Messaoud Bouhcine, président du Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques    Décès de l' ancien président de la Fédération Royale marocaine de rugby, Said Bouhajeb    Biden, Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement contre la Covid-19    Un derby régional pour la journée inaugurale de la Botola    Jo de Tokyo : Les athlètes seront soumis à des règles très strictes    Botola Pro D1 "Inwi" / MAS-AS FAR (2-1) : Les Massaouis surprennent les Militaires !    Cannabis. Un indice que le Maroc pourrait légaliser    Chambre des conseillers: le PLF 2021 adopté à la majorité    Football: Le Japon hôte de la Coupe du monde des clubs 2021    Vague de froid: forte mobilisation à Taounate    The Banker magazine : Attijariwafa bank, "meilleure banque au Maroc en 2020"    « Vaccination obligatoire au Maroc ». LCI l'a décidé    Pose de la première pierre du nouveau consulat général US à Casablanca    Stef Blok : Les actions du Maroc sont une réaction au blocage d'El Guerguarat par le Polisario    Vente de médicaments en ligne, fin de l'anarchie    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décret relatifs à la promulgation de mesures exceptionnelles au profit de certains employeurs adhérents à la CNSS    L'action humanitaire du Maroc reconnue à travers son élection au Conseil d'administration du PAM    Evolution du coronavirus au Maroc : 3996 nouveaux cas, 372.620 au total, vendredi 4 décembre à 18 heures    Dr Moncef Slaoui : « Nous aurons assez de doses pour vacciner la totalité du monde d'ici la première moitié de 2022 » [Vidéo]    Mariage de raison    "Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia    Parution du recueil poétique "Marrakech : Lieux de passage " d'Ahmed Islah    Covid-19 : le Maroc, désormais, parmi les pays à taux de contamination modéré    L'ONEE désigné une nouvelle fois centre collaborateur de l'OMS    Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    Unesco. Le Maroc soutient Audrey Azoulay pour un second mandat    Porté disparu à Midelt, un technicien de 2M retrouvé sain et sauf    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    Automobile: les ventes du neuf en baisse    Covid-19 : ce que l'on sait sur le vaccin qui sera administré au Maroc    CGEM-DGI : vers une réduction des litiges entre l'Administration et les entreprises    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Une enveloppe de 400 millions de dollars pour une riposte sociale à la Covid    Le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance du secteur à Dakhla Oued Eddahab    Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle cellule terroriste démantelée par le BCIJ à Tétouan (vidéos)    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    Personnes en situation de handicap : l'accès à l'éducation et l'intégration professionnelle au centre de deux conventions interministérielles    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    BCIJ : Démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Tétouan (photos)    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Promotion du tourisme : L'incontournable facteur aérien : Les visions régionales, une nécessité
Publié dans L'opinion le 28 - 04 - 2017

La décision de rattacher l'aérien au ministère du Tourisme a été de tout temps le grand voeu des professionnels. C'est enfin réalisé désormais avec le gouvernement de Saâdedine El Othmani. C'est donc un acquis mais qui a besoin d'une bonne expertise de gestion et d'un bon budget également pour son développement. C'est le cas également du budget de l'ONMT que les professionnels et opérateurs du secteur ont toujours souhaité voir bien consistant et largement suffisant, à l'instar des pays concurrents au Maroc (Tunisie, Egypte)...
En fait, le tourisme est lié directement au développement de l'aérien. Aucun développement du secteur du tourisme ne se fera sans un développement de l'aérien. 80% de nos clients européens et autres prennent l'avion pour passer des vacances au Maroc. Si les liaisons aériennes de pointe à pointe, les liaisons en vols directs, les liaisons par charters ne sont pas suffisamment programmées et réalisées, on va toujours patauger et les hôteliers ne finiront jamais de se plaindre du taux de remplissage bas, qui tourne autour de 40%, soit bien en deçà du seuil de rentabilité.
Il y a un constat pertinent à souligner. Tout développement du secteur comme celui de l'aérien passe par l'existence d'un bon produit touristique en matière d'hébergement, information, transport terrestre, formation professionnelle, restauration, accueil, service et prestations diverses, réactivité, etc... Il ne suffit pas de dire qu'on a un produit, il faut présenter un meilleur produit avec une équation qualité/prix correcte. Car la concurrence est rude et ce n'est pas les destinations touristiques ni les pays à vocation touristique qui manquent. Ce n'est pas les tarifs compétitifs qui manquent non plus, allant de l'aérien à l'hébergement, en passant par les loisirs diverses... Il suffit de voir sur internet, du côté des on liners.
