Parcs aquatiques: les professionnels créent un collectif et tirent la sonnette d'alarme    Défense des femmes : les Etats-Unis comptent renforcer leur engagement à l'ONU    FRMGolf lance sa 7ème académie    Eliminatoires de la CAN 2021: Vers le report des prochaines journées prévues fin mars    Présidence de la CAF : Ahmad "destitué", Omari" intronisé "!    Conseil de la FIFA: le président du WAC réagit aux propos d'Ouaddou    Enseignement : le distanciel, pierre angulaire du système éducatif    L'école belge au Maroc renforce son programme scolaire    Solutions de financement : OCP et GCAM misent sur le mobile    Crise financière et crise sanitaire / Olympique Lyonnais : une partie des salaires transformée en actions de l'OL Groupe    Train à hydrogène : Alstom en contact avec le Maroc ?    Lois électorales : Le moment de vérité pour l'amendement patronat    Première visite de Trump à New York depuis sa défaite aux élections    La CAF annonce sa décision d'annuler l'édition 2021 de la CAN U-17    Officiel: la CAN U17 vient d'être annulée    Bounou de retour avec le FC Seville lors du déplacement face à Dortmund.    Carte intégrale du Royaume : La nouvelle cible de la diplomatie algérienne    8 mars: Hay Mohammadi rend hommage aux femmes méritantes (VIDEO)    L'OCP et le CAM s'allient pour un meilleur accès des agriculteurs aux solutions mobiles de financement    Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché, les blindés de l'armée investissent la capitale    Covid-19 au Maroc : 102 nouvelles infections et 120 735 injections administrées en 24 heures    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Les femmes fortement impactées par la pandémie    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    Le Maroc élu à la vice-présidence    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Accès aux soins-confinement : Un parcours du combattant pour les ménages dirigés par des femmes    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Le dernier Salto » d'Abdellah Baida : L'homme, ce rêveur incorrigible...
Publié dans L'opinion le 28 - 03 - 2014

Après ses essais « Les Voix de Khaïr-Eddine » (Ed. Bouregreg, 2007) et « Au Fil des livres, chroniques de littérature marocaine de langue française » (Ed. Séguier / La Croisée des Chemins, 2011), Abdellah Baïda vient d'innover une fois encore, en ajoutant à son registre littéraire son premier roman, « Le Dernier Salto » (Ed. Marsam, 2014). Un travail qui démontre une certaine maturité, car, si les travaux précédents étaient essentiellement des études consacrées à des récits que l'auteur avait aimés et avec lesquels il établissait une sorte de dialogue, en faisant ce saut périlleux, ce salto dans la création, il donne sa version des faits, crée un univers romanesque en faisant usage de certaines techniques du genre et, surtout, d'une sensibilité aux sonorités des mots et aux arrangements des phrases.
Pour certains, le roman d'Abdellah Baida et au même titre que les productions récentes de Youssef Wahboun, Boutaina Azzami, Mamoun Lahbabi, Baha Trabelsi, Lamia Berrada Berca ou Hicham Tahir, fait partie de cet envol que connait actuellement la littérature marocaine.
Comme dans « Le Dernier tango » ou « le Dernier métro », deux célèbres films qu'on ne présente plus, « Le Dernier Salto » est un titre qui, par sa musicalité, peut évoquer une belle histoire d'amour ou une romance, comme il peut par ses mots suggérer une fin spleenétique, voire tragique.
Tout y est fugace. Le temps est instable et l'humeur des personnages très changeable. La frontière entre le mal et le bien, la joie et le malheur, le réel et le virtuel, reste mince. Tout n'est que jeu de mots, péripéties et...Saltos. Un Salto qui constitue le fil d'Ariane du roman et vers lequel semble régulièrement revenir l'auteur, comme pour marquer un temps d'arrêt, se ressourcer, et décider des futurs Saltos à entreprendre.
« Saltos », non linéarité et rapidité du temps, péripéties... sont là pour donner au roman son rythme. Et les focalisations internes permettent au lecteur de ressentir les ambitions des personnages, leurs angoisses ou leurs dégoûts.
