Sahara : l'Algérie invitée à assumer ses positions    Nabila Rmili dit stop aux charrettes à Casablanca, la Toile divisée (PHOTOS)    Symposium de l'eau à Casablanca : les faits marquants en vidéo    Signature d'un accord de transport aérien entre le Maroc et l'Arabie saoudite    L'OCDE dresse un tableau sombre de l'économie    Lancement de la 4ème édition de la Conférence Internationale sur la Mobilité Durable    La Charte de l'investissement adoptée en commission à la Chambre des représentants    Mondial. Paris Saint-Germain est qatari, Paris boycotte le Qatar    Nord Stream : les premières investigations suédoises «renforcent les soupçons de sabotage»    FIFA: le nouveau classement des Lions de l'Atlas    Championnat arabe de cyclisme sur piste (1ère journée) : Le Maroc remporte trois médailles, dont deux en or    La FRMG énumère les mérites du sacre    Mondial de football pour amputés : Ce jeudi, le Maroc défie la Turquie en quart de finale à partir de 18h    Préscolaire: 31 ONG vont gérer 177 salles à Béni Mellal, Khouribga, Azilal et Fkih Ben Salah    Saisie de haschich, cocaïne, comprimés psychotropes et de colle à dissolution à Marrakech    Marrakech : Une soirée arrosée qui tourne mal    Le chanteur « Sy Mehdi » répond à ses détracteurs (VIDEO)    Mondial de football pour amputés: le Maroc écrase l'Argentine et file en quarts (VIDEO)    Ligue des champions: PSG, Manchester, Real...tous les résultats de la 3e journée (VIDEO)    Transformation et fabrication du cannabis au Maroc : les premières autorisations délivrées    Le capitaine Ibrahim Traoré officiellement nouveau président du Burkina Faso    Annie Ernaux remporte le prix Nobel de littérature 2022    Quand la numismatique nous raconte l'Histoire !    Mondial féminin U17 : Le Maroc s'incline face à son homologue chilienne en match amical    Yom Kippour : Cérémonie religieuse en mémoire à Feu SM le Roi Mohammed V et Feu SM le Roi Hassan II    Censure de Ferhat Mehenni sur CNews : l'ambassade de France au Maroc «se fout de la gueule de qui au juste ?»    L'OPEP+ réduit considérablement la production de pétrole    Décès de 66 d'enfants en Gambie: l'OMS ouvre une enquête concernant 4 sirops contre la toux    Fès : Enquête judiciaire contre un policier accusé d'attentat à la pudeur sur une mineure    Sécurité : Une délégation de l'OTAN s'est rendue au Maroc    L'Algérie procède à l'usage abusif des lois antiterroristes pour réprimer la société civile (ONG)    Mondial Amputées : Maroc – Turquie en 1/4. Pour suivre le match    Exposition « Regard à travers l'art» : Une invitation à l'observation et à la révélation    Une 3ème édition à l'espace Toro et pour tous les goûts    250 cavaliers au 16ème Festival de tbourida à Inezgane    Khaled Nezzar. Le grand comploteur contre le Maroc serait agonisant    Cacao. La Côte d'Ivoire maintient son leadership    Evénements du « Boulevard »: ce qu'a dit la maire de Casablanca    Ghana. Une nouvelle stratégie pour le tourisme    Forum mondial de l'Alliance des civilisations à Fès. Moratinos exprime ses remerciements au Roi Mohammed VI    Rabat, Casablanca, Marrakech, Tanger...des températures assez douces ce jeudi    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce jeudi 6 octobre 2022    Santé : 1,7 MMDH pour la mise à niveau et l'équipement de CHU    Maroc : les administrateurs de la BAD saluent les progrès du pays en matière de développement    La revue de presse du jeudi 6 octobre    Mathafi : lancement du programme d'initiation à l'art    Le Maroc et la France appelés à préserver leur relation et à la projeter face aux nouveaux défis    Casablanca : «WeCasablancaFestival» revient pour une 3e édition du 6 au 8 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Presse partisane et presse indépendante
Publié dans Finances news le 09 - 10 - 2003

Qu’il s’agisse de presse « indépendante » ou partisane, les professionnels sont tous d’accord sur le fait que les annonces publicitaires sont d’une grande importance pour le financement de leurs supports. Cependant, ils rejettent toute interférence de la part des annonceurs dans leurs lignes éditoriales. Entre théorie et pratique existe un grand fossé.
Une large catégorie d’annonceurs croient que passer une pub sur un support écrit est synonyme de faveur, oubliant qu’ils y gagnent plus que les organes de presse eux-mêmes. Un autre élément majeur est ignoré par les publicitaires ; c’est que pour qu’une annonce soit crédible, il faut que le média où elle passe soit crédible aussi. Or, un journal qui fait de la réclame dans ses papiers d’information, comme le souhaiteraient les publicitaires, n’est pas du tout crédible.
