Hakima El Atrassi à cœur ouvert    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Eurafric Information renouvelle sa certification ISO 27001    Hamid Ahaddad quittera le Zamalek l'été prochain    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    La Direction de la Santé à Béni Mellal-Khénifra dément tout manquement    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    Ahidous, Ahwach, Izlan n Tyerza, Tizrarin, Timnadin, Tagnawit ...en mode Rock&roll, blues, pop ou Rock    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    Covid: comment se dérouleront les épreuves du bac 2021 au Maroc ?    Le journaliste Jamal Boushaba n'est plus    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    Le chef de l'armée libanaise remercie le roi Mohammed VI    S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale    L'Opinion : Contractuels, gardez espoir !    Le CNDH et l'UNHCR s'allient pour renforcer les droits des réfugiés    Borrell réitère à Al Maliki le soutien de l'UE au processus électoral en Palestine    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Programme de la Botola Pro D1 et D2 "Inwi"    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    La diplomatie sportive au centre d'une réunion de l'AMJS    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    En-Nesyri donne la victoire au FC Séville    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    RADEEMA se mobilise contre le stress hydrique    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Rapport économique sur l'Afrique 2017 » dédié à l'industrialisation et l'urbanisation
Faible productivité du travail
Publié dans L'opinion le 06 - 06 - 2017

En ce qui concerne les dépenses, la forte croissance économique de l'Afrique en 2014 et 2015 a été largement soutenue par la consommation privée, l'augmentation des dépenses publiques dans le domaine de l'infrastructure et de l'investissement Les publications récentes sur l'Afrique soulignent qu'il est important de réussir la transformation structurelle si le continent veut soutenir la croissance enregistrée dans la première décennie du siècle en cours. Les économies africaines devraient se diversifier dans la production de services et marchandises à plus grande valeur ajoutée, tout en continuant à accroître la productivité agricole, même si la part de l'agriculture dans l'économie diminue (Badiane et Collins, 2014).
Dans la transformation structurelle qu'a connue l'Afrique en 2000-2014, l'augmentation du PIB par habitant s'est accompagnée d'une baisse de la valeur ajoutée et des parts de l'emploi dans l'agriculture, même si le rythme du processus a été plus soutenu dans la relation entre l'emploi et le PIB par habitant, dénotant la sortie du secteur agricole d'une proportion importante de la main-d'œuvre.
La transformation structurelle s'est également accompagnée, et c'est inquiétant, d'une diminution de la productivité agricole qui est passée de 9,9 % en 2000- 2008 à 4 % en 2009-2014.
La valeur ajoutée manufacturière a augmenté graduellement en même temps que le PIB par habitant au début des années 2000, mais elle a diminué par la suite, ce qui montre que les pays africains ne parviennent pas à maintenir la dynamique de croissance du secteur. Cette baisse dans les années suivantes pourrait être attribuée au ralentissement de l'économie mondiale et à la baisse des prix des produits de base et des cours du pétrole, étant donné les difficultés éprouvées par les pays pour se remettre complètement de la crise financière mondiale. Elle pourrait également être attribuée à la baisse de la productivité manufacturière dont le taux de croissance moyen est passé de 7,3 % en 2000-2008 à 3,5 % en 2009-2014. La valeur ajoutée du secteur des services a grimpé au début des années 2000, en même temps que le PIB par habitant, avant de diminuer par la suit). Cependant, la part de l'emploi dans les services n'a cessé d'augmenter au cours de la période 2000-2008, une tendance qui pourrait renforcer l'hypothèse selon laquelle une plus grande partie de la main d'oeuvre agricole s'est reconvertie dans le secteur des services, mais sa productivité était faible. La productivité du secteur des services est passée d'un taux moyen de 7,5 % en 2000-2008 à 3 % en 2009-2014, soit le taux le plus bas des trois secteurs
La productivité du travail est l'une des caractéristiques clés qui sous-tendent la transformation structurelle, pourtant elle reste faible en Afrique, principalement en raison de l'absence de diversification des activités économiques. La croissance de la production par travailleur a diminué, passant de 4 % en 2014 à 1,2 % en 2015 et devrait remonter à 2,3 % en 2016, bien en dessous de la moyenne mondiale de 2,7 % (tableau 1.1), et des projections pour l'Asie du Sud-Est et le Pacifique (3,8 %). Elle reste toutefois supérieure aux projections pour l'Amérique latine et les Caraïbes (1,4 %) en 2016.
Pourtant, certains pays africains ont enregistré un taux de croissance de la productivité variant entre 4 et 4,7 % en 2016 ; il s'agit de la Côte d'Ivoire, de la République démocratique du Congo (RDC), de l'Éthiopie, du Ghana, du Nigéria, du Rwanda, du Libéria, de la Sierra Leone et de la Zambie. Bien qu'inférieurs à celui de la Chine figure (6,6 %), ces taux équivalent à celui de l'Inde (4,7 %) et dépassent ceux de l'Argentine (1,1 %) et du Brésil (0,8 %). Une diversification progressive des économies à partir des produits de base a contribué à développer de nouveaux secteurs dans l'industrie manufacturière et les services, bien que la croissance de la productivité y soit plus faible (OIT, 2015a).
La productivité en Afrique devrait augmenter en moyenne de 2,8 % en 2016, reflétant la remontée des prix mondiaux des produits de base, l'augmentation des investissements dans les secteurs non pétroliers dans la plupart des économies et leur diversification économique (fig. 1.7). Cependant, ce sont les pays importateurs de pétrole et les pays exportateurs de produits agricoles, dont le taux de croissance est de 2,4 % en moyenne, qui devraient tirer la croissance de la production par travailleur dans les groupements de pays au cours de la période 2014- 2016. Les taux enregistrés par ces deux groupes en 2016 sont beaucoup plus élevés que ceux de 2000-2008 qui étaient de 1,8 % et 1,6 %, respectivement. Cela pourrait expliquer leur résistance à l'impact de la faiblesse des cours mondiaux des produits de base et de la croissance, subie par les pays exportateurs de pétrole et les pays riches en ressources minérales. En Afrique le taux d'activité et le taux de chômage ont reculé et tournent autour de 69,7 % et 9,2 % depuis 2014 (voir tableau 1.1). Le taux de chômage des hommes et des femmes s'est maintenu respectivement à 8 % et 11,1 % depuis 2014. Celui des femmes est plus élevé dans toutes les sous-régions, mais il est pire en Afrique du Nord. Le taux de chômage moyen des jeunes sur la période 2014- 2016 était de 16,8 % (OIT, 2015a).
Au niveau sous-régional, malgré la forte dégradation en Afrique de l'Ouest, la tendance à la hausse du taux d'activité devrait se poursuivre. En Afrique australe, la population active continue de s'accroître. Les taux d'activité ne devraient pas beaucoup changer dans les autres régions au cours des prochaines années (OIT, 2015b). Cependant, ces taux présentent de fortes disparités de genre en Afrique du Nord, qui affiche à la fois les disparités de genre les plus importantes de toutes les sous-régions et des écarts de plus de 50 points de pourcentage dans la plupart des pays. À l'inverse, dans certains pays d'Afrique de l'Est et d'Afrique australe, le taux d'activité des femmes est plus élevé que celui des hommes, c'est le cas au Burundi, au Malawi, au Mozambique et au Rwanda, où ce taux est, respectivement, de 83,4 %, 84,7 %, 84,3 % et 85,8 %, contre 82,2 %, 82 %, 82,4 % et 84,9 %, respectivement pour les hommes (OIT, 2015a).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.