Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    La fondation Renault Maroc lance la 6e campagne de Tkayes School    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Droits de l'enfant. Ouverture du 16e Congrès national aujourd'hui à Marrakech    Violences faites aux femmes. Lancement de la campagne nationale    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    Le PPS dans l'opposition    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    La Société Générale Maroc s'allie à l'Université Mohammed V de Rabat    Arribat Center ouvre ses portes    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    Enquête du HCP : Les entreprises marocaines entre mécontentement et difficultés    BCP: Un résultat net part du groupe de 2,18 MMDH à fin septembre    Hay Mohammadi en fête    Présentation du bilan d'étape du Plan stratégique 2017-2019 de l'AMMC    Inauguration d'une unité d'hémodialyse à l'hôpital provincial d'El Jadida    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Mohamed Benalilou décoré à Istanbul par l'Organisation de la coopération islamique    Le roi nomme Chakib Benmoussa président de de la Commission spéciale sur le modèle de développement    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Bolivie: Les dessous du complot anti-Morales…    Ouverture du 24e FICAR: Wafaa Amer et Daoud Aoulad Syed honorés    Marrakech : des uniformes pour les conducteurs des calèches touristiques    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    1000 taekwondistes présents au tournoi international d'Oujda    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique
Publié dans Les ECO le 20 - 05 - 2019

Sur quatre étages, le nouveau siège du Policy Center for the New South (PCNS) reflète une volonté de faire partie des grands think tanks au niveau mondial. Le centre concentre son action sur six programmes essentiels qui reflètent les transformations géostratégiques au Maroc et plus généralement en Afrique.
Le Policy Center for the New South (PCNS) a présenté à la presse son nouveau siège, jeudi soir à Rabat, dans le quartier cossu de Hay Riad. Un bâtiment de quatre étages doté des plus modernes commodités dont un think tank de cette envergure puisse disposer. Des salles de conférence, des espaces d'échanges façon «Silicon Valley », des salles de cours au profit des étudiants de l'Université Mohammed VI Polytechnique de Ben Guérir, une bibliothèque… rien n'a été laissé au hasard. Depuis 5 ans que le PCNS existe, le temps est venu pour cette institution de voler de ses propres ailes. Le changement de nom (d'OCP Policy Center à PCNS) acté vers la fin de l'année 2018 a été un point d'inflexion pour affirmer l'indépendance du centre et sa vocation de plateforme ouverte à tous. Il ne s'agit pas non plus d'un divorce. L'OCP a été cette force cinétique qui a propulsé le centre dans l'écosystème mondial des think tank mais comme pour un enfant qui arrive à l'âge de maturité, rester dans le giron parental peut être interprété comme une faiblesse.
Bien maîtriser les enjeux africains
Le centre voulait renforcer son autonomie et participer aux mutations que l'Afrique est en train de vivre. Il ambitionne aussi d'enrichir la réfl exion sur les politiques socioéconomiques au Maroc et dans les pays du sud de manière générale. Karim El Aynaoui, président du PCNS, a surtout mis l'accent sur la nécessité aujourd'hui de redéfinir le dialogue entre l'Afrique et le reste du monde, principalement avec l'UE. Dans un contexte marqué par une grande rivalité des puissances mondiales (USA, Chine, Russie) sur le continent africain, il devient impératif de bien cerner ce genre d'enjeux pour ne pas les subir. Dans cette optique, le PCNS oeuvre à aider le Maroc à s'ouvrir sur les pays avec lesquels il n'a pas forcément de relations comme l'Afrique du Sud ou le Brésil. Il fait aussi un vrai travail de réseautage et de lobbying grâce notamment à l'aura et la qualité de ses senior fellows dont 25 sont des étrangers et 12 des Marocains. Leur travail a permis au centre d'occuper le premier rang des think tanks au Maroc et au Maghreb et la 8e place dans la région MENA. Chaque semaine, le centre produit deux ou trois rapports et compte en produire davantage depuis qu'il dispose de la logistique et du cadre propice à la réflexion et la production d'idées. En 2018, le centre a doublé le nombre de ses publications, à savoir 212 contre 112 en 2017.
Les 6 programmes du centre
Selon El Aynaoui, six grands programmes rythment le travail du centre. Il s'agit notamment du Maroc dans son environnement géopolitique, l'Afrique dans le monde, les défi s de la sécurité en Afrique, une nouvelle économie marocaine ou encore les transformations sur le continent africain. S'y ajoute un programme fort intéressant qui porte sur les politiques publiques au Maroc dans une approche de terrain qui privilégie le contact de proximité au niveau des communes, des acteurs locaux et des jeunes.
L'Atlantic dialogues, une marque d'excellence
Le PCNS s'est fait une réputation mondiale à travers l'organisation de l'Atlantic dialogues dont la 7e édition a eu lieu en décembre dernier à Marrakech. Cette agora a connu la participation de 350 personnes de 90 nationalités dont des sommités comme Madeleine Albright, ancien secrétaire d'Etat américaine et Pedro Pires, ancien président du Cap vert. Le Policy center a une vocation africaine qui trouve explication dans la pertinence des problématiques actuelles. «L'Afrique est la dernière frontière de développement et c'est un bien public pour le monde. D'abord parce qu'elle pollue peu et que son défi de développement est une opportunité de croissance pour le reste du monde», a souligné El Aynaoui. Le centre se trouve désormais engagé dans cette dynamique qui fait du continent le futur centre du monde. L'essoufflement de la croissance mondiale pousse les puissances économiques à chercher de nouveaux marchés et de la main-d'oeuvre qualifi ée. L'Afrique est capable de capter cette demande et d'y répondre à condition de mener les réformes institutionnelles et économiques nécessaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.