Le DG de la Police brésilienne salue la coopération sécuritaire avec le Maroc    L'Enlèvement de l'opposant et blogueur algérien Amir à Paris : Une Affaire Sous Enquête    Le Maroc réélu à la vice-présidence du Comité exécutif du Centre Nord-Sud relevant du Conseil de l'Europe    Frais de visa Schengen : hausse et implications pour les voyageurs    Violences lors de la lecture du Coran à Chichaoua : Réponse des ministères des Habous et de l'Intérieur    L'irrigation de l'absurde : le Maroc, "voleur" d'eau du désert algérien !    Xi Jinping met l'accent sur l'amélioration des systèmes touristiques modernes et la construction d'un secteur du tourisme fort    Conjoncture : le gaz s'oppose à la détente inflationniste    Procédures administratives : Réduction de 45% des documents demandés aux investisseurs    Lancement du programme «She Industriel»    Climat au Maroc : les Etats-Unis lancent un nouveau programme    Saint-Gobain Maroc : 25 ans d'engagement envers la construction durable    La Bourse de Casablanca démarre en territoire positif    HPS étend sa présence mondiale avec un nouveau bureau en Inde    Cours des devises du mercredi 22 mai 2024    Crise diplomatique entre l'Argentine et l'Espagne : le fossé continue de se creuser entre les deux pays    Des officiels Algériens s'en prennent verbalement au Maroc    « African Lion 2024 » : Exercice de simulation au Centre des Opérations Combinées à Agadir    L'ONU préoccupée par la détérioration de la sécurité à Rafah    La France assure soutenir la CPI    Accord de Shadi Riad avec Crystal Palace    Bayer Leverkusen : Amine Adli s'exprime sur la saison parfaite de son club    Jeux Olympiques 2024 : Le PSG accepte de libérer Achraf Hakimi    Finale Europa League 2024 / Leverkusen vs Atalanta ce soir: Horaire ? Chaînes?    Premier League: Chelsea libère Pochettino !    Foot: Neymar ne débutera pas la saison avec Al-Hilal    CAN de football pour amputés (Egypte-2024): Le Maroc qualifié en quarts de finale    Banque mondiale : une délégation en visite au CHU Hassan II de Fès    Lutte contre l'analphabétisme : le ministère de l'Agriculture s'allie à l'ANLCA    Fès : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    Le temps qu'il fera ce mercredi 22 mai 2024    Les températures attendues ce mercredi 22 mai 2024    Lutte contre la cyberviolence : il faut attendre l'adoption du nouveau Code pénal    Défis hydriques dans la zone MENA : Cap sur la protection des écosystèmes d'eau douce ? [INTEGRAL]    SAR la Princesse Lalla Hasnaa inaugure le parc historique Lahboul à Meknès après sa rénovation    Institutions et instances: Pavillon commun, bilan fructueux au SIEL 2024    Caftan marocain : L'Algérie prise la main dans le sac    Festival Mata : Une 12ème édition réussie sous le signe de la préservation du patrimoine    IKLYLE : Le 4e bouquet éducatif de la fondation Mohammed VI éclot à Fès    Essaouira : Des fusions inédites au programme de la 25e édition du Festival Gnaoua    La 6è édition de l'événement « Trophées Marocains du Monde », du 23 au 26 mai à Marrakech    « La République Sahraouie ».. Un Rêve Illusoire    SIEL : record d'affluence avec 316.000 visiteurs    Rabat: plus de 316 000 personnes ont visité le SIEL    Le site archéologique de Chellah rouvert au public après sa restauration    30 ans après l'apartheid, l'eau et l'électricité demeurent un luxe pour de nombreux Sud-africains    Ethiopie: Le Premier ministre Abiy Ahmed opère un léger remaniement ministériel    USA: Plus de 300 millions $ de pertes pour le groupe de médias de Trump au 1er trimestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Presse partisane et presse indépendante
Publié dans Finances news le 09 - 10 - 2003

Qu’il s’agisse de presse « indépendante » ou partisane, les professionnels sont tous d’accord sur le fait que les annonces publicitaires sont d’une grande importance pour le financement de leurs supports. Cependant, ils rejettent toute interférence de la part des annonceurs dans leurs lignes éditoriales. Entre théorie et pratique existe un grand fossé.
Une large catégorie d’annonceurs croient que passer une pub sur un support écrit est synonyme de faveur, oubliant qu’ils y gagnent plus que les organes de presse eux-mêmes. Un autre élément majeur est ignoré par les publicitaires ; c’est que pour qu’une annonce soit crédible, il faut que le média où elle passe soit crédible aussi. Or, un journal qui fait de la réclame dans ses papiers d’information, comme le souhaiteraient les publicitaires, n’est pas du tout crédible.