La pression des annonceurs publicitaires varie selon que l’organe de presse soit partisan ou dit indépendant. Mais il est erroné de croire que les journaux partisans ne subissent pas de pressions de la part des annonceurs. Avant de parler de la relation qu’entretient un quotidien partisan, Libération en l’occurrence, avec ses annonceurs, Salah Sbyea, le Rédacteur en chef de ce journal, tient à éclaircir les concepts. Selon lui, « la définition de la presse indépendante, en opposition à une presse partisane, est un peu simplificatrice pour ne pas dire simpliste ; cela renvoie à une histoire de la presse au Maroc de manière générale. On utilise le mot « partisane » pour parler d’une presse qui est éditée par des groupes politiques, et « indépendante » pour la presse qui est éditée par des groupes économiques ou des initiatives individuelles. ». Pour affirmer ensuite que « Dans le jargon du métier, on dit qu’un journal se vend deux fois, se vend dans le sens positif du terme une première fois aux annonceurs et la deuxième fois aux lecteurs ». Sans oublier que le rapport entre les annonceurs et les journaux doit être encadré par l’éthique de chacun et qu’il y a séparation entre la rédaction d’un journal et son service commercial. Cette séparation préserve la ligne éditoriale de tout rapport qui pourrait rapidement dégénérer. Selon lui, le fait d’être affilié à un parti, l’USFP, n’atténue pas les pressions que peut subir la presse partisane. En effet, même affilié à un grand parti, le PPS, un journal doit subsister par ses propres moyens. Ainsi, Ahmed Zaki, Directeur d’Al Bayane, assure que son journal ne dépend pas financièrement du parti et qu’il a ses propres ressources à travers les ventes, les insertions, les pubs et les abonnements. Pour un annonceur qui cherche des cibles aussi variées que possible dans la société, le fait qu’un journal comme Al Bayane vante les mérites de tel ou tel produit a une répercussion sur le lectorat et les membres de son parti. Mais c’est une arme à double tranchant, du fait que les journaux partisans ont une assise sûre et fidèle, contrairement à la presse indépendante dont le profil des lecteurs peut varier selon les thèmes de chaque numéro. Du coup, et contrairement à ce qu’on peut croire, la presse partisane est aussi convoitée par les annonceurs que la presse indépendante. Par conséquent, elle subit des pressions de la part de « certains annonceurs ». La différence réside donc dans l’approche qu’ont ces deux presses différentes, mais également dans la dominance des thèmes politiques chez la presse partisane et une tendance plutôt économique dans la presse indépendante. « C’est vrai qu’Al Bayane est axé sur l’information politique, mais nous avons des correspondants qui font des enquêtes dans le domaine des affaires et chaque fois que nous avons une information vérifiée, nous ne tenons pas compte du fait qu’elle concerne un annonceur ou pas. On ne cherche pas à donner des informations sensationnelles pour défrayer la chronique ni à nuire, mais nous informons dans un esprit critique ». Si des annonceurs retirent leurs pubs d’un organe de presse partisan, l’impact se ressent à peine du fait que le budget ne repose pas essentiellement sur la pub, contrairement à la presse indépendante, où la pub peut représenter jusqu’à 90 % du budget.
À l’origine du problème, le manque d’organisation des métiers, en l’occurrence les métiers de la publicité et de la communication. Les rapports ne sont pas clairs dans le sens où l’on ne sait pas pourquoi un annonceur pour tel produit a choisi un organe de presse au lieu d’un autre. On a vu des campagnes publicitaires d’une grande importance se faire sur des supports qui ne constituent pas la niche à laquelle s’adressait la campagne de pub. Et ce problème aboutit quelquefois à des conflits entre les annonceurs et les médias. Pour remédier à ce problème, des organes de presse indépendants, tel Assabah, ont procédé à une séparation totale entre le service rédactionnel et le service commercial. « Dans notre boîte, nous insistons pour qu’aucun journaliste ne soit un intermédiaire entre l’organe de presse et l’annonceur. Ainsi, les journalistes n’ont aucun lien direct avec les annonceurs et se soucient peu de ce que fait le service commercial. Et nous avons un service commercial qui s’occupe de cela et nous n’avons pas à nous en soucier afin d’éviter d’arriver à une situation où le journaliste sentirait le moindre engagement envers ces annonceurs », nous affirme Hassan El Attafi, rédacteur en chef d’Assabah. Bien que chaque organe de presse souhaiterait vivre de la pub, cela ne doit aucunement se concrétiser aux dépens des règles de déontologie et de l’éthique du journalisme. H. El Attafi est intransigeant dans ce sens. Pour lui, l’annonceur achète un espace publicitaire où il a le droit de faire la promotion de son produit en toute liberté, mais il n’interfère pas dans le contenu du journal. « Si un citoyen avait un problème avec un établissement public ou privé, et qu’il a recours à notre journal, je vois mal comment nous pouvons refuser de publier son cas, surtout s’il a des éléments qui prouvent la véracité de ce qu’il avance, pour éviter de nuire à une entreprise. Notre rôle est dès lors de faire un travail d’investigation pour éclaircir les faits et, s’il s’avère que l’établissement incriminé a effectivement lésé ce citoyen, il est de notre devoir d’informer le public ». Mais même si le rédacteur en chef d’Assabah assure que les journalistes ne sont absolument pas inquiétés pour leurs articles, il faut avouer que certaines publications indépendantes ont cédé à la tentation de l’argent. Ainsi on trouve des journaux qui ne vivent que par la pub, pour ne vivre que pour elle, déviant de la mission première et sacrée d’un journal. Les professionnels honnêtes qui ont tenu tête à des annonceurs se sont vus écartés sans raison logique de grandes campagnes publicitaires. Beaucoup de titres ont payé de leur vie leur intégrité et leur professionnalisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.