Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 2ème Festival « Afrique du Rire » fait escale à Marrakech
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 01 - 2019

Après le show inaugural fort réussi et de haute facture offert, vendredi 18 janvier 2019, dans la capitale ivoirienne Abidjan, le 2ème Festival « Afrique du Rire » a fait escale, dimanche soir à Marrakech, le temps de gratifier un large public de divers horizons, venu au prestigieux Palais des Congrès, d'un spectacle bidonnant et des plus déjantés.
Placé sous le Haut Patronage du Roi Mohammed VI, ce premier Festival d'humour itinérant d'Afrique, qui se tient sous le thème « Unis par le rire », prévoit, après l'étape de Marrakech, deux autres spectacles ces lundi et mardi respectivement à Rabat et à Casablanca, avant de mettre le cap sur Bamako, au Mali (29 janvier), puis sur Dakar, au Sénégal (31 janvier).
Au fil de ce spectacle très marrant et des plus loufoques, le public marrakchi, composé essentiellement de Marocains et de membres des communautés africaines installées dans le Royaume, a vu défiler sur scène une ribambelle d'humoristes confirmés et au talent inégalé, qui ont livré de belles prestations hilarantes, où l'humour mordant et la dérision piquante ont été omniprésents, le tout dans une ambiance festive et bon enfant.
Tout au long de cette soirée 100% rire, cette palette de comédiens très doués et d'une énergie débordante, a alterné une cascade de sketchs et de gags, et une succession de blagues plus drôles les unes que les autres, à travers lesquels ils ont jeté un regard décalé et parodique sur une panoplie de sujets de société qui touchent notamment au vécu quotidien de la population du Continent africain.
Ainsi, ces artistes à la créativité sans limites, à l'image de l'humoriste maroco-ivoirien, Tahar Lazrak, alias Oualas, organisateur de cet événement artistique panafricain, l'humoriste canadien d'origine marocaine Rachid Badouri, Wahid Bouzidi, Adama Dahico, Digbeu Cravate, Michel Gohou, Amoutati, Joel N'Gadi, Cléclé, les Zinzins, le Magnifique et En K2K, ont été au sommet de leur art durant ce spectacle haut en couleurs, où chaque passage de l'un d'eux amenait son lot de rires à mourir.
Réussissant à mêler, non sans habileté et grande finesse, humour décapant, improvisation et jeux de mots, ces comédiens ont, en effet, fait vivre, chacun à son tour, les spectateurs de tous âges, venus nombreux pour se divertir et se décrocher la mâchoire, une soirée de pur délire marquée par un déluge de fous rires.
A travers ce show époustouflant, qui a tenu toutes ses promesses, les festivaliers, littéralement conquis et enchantés, ont vécu, le temps de cette soirée grandiose, de véritables moments de convivialité, de communion et de partage qu'ils ne sont pas prêts d'oublier de sitôt.
Très inspirée, cette brochette d'humoristes, qui ont mis les petits plats dans les grands pour donner le meilleur d'eux-mêmes et assurer la réussite de ce spectacle, a ainsi su démontrer, si besoin est, que l'humour est un langage universel qui ne connaît pas de frontières, et répandre par la même la joie et la bonne humeur, au grand plaisir de l'assistance.
Grâce à leur belle performance inégalée, qui n'a laissé personne indifférent, et à leur grande inventivité, ces comédiens hors normes ont également permis au large public de la cité ocre, réactif et très enthousiaste, de profiter d'une sacrée cure de rire, loin du stress et des hauts et bas de la vie de tous les jours.
Selon le comité d'organisation, la 2ème édition du Festival « Afrique du Rire » (ADR) s'annonce « prometteuse », en offrant une programmation « exceptionnelle » avec pour principal objectif de créer « une passerelle entre les Nations via le rire, composante fondamentale de la culture africaine ».
« La première édition de l'ADR a reçu un accueil très chaleureux de la part du public. Cela nous a apporté une motivation supplémentaire pour perfectionner le festival et proposer un show encore plus hilarant », a souligné, dans ce sens, Tahar Lazrak, alias Oualas.
Oualas de son nom de scène, est né au Maroc et a grandi en Côte d'Ivoire où il a forgé une brillante notoriété. En 2017, il décide de fonder « Afrique du Rire », un festival itinérant qui a pour but d'établir « un trait d'union entre les peuples » du Continent.
A 32 ans, Oualas est désormais l'un des humoristes francophones les plus appréciés du Continent, puisant son inspiration dans sa double culture maroco-ivoirienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.