratégie de Vivo Energy Maroc    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    SIDA. L'expérience marocaine évaluée    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Le PPS dans l'opposition    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    Violences sur les réseaux : Seule une femme victime sur dix porte plainte    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Hay Mohammadi en fête    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les chants désespérés et pathétiques des supporters
Publié dans Challenge le 13 - 10 - 2019

Le football défouloir des maux de la société, le football opium des peuples, le football sport roi, le football des passions et des passionnés, le football … le football, ce sport né et conçu il y a près de deux siècles est toujours aussi florissant, populaire et dangereux en raison même de cette popularité.
On est en cette année 2019 dans une époque où les discours populistes, racistes, régionalistes et donc fascistes occupent une grande part de nos actualités. Le football, phénomène social majeur est devenu gangréné par les discours et les dérives. Le public des stades jadis était composé d'amoureux du spectacle venus y encourager « leurs» joueurs et leurs couleurs tout en respectant les autres, condition sine qua non du fair-play.
Le fair-play justement, parlons-en… La FIFA a beau en avoir fait son cheval de bataille en arborant slogans et étendards avant chaque rencontre officielle avec des enfants posant au centre du terrain, jamais le fair-play n'a vu son esprit et son sens autant contestés et bousculés que par les temps qui courent. Le fair-play tous en parlent, mais personne ne l'applique à commencer par les instances officielles souvent prises la main dans le sac en train de combiner le résultat, et donc le sort d'un match.
L'injustice, c'est le contraire du fair-play…, or quand le sentiment d'injustice s'est installé sur les champs de jeu, des chants à la «gloire » des arbitres et des juges ont commencé à être entonnés à brûle pourpoint. On se souvient tous des noms d'oiseaux dont ont souffert les arbitres, malheureux souffre-douleur et authentiques boucs émissaires.
Peu à peu la contestation s'est étendue sur les dirigeants. Dans les années 80 le premier à en avoir souffert a été le regretté Abderrazak Mekouar à qui on reprochait tout et n'importe quoi. Trop riche, trop brillant, cet homme technocrate incontournable fut pris à partie par le public Wydadi qui ne comprenait pas ses actions. Ainsi le complexe, idée révolutionnaire pour l'époque, fut moqué et considéré comme moyen de détourner de l'argent. On entendit alors partout ces insultes : « Ya Mekouar, ya chaffar ». L'antagonisme grimpa d'un cran lors du transfert de Bouderbala en Suisse (transfert qui changea le destin du talentueux Aziz) quand Mekouar fut traîné en justice par des « supporters » le soupçonnant d'avoir caché la réalité financière du transfert. Quoi que faisait Mekouar était source de critiques, parfois très cruelles, et bien souvent injustes. Même réhabilité et encensé désormais, feu Mekouar a donc, de son vivant, goûté à l'injustice. Il n'a jamais eu, ou jamais pu, réellement s'en défendre et en a souffert durant une bonne partie de sa vie.
A titre individuel, il est très difficile de penser convaincre de son innocence, quand on est accusé. Le pire c'est que l'on vous renvoie le proverbe calamiteux qui veut « qu'il n'y ait pas de fumée sans feu » et on laisse la victime se dépatouiller avec les accusations. Au mieux on la plaint, au pire on l'accable au nom de la bien pensance.
Mais quand l'injustice est ressentie par une grande majorité de la société et que de beaux discours et de beaux parleurs ont réussi à y faire naître un sentiment de « hogra », alors on assiste à ce qui est en train de se produire aujourd'hui sur nos stades.
Des stades où l'on ne se contente plus de vilipender l'arbitre ou de fustiger les dirigeants et responsables fédéraux du football car, maintenant, la foule des tribunes est passée au stade supérieur, si on peut dire.
Aujourd'hui, on lance avec un ensemble parfaitement chorégraphié des phrases vengeresses du style : « Avec notre argent, vous construisez vos villas » ou «Vous nous avez tout pris et rien laisser» ou encore que : « Mawazine et Chakira ont bouffé notre argent », en scandant, en guise de conclusion que : « Vous nous avez privé d'éducation, vous avez détruit notre santé et vous nous avez envoyés au service militaire ».
Cela est alarmant et devrait interpeller toutes les consciences pour un examen sociologique sérieux et approfondi. Ce qui se dit et se chante dans les tribunes est grave, car il reflète la manière de penser de nos jeunes dans une très large part de notre société. Des jeunes qui s'en balancent de tout perdre, parce que, au départ ils ont le sentiment de n'avoir rien et ils pensent – sincèrement – que s'ils n'ont rien c'est parce qu'on ne leur a rien donné – ou pire encore, qu'on leur a pris ce qui devait leur revenir.
Dans le camp des « on », mettez qui vous voulez, les gouvernants, les partis, les ministres, les riches, bref tout et même vous et moi, oui tous, sauf eux, les laissés pour compte, qui n'ont d'autre choix que d'exprimer leur mal être et leur ras le bol, en attendant de prendre la mer et aller chercher ailleurs ce qu'ils n'ont pu trouver dans leur pays.
La situation est-elle si grave que cela ?
Certains le disent, et il y en a même qui allument les brasiers volontairement et même involontairement par des comportements irréfléchis que la toile s'empresse de diffuser.
Tout cela a commencé, on l'a vu, par l'attaque contre les dirigeants de clubs, chacun en a pris pour son grade – y compris les plus gradés – et puis ça s'est étendu. Le foot n'est plus la soupape de sécurité il est en train de devenir le moteur de toutes les contestations.
Est-ce grave ? Est-ce dangereux ?
En tout cas c'est spectaculaire, et ce phénomène peut devenir, s'il ne l'est déjà, révélateur. Révélant un malaise il dévoile aussi un malentendu.
Tous les riches et les gouvernants comme tous les responsables ne sont pas tous des pourris.
Les pauvres, les gueulards et les lanceurs d'anathèmes eux aussi ne sont pas tous des anges. Loin de là.
Aussi, il va falloir observer et analyser scientifiquement et culturellement la situation et comprendre que si, au Maroc, les motifs de mécontentement sont certainement nombreux, ils ne peuvent modifier la nature profonde des Marocains qui placent leur confiance sur les vraies valeurs de la société.
Des valeurs ancestrales et qui ont fait leurs preuves.
Pour l'instant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.