Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de Vahid (VIDEO)    DGSN: deux interpellations à la gare routière d'Oujda    Maroc/Covid-19: 2.391 nouveaux cas, dont 1.250 à Casa-Settat    Casablanca: réouverture des écoles et prolongement du couvre-feu    Marché public remporté par la même entreprise : L'administration pénitentiaire s'explique    Rendement décroissant des principaux impôts de l'Etat    La Botola Pro D1 promet un sprint " show "    Calcio : L'Inter et l'Atalanta carburent d' entrée    Nasser Bourita : Le dialogue inter-libyen a transformé une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Mission accomplie pour l'hôpital des FAR au camp Zaatari    Boris Johnson échappe à une fronde dans son camp    Hassan Bargach : « Nous espérons vivement une ouverture partielle des frontières aériennes le 10 octobre »    L'ONDE lance une dynamique nationale pour contrer l'exploitation sexuelle des enfants    Une première intervention chirurgicale dans le cadre d'une convention entre l'UNHCR et le CNOM    Maroc. A quoi sert encore le Parlement ?    UFC: Abu Azaitar se retire de son combat!    WAC. El Haddad out Lakhal in !    Reprise. Les PME naviguent à vue    CDH : le Maroc affirme sa position contre le racisme    Guergarat: N'en déplaise à l'APS, l'ONU a bel et bien rappelé le polisario à l'ordre    Laâyoune: ouverture d'une enquête judiciaire    Halilhodzic dévoile son nouveau staff technique (PHOTO)    Maroc : le déficit budgétaire maîtrisé, selon la Cour des Comptes [Document]    Mali: La junte militaire fait appel à un Premier ministre civil    Covid-19, quel impact sur les populations ?    Les entreprises anticipent une baisse moyenne de 32% de leurs revenus    Bank Of Africa s'en sort bien au premier semestre    Google investit dans la presse mondiale    Soutien financier aux artistes : les clarifications d'El Ferdaous    «L'écrivain est sauveur du livre, cette ‘'créature en voie de disparition»    Festival international du film d'auteur de Rabat : Une 25ème édition digitale consacrée à la mémoire de Touria Jabrane    Loin des projecteurs, El Miloudi Chaghmoum souffre en silence!    Les résultats du «programme exceptionnel» sèment la discorde!    Le roi Mohammed VI a écrit au président chinois    Que veut cacher le PAM ?    Inwi : Nadia Fassi-Fehri quitte la présidence    Colors of Africa. Ces photographes qui renouvellent le portrait...    Maroc : le confinement a favorisé l'achat en ligne [Etude]    Deux Belgo-marocaines nommées ministres dans le nouveau gouvernement fédéral belge    Vote : Des astronautes livrent une leçon de civisme aux abstentionnistes    Botola Pro / 27ème journée : Une journée « remue-ménage » !    Vaccins anti-Covid: La France à la recherche de 25.000 volontaires pour des essais cliniques    Othmane El Firdaous craque sous le pression du PJD    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    Rencontre : AfricaDev Sessions débat des infrastructures et de logistique    Allemagne: Le Bayern remporte la Supercoupe    Marrakech : enfin une bonne nouvelle pour le tourisme    Subventions au profit des artistes: Said Mosker a pris une décision    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Signature électronique : Talbi Alami dans la tourmente
Publié dans La Gazette du Maroc le 10 - 04 - 2006

Adopté en conseil de gouvernement le 18 janvier 2006 malgré une série d'imperfections, le projet de loi sur la signature électronique communément appelé loi 53/05 sera présenté à la session de printemps au Parlement par le ministre Rachid Talbi Alami. Ce dernier a réuni le mardi 3 avril dernier l'ensemble des administrations concernées pour un tour de piste des suggestions d'amélioration du texte avant sa présentation aux députés.
Talbi Alami est un homme pressé. Sa devise : il vaut mieux un canard boiteux que rien du tout. C'est avec cette vision que le ministre compte aller défendre son projet de loi sur la signature électronique au Parlement lors de sa session printanière.
