Un élan haussier royal!    Lydec se rattrape au second semestre 2018    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    Botola Maroc Télécom : Sous un accent des nouveaux coachs    Ahmed Boukous et les traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf primés    Hossain Bouzineb, premier Marocain à intégrer l'Académie royale espagnole    Etude du CMC : Le secteur agricole doit gagner en compétitivité    Amzazi : Le digital, indispensable à l'employabilité des jeunes    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    Vidéo-MSC2019 : La formule de Lavrov qui a fait mouche    Bruxelles: Des marocains partagent avec des étudiants leurs expériences inspirantes    Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malek Akhmiss, acteur «Il faut être généreux avec la caméra»
Publié dans Le Soir Echos le 21 - 09 - 2010

Affable, l'œil malicieux, il débarque le sourire en bannière, avec un look différent de celui qu'il affichait lors de votre dernière entrevue. Malek Akhmiss est un comédien aux vies multiples, pur caméléon, tant son apparence et ses diverses interprétations surprennent à chacune de ses nouvelles apparitions. Son histoire avec le cinéma tient avant tout à celle d'une rencontre placée sous les feux de la passion. Rieur, il braque ses yeux vifs vers vous, comme pour vérifier votre attention : «C'est le cinéma qui est venu à moi. Une formidable aubaine. Magie incroyable, éternelle, qui se grave sur la pellicule à jamais. J'ai débuté par l'interprétation de rôles dans des courts-métrages, suite à l'appel de deux réalisateurs, Khnat Ilali puis Hicham Lasri. Hassan Benjelloun m'a ensuite offert ma chance sur grand écran avec le film, «La Chambre noire» et Omar Charbi m'a en même temps proposé de jouer dans «Rahma». Ces premiers pas dans le septième art m'ont conforté dans ma furieuse envie de cinéma. C'est mon oxygène, c'est ma vie».
Curieux, libre, Malek Akhmiss se frotte à de multiples compositions, guidé par l'envie d'explorer diverses émotions qui le poussent à se dépasser. Défi ou autosatisfaction ? «J'adore tous les genres», lâche-t-il de sa voix à la veine chaleureuse, car «je suis en apprentissage permanent, comme un artisan qui gravite entre le jeu de comédien et celui de l'acteur, taillé sur mesure. Cela implique de se mettre en danger, de chercher des sentiments à exprimer, enfouis au fond de soi. J'adore me métamorphoser…». Il place notamment la lecture d'un scénario parmi les fondamentaux d'une aventure cinématographique, héritage qui lui vient de ses études de lettres modernes, féru de récits signés par les écrivains de l'exil et de poésie arabe : «Chaque acteur a sa méthode de travail, comme je suis littéraire, je suis forcément très sensible à ce qu'exprime un scénario, à travers sa dramaturgie. Je m'imprègne d'abord de la lecture du script, puis des personnages. Un scénario est une âme vivante».
Autre découverte déterminante arrivée avant le cinéma : le théâtre.
Amoureux des planches, le comédien, tombe sous le charme du Festival de théâtre international universitaire qui se tient à Ben M'Sik, à l'issue de ses études, puis suit une école de théâtre à Paris, le Théâtre du Soleil. Malek Akhmiss, enchaîne actuellement les rôles et les productions : La «Sarabande des pitbulls», de Hicham Lasri, «Motmora», de Hassan Benjelloun, «L'Etranger», de Leïla Triki et «Agadir- Bombay», de Myriam Bakrim.
Toujours habité par son goût du cinéma, il conclut : «C'est un échange sensuel, charnel avec la caméra. Il faut être généreux avec elle, se mettre totalement à nu. Sans fard, ni artifice».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.