Le PJD aura malgré tout un groupe parlementaire    Un ex-ministre algérien des Finances sous mandat de dépôt    Collectivités territoriales: 1,93 MMDH d'excédent à fin février 2021    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Meknès: célébration du 200è anniversaire du décès de Rabbi Raphaël Berdugo    Le peuple dans la rue, craint «un retour à la dictature Ben Ali»    Les opportunités d'investissement présentées aux hommes d'affaires chiliens    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Usyk détrône Joshua aux points et à l'unanimité    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Un septembre automnal à Paris    France: le Prix Caméléon 2021-2022 met le Maroc à l'honneur    Parution :partis politiques et protestations au Maroc (1934-2020)    Le PI remporte la présidence de 5 communes sur 6 dans la province d'Aousserd    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 septembre 2021 à 16H00    Coronavirus. Les patchs de vaccination arrivent !    L'Opinion : En attendant l'allégement...    MoulZeri3a.com l Une plateforme digitale pour « pérenniser » un métier traditionnel    Entretien entre l'ambassadeur du Maroc et le nouveau ministre libanais des AE Beyrouth    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    La malédiction Brahim Ghali hante le gouvernement Espagnol    Rabat-Salé-Kénitra : première session du conseil régional consacrée à la refonte du règlement intérieur    Foot africain : Le Ghana vire son sélectionneur national    Coupe du monde de futsal (Lituanie 2021): "Le Maroc a bousculé l'équipe la plus titrée de la compétition", selon la FIFA    Australie : La pratique de l'alternance au Maroc saluée lors d'un séminaire    Reim Partners va gérer le premier OPCI de la CMR    Participation du Maroc à la 2e édition de l'exposition économique et commerciale Chine-Afrique    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Botola Pro D1 "Inwi" (4ème journée): Aujourd'hui à 19h15, la Jeunesse de Soualem face à l'Olympique de Khouribga    Rapt au Nigeria : libération de dix étudiants    Séisme en Grèce: Un mort et 11 blessés    Tourisme: une stratégie de relance se prépare à Agadir    Attijariwafa bank, « Banque la plus sûre en Afrique » selon Global Finance    Construction/Industrie manufacturière : Les chefs d'entreprises se montrent optimistes    Sept personnes interpellées : Saisie de 2 tonnes de chira à Agadir    Sinopharm et Pfizer: le Maroc recevra des quantités importantes de vaccins    Covid-19 : Plus de 8,26 millions de cas confirmés en Afrique    L'ancien patron de Tesco veut investir 22 milliards de dollars à Guelmim pour résoudre la crise énergétique au Royaume-Uni    Canada. ASMEX promeut le Halal et le Bio «Made in Morocco»    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique
Publié dans Les ECO le 20 - 05 - 2019

Sur quatre étages, le nouveau siège du Policy Center for the New South (PCNS) reflète une volonté de faire partie des grands think tanks au niveau mondial. Le centre concentre son action sur six programmes essentiels qui reflètent les transformations géostratégiques au Maroc et plus généralement en Afrique.
Le Policy Center for the New South (PCNS) a présenté à la presse son nouveau siège, jeudi soir à Rabat, dans le quartier cossu de Hay Riad. Un bâtiment de quatre étages doté des plus modernes commodités dont un think tank de cette envergure puisse disposer. Des salles de conférence, des espaces d'échanges façon «Silicon Valley », des salles de cours au profit des étudiants de l'Université Mohammed VI Polytechnique de Ben Guérir, une bibliothèque… rien n'a été laissé au hasard. Depuis 5 ans que le PCNS existe, le temps est venu pour cette institution de voler de ses propres ailes. Le changement de nom (d'OCP Policy Center à PCNS) acté vers la fin de l'année 2018 a été un point d'inflexion pour affirmer l'indépendance du centre et sa vocation de plateforme ouverte à tous. Il ne s'agit pas non plus d'un divorce. L'OCP a été cette force cinétique qui a propulsé le centre dans l'écosystème mondial des think tank mais comme pour un enfant qui arrive à l'âge de maturité, rester dans le giron parental peut être interprété comme une faiblesse.
Bien maîtriser les enjeux africains
Le centre voulait renforcer son autonomie et participer aux mutations que l'Afrique est en train de vivre. Il ambitionne aussi d'enrichir la réfl exion sur les politiques socioéconomiques au Maroc et dans les pays du sud de manière générale. Karim El Aynaoui, président du PCNS, a surtout mis l'accent sur la nécessité aujourd'hui de redéfinir le dialogue entre l'Afrique et le reste du monde, principalement avec l'UE. Dans un contexte marqué par une grande rivalité des puissances mondiales (USA, Chine, Russie) sur le continent africain, il devient impératif de bien cerner ce genre d'enjeux pour ne pas les subir. Dans cette optique, le PCNS oeuvre à aider le Maroc à s'ouvrir sur les pays avec lesquels il n'a pas forcément de relations comme l'Afrique du Sud ou le Brésil. Il fait aussi un vrai travail de réseautage et de lobbying grâce notamment à l'aura et la qualité de ses senior fellows dont 25 sont des étrangers et 12 des Marocains. Leur travail a permis au centre d'occuper le premier rang des think tanks au Maroc et au Maghreb et la 8e place dans la région MENA. Chaque semaine, le centre produit deux ou trois rapports et compte en produire davantage depuis qu'il dispose de la logistique et du cadre propice à la réflexion et la production d'idées. En 2018, le centre a doublé le nombre de ses publications, à savoir 212 contre 112 en 2017.
Les 6 programmes du centre
Selon El Aynaoui, six grands programmes rythment le travail du centre. Il s'agit notamment du Maroc dans son environnement géopolitique, l'Afrique dans le monde, les défi s de la sécurité en Afrique, une nouvelle économie marocaine ou encore les transformations sur le continent africain. S'y ajoute un programme fort intéressant qui porte sur les politiques publiques au Maroc dans une approche de terrain qui privilégie le contact de proximité au niveau des communes, des acteurs locaux et des jeunes.
L'Atlantic dialogues, une marque d'excellence
Le PCNS s'est fait une réputation mondiale à travers l'organisation de l'Atlantic dialogues dont la 7e édition a eu lieu en décembre dernier à Marrakech. Cette agora a connu la participation de 350 personnes de 90 nationalités dont des sommités comme Madeleine Albright, ancien secrétaire d'Etat américaine et Pedro Pires, ancien président du Cap vert. Le Policy center a une vocation africaine qui trouve explication dans la pertinence des problématiques actuelles. «L'Afrique est la dernière frontière de développement et c'est un bien public pour le monde. D'abord parce qu'elle pollue peu et que son défi de développement est une opportunité de croissance pour le reste du monde», a souligné El Aynaoui. Le centre se trouve désormais engagé dans cette dynamique qui fait du continent le futur centre du monde. L'essoufflement de la croissance mondiale pousse les puissances économiques à chercher de nouveaux marchés et de la main-d'oeuvre qualifi ée. L'Afrique est capable de capter cette demande et d'y répondre à condition de mener les réformes institutionnelles et économiques nécessaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.