Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses
Publié dans L'opinion le 21 - 10 - 2021

Le socle de la culture est d'essence religieuse. Le débat n'est pas de forme mais de fond. Où que le regard se tourne, l'influence de la religion sur la conception et l'activité culturelle des peuples se mesure, dès l'abord, dans les fêtes, dont les plus importantes sont d'ordre religieux.
La culture se cherche et se retrouve dans la religion qui structure l'espace collectif. En soi, la culture n'a pas de définition universellement acceptée. Globalement, une sorte de définition générale peut se donner à lire... dans la diversité des rites et des religions. La culture n'est, bien entendu, pas de l'ordre de la nature mais de l'acquis. Il ne s'agit pas d'une question génétique mais de l'ensemble des acquis par le vécu et l'éduction.
A l'observation, il apparait clairement le lien qui existe entre les traditions et coutumes qui s'expriment comme culture et la religion, sans que celle-ci remplace celle-là.
Les fêtes religieuses en sont un indicateur difficile à contourner. Du moussem des communautés de base qui se structure autour des pèlerinages saisonniers à Aïd Al Mawlid Annabaoui qui fête la naissance du Prophète, des coutumes aussi solides les unes que les autres se donnent à apprécier dans des rituels immuables, avec des nuances selon les pays et les rites malékites ou chiites.
Au Maroc, comme partout ailleurs dans le monde arabo-musulman, cette fête est synonyme de retrouvailles entre famille et d'évènements culturels et religieux sont organisés pour évoquer la vie du Prophète Mohammed. Cette fête se distingue également par son rituel culinaire et vestimentaire.
A l'instar des autres fêtes religieuses, c'est une culture nationale qui s'exprime à travers la cuisine et l'habillement, le partage. La culture devient matérielle quand il est question des outils et des artefacts à l'usage dans une société.
Qu'est-ce que l'architecture sinon une culture du lieu ? A travers l'histoire, l'habitat a donné une certaine singularité aux régions du monde, les unes par rapport aux autres, à l'ombre des minarets et des clochers, en particulier. La distinction n'est pas que dans l'architecture, elle est également dans les vêtements, la façon de se saluer, l'alimentation de base, la manière de vivre collectivement. Dans ces paramètres, une dynamique de l'évolution est à l'oeuvre pour vivre toujours mieux et bien... sans répercussion sur le vécu intemporel de la religion.
Une certaine richesse sémiotique La fête commune donne lieu ainsi à des expressions cérémoniales différentes. Si l'expression religieuse reste identique par l'organisation dans les zaouias et les mosquées de veillées religieuses pour se remémorer et parler de la vie du Prophète, dans le vécu, l'expression se fait plus locale. La procession des cierges de Salé a dépassé les frontières de la ville et reste une référence nationale dans la célébration de la fête du mouloud ennabaoui.
Cette tradition qui attire les foules des différentes régions du Royaume, de l'étranger même, remonterait au 16ème siècle, sous le règne du Sultan saâdien Ahmed El Mansour Addahbi, « qui avait été impressionné, lors de son séjour à Istanbul (Turquie) par les festivités marquant Aïd Al Mawlid Annabaoui, particulièrement par la procession des cierges, dont la première remonte à l'an 986 de l'hégire», selon Wikipédia.
Cette procession des cierges qui avait pris naissance à Marrakech, avec ordre de l'organiser à travers tout le Royaume, n'a pas résisté au temps... sauf à Salé qui en perpétue la tradition. Née en Turquie – du moins pour le Maghreb - la procession des cierges est également célébrée chaque année, à Cherchell, en Algérie, sous le nom de « la ménara ». Si le socle est le même, les fêtes sont différentes et s'inscrivent ainsi dans des processus culturels qui célèbrent un évènement religieux.
Une étude comparative de ce rituel en particulier ferait certainement le bonheur des sémiologues. Comme Aïd Al Mawlid Annabaoui, Aïd al Kébir et Aïd el Fitr, ont également et assurément leurs richesses en signes à analyser ! Le rapport entre les cultures et les religions est un sujet d'étude que se partagent les anthropologues et les sociologues.
Dans ce contexte, Gaston Pietri écrit ainsi que « Les travaux des anthropologues traitent généralement de la religion comme partie intégrante de la culture sous toutes les latitudes. A tout le moins y voient-ils un système symbolique parmi d'autres. De plus, il apparaît nettement, en bien des cas, que la religion a été le noyau créateur de telle ou telle culture ».
Abdallah BENSMAIN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.