Adopté en conseil de gouvernement le 18 janvier dernier, le projet de loi fige les fondamentaux de la sécurité des échanges sur Internet, mais soulève les réticences de plusieurs administrations comme l'atteste une réunion tenue le 3 avril dernier au siège du ministère des Affaires générales en présence de Talbi Alami.
À ses détracteurs, le ministre oppose sa vision politique du texte : la loi sur la sécurité des échanges est indispensable si le Maroc veut attirer des capitaux étrangers et des donneurs d'ordre dans le secteur
des NTI notamment au niveau des délocalisations. C'est un des métiers mondiaux du Maroc avec 130.000 emplois à la clé et 4 milliards de dollars de revenus. Pour attirer ces projets, le Maroc se doit de se doter d'un arsenal juridique qui sécurise le e-commerce, les échanges de données et la confiance sur Internet. Le projet de texte entre également dans le cadre des impacts des accords de libre-échange signés entre le Maroc et l'UE d'un côté et le Maroc et les USA de l'autre. D'ailleurs, à l'adresse de ceux qui critiquent le texte, le ministre rappelle qu'il a eu l'aval des juristes de l'UE et de l'ambassade des Etats-Unis. Cela ne suffit pas à convaincre les
autres administrations qui souhaitent des changements de fond. Le ministre admet la possibilité d'amélioration du texte avant d'aller au Parlement, mais juste au niveau de la forme. Bref, pour M. Talbi Alami, il n'y a plus de temps à perdre, quitte à améliorer le dispositif par la suite, à la lumière de son application sur le terrain.
Intégrité des données
De quoi parle le texte ? Le projet de loi 53/05 donnera naissance au e-commerce au Maroc à travers la sécurisation des contrats noués à distance via le réseau Internet. La preuve électronique aura la même force probante que la preuve écrite et sera opposable au juge. L'e-mail peut être également sécurisé via un système de cryptage. Il ne peut être lu que par son destinataire qui dispose d'une clé de déchiffrage.
Tout comme les signatures manuscrites, les signatures électroniques sont utilisées pour identifier les auteurs/co-signataires d'un e-mail ou d'autres données électroniques. Les signatures électroniques sont créées et vérifiées grâce aux certificats numériques. Pour signer des informations, pour opérer des transactions de façon sécurisée, chaque personne dispose de son propre et unique certificat numérique.
Les signatures électroniques offrent des fonctions telles que : authentification, confidentialité et intégrité des données.
L'authentification est la vérification de l'identité d'une personne (ou d'un hôte: serveur et client). Cela garantit l'identité de la personne qui a signé les données ; de cette façon, on sait qui a participé à une transaction et que celle-ci n'a pas été falsifiée. Cela permet de déterminer de façon irrévocable l'utilisateur qui tente d'accéder à un système grâce à la confirmation de son identité.
La signature électronique protège l'intégrité des données, cela signifie que le message reçu n'a pas été altéré, volontairement ou involontairement. D'un point de vue technique, la signature électronique contient une empreinte numérique de l'ensemble du message qui a été signé. Toute modification apportée à ce document après signature rend cette empreinte invalide.
La force de la preuve électronique
La sécurisation des échanges se fait via les techniques de cryptographie. C'est l'art de transformer des informations lisibles (texte) en des informations que seules les personnes autorisées peuvent lire. Au cours de ce processus, l'information est codée (chiffrée) de façon à ce que seul le destinataire puisse lire ou altérer le message. Il peut être intercepté mais n'est intelligible que pour la personne qui est capable de le décoder (déchiffrer). Le chiffrement et le déchiffrement nécessitent une formule mathématique (ou algorithme) pour convertir les données lisibles en un format codé et une clé. Une clé est un nombre unique, combiné avec du texte pour produire un message chiffré ou une signature électronique.
Le projet de loi conçu par les services de Talbi Alami prévoit la création d'une Autorité Nationale d'Agrément et de Surveillance de la certification qui aura pour mission de proposer au gouvernement les normes d'un système d'agrément et d'agréer les prestataires de services de certification de signature électronique et de contrôler leurs activités. Dans les faits, ce sera l'ANRT qui exercera ce rôle. Le code de la famille (livrets, extraits d'actes de naissance….) et le droit de succession ne sont pas concernés par la nouvelle loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.