Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maîtrise de toute la chaîne de production
Publié dans L'opinion le 11 - 02 - 2012

Bénéficiant d'une position géographique idéale, d'une main d'œuvre qualifiée et d'une infrastructure moderne et intégrée, la nouvelle usine Renault-Nissan Tanger fait figure de projet inédit en Afrique par sa capacité à maîtriser l'ensemble de la chaine de production.
Cette grande plateforme industrielle est, en effet, conçue pour s'intégrer parfaitement à son environnement économique et tirer profit de la disponibilité des équipementiers, de conditions de production optimales et de grandes capacités d'exportation vers les marchés mondiaux à travers le grand port de Tanger Med.
Tout un système de transport multimodal mis à disposition
Pour Paul Carvalho, l'usine Renault-Nissan, qui s'étale sur 300 ha, dont 250 ha couverts, jouit d'un positionnement géographique idéal pour un projet de cette envergure, à quelque 30 km de l'aéroport et de la zone franche d'exportation (TFZ), où sont installés de nombreux équipementiers, à quelque 25 km de Tanger et à moins de 30 km du complexe portuaire Tanger Med.
Le site bénéficie également de la disponibilité d'un système de transport multimodal, formé par la route nationale express Tanger-Tétouan, l'axe autoroutier Tanger-Tanger Med et le chemin de fer, de quoi faciliter l'approvisionnement en composantes et l'exportation du produit fini.
Le réseau de chemin de fer sera particulièrement sollicité. Selon M. Carvalho, trois trains directs relieront chaque jour l'usine au port de Tanger Med avec une capacité de 230 véhicules pour chaque train, sachant que Renault-Nissan Tanger dispose d'une aire de stockage des nouvelles voitures d'une capacité de 7.000 véhicules. Du côté de Tanger Med, le constructeur bénéficiera d'un quai de 13 ha pour préparer ses véhicules à l'export.
Robotisation et respect de l'environnement
A la pointe de la technologie, l'usine dispose d'une chaîne de production moderne et en partie robotisée, notamment dans la phase de l'emboutissage, contrôlée à 100 pc par des robots en raison de la complexité de cette étape. Pour sa part, la zone tôlerie est contrôlée par 23 machines intelligentes dirigées par l'homme, alors que l'activité d'assemblage repose en grande partie sur le travail humain. En tout, le taux de mécanisation de l'usine est de 30 pc, précise M. Carvalho. La chaîne de production prend aussi en considération le souci environnemental. A cet égard, l'atelier de peinture adopte la technique de chauffage de l'eau par l'utilisation de la biomasse (bois et autres matière organiques). Selon Gaëlle Archambault, responsable du service d'environnement durable, l'usine tente d'être autonome en énergie à travers l'exploitation des énergies renouvelables et le traitement et la réutilisation des eaux.
La formation, pierre angulaire
L'usine emploie actuellement quelque 2.500 cadres, ingénieurs et techniciens, dont plus de deux cent étrangers, que ce soit dans la chaîne de production ou dans la formation.
Le centre de formation aux métiers de l'automobile, inauguré en mars dernier dans la plateforme industrielle Renault-Nissan pour un coût de 86 millions de DH, supervise en effet la formation d'une nouvelle génération de techniciens et de cadres spécialisés dans les différents métiers de l'automobile.
Le responsable de la formation au centre, Youssef Sbai, a noté que l'industrie automobile est considérée comme la deuxième industrie la plus complexe au monde, ce qui exige une formation adéquate et précise dans les différentes filières.
Sur une superficie de 5.600 m2, le centre compte 22 écoles, 8 ateliers de formation et des centres de formation parallèle, où suivent leur formation les employés de l'usine. Dès 2013, le centre dispensera ses services également aux employés et cadres des équipementiers et sous-traitants de Renault.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.