Clairvoyance de la justice de Londres à l'encontre du Polisario    Ouganda. La loi plus sévère envers les LGBT    Vidéo. Douanes à Sebta et Melilla: les «tests» s'enchaînent en attendant la mise en service officielle    Cours des devises du lundi 29 mai 2023    BMCE Capital Gestion doublement primée au Lipper MENA Markets 2023 Fund Awards    KAS Maroc-Mauritanie et l'Association Ribat Al Fath se penchent sur le rôle de la société civile    OCP : Le chiffre d'affaires en baisse au premier trimestre    Crédit du Maroc : des résultats en hausse, en dépit de l'aggravation du coût du risque    Espagne : Des législatives anticipées le 23 juillet, après la débâcle des socialistes    Les villes responsables d'environ 70% des émissions mondiales de gaz à effet de serre    L'offensive des BRICS pour mettre fin à l'hégémonie occidentale    Tunisie: Deux Français tués dans le crash de deux avions ultra légers    Turquie : Recep Tayyip Erdoğan remporte les élections présidentielles    Brésil : Vinicius Junior convoqué pour le match amical en Espagne dans le cadre d'une campagne contre le racisme    Mondial U20 : Dramatique élimination du Sénégal, champion d'Afrique    Le torchon brûle entre Ryan Mmaee et les fans de Fradi    Vidéo. Eredivisie: un joueur de l'Ajax frappe un supporter    Football : La sélection du Maroc de petite taille remporte la Coupe euro-asiatique    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside à Bouknadel la cérémonie de remise des Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2022    Montée du Covid-19 en Chine : Les experts du gouvernement rassurent    Awrach I : Plus de 14.800 bénéficiaires dans l'Oriental à fin 2022    Togo : Un cadre juridique pour la protection de la biodiversité    Iran. Le décolleté qui accuse les Mollahs    Cannes : "Les Meutes" de Kamal Lazraq remporte le Prix du Jury "Un Certain Regard"    Football : Zakaria Aboukhlal buteur avec Toulouse FC face à Auxerre en Ligue 1    Commission parlementaire de l'APF : un pas en avant pour la coopération économique francophone    Huawei Maroc joue un rôle clé dans la transformation digitale : partenariat stratégique et création de la Cloud Academy    Un grand nombre de Marocains se voient privés d'IPTV    Lexar révolutionne la mémoire avec ses solutions de nouvelle génération au GITEX Africa 2023    France/Football: Hakimi dans l'équipe-type de la saison 2022-2023 de Ligue 1    Athlétisme : Le record de l'année (3000m steeple) est signé Soufiane El Bakkali    La revue de presse du lundi 29 mai    Météo: les prévisions du lundi 29 mai    Maroc. Le temps qu'il fera, ce lundi 29 mai    Tanger : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à Daech    Lalla Hasnaa préside la remise des Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2022    Le chef du Polisario se rend au Nigéria    Rejet par la justice britannique de l'action pro-polisario contre l'accord commercial Maroc-RU, une grande victoire pour le Royaume (média nigérian)    CRI : Fin de la tutelle du ministère de l'Intérieur    Addis-Abeba. Le CTS de l'UA félicite le Maroc pour l'accueil du siège de l'Union panafricaine de la jeunesse    Londres entrevoit l'avenir, l'UE se fourvoie    Festival de Cannes : Deux films marocains remportent les faveurs du jury    L'humeur : A Casablanca, les amants sèment    Art contemporain : L'Atelier 21 à Arco Lisbonne    Arabie Saoudite: le Marocain Soufiane El Barrak sacré Lecteur de l'année    SIEL 2023: Le Pavillon France met en avant la pluralité de la création littéraire    Une Ode au Maroc sur le Financial Times    Vidéo. À Cannes, deux films marocains primés dans la sélection «Un certain regard»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Presse partisane et presse indépendante
Publié dans Finances news le 09 - 10 - 2003

Qu’il s’agisse de presse « indépendante » ou partisane, les professionnels sont tous d’accord sur le fait que les annonces publicitaires sont d’une grande importance pour le financement de leurs supports. Cependant, ils rejettent toute interférence de la part des annonceurs dans leurs lignes éditoriales. Entre théorie et pratique existe un grand fossé.
Une large catégorie d’annonceurs croient que passer une pub sur un support écrit est synonyme de faveur, oubliant qu’ils y gagnent plus que les organes de presse eux-mêmes. Un autre élément majeur est ignoré par les publicitaires ; c’est que pour qu’une annonce soit crédible, il faut que le média où elle passe soit crédible aussi. Or, un journal qui fait de la réclame dans ses papiers d’information, comme le souhaiteraient les publicitaires, n’est pas du tout crédible.
