Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enquête Exclusive sur M6 : un sombre tableau des libertés en Algérie (vidéo)
Publié dans Les ECO le 21 - 09 - 2020

« Enquête Exclusive », magazine d'investigation hebdomadaire de la chaîne française M6, très suivie dans le monde francophone, a consacré son dernier numéro diffusé, dimanche soir, à « L'Algérie, le pays de toutes les révoltes », dans lequel elle a brossé un tableau sombre des libertés et de la démocratie dans ce pays.
L'émission, d'une durée de 75 minutes, tournée discrètement pendant près de deux ans en Algérie, donne la parole à des jeunes de différents horizons pour évoquer leur malaise et leurs aspirations dans le contexte du Hirak, dans une « Algérie où la révolte gronde depuis plus de 18 mois ».
Le commentateur évoque un « régime corrompu en place depuis plus de 60 ans », faisant observer que quelle que soit leur orientation politique, sont nombreux les jeunes algériens qui « ne cherchent qu'à quitter le pays ».
L'émission relève que le chômage touche 20% des jeunes, « l'un des plus élevé dans le monde », notant que « sans espoir », certains jeunes « ne pensent qu'à fuir le pays » clandestinement au risque d'encourir jusqu'à six mois de prison ferme et au péril de leur vie. Rien qu'en 2018, « 500 candidats algériens à l'immigration clandestine seraient morts noyés », souligne l'émission.
Enquête exclusive s'arrête également sur les manifestations qui secouent l'Algérie depuis des mois, soulignant que les jeunes "rêvent de démocratie » et que « les 42 millions d'habitants ne veulent plus d'un régime autoritaire et corrompu qui gangrène le pays depuis l'indépendance ».
"Leur rêve est que l'Algérie devienne une vraie démocratie, un Etat de droit", souligne le commentateur, qui affirme que "difficile de savoir quel chemin prendra l'Algérie, mais dans la rue, une chose est sûre, tout le monde veut du changement, car le pays traverse une grave crise économique", qui s'est aggravée avec le Covid-19.
"En Algérie, un habitant sur trois vit sous le seuil de la pauvreté. Pourtant le pays est riche. Dans ses sous-sols, d'immenses réserves d'hydrocarbures, du pétrole et du gaz à profusion. Mais le problème, est que la majorité de la population n'en profite pas ».
Pour s'en rendre compte, « Enquête exclusive » propose de quitter la capitale Alger et de se diriger à Ouargla, une ville d'à peine 200 mille habitants et où "aucune caméra n'y est autorisée". Car "c'est ici que sont installées les plus grosses entreprises qui exploitent l'or noir".
A Ouargla, la commune la plus riche du pays et où le "piston est la règle", comme partout en Algérie, et où les jeunes diplômés ne trouvent pas de travail, 50 % parmi eux sont au chômage.
"Pas de logement, pas de travail, un pouvoir corrompu, pour beaucoup d'Algériens, l'avenir paraît sombre, alors ils sont nombreux à vouloir fuir le pays", souligne le commentateur, faisant observer qu'"à cause de la corruption, et du coronavirus, le système est à bout de souffle".
En Algérie, « les manifestations se sont interrompues à cause de la crise du coronavirus, mais les espoirs restent les mêmes. Et malgré la répression qui s'est intensifiée ces dernières semaines, la population algérienne continue de réclamer un changement en profondeur", relève l'émission.
Cette révolution mobilise jusqu'en France. Alors qu'en Algérie, la révolte s'est arrêtée depuis le mois de mai, en France, « elle redouble d'intensité". "Chaque dimanche depuis la levée du confinement, ils sont des centaines à se réunir place de la République, en plein coeur de Paris, associations et collectifs de la diaspora algérienne".
Selon Enquête exclusive, participer à une manifestation en Algérie "peut coûter cher" et le "gouvernement arrête les opposants à tour de bras". Citant la Ligue algérienne des Droits de l'Homme, le commentateur fait savoir qu'il y aurait une arrestation par jour et plus de 200 détenus d'opinion de l'autre côté de la Méditerranée. "Dans la plupart du temps, il n'y a pas de procès équitable" dans ce pays.
L'émission revient sur le cas de Khaled Derareni, correspondant de TV5 monde en Algérie, "symbole de la résistance face à la censure du régime". Le 15 septembre, Khaled Drareni a été condamné à deux ans de prison ferme en appel pour avoir couvert les manifestations du Hirak, ce qui représente "la peine la plus lourde prononcée contre un journaliste depuis 30 ans en Algérie". "L'indignation est française et internationale", affirme-t-on.
Et de rappeler que début septembre, une dizaine de journalistes français se sont retrouvés devant l'ambassade d'Algérie à Paris pour demander la libération de Derareni, qui "dérange" aussi le gouvernement algérien parce qu'il est le porte-parole de RSF en Algérie.
« C'est un dossier vide qui a été monté contre Khaled pour le faire taire", affirme à Enquête exclusive, le Secrétaire général de RSF, Christophe Deloire. Selon lui, il "n'est pas certain que la situation change, le gouvernement algérien voit dans la crise du coronavirus l'opportunité de museler encore un peu plus la liberté et de refermer au public la parenthèse de la contestation ouverte il y a près de deux ans".
"Entre politique sécuritaire et la volonté de tout contrôler, l'Algérie est l'un des pays les plus fermés du bassin méditerranéen ». Les touristes étrangers, y compris français, sont découragés d'y accéder en raison du visa imposé. Quant aux journalistes étrangers, il ne sont tout simplement pas les bienvenus.
Le prochain rendez-vous politique pour l'Algérie c'est le premier novembre prochain avec le référendum sur la réforme de la constitution. « Si ce référendum est adopté, il risque de cadenasser davantage encore la prolongation de ce régime autoritaire et corrompu", estime le présentateur.
M6 avait reconnu vendredi que ses équipes ont tourné dans le plus grand anonymat pendant deux ans en Algérie pour préparer le numéro de dimanche soir. Le rédacteur en chef de l'émission Patrick Spica et le présentateur Bernard de la Villardière ont dévoilé à la radio française Europe 1 les dessous de ce documentaire inédit sur la situation politique actuelle en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.