La CNSS et la Caisse de compensation mises sous tutelle du ministère de l'Economie et des Finances    Etudiants marocains en Russie : le désarroi continue    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    A quoi joue la Russie?    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Presse partisane et presse indépendante
Publié dans Finances news le 09 - 10 - 2003

Qu’il s’agisse de presse « indépendante » ou partisane, les professionnels sont tous d’accord sur le fait que les annonces publicitaires sont d’une grande importance pour le financement de leurs supports. Cependant, ils rejettent toute interférence de la part des annonceurs dans leurs lignes éditoriales. Entre théorie et pratique existe un grand fossé.
Une large catégorie d’annonceurs croient que passer une pub sur un support écrit est synonyme de faveur, oubliant qu’ils y gagnent plus que les organes de presse eux-mêmes. Un autre élément majeur est ignoré par les publicitaires ; c’est que pour qu’une annonce soit crédible, il faut que le média où elle passe soit crédible aussi. Or, un journal qui fait de la réclame dans ses papiers d’information, comme le souhaiteraient les publicitaires, n’est pas du tout crédible.
La pression des annonceurs publicitaires varie selon que l’organe de presse soit partisan ou dit indépendant. Mais il est erroné de croire que les journaux partisans ne subissent pas de pressions de la part des annonceurs. Avant de parler de la relation qu’entretient un quotidien partisan, Libération en l’occurrence, avec ses annonceurs, Salah Sbyea, le Rédacteur en chef de ce journal, tient à éclaircir les concepts. Selon lui, « la définition de la presse indépendante, en opposition à une presse partisane, est un peu simplificatrice pour ne pas dire simpliste ; cela renvoie à une histoire de la presse au Maroc de manière générale. On utilise le mot « partisane » pour parler d’une presse qui est éditée par des groupes politiques, et « indépendante » pour la presse qui est éditée par des groupes économiques ou des initiatives individuelles. ». Pour affirmer ensuite que « Dans le jargon du métier, on dit qu’un journal se vend deux fois, se vend dans le sens positif du terme une première fois aux annonceurs et la deuxième fois aux lecteurs ». Sans oublier que le rapport entre les annonceurs et les journaux doit être encadré par l’éthique de chacun et qu’il y a séparation entre la rédaction d’un journal et son service commercial. Cette séparation préserve la ligne éditoriale de tout rapport qui pourrait rapidement dégénérer. Selon lui, le fait d’être affilié à un parti, l’USFP, n’atténue pas les pressions que peut subir la presse partisane. En effet, même affilié à un grand parti, le PPS, un journal doit subsister par ses propres moyens. Ainsi, Ahmed Zaki, Directeur d’Al Bayane, assure que son journal ne dépend pas financièrement du parti et qu’il a ses propres ressources à travers les ventes, les insertions, les pubs et les abonnements. Pour un annonceur qui cherche des cibles aussi variées que possible dans la société, le fait qu’un journal comme Al Bayane vante les mérites de tel ou tel produit a une répercussion sur le lectorat et les membres de son parti. Mais c’est une arme à double tranchant, du fait que les journaux partisans ont une assise sûre et fidèle, contrairement à la presse indépendante dont le profil des lecteurs peut varier selon les thèmes de chaque numéro. Du coup, et contrairement à ce qu’on peut croire, la presse partisane est aussi convoitée par les annonceurs que la presse indépendante. Par conséquent, elle subit des pressions de la part de « certains annonceurs ». La différence réside donc dans l’approche qu’ont ces deux presses différentes, mais également dans la dominance des thèmes politiques chez la presse partisane et une tendance plutôt économique dans la presse indépendante. « C’est vrai qu’Al Bayane est axé sur l’information politique, mais nous avons des correspondants qui font des enquêtes dans le domaine des affaires et chaque fois que nous avons une information vérifiée, nous ne tenons pas compte du fait qu’elle concerne un annonceur ou pas. On ne cherche pas à donner des informations sensationnelles pour défrayer la chronique ni à nuire, mais nous informons dans un esprit critique ». Si des annonceurs retirent leurs pubs d’un organe de presse partisan, l’impact se ressent à peine du fait que le budget ne repose pas essentiellement sur la pub, contrairement à la presse indépendante, où la pub peut représenter jusqu’à 90 % du budget.
À l’origine du problème, le manque d’organisation des métiers, en l’occurrence les métiers de la publicité et de la communication. Les rapports ne sont pas clairs dans le sens où l’on ne sait pas pourquoi un annonceur pour tel produit a choisi un organe de presse au lieu d’un autre. On a vu des campagnes publicitaires d’une grande importance se faire sur des supports qui ne constituent pas la niche à laquelle s’adressait la campagne de pub. Et ce problème aboutit quelquefois à des conflits entre les annonceurs et les médias. Pour remédier à ce problème, des organes de presse indépendants, tel Assabah, ont procédé à une séparation totale entre le service rédactionnel et le service commercial. « Dans notre boîte, nous insistons pour qu’aucun journaliste ne soit un intermédiaire entre l’organe de presse et l’annonceur. Ainsi, les journalistes n’ont aucun lien direct avec les annonceurs et se soucient peu de ce que fait le service commercial. Et nous avons un service commercial qui s’occupe de cela et nous n’avons pas à nous en soucier afin d’éviter d’arriver à une situation où le journaliste sentirait le moindre engagement envers ces annonceurs », nous affirme Hassan El Attafi, rédacteur en chef d’Assabah. Bien que chaque organe de presse souhaiterait vivre de la pub, cela ne doit aucunement se concrétiser aux dépens des règles de déontologie et de l’éthique du journalisme. H. El Attafi est intransigeant dans ce sens. Pour lui, l’annonceur achète un espace publicitaire où il a le droit de faire la promotion de son produit en toute liberté, mais il n’interfère pas dans le contenu du journal. « Si un citoyen avait un problème avec un établissement public ou privé, et qu’il a recours à notre journal, je vois mal comment nous pouvons refuser de publier son cas, surtout s’il a des éléments qui prouvent la véracité de ce qu’il avance, pour éviter de nuire à une entreprise. Notre rôle est dès lors de faire un travail d’investigation pour éclaircir les faits et, s’il s’avère que l’établissement incriminé a effectivement lésé ce citoyen, il est de notre devoir d’informer le public ». Mais même si le rédacteur en chef d’Assabah assure que les journalistes ne sont absolument pas inquiétés pour leurs articles, il faut avouer que certaines publications indépendantes ont cédé à la tentation de l’argent. Ainsi on trouve des journaux qui ne vivent que par la pub, pour ne vivre que pour elle, déviant de la mission première et sacrée d’un journal. Les professionnels honnêtes qui ont tenu tête à des annonceurs se sont vus écartés sans raison logique de grandes campagnes publicitaires. Beaucoup de titres ont payé de leur vie leur intégrité et leur professionnalisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.