Drame migratoire : Accusé par l'Algérie et le Polisario, le Maroc communique avec des ambassades africaines    À Manama, Nasser Bourita prend part à un remake de la réunion tenue dans le désert du Néguev    Affaire Jacques Bouthier, affaire Toufik Bouachrine : Aïcha Guellaa, présidente de l'AMDV, s'épanche franchement    TPME: Plus de 2.500 projets appuyés par Maroc PME en 2021    African Lion : les militaires américains dancent au rythme du Jazz à Agadir    Botola Pro : Le RCOZ s'impose face à la RSB    Barça : Ilias Akhomach fera la pré-saison avec le groupe de Xavi    Les autorités engagent la procédure d'évacuation forcée d'un appartement occupé illégalement par Mohamed Ziane    Des milliers de personnes contre l'Otan à Madrid, ville hôte de son prochain sommet    Le pôle DGSN/DGST poursuit le démantèlement des réseaux criminels de l'émigration, arrête 57 subsahariens et reçoit l'hommage officiel de Pedro Sanchez    Promulgation de la charte révisée: vers une levée de l'embargo contre le Mali    Bac: 573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude et autres affaires (DGSN)    Une tentative de passage en force qui a coûté la vie à 23 Subsahariens    Un militant politique et des droits humains attaché à ses valeurs et idéaux    L'Opinion : Selon nos voisins de l'Est, tout Marocain est un espion !    Exploration spatiale : A cause d'un problème de logiciel, la Nasa reporte le lancement de la mission Psyche    Maroc. Le canadien Tenaz Energy Corp s'offre la junior britannique SDX Energy    La situation épidémiologique au 26 juin 2022    Covid-19 au Maroc : 2 117 nouvelles infections et 3 morts ce dimanche    Diaspo #245 : Mahmoud Chouki, un Marocain amoureux de la musique et de la Nouvelle-Orléans    Hôtellerie. Les filiales marocaines du groupe Fram bientôt en liquidation    Le Roi Mohammed VI félicite le président de Madagascar à l'occasion de la fête nationale de son pays    Economie marocaine : l'essentiel de la note de conjoncture du DEPF    Cinquante-neuf migrants d'origine africaine interpellés entre Tétouan et Fnideq    Juventus Academy Maroc et Ariston Maroc lance «Action Foot»    Botola Pro D1 : La 29e journée se joue dans sa totalité mercredi prochain    Bourita: «la coopération entre le Maroc et les Nations Unies est forte»    La commission nationale préparatoire tient sa première réunion    Une délégation de députés marocains à Johannesburg pour prendre part aux travaux du Parlement panafricain    OMS: la variole du singe n'est pas actuellement une urgence sanitaire mondiale    Sidi Kacem / Zegota : Les valeurs de la bonne éducation au centre d'un colloque    Quand Rabat vibre aux rythmes de Gnaoua et Musiques du monde    La grogne des festivals de cinéma!    L'IRCAM célèbre le 18è anniversaire de l'homologation ISO    Début du sommet du G7 en Bavière – « plan Marshall » pour l'Ukraine    Températures prévues pour le lundi 27 juin 2022    Futsal: La sélection marocaine progresse au 10ème rang mondial    Cartier Saada : un déficit de 25,5 MDH    Le Maroc et le FMI négocient une nouvelle ligne de liquidité    Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans    Magazine : Soyons fous, aimons l'art    Festival / Electro : Dakhla into the wild    Photographie : L'abstraction vue par Abdelkader Badou    Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir
Publié dans L'opinion le 15 - 05 - 2022