A signaler également que le vrai handicap au développement du tourisme chez nous est lié à une mauvaise gouvernance tant au niveau des institutions officielles que du privé et des associations professionnelles. On a l'impression d'être dans un souk où chacun présente sa marchandise qu'il veut commercialiser seul, tout en dénigrant celle de son voisin. Lorsqu'on ajoute à cela une absence de coordination entre les professionnels et opérateurs du secteur et les décideurs publics et élus locaux et régionaux, on ne fait que reculer. La centralisation de la décision à Rabat, cas de l'ONMT, sans concertation positive et réelle avec les professionnels régionaux, est un cas qui fait figure d'un vrai handicap et qui n'a plus raison d'être avec la régionalisation.
Pour bien faire évoluer en fait, le secteur du tourisme comme celui de l'aérien doivent cadrer avec la Régionalisation, laisser la responsabilité aux professionnels et aux élus de dégager les stratégies régionales qu'ils jugent utiles et aptes au développement des Régions, en y mettant les moyens financiers et humains qu'il faut. L'essentiel n'est pas de créer d'autres organismes (SDR et SDL), l'objectif est d'opter pour une gestion efficace, à travers un savoir-faire et des expertises avérées, afin de prendre les bonnes décisions qu'il faut et de les mettre en exécution, tout en laissant une bonne marge pour rectifier et corriger, s'il le faut.
Pour sortir de l'impasse que présente la Vision 2020, critiquée de toutes parts, à juste raison, on doit mettre en place des Visions Régionales, relatives aux 12 Régions, notamment les régions touristiques de premier ordre : Marrakech / Safi ; Souss/Massa ; Fès/ Meknès... Le salut du développement touristique passe indiscutablement par l'implication des Conseils Régionaux, des Elus locaux, des professionnels locaux, des Autorités Locales et des Services Extérieurs Régionaux de l'Etat.
Beaucoup de régions l'avaient compris et appliqué, depuis des décennies, c'est le cas des Iles Canaries, dont nous devons prendre exemple, vu la riche expérience de ces Iles dans le domaine du tourisme tel l'aérien. C'est le cas également de la France, de l'Italie, la Turquie etc... On n'a qu'à voir les pratiques promotionnelles régionales dans les Salons internationaux de ces pays, pour comprendre que l'enjeu est sérieux, rentable, tout en renforçant la promotion des produits touristiques nationaux...
Cela nous conduit à parler de la promotion régionale qui devient nécessaire et prioritaire. La diminution de la superficie du stand marocain de moitié, au Salon de l'ITB à Berlin, a donné à réfléchir aux professionnels et aux élus qui étaient présents au Salon ; sur l'éventualité de trouver la solution adéquate en vue de ne plus vivre cette situation anachronique. En effet, le Maroc, à travers l'ONMT, a opté pour une solution de réduction du stand, unique en son genre, dans les annales de l'Office national chargé de la promotion du produit touristique marocain.
Il est certain que la régionalisation de la promotion n'est qu'un moyen et non une fin en soi. Cela veut dire qu'il faut faire accompagner la réalisation de cette promotion régionale par des spécialistes en marketing et communication, dans des pays émetteurs de touristes. Ainsi, pour le Souss-Massa, sur la base d'une obligation de résultat, engager des représentants privés dans des capitales européennes, pour un démarchage auprès des TO, des opérateurs du secteur (compagnies aériennes ; agences de communication...) et un contact permanent auprès des médias, tous genres confondus, et des leaders d'opinion, etc...
Recruter ainsi, à titre d'exemple, de bons démarcheurs basés à Paris, pour la France, la Belgique, le Luxemburg. Un autre à Berlin pour l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse. Un troisième à Londres pour le Royaume Uni et l'Irlande. Un quatrième à Stockholm ou à Copenhague pour les pays scandinaves. Ces actions sont à dupliquer pour les autres destinations, en tenant compte des spécificités de chacune d'elles. Il est évident que cela demande un renforcement des équipes des CRT (Conseils Régionaux du Tourisme), par les moyens humains, financiers et par la formation pointue qu'il faut, afin d'atteindre l'objectif visé avec un maximum d'efficacité et de rentabilité pour tous les opérateurs régionaux, dans le cadre d'un développement touristique harmonieux, complémentaire et rentable pour tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.