Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portrait: Sadio Mané, le joueur qui a tout d'un grand
Publié dans Lions De l'Atlas le 04 - 12 - 2016

Annoncé parmi les cinq finalistes du Trophée du joueur africain de l'année, le Sénégalais Sadio Mané fait partie de ces joueurs qui étonnent par leur talent et leur constance dans le travail. Nous avons retrouvé quelques acteurs du FC Metz qui ont côtoyé ce joueur actuel de Liverpool lors de son arrivée en Europe en 2010.
Pour la deuxième fois, Sadio Mané, 24 ans, a été élu le meilleur sportif sénégalais de l'année. Mais son aura dépasse largement les frontières de son pays, lui qui l'a quitté en 2010 pour apprendre son métier au FC Metz après avoir été formé à Dakar à l'Académie génération foot, partenaire du club lorrain depuis 2003.
De Dakar à Metz, itinéraire d'un gamin surdoué
Mané fait ses débuts professionnels pour Metz le 14 janvier 2012. Il joue 19 matches pour sa première saison en championnat, dont douze en tant que titulaire. En fin d'année, le club est relégué en National et la pépite signe ensuite avec le club autrichien Red Bull Salzbourg en échange de 4 millions d'euros, la troisième plus grosse indemnité de transfert dans l'histoire du FC Metz. Il y reste deux saisons et affole les compteurs avec 45 buts en 87 matches.
Pierre Bouby, a vu émerger Sadio Mané sur le sol français au moment où il évoluait avec Metz. Le milieu de terrain de l'US Orléans a découvert « un gamin pétri de talent » avec des qualités physiques et techniques au-dessus de la moyenne. « Il allait vite, courait longtemps, dribblait n'importe qui et avait un mental énorme. Il n'était pas là pour rigoler, mais avait bien l'intention de progresser pour passer à l'étage supérieur. Il avait des ambitions et c'était quelqu'un qui était à l'écoute, mais était sûr de ses qualités », raconte-t-il. Selon Pierre Bouby, Sadio Mané a fait le bon choix en allant à Salzbourg, un club très suivi par les recruteurs allemands et anglais.
Un peu comme Ribéry ?
A Metz, Sadio Mané était considéré comme un diamant brut qu'il fallait polir pour arriver à être meilleur tactiquement et mentalement. Ce qu'il a appris à Salzbourg et ensuite à Southampton avant d'arriver à Liverpool. « J'ai visionné ses matches à Liverpool et je considère qu'il a acquis cette intelligence de jeu qui lui manquait, car il était jeune. C'est une énorme progression pour lui et je crois que ce n'est pas encore fini. Il va devenir une grande star du football africain et on finira par le retrouver dans un club qui joue la Ligue des champions de façon régulière », avance Pierre Bouby qui le compare à Franck Ribéry ou Douglas Costa, capables d'aller vite sur dix mètres et d'avoir du « gaz » pendant 90 minutes.
En Lorraine, Sadio Mané était considéré comme quelqu'un de discret et d'introverti par la plupart de ceux qui l'ont connu. « J'avais très vite compris qu'il savait qu'il venait pour travailler. Je ne l'ai jamais vu arriver en retard aux entraînements ni faire le fanfaron dans les vestiaires », confie Pierre Bouby qui évoque « une grosse personnalité capable de dire les choses sans soucis ». A l'époque, Sadio Mané n'était pas du genre à donner son avis si on ne lui demandait pas.
« Il rendait fous ses adversaires avec son explosivité »
« Il avait un rapport exceptionnel avec le ballon. Il avait bien sûr des lacunes à combler comme le placement dans le jeu avec les autres. Mais à l'époque il était déjà capable d'enchaîner des gestes techniques de très haut niveau. Il était déjà phénoménal », s'enthousiasme Dominique Bijotat, son premier entraîneur en Europe.
Son adjoint, Patrick Hesse, n'a jamais vu un joueur « aussi fort » sur le premier contact avec le ballon. « Il rendait fous ses adversaires avec son explosivité sur cette première touche de balle. On était à chaque fois bluffé. C'était difficile de l'attraper sans faire une faute. Il a un tel coup de reins, c'est extraordinaire », explique-t-il. Pour l'anecdote, Patrick Hesse avait dit à Salzbourg que s'il le trouvait un peu cher, il ne fallait pas trop s'inquiéter, il le revendrait encore beaucoup plus cher. Bingo : en 2014, Southampton a dû débourser 15 millions d'euros.
Comme Pierre Bouby, Patrick Hesse confirme que Sadio Mané a appris depuis Metz les exigences du football professionnel. Surtout, il considère que la carrière du Sénégalais est intéressante du fait de sa progression régulière qui pourrait être la « clef » de son évolution. Tout le contraire par exemple d'un Marouane Chamakh, passé de Bordeaux à Arsenal et qui n'a jamais percé en Premier League malgré toutes les promesses.
« J'ai toujours eu un ballon dans mes pieds »
Dès sa première apparition avec les Reds en août dernier, Sadio Mané a tout simplement été éblouissant. Il a été l'auteur du quatrième but de son équipe face à Arsenal. Un modèle du genre : après avoir éliminé deux défenseurs, s'être infiltré dans la surface, repiqué dans l'axe, se mettre sur son pied gauche, il a enchaîné tranquillement d'une frappe dans la lucarne opposée. Du grand art. Dans son village de Sedhiou au Sénégal, qu'il a quitté à 15 ans pour rejoindre Dakar, on a dû apprécier.
« Aussi longtemps que je me souvienne, je me rappelle que j'ai toujours eu un ballon dans les pieds », a confié Sadio Mané au site Goal.com. S'il a quitté très vite sa famille, Sadio Mané avait trouvé un grand frère et un confident à Metz en la personne de Diafra Sakho, son compatriote. « Ma famille m'a beaucoup manqué, et en particulier ma maman et ma sœur. Mais être footballeur est tout ce que je voulais », avoue aujourd'hui le joueur.
« Il a beaucoup de talent et j'ai envie de lui dire de prendre ses responsabilités et de ne pas regarder ce qui il a derrière ou autour du lui. Il faut qu'il joue, se fasse plaisir en comprenant que c'est lui le boss, qu'il joue dans un grand club et qu'il a le droit de faire plaisir à son peuple », balance au micro de Radio foot international El-Hadji Diouf, ancien international sénégalais et ancien attaquant de Liverpool.
Equilibre entre exploits individuels et jeu collectif
« Il cherche peut-être encore un équilibre entre les exploits individuels et le jeu avec ses partenaires », tempère Dominique Bijotat qui lui conseille d'utiliser ses points forts en privilégiant le collectif au moins dans la première phase de construction. « Il a un potentiel de très grand joueur offensif. Il a encore du temps et il va continuer à évoluer. S'il continue sur cette trajectoire, il finira dans une équipe qui joue régulièrement la Ligue des champions », ajoute-t-il.
« Tous les coaches que j'ai eus depuis l'académie m'ont énormément apporté », salue Sadio Mané. Une réflexion qui devrait ravir Metz et ses cadres qui l'ont toujours considéré comme un futur grand et lui ont mis le pied à l'étrier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.