Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Agression d'une Allemande à Tanger, le suspect arrêté    Vidéo. Sit-in de soutien aux professeurs suspendus    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique
Publié dans Les ECO le 20 - 05 - 2019

Sur quatre étages, le nouveau siège du Policy Center for the New South (PCNS) reflète une volonté de faire partie des grands think tanks au niveau mondial. Le centre concentre son action sur six programmes essentiels qui reflètent les transformations géostratégiques au Maroc et plus généralement en Afrique.
Le Policy Center for the New South (PCNS) a présenté à la presse son nouveau siège, jeudi soir à Rabat, dans le quartier cossu de Hay Riad. Un bâtiment de quatre étages doté des plus modernes commodités dont un think tank de cette envergure puisse disposer. Des salles de conférence, des espaces d'échanges façon «Silicon Valley », des salles de cours au profit des étudiants de l'Université Mohammed VI Polytechnique de Ben Guérir, une bibliothèque… rien n'a été laissé au hasard. Depuis 5 ans que le PCNS existe, le temps est venu pour cette institution de voler de ses propres ailes. Le changement de nom (d'OCP Policy Center à PCNS) acté vers la fin de l'année 2018 a été un point d'inflexion pour affirmer l'indépendance du centre et sa vocation de plateforme ouverte à tous. Il ne s'agit pas non plus d'un divorce. L'OCP a été cette force cinétique qui a propulsé le centre dans l'écosystème mondial des think tank mais comme pour un enfant qui arrive à l'âge de maturité, rester dans le giron parental peut être interprété comme une faiblesse.
Bien maîtriser les enjeux africains
Le centre voulait renforcer son autonomie et participer aux mutations que l'Afrique est en train de vivre. Il ambitionne aussi d'enrichir la réfl exion sur les politiques socioéconomiques au Maroc et dans les pays du sud de manière générale. Karim El Aynaoui, président du PCNS, a surtout mis l'accent sur la nécessité aujourd'hui de redéfinir le dialogue entre l'Afrique et le reste du monde, principalement avec l'UE. Dans un contexte marqué par une grande rivalité des puissances mondiales (USA, Chine, Russie) sur le continent africain, il devient impératif de bien cerner ce genre d'enjeux pour ne pas les subir. Dans cette optique, le PCNS oeuvre à aider le Maroc à s'ouvrir sur les pays avec lesquels il n'a pas forcément de relations comme l'Afrique du Sud ou le Brésil. Il fait aussi un vrai travail de réseautage et de lobbying grâce notamment à l'aura et la qualité de ses senior fellows dont 25 sont des étrangers et 12 des Marocains. Leur travail a permis au centre d'occuper le premier rang des think tanks au Maroc et au Maghreb et la 8e place dans la région MENA. Chaque semaine, le centre produit deux ou trois rapports et compte en produire davantage depuis qu'il dispose de la logistique et du cadre propice à la réflexion et la production d'idées. En 2018, le centre a doublé le nombre de ses publications, à savoir 212 contre 112 en 2017.
Les 6 programmes du centre
Selon El Aynaoui, six grands programmes rythment le travail du centre. Il s'agit notamment du Maroc dans son environnement géopolitique, l'Afrique dans le monde, les défi s de la sécurité en Afrique, une nouvelle économie marocaine ou encore les transformations sur le continent africain. S'y ajoute un programme fort intéressant qui porte sur les politiques publiques au Maroc dans une approche de terrain qui privilégie le contact de proximité au niveau des communes, des acteurs locaux et des jeunes.
L'Atlantic dialogues, une marque d'excellence
Le PCNS s'est fait une réputation mondiale à travers l'organisation de l'Atlantic dialogues dont la 7e édition a eu lieu en décembre dernier à Marrakech. Cette agora a connu la participation de 350 personnes de 90 nationalités dont des sommités comme Madeleine Albright, ancien secrétaire d'Etat américaine et Pedro Pires, ancien président du Cap vert. Le Policy center a une vocation africaine qui trouve explication dans la pertinence des problématiques actuelles. «L'Afrique est la dernière frontière de développement et c'est un bien public pour le monde. D'abord parce qu'elle pollue peu et que son défi de développement est une opportunité de croissance pour le reste du monde», a souligné El Aynaoui. Le centre se trouve désormais engagé dans cette dynamique qui fait du continent le futur centre du monde. L'essoufflement de la croissance mondiale pousse les puissances économiques à chercher de nouveaux marchés et de la main-d'oeuvre qualifi ée. L'Afrique est capable de capter cette demande et d'y répondre à condition de mener les réformes institutionnelles et économiques nécessaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.