La pression des annonceurs publicitaires varie selon que l’organe de presse soit partisan ou dit indépendant. Mais il est erroné de croire que les journaux partisans ne subissent pas de pressions de la part des annonceurs. Avant de parler de la relation qu’entretient un quotidien partisan, Libération en l’occurrence, avec ses annonceurs, Salah Sbyea, le Rédacteur en chef de ce journal, tient à éclaircir les concepts. Selon lui, « la définition de la presse indépendante, en opposition à une presse partisane, est un peu simplificatrice pour ne pas dire simpliste ; cela renvoie à une histoire de la presse au Maroc de manière générale. On utilise le mot « partisane » pour parler d’une presse qui est éditée par des groupes politiques, et « indépendante » pour la presse qui est éditée par des groupes économiques ou des initiatives individuelles. ». Pour affirmer ensuite que « Dans le jargon du métier, on dit qu’un journal se vend deux fois, se vend dans le sens positif du terme une première fois aux annonceurs et la deuxième fois aux lecteurs ». Sans oublier que le rapport entre les annonceurs et les journaux doit être encadré par l’éthique de chacun et qu’il y a séparation entre la rédaction d’un journal et son service commercial. Cette séparation préserve la ligne éditoriale de tout rapport qui pourrait rapidement dégénérer. Selon lui, le fait d’être affilié à un parti, l’USFP, n’atténue pas les pressions que peut subir la presse partisane. En effet, même affilié à un grand parti, le PPS, un journal doit subsister par ses propres moyens. Ainsi, Ahmed Zaki, Directeur d’Al Bayane, assure que son journal ne dépend pas financièrement du parti et qu’il a ses propres ressources à travers les ventes, les insertions, les pubs et les abonnements. Pour un annonceur qui cherche des cibles aussi variées que possible dans la société, le fait qu’un journal comme Al Bayane vante les mérites de tel ou tel produit a une répercussion sur le lectorat et les membres de son parti. Mais c’est une arme à double tranchant, du fait que les journaux partisans ont une assise sûre et fidèle, contrairement à la presse indépendante dont le profil des lecteurs peut varier selon les thèmes de chaque numéro. Du coup, et contrairement à ce qu’on peut croire, la presse partisane est aussi convoitée par les annonceurs que la presse indépendante. Par conséquent, elle subit des pressions de la part de « certains annonceurs ». La différence réside donc dans l’approche qu’ont ces deux presses différentes, mais également dans la dominance des thèmes politiques chez la presse partisane et une tendance plutôt économique dans la presse indépendante. « C’est vrai qu’Al Bayane est axé sur l’information politique, mais nous avons des correspondants qui font des enquêtes dans le domaine des affaires et chaque fois que nous avons une information vérifiée, nous ne tenons pas compte du fait qu’elle concerne un annonceur ou pas. On ne cherche pas à donner des informations sensationnelles pour défrayer la chronique ni à nuire, mais nous informons dans un esprit critique ». Si des annonceurs retirent leurs pubs d’un organe de presse partisan, l’impact se ressent à peine du fait que le budget ne repose pas essentiellement sur la pub, contrairement à la presse indépendante, où la pub peut représenter jusqu’à 90 % du budget.
À l’origine du problème, le manque d’organisation des métiers, en l’occurrence les métiers de la publicité et de la communication. Les rapports ne sont pas clairs dans le sens où l’on ne sait pas pourquoi un annonceur pour tel produit a choisi un organe de presse au lieu d’un autre. On a vu des campagnes publicitaires d’une grande importance se faire sur des supports qui ne constituent pas la niche à laquelle s’adressait la campagne de pub. Et ce problème aboutit quelquefois à des conflits entre les annonceurs et les médias. Pour remédier à ce problème, des organes de presse indépendants, tel Assabah, ont procédé à une séparation totale entre le service rédactionnel et le service commercial. « Dans notre boîte, nous insistons pour qu’aucun journaliste ne soit un intermédiaire entre l’organe de presse et l’annonceur. Ainsi, les journalistes n’ont aucun lien direct avec les annonceurs et se soucient peu de ce que fait le service commercial. Et nous avons un service commercial qui s’occupe de cela et nous n’avons pas à nous en soucier afin d’éviter d’arriver à une situation où le journaliste sentirait le moindre engagement envers ces annonceurs », nous affirme Hassan El Attafi, rédacteur en chef d’Assabah. Bien que chaque organe de presse souhaiterait vivre de la pub, cela ne doit aucunement se concrétiser aux dépens des règles de déontologie et de l’éthique du journalisme. H. El Attafi est intransigeant dans ce sens. Pour lui, l’annonceur achète un espace publicitaire où il a le droit de faire la promotion de son produit en toute liberté, mais il n’interfère pas dans le contenu du journal. « Si un citoyen avait un problème avec un établissement public ou privé, et qu’il a recours à notre journal, je vois mal comment nous pouvons refuser de publier son cas, surtout s’il a des éléments qui prouvent la véracité de ce qu’il avance, pour éviter de nuire à une entreprise. Notre rôle est dès lors de faire un travail d’investigation pour éclaircir les faits et, s’il s’avère que l’établissement incriminé a effectivement lésé ce citoyen, il est de notre devoir d’informer le public ». Mais même si le rédacteur en chef d’Assabah assure que les journalistes ne sont absolument pas inquiétés pour leurs articles, il faut avouer que certaines publications indépendantes ont cédé à la tentation de l’argent. Ainsi on trouve des journaux qui ne vivent que par la pub, pour ne vivre que pour elle, déviant de la mission première et sacrée d’un journal. Les professionnels honnêtes qui ont tenu tête à des annonceurs se sont vus écartés sans raison logique de grandes campagnes publicitaires. Beaucoup de titres ont payé de leur vie leur intégrité et leur professionnalisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.