« L'homme est un rêveur incorrigible. Chacun de nous espère réaliser un rêve ou même plusieurs. Les scènes de la vie du protagoniste ou des personnages qu'il croise que j'ai présentées sont justement celles qui correspondent à ces tentatives de réaliser un rêve fou. Ceci peut consister en la réalisation d'une chose qui paraitrait banale, comme le salto, mais ce qui compte c'est ce qu'elle représente pour celui qui nourrit ce rêve. Le roman met en scène également toutes les entraves qui pourraient empêcher la réalisation d'un rêve ; certaines conditions dans lesquelles nous vivons actuellement au Maroc, comme dans toutes les sociétés en mutation, peuvent briser des rêves comme elles peuvent les stimuler. »
Certaines histoires vécues par Baida traversent son roman. Mais l'auteur semble n'en prendre de la réalité que ce qui est utile à son œuvre et qui soit à même de l'aider à parfaire son travail minutieux et esthétique.
Et si l'on se contente d'une lecture au premier degré, ce livre ne serait autre que l'histoire d'un protagoniste qui a toujours rêvé de réaliser un saut périlleux. Ce salto, emblème du défi aux pesanteurs, ne sera atteint qu'à l'ultime moment d'une existence. Le dernier instant d'une vie est aussi idéal pour revisiter un pan du passé et tenter d'y saisir les variations du salto aussi fugaces soient-elles. La vie d'un rêveur peut être celle de toute une société en mutation. Une gageure : empoigner l'insaisissable et nommer l'innommable. Figer le furtif, le décrire, l'étaler et montrer sa beauté et sa laideur.
Mais au-delà des multiples Saltos et au-delà de tout rêve, ce qui compte pour l'auteur c'est ce que cela représente pour celui qui nourrit ce rêve. Le roman met en scène toutes les entraves qui pourraient empêcher la réalisation d'un rêve ; certaines conditions dans lesquelles nous vivons actuellement au Maroc, comme dans toutes les sociétés en mutation et qui peuvent briser des rêves comme elles peuvent les stimuler. Il y a un regard porté sur la condition humaine et qui, bien que parfois teinté d'humour, souligne le combat et l'acharnement de l'être humain.
Bien qu'explicite, certains n'ont pas hésité à faire le lien entre le roman d'Abdellah Baida et d'autres romans comme « Le rouge et le noir », « Les égarements du cœur et de l'esprit »...
Dans « le rouge et le noir », Stendhal se sert de l'histoire d'amour entre Julien Sorel et Mme de Rénal pour nous introduire dans l'univers fermé de la classe bourgeoise et aristocrate. Le lecteur est informé sur leurs us et coutumes à mesure que le jeune homme progresse dans son ascension sociale et à en multiplier les découvertes et les expériences.
Dans « Les égarements du cœur et de l'esprit », Crébillon use du même stratagème : la beauté et la séduction d'un chérubin qui profite de son atout majeur, pour multiplier les conquêtes et les aventures.
Mais, si pour le lecteur au premier degré, les auteurs ne parlent que de séduction, pour le lecteur averti Il y a une ascension sociale qui se trame en arrière-plan. Et au fur et à mesure de son accomplissement, il y a une description minutieuse des nouveaux univers et des nouvelles classes côtoyées par les protagonistes. On est informé sur la séparation des classes, leurs codes... La guerre qui ravage le pays et la réaction de chaque classe face à cette épreuve, la réaction des femmes devant la rareté des hommes, partis au front...Et sans cette lecture au second degré, on risque de passer outre, toutes ces descriptions historiques, sociales, économiques, religieuses, philosophiques, anthropologiques, esthétiques...que l'auteur cherche à nous communiquer à travers ses héros et ses « fictions ».
Tout au long de son roman, Abdellah Baida s'est distingué par un style qui a maintenu avec brio l'attente et toute l'attention du lecteur en éveil. Un bon rapport à la langue, aux mots et à l'univers qu'il a mis en place
Abdellah Baïda est chercheur en littératures, écrivain et critique littéraire, agrégé de lettres et titulaire d›un doctorat en littérature et culture maghrébines, francophones et comparées. Il est actuellement professeur à l›Université Mohammed V de Rabat. Il a publié divers travaux portant sur plusieurs aspects des littératures de langue française. Abdellah Baïda anime régulièrement des rencontres avec des écrivains francophones et publie dans la presse des chroniques portant sur les nouveautés littéraires.
Un grand Bravo à l'Association Mazagaô pour cette louable initiative.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.