Trump vante, malgré tout, le « succès » de son sommet avec Poutine    Aluminium/acier : La Chine va prendre de nouvelles mesures contre les USA    El Othmani souligne l'importance du préscolaire    Un «Marvel» marocain dans le pipe    Etats-Unis : Un policier tire à travers son pare-brise en pleine course-poursuite    Rallye Classic 2018 : Après la course, le chèque    Le carrefour des fournisseurs agroalimentaires débarque à Casablanca    Hyundai Ioniq : Couronne mondiale et féminine    L'odyssée musicale d'un loup solitaire    Mercedes-Benz : Un semestre historique    Le Maroc expose ses talents artistiques à Séville    Le Parlement accélère la cadence    Amende record pour Google !    Arabie Saoudite : Nordin Amrabat rejoint le club saoudien d'Al Nasr    Ronaldo à la Juventus : Flop pour l'appel à la grève chez Fiat    Air Arabia lance Tanger-Marrakech et Tanger-Marrakech-Dakhla    Fnideq : Arrestation d'un individu soupçonné d'avoir asséné des coups mortels à son épouse    Lahcen Chakiri: jusqu'au bout... du bac    La croissance du marché automobile européen s'accélère en juin    Conjoncture : Le moral des ménages stable    Oukacha fait son cinéma    Pour accueillir son Moussem culturel international et garantir sa continuité : Asilah mise sur la création d'une série d'établissements    «Hors les murs : Oujda» exposition à la Galerie Moulay El Hassan à Oujda    Android, le système d'exploitation mobile de Google    Migration: L'approche marocaine mise en exergue    Le «Polisario» aux abois...    L'Office des Changes veut régir l'activité de change manuel    Lutte contre le sida : Les financements manquent toujours !    Canicule, comment agir ?    Turquie : L'état d'urgence va être levé après deux ans de purges    Le spectre du Rif    Vidéo : La bourgeoisie marocaine caricaturée par The Tberguig !    Le Maroc fait son cinéma au Panama    « Pour en finir avec l'exception islamique », de Mohamed Cherif Ferjani    Alerte: Situation d'urgence pour la grande nacre en Méditerranée    Hervé Renard tweete sur son avenir    De grands champions internationaux de Kick-Boxing attendus à Laâyoune    Le train à grande vitesse est en phase de pré-exploitation    Ligue des champions d'Afrique: Le WAC arrache un nul de Conakry    Baccalauréat : la région de l'Oriental bon élève    Beach-volley : Agadir à l'heure du Championnat du monde    Edito : Choix de la facilité    Une décision, un enseignement    Il fait l'actu : Habib El Malki, président de la Chambre des Représentants    Moussem d'Assilah: Il faut briser le lien entre terrorisme et religions, selon M. Benaissa    Le Maroc face à la nouvelle guerre commerciale mondiale    Deuxième étoile pour la France sous une pluie de buts...!    Edito : En voie d'extinction    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moi Anan : Quand la mode et la cuisine font bon ménage
Publié dans Les ECO le 05 - 11 - 2016

Moi Anan est une marque qui a élu domicile à Fès, comme par évidence. Entre gastronomie et cuisine Anan Sorsutham propose un mixe entre la Thaïlande, son pays d'origine et le Maroc sa terre d'accueil, Découverte.
Quand la tradition thaïlandaise rencontre la sophistication fassie, cela donne forcément un mix subtil. «Anan Sorsutham joue de la tradition de l'élégance thaïlandaise pour l'ouvrir au vocabulaire formel de la mode occidentale, il mixe aisément les références. Moi Anan est un univers raffiné et original dont la richesse des tissus traditionnels se transforme grâce à des traitements inédits et s'actualise en des propositions très contemporaines», confie Philippe Laleu artiste et commissaire d'exposition qui soutient Anan depuis ses débuts, lorsque la marque est née à Bangkok en 2010 où le designer, Anan Sorsutham manageait le département mode du centre d'art international de l'Alliance française. Spécialisé dans le management touristique, il a fini par être rattrapé par sa passion.
C'est après une première invitation à la «Fez fashion day» qu'Anan est revenu régulièrement à Fès et en est tombé amoureux. La compagnie Moi Anan Thaïland a donc décidé de s'installer à Fès et de créer Moi and Anan Maroc Sarl. Anan cuisinait régulièrement pour ses amis dans la maison de Fès où ils adoraient sa cuisine, et sa passion le conduit à ouvrir un restaurant-boutique. C'est ainsi que La maison Moi Anan a vu le jour dans la médina de Fès. Très inspiré par sa culture traditionnelle thaïlandaise, et tenant absolument à utiliser dans ses collections, les soies de son pays (ou très bientôt) les cuirs de Fès, Anan reste profondément proche de la terre et en même temps très spirituel. Les matériaux «nobles» et l'artisanat sont sa nourriture, et cela s'applique aussi à sa cuisine, mélange de plantes, d'herbes et d'épices que nous cultivons à Fès ou que nous importons régulièrement. «C'est aussi en cela que Fès est une vraie source d'inspiration pour Anan», continue Philippe Laleu. Depuis Fès où l'artiste a trouvé «le meilleur tanneur du monde», Anan propose une série Pop Up Fashion and food prochainement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.