La pression des annonceurs publicitaires varie selon que l’organe de presse soit partisan ou dit indépendant. Mais il est erroné de croire que les journaux partisans ne subissent pas de pressions de la part des annonceurs. Avant de parler de la relation qu’entretient un quotidien partisan, Libération en l’occurrence, avec ses annonceurs, Salah Sbyea, le Rédacteur en chef de ce journal, tient à éclaircir les concepts. Selon lui, « la définition de la presse indépendante, en opposition à une presse partisane, est un peu simplificatrice pour ne pas dire simpliste ; cela renvoie à une histoire de la presse au Maroc de manière générale. On utilise le mot « partisane » pour parler d’une presse qui est éditée par des groupes politiques, et « indépendante » pour la presse qui est éditée par des groupes économiques ou des initiatives individuelles. ». Pour affirmer ensuite que « Dans le jargon du métier, on dit qu’un journal se vend deux fois, se vend dans le sens positif du terme une première fois aux annonceurs et la deuxième fois aux lecteurs ». Sans oublier que le rapport entre les annonceurs et les journaux doit être encadré par l’éthique de chacun et qu’il y a séparation entre la rédaction d’un journal et son service commercial. Cette séparation préserve la ligne éditoriale de tout rapport qui pourrait rapidement dégénérer. Selon lui, le fait d’être affilié à un parti, l’USFP, n’atténue pas les pressions que peut subir la presse partisane. En effet, même affilié à un grand parti, le PPS, un journal doit subsister par ses propres moyens. Ainsi, Ahmed Zaki, Directeur d’Al Bayane, assure que son journal ne dépend pas financièrement du parti et qu’il a ses propres ressources à travers les ventes, les insertions, les pubs et les abonnements. Pour un annonceur qui cherche des cibles aussi variées que possible dans la société, le fait qu’un journal comme Al Bayane vante les mérites de tel ou tel produit a une répercussion sur le lectorat et les membres de son parti. Mais c’est une arme à double tranchant, du fait que les journaux partisans ont une assise sûre et fidèle, contrairement à la presse indépendante dont le profil des lecteurs peut varier selon les thèmes de chaque numéro. Du coup, et contrairement à ce qu’on peut croire, la presse partisane est aussi convoitée par les annonceurs que la presse indépendante. Par conséquent, elle subit des pressions de la part de « certains annonceurs ». La différence réside donc dans l’approche qu’ont ces deux presses différentes, mais également dans la dominance des thèmes politiques chez la presse partisane et une tendance plutôt économique dans la presse indépendante. « C’est vrai qu’Al Bayane est axé sur l’information politique, mais nous avons des correspondants qui font des enquêtes dans le domaine des affaires et chaque fois que nous avons une information vérifiée, nous ne tenons pas compte du fait qu’elle concerne un annonceur ou pas. On ne cherche pas à donner des informations sensationnelles pour défrayer la chronique ni à nuire, mais nous informons dans un esprit critique ». Si des annonceurs retirent leurs pubs d’un organe de presse partisan, l’impact se ressent à peine du fait que le budget ne repose pas essentiellement sur la pub, contrairement à la presse indépendante, où la pub peut représenter jusqu’à 90 % du budget.
À l’origine du problème, le manque d’organisation des métiers, en l’occurrence les métiers de la publicité et de la communication. Les rapports ne sont pas clairs dans le sens où l’on ne sait pas pourquoi un annonceur pour tel produit a choisi un organe de presse au lieu d’un autre. On a vu des campagnes publicitaires d’une grande importance se faire sur des supports qui ne constituent pas la niche à laquelle s’adressait la campagne de pub. Et ce problème aboutit quelquefois à des conflits entre les annonceurs et les médias. Pour remédier à ce problème, des organes de presse indépendants, tel Assabah, ont procédé à une séparation totale entre le service rédactionnel et le service commercial. « Dans notre boîte, nous insistons pour qu’aucun journaliste ne soit un intermédiaire entre l’organe de presse et l’annonceur. Ainsi, les journalistes n’ont aucun lien direct avec les annonceurs et se soucient peu de ce que fait le service commercial. Et nous avons un service commercial qui s’occupe de cela et nous n’avons pas à nous en soucier afin d’éviter d’arriver à une situation où le journaliste sentirait le moindre engagement envers ces annonceurs », nous affirme Hassan El Attafi, rédacteur en chef d’Assabah. Bien que chaque organe de presse souhaiterait vivre de la pub, cela ne doit aucunement se concrétiser aux dépens des règles de déontologie et de l’éthique du journalisme. H. El Attafi est intransigeant dans ce sens. Pour lui, l’annonceur achète un espace publicitaire où il a le droit de faire la promotion de son produit en toute liberté, mais il n’interfère pas dans le contenu du journal. « Si un citoyen avait un problème avec un établissement public ou privé, et qu’il a recours à notre journal, je vois mal comment nous pouvons refuser de publier son cas, surtout s’il a des éléments qui prouvent la véracité de ce qu’il avance, pour éviter de nuire à une entreprise. Notre rôle est dès lors de faire un travail d’investigation pour éclaircir les faits et, s’il s’avère que l’établissement incriminé a effectivement lésé ce citoyen, il est de notre devoir d’informer le public ». Mais même si le rédacteur en chef d’Assabah assure que les journalistes ne sont absolument pas inquiétés pour leurs articles, il faut avouer que certaines publications indépendantes ont cédé à la tentation de l’argent. Ainsi on trouve des journaux qui ne vivent que par la pub, pour ne vivre que pour elle, déviant de la mission première et sacrée d’un journal. Les professionnels honnêtes qui ont tenu tête à des annonceurs se sont vus écartés sans raison logique de grandes campagnes publicitaires. Beaucoup de titres ont payé de leur vie leur intégrité et leur professionnalisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.