Inde. 43 morts suite à l'incendie d'une usine    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Le Polisario sur la sellette    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Damir appelle à l'interdiction de toute instrumentalisation politique de la religion    La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Le PPS au Parlement    SOS Littoral: La tête dans le sable    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bank Al-Maghrib : Prévisions de croissance revues à la baisse
Publié dans L'observateur du Maroc le 20 - 03 - 2019

Lors de la première session de l'année 2019 de son Conseil, tenue hier mardi 19 mars 2019 à Rabat, Bank Al-Maghrib (BAM) a estimé que la croissance nationale resterait limitée à 2,7% en 2019 avant de s'accélérer à 3,9% en 2020.
Pour l'ensemble de l'année 2018, la croissance se serait établie à 3,1% après 4,1% en 2017, avec une décélération de la valeur ajoutée agricole de 15,4% à 4,3% et une légère hausse du rythme des activités non agricoles de 2,7% à 2,9%, précise l'institution financière dans un communiqué, ajoutant q'une amélioration, quoique lentement, est attendue pour que la croissance atteigne 3,4% en 2019 puis 3,8% en 2020.
BAM table dans ce sens sur une production céréalière autour de 60 millions de quintaux et un recul de la valeur ajoutée agricole de 3,8%, ainsi que sur un accroissement de la valeur ajoutée agricole de 6% en 2020, sous l'hypothèse d'une récolte autour de 80 millions de quintaux.
Concernant le marché du travail, la Banque centrale pense que la situation a connu en 2018 une relative amélioration en termes de création d'emplois, avec 112.000 nouveaux postes dont 65.000 dans les services.
Tenant compte d'une entrée nette de 64.000 demandeurs d'emploi, le taux d'activité a poursuivi sa tendance baissière, revenant d'une année à l'autre de 46,7% à 46,2%, ajoute la même source, qui fait observer que dans ces conditions, le taux de chômage a reculé de 10,2% à 9,8% au niveau national et de 14,7% à 14,2% en milieu urbain où il est resté, toutefois, très élevé parmi les jeunes de 15 à 24 ans, atteignant 43,2%.
Au plan des comptes extérieurs, BAM indique que les données provisoires de 2018 font ressortir une performance notable des exportations de biens qui a concerné l'ensemble des secteurs notamment les phosphates et dérivés, la construction automobile et les produits agricoles et agroalimentaires, au moment où les importations ont été marquées par l'alourdissement de la facture énergétique et l'augmentation des achats de biens d'équipement.
BAM souligne d'autre part que les recettes de voyage ont progressé de 1,5% à 73,2 milliards de dirhams, alors que les transferts des MRE ont reculé de 1,7% à 64,8 milliards de dirhams.
Dans ce contexte, le déficit du compte courant se serait creusé de 3,6% du PIB en 2017 à 5,2% en 2018 et devrait s'alléger à 4,1% en 2019 et à 3,4% en 2020, sous l'effet notamment de la baisse prévue des importations énergétiques et de la décélération des achats de biens d'équipement.
Pour ce qui est des opérations financières, les recettes des IDE ont atteint l'équivalent de 4,1% du PIB en 2018 et devraient revenir à 3,4% du PIB en 2019 et en 2020, affirme la Banque centrale qui note que dans ces conditions et au regard des sorties prévues du Trésor à l'international, les réserves internationales nettes passeraient de 231 milliards de dirhams en 2018 à 239 milliards en 2019 avant de revenir à 236 milliards en 2020, continuant ainsi d'assurer la couverture d'un peu plus de 5 mois d'importations de biens et services.
S'agissant des conditions monétaires, BAM indique qu'après une stabilité en 2018, le taux de change effectif réel devrait s'apprécier de 0,7% en 2019 et se déprécier de 0,5% en 2020, ajoutant que les taux débiteurs ont poursuivi leurs baisses trimestrielles, revenant à 5,06% en moyenne au quatrième trimestre de 2018, avec en particulier des reculs de 28 points de base pour les prêts aux entreprises et de 11 points pour ceux aux particuliers.
Pour ce qui est du crédit au secteur non financier, sa progression a ralenti à 3,1% au terme de 2018, reflétant essentiellement une nette décélération des prêts aux entreprises privées, et devrait maintenir ce rythme en 2019 avant de s'accélérer à 4,4% en 2020, selon la même source.
Par ailleurs, Bank Al-Maghrib fait état d'une amélioration des ressources ordinaires de 1,8%, résultat d'une augmentation de 4,2% à 234,9 milliards des recettes fiscales, et d'un recul de celles non fiscales lié essentiellement à une diminution des dons des pays du CCG de 2,8 milliards de dirhams, après 9,5 milliards en 2017.
Les dépenses globales ont quant à elles connu un alourdissement de 2,4%, recouvrant principalement des hausses au titre des autres biens et services de 5,5% à 62,2 milliards et de la charge de compensation de 15,6% à 17,7 milliards, ainsi qu'une baisse de l'investissement de 2% à 65,7 milliards.
Ainsi, l'exécution budgétaire s'est soldée par un creusement du déficit à 41,4 milliards ou l'équivalent de 3,7% du PIB contre un objectif de 3% retenu dans la loi des finances, conclut Bank Al-Maghrib qui s'attend à ce que le processus de consolidation budgétaire devrait à moyen terme, ralentir et que le déficit, hors privatisation, devrait s'établir à 4,1% du PIB en 2019 avant de revenir à 3,5% du PIB en 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.