Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    Activité monétique: 245,5 millions d'opérations pour 200,6 MMDH au S1-2022    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    Météo Maroc: persistance du temps ce samedi 13 août    E-commerce au Maroc: 12,8 millions d'opérations à fin juin    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Tennis : Le Maroc passe au Groupe ll de Coupe Davis... One, two, three en Algérie !    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Amérique : Biden se prépare aux élections présidentielles de 2024    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La revue de presse du vendredi 12 août    USA: la quarantaine n'est plus obligatoire après une exposition au Covid    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Europe : Migration : La route des Balkans désespérément close
Publié dans L'opinion le 10 - 03 - 2016

La Slovénie, la Serbie et la Croatie ont annoncé mardi la mise en place de nouveaux obstacles sur la «route des Balkans» que plus d'un million de migrants ont empruntée l'an dernier pour gagner le coeur de l'Europe.
En Slovénie, membre de l'Union européenne, ces nouvelles restrictions devaient entrer en vigueur ce mardi à minuit. Seuls les migrants ayant l'intention de demander l'asile sur place et ceux qui souhaitent franchir la frontière pour des raisons humanitaires seront autorisés à passer. Leur situation sera examinée au cas par cas, précise le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.
Sur les 478.000 personnes qui sont passées par la Slovénie depuis octobre dernier, seules 460 y ont déposé une demande d'asile.
«A compter de minuit, il n'y aura plus de migration sur la route des Balkans occidentaux comme il y en avait jusque-là», assure le ministère.
La Serbie a pris acte de la décision slovène, estimant qu'elle revenait à fermer la route des Balkans. «La Serbie ne peut se permettre de devenir un centre collectif de réfugiés, elle va donc harmoniser toutes ses mesures avec celles des Etats membres de l'UE», explique le ministère serbe de l'Intérieur.
La Croatie, membre de l'UE mais pas de l'espace Schengen, où la libre circulation des biens et des personnes est garantie, a suivi le mouvement. Seuls les migrants disposant de papiers en règle seront autorisés à franchir la frontière, a annoncé le ministre l'Intérieur, Vlaho Orepic.
La Macédoine avait déjà fermé sa frontière avec la Grèce. D'après le
gouvernement grec, 34.000 migrants arrivés par les îles de la mer Egée sont désormais bloqués sur son territoire.
D'après le Haut Commissariat de l'Onu aux réfugiés (HCR), 1.500 se trouvent en Macédoine et un millier en Serbie.
Un front commun
contre les passeurs
Par ailleurs et au lendemain du sommet de Bruxelles entre l'UE et la Turquie, les gouvernements turc et grec sont convenus mardi de la nécessité de combattre les réseaux de passeurs en mer Egée et de mettre fin aux migrations clandestines et se sont accordés sur un mécanisme renforçant les réadmissions en Turquie.
«La Turquie et la Grèce apportent une réponse commune à ceux qui en Europe estiment que la Grèce et la Turquie devraient gérer seules cette crise», a dit le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu lors d'une conférence de presse commune avec son homologue grec, Alexis Tsipras, à Izmir, sur la côte turque.
Les deux pays, a-t-il dit, se sont mis d'accord sur un cadre légal pour combattre les migrations illégales.
«L'objectif est de décourager les migrations illégales et de repérer les Syriens dans nos camps que l'UE acceptera via un canal (d'admission) légal», a ajouté Davutoglu.
Un responsable grec a précisé que si Athènes et Ankara étaient déjà liés par un accord bilatéral de réadmission, l'arrangement signé mardi modifiait le mécanisme de sorte que les migrants arrivés dans des conditions illégales pourront être renvoyés immédiatement.
Tsipras a confirmé que les deux pays, en première ligne dans la crise, s'étaient accordés pour intensifier la lutte contre les réseaux de passeurs.
Le principe de réadmission qui figure dans la déclaration adoptée lundi soir à Bruxelles, a poursuivi le Premier ministre grec, envoie un message clair aux migrants : il n'existe «ni volonté politique, ni capacité» de les accueillir en Europe.
«C'est la réalité que nous devons leur faire passer sincèrement afin de stopper, de réduire ce flot insupportable pour nos pays», a dit Tsipras.
La décision de plusieurs pays d'Europe centrale de fermer leurs frontières a de facto fermé la «route des Balkans» qu'empruntaient les migrants, après leur arrivée sur les îles grecques de la mer Egée, pour poursuivre leur exode vers l'Europe occidentale, principalement l'Allemagne.
Conséquence directe : les autorités grecques estimaient mardi à 34.000 le nombre de migrants bloqués en différentes régions de Grèce, dont plus de 13.000 à Idoméni, du côté grec de la frontière - fermée - avec la Macédoine.
En mer Egée, quelque 723 nouveaux arrivants ont été enregistrés sur les îles grecques au cours des dernières vingt-quatre heures.
La déclaration de Bruxelles, sur laquelle vont travailler les Vingt-Huit d'ici leur prochain sommet, les 17 et 18 mars, expose le principe de «renvoyer tous les migrants en situation irrégulière qui partent de la Turquie pour gagner les îles grecques» et, en parallèle, de «procéder, pour chaque Syrien réadmis par la Turquie au départ des îles grecques, à la réinstallation d'un autre Syrien de la Turquie vers les États membres de l'UE».
Cette règle du «un pour un» proposée par Ankara est présentée comme un moyen de démanteler le modèle économique des réseaux de passeurs, de dissuader les migrants comme les réfugiés d'entreprendre la dangereuse traversée de la mer Egée, de soulager la Grèce et de protéger les frontières extérieures de l'UE.
Le gouvernement turc demande aussi en échange un doublement de l'aide de trois milliards d'euros promise fin novembre par les Européens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.