Un Monde Fou    Coupe Zayed : Le Raja se qualifie pour les quarts de finale    SM le roi Mohammed VI reçoit Antonio Guterres au palais royal de Rabat    La folle équipée du Raja de Casablanca    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Hausse du nombre de travailleurs migrants à l'échelle mondiale    Foire régionale des produits du terroir, du 14 au 17 décembre à Taza    L'APRAM célèbre ses 20 ans d'existence    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Divers    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    La commission des accords commerciaux du Parlement européen emboîte le pas à celle des affaires extérieures : Une évidence    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Rkia Derham : L'accord sur la ZLEC, un pas prometteur    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    « Ou ana ? », la campagne en faveur des mères célibataires    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    Open Innovation 2018 : BMCI s'engage avec 3 startups à l'issue de son programme    Fès : Convention pour la création d'"une école de deuxième chance" dans l'ancienne médina    Khashoggi désigné "personnalité de l'année" par le Time    Une secousse sismique a été ressentie à Al Hoceima    Migrations: Présentation à Marrakech d'un Manifeste sur les droits des femmes    «Si Dieu nous prête vie» de Intissar Haddiya présenté à Casablanca    Une exposition dédiée à sa «période africaine» : A la rencontre de Mohammed Kacimi au MuCEM de Marseille    Le Festival «Le Morocco Adventure Film» se déroulera à la Villa des arts de Rabat    Cinq grandes professionnelles du cinéma créent la Fondation Tamayouz    Comment l'affaire Hamieddine met le PJD dans la tourmente ?    Afrique. L'intégration des marchés financiers s'impose    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Maladies professionnelles. La stratégie prend forme    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Le Wyadad et le Hassania en tête    Raja: apaiser la tension du staff technique    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Edito : Défenseur de migrants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malek Akhmiss, acteur «Il faut être généreux avec la caméra»
Publié dans Le Soir Echos le 21 - 09 - 2010

Affable, l'œil malicieux, il débarque le sourire en bannière, avec un look différent de celui qu'il affichait lors de votre dernière entrevue. Malek Akhmiss est un comédien aux vies multiples, pur caméléon, tant son apparence et ses diverses interprétations surprennent à chacune de ses nouvelles apparitions. Son histoire avec le cinéma tient avant tout à celle d'une rencontre placée sous les feux de la passion. Rieur, il braque ses yeux vifs vers vous, comme pour vérifier votre attention : «C'est le cinéma qui est venu à moi. Une formidable aubaine. Magie incroyable, éternelle, qui se grave sur la pellicule à jamais. J'ai débuté par l'interprétation de rôles dans des courts-métrages, suite à l'appel de deux réalisateurs, Khnat Ilali puis Hicham Lasri. Hassan Benjelloun m'a ensuite offert ma chance sur grand écran avec le film, «La Chambre noire» et Omar Charbi m'a en même temps proposé de jouer dans «Rahma». Ces premiers pas dans le septième art m'ont conforté dans ma furieuse envie de cinéma. C'est mon oxygène, c'est ma vie».
Curieux, libre, Malek Akhmiss se frotte à de multiples compositions, guidé par l'envie d'explorer diverses émotions qui le poussent à se dépasser. Défi ou autosatisfaction ? «J'adore tous les genres», lâche-t-il de sa voix à la veine chaleureuse, car «je suis en apprentissage permanent, comme un artisan qui gravite entre le jeu de comédien et celui de l'acteur, taillé sur mesure. Cela implique de se mettre en danger, de chercher des sentiments à exprimer, enfouis au fond de soi. J'adore me métamorphoser…». Il place notamment la lecture d'un scénario parmi les fondamentaux d'une aventure cinématographique, héritage qui lui vient de ses études de lettres modernes, féru de récits signés par les écrivains de l'exil et de poésie arabe : «Chaque acteur a sa méthode de travail, comme je suis littéraire, je suis forcément très sensible à ce qu'exprime un scénario, à travers sa dramaturgie. Je m'imprègne d'abord de la lecture du script, puis des personnages. Un scénario est une âme vivante».
Autre découverte déterminante arrivée avant le cinéma : le théâtre.
Amoureux des planches, le comédien, tombe sous le charme du Festival de théâtre international universitaire qui se tient à Ben M'Sik, à l'issue de ses études, puis suit une école de théâtre à Paris, le Théâtre du Soleil. Malek Akhmiss, enchaîne actuellement les rôles et les productions : La «Sarabande des pitbulls», de Hicham Lasri, «Motmora», de Hassan Benjelloun, «L'Etranger», de Leïla Triki et «Agadir- Bombay», de Myriam Bakrim.
Toujours habité par son goût du cinéma, il conclut : «C'est un échange sensuel, charnel avec la caméra. Il faut être généreux avec elle, se mettre totalement à nu. Sans fard, ni artifice».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.