L'acteur qui a porté sur ses épaules le rôle d'Omar Maâtaoui dans « Lmektoub » aux côtés de la juste et redondante Meryem Zaïmi, se fait « injustement suicider » à la fin de la série qui a fait le bonheur de la 2e chaîne de télévision pendant le ramadan. Autre point culminant : le bel apport de Cheikha furieusement campée par Dounia Boutazout. Rencontre.
Star incontestée de la première saison de « Al Madi La Yamout » diffusée sur Al Aoula -la seconde étant partie dans des délires troubles-, Amine Naji refait surface sur 2M pendant le ramadan 2022, claquant la bise aux uns, administrant des claques à d'autres. Dans cet entretien sans gants, l'artiste change plus de chemises que d'idées, laissant flotter un bienvenu franc-parler.
- Tu es dur à apprivoiser. Vrai, faux ou les deux ?
- Faux, quoique je sais que je donne cette impression. Je suis quelqu'un de professionnel, je connais les limites du métier et maîtrise toutes ses ficelles, ce qui me pousse à être pointu sur beaucoup de choses sur un plateau. Quant à la manière dont les choses doivent être faites, cela pourrait peut-être faire de moi quelqu'un de difficile à apprivoiser.
- Vous êtes connu pour camper différents rôles avec aisance. C'est du boulot ?
- La création et la composition d'un personnage sont une passion pour moi. Je dirais même une obsession.
- Lmektoub...
- Une belle surprise pour le public marocain. Pour moi, c'était le résultat d'un travail qui a été fait avec beaucoup de professionnalisme, beaucoup d'engagement et surtout beaucoup d'amour.
- Vous avez joué le patriarche dans Lmektoub, qu'est-ce qui manquait dans ce rôle ?
- Pas grand-chose. J'ai essayé de représenter Omar au public marocain d'une manière aussi légère que profonde. Mis à part le fait qu'Omar ne soit pas un personnage suicidaire, chose qui m'a un peu intrigué dans le scénario mais que j'ai quand-même défendu.

Je suis peut-être quelqu'un de difficile à apprivoiser. »
- Est-ce que les nouveaux venus ont assez donné sans se remettre déjà en question?
- Nouveaux ou anciens, on doit tous se remettre en question chacun en fonction de sa position sur la carte des acteurs marocains. Pour leur apport à la série, je ne saurais dire qui était convaincant ou pas. Ils ont donné ce qui leur a été demandé de faire. Et je pense que chacun a rempli son rôle selon ses moyens. Apres tout, c'est une création artistique et comme pour toute création artistique il n'y a pas d'unanimité. Ni autour de la série en général ni sur la prestation de chacun des acteurs.
- Vous aurez pu dire « non » à ce rôle?
- Oui, comme à tout autre rôle dès qu'il ne remplit pas les critères sur lesquels je base le choix de mes personnages (celui- ci doit avoir une histoire à raconter, il doit être nouveau pour moi, il ne doit pas ressembler à un autre personnage que j'aurais pu jouer auparavant...). Oui je PEUX dire non.
- Qui vous a le plus marqué dans le jeu des nouveaux venus dans Lmektoub ?
- Je dirais facilement Ayoub Gretaa côté garçons et Salwa Zarhane côté filles. Je trouve qu'ils ont une bonne marge d'évolution avec un peu de travail sur eux-mêmes -pas en tant que personnes, mais en tant que comédiens.
- Entre Al Madi La Yamout et Lmektoub, où vous sentez-vous le mieux ?
- Hhhhhh ! Entre les deux, je me sens le plus dans l'acting. Comme je l'ai déjà dit, je suis un passionné de composition. Mon pied, je le prends en composant n'importe quel personnage. Le sommet du plaisir intervient lorsque je fais vivre le personnage devant la caméra. Ce n'est pas la nature du personnage ni la qualité du jeu qui comptent plus pour moi. C'est certainement l'effort fourni et les différents chemins empruntés pour arriver à personnifier ce personnage.

Le fait qu'Omar soit un personnage suicidaire m'a intrigué. »
- Parlez-nous de vos partenaires...
- Différents types de partenaires (les professionnels et les débutants). Il y a les acteurs de formation et les parachutés. Il y a ceux qui savent ce qu'ils font et les autres. Il y a ceux qui sont généreux et ceux qui ne le sont pas. Il y a ceux qui ont confiance en eux et ceux qui doutent de tout. Ils y a ceux qui aiment partager et construire en équipe et ceux qui se soucient uniquement de leur personne.
Donc, au milieu de tout cela, si tu ne maîtrises pas très bien tes outils d'acteur tu te retrouveras facilement tiré vers quelque chose qui est loin de la création artistique proprement dite. Mais, d'un autre côté quand on est devant un acteur qui aime partager et construire en équipe, c'est l'extase garantie.

Salwa Zarhane et Ayoub Gretaa ont une bonne marge d'évolution. »
- Et maintenant, répondez à la question que je ne vous ai pas posée.
Derrière ce résultat surprenant de la série Lmektoub, il y a une belle équipe de techniciens à qui il faut rendre hommage poste par poste, de la production de 2M sous la direction de Salim Cheikh et la direction de production de Moad Ghandi jusqu'aux chauffeurs, passant par le talentueux réalisateur Alaae Akaaboun, au jeune chef opérateur. Merci à eux tous pour les efforts fournis dans la joie et la bonne humeur qui ont permis à cette série d'exister.
Propos recueillis par
Anis HAJJAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.