Le gouvernement mauritanien condamne les propos de Raissouni    Nador : 13 migrants condamnés à deux ans et demi de prison ferme    Jerusalem-Ankara. Une normalisation très avancée    M'diq: l'incendie de forêt presque entièrement maîtrisé    Le Maroc persévère dans sa lutte contre la traite des humains    Vague de chaleur de vendredi à dimanche dans plusieurs régions    Le Mali demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur les «actes d'agression» français    Le président tunisien Kais Saied entérine la nouvelle Constitution    Plan d'aide de Séoul pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne    Jeux de la solidarité islamique, karaté : deux médailles d'or pour le Maroc    Brésil-Argentine annulé    Espagne : Sanchez veut un gazoduc connecté à l'Europe centrale    Fête nationale gabonaise: activités sportives et culturelles à Laâyoune    La forteresse « Casa del Mar »    Un Tremplin rythmé et électrique au stade du R.U.C. à Casablanca    Ciné Plage de Harhoura n'aura pas lieu    L'acteur marocain Mohamed Zyat est hospitalisé (VIDEO)    Agadir: Présentation des opportunités d'investissement aux Marocains du monde    Google : Les robots appelés à prendre des décisions    France : Les étudiants universitaires marocains connaîtront une nouvelle augmentation de frais de rentrée    Marrakech : Célébration du 69ème anniversaire de la Manifestation du Mechouar    فيروس كورونا : 109 إصابات جديدة دون وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Beach-soccer: le Maroc qualifié pour la CAN 2022    Dogmatisme aveuglant !    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    Tragédie de Khouribga: les dernières précisions d'un responsable (VIDEO)    Mercato : le Marocain Benjamin Bouchouari rejoint l'AS Saint-Étienne (PHOTO)    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 Aout 2022    Dakhla : Une touriste française succombe à ses blessures causées par des chiens errants    Maroc : 1 819 agents d'autorité concernés par un mouvement de mutation    Ronaldo promet la "vérité" en réponse aux "mensonges" des médias    Serie A: ouverture d'une enquête après les cris racistes contre Osimhen    Compétitions africaines interclubs : La participation des Raja, Wydad (LDC) ,AS FAR et RSB officiellement validée par la CAF    Le Radisson Hotel Group s'implante à Saïdia    L'ambassadeur chinois à Washington met en garde les Etats-Unis contre les conséquences de son soutien à Taïwan    Myanmar : Les Rohingyas exigent un environnement favorable à leur rapatriement    Le roi Mohammed VI félicite les présidents indonésien et gabonais    Le Nord plébiscité par les touristes    L'Ukraine annonce le départ du 1er navire de céréales pour l'Afrique    «Vaste manifestation marocaine vers Tindouf»: séisme en Algérie après les propos d'Ahmed Raïssouni    Penser l'amour : Dans le jardin amoureux de Fatéma Mernissi    Culture et conflits : Une crise de mutation pour sauver le monde    Essaouira : La tribu Oulad Tidrarine Alansar fête son 46è moussem culturel et religieux    Trafic de drogues et de psychotropes : Arrestation de 26 individus à Fès    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il faut oser le dire
Publié dans Les ECO le 20 - 10 - 2010


À quoi sert la justice ? Venant de la part du Premier ministre britannique -en public SVP !-, il faut avouer que c'est une question assez osée. C'est comme pour dire que la justice est menacée au Royaume-Uni. Inquiétant ! Dans un pays où la démocratie est bien ancrée, cette interpellation a eu l'effet d'une bombe. Mais il faut bien secouer le cocotier. Un tel exercice est fort louable en démocratie. Chez nous, le problème de la justice a toujours été soulevé avec beaucoup de doigté. Peut-être par manque de courage politique. Oui... il est vrai que la réforme de la justice est un chantier sensible et trop compliqué. Mohamed Naciri en est conscient et ne prend aucun risque dans ses sorties publiques (et elles sont très rares !). Osées ou pas, les méthodes du ministre de la Justice ne font pas l'unanimité. Pis, elles sont contestées au sein même du corps de la justice. D'où ces mouvements de grève qui plombent la machine judiciaire. Même des magistrats montent au créneau. Tout cela était prévisible, mais le défi, le vrai, n'est pas de tenter une refonte mais d'aller jusqu'au bout, et ce quel que soit le prix à payer. Encore faut-il avoir le courage de l'exprimer et de le faire admettre une bonne fois pour toutes car les enjeux sont de taille. Et là, contrairement au ministre britannique, Naciri, lui, connaît la réponse. La justice au Maroc est un moteur de croissance sans lequel toutes les stratégies de développement économique ne peuvent atteindre leurs objectifs. Et c'est cela la priorité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.