Relance économique : les 5 priorités de l'Autorité marocaine du marché des capitaux pour 2021    Et si on évoquait la gauche marocaine!    Confessions dominicales : Un Président inapte et retour en force du «chibanisme»    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Guerguarate : Le Maroc dément encore le polisario    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    Le Crédit Agricole du Maroc affirme son soutien total à la filière céréalière    Bir Gandouz et El Guerguarat auront bientôt des zones de distribution et de commerce    «Extension des mesures de sécurité face à la hausse des fraude»    Quel dessein pour un secteur atterré?    Bourita: Sur Instructions royales, le Maroc est engagé à accompagner les parties libyennes jusqu'à résolution de la crise    Le dossier iranien au menu du premier contact entre l'Administration Biden avec Israël    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    USA : Deb Haaland, une amérindienne ministre de l'Intérieur    Ovnis : la CIA lève le voile sur ses dossiers secrets désormais librement disponibles au téléchargement    En Nesyri surclasse Messi et Suarez    UFC: Dustin Poirier envoi McGregor au tapis!    L'UFC vire Azaitar!    L'épouse du regretté évoque son deuil près d' un an après la tragédie    Enfin un premier arrivage!    Moncef Slaoui : « la lenteur et la confusion autour du déploiement des vaccins ont frustré des millions de personnes dans le monde »    Vaccins Vs Nouveaux variants    Une action inédite de haute teneur sociale    Les inscriptions des étudiants étrangers au Maroc mises à l'épreuve    La M.N.A entre vents et marées!    Cardi B décroche le premier rôle dans une comédie    Les confidences d'Aya Nakamura    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    Internationalisation de l'économie marocaine : les perspectives de l'IMIS sur les dix prochaines années    Déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020    UNESCO et UE : Main dans la main pour lutter contre les contenus haineux sur Internet    Le baroud du déshonneur algéro-polisarien    Etude COLCORONA de l'ICM : Colchicine réduit le risque de complications liées à la Covid-19    Savoir-être : Comment se créer des moments de respiration quand la journée finit à 20h ?    La luxation des doigts : Quel traitement ?    CHAN : La Guinée rattrapée par la Zambie sur le fil !    En-Nesyri buteur de la Liga grâce à un nouveau triplé    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Summer Schools"
Effet de mode ou un business florissant
Publié dans L'opinion le 09 - 07 - 2019

La saison estivale est bel et bien installée avec son lot de tendances et "Fashion". Pour tout un chacun, l'été est synonyme de repos surtout pour les élèves après une année studieuse et de dur labeur.
Vacances oblige ! L'heure est venue pour se requinquer et recharger les batteries en attendant la nouvelle année scolaire. Entre-temps, les parents, actifs ou non, cherchent à occuper leurs enfants durant les longues journées ensoleillés. Ces dernières années, un effet de mode souffle en cette période estivale, celle des "Summer Schools" ou camps d'été.
Ces écoles ou espaces ouverts durant les mois de juin, juillet et août, proposent des activités ludiques aux enfants afin de les occuper tout en les divertissant. Puisque "oisiveté est mère de tous les vices", les parents se retrouvent des fois face à une nécessité de "placer" leurs bouts de chou en attendant le congé.
Ces écoles d'été concoctent des programmes, aussi riches que variés, étalés sur une, 2, 3 ou 4 semaines voire même deux mois. Un large choix est proposé : apprentissage d'une nouvelle langue, arts plastiques, natation, chants, danses, ateliers de dessins ou encore robotique, astronomie, sciences. Ces activités sont proposées aux enfants de 3 à 12 ans et il y a même des programmes pour les bébés!
Reste le prix et les horaires. Depuis quelques années, ce "business" est devenu lucratif donnant lieu à une inflation des prix. Pour beaucoup de bourses, ce genre d'écoles demeure hors de portée puisque le prix varie entre 400 à 1.800 DH par semaine. Une autre paire de manche, celle des horaires. Les horaires proposés souvent n'arrangent pas souvent les parents.
C'est le cas de Siham, maman de deux fillettes (8 et 10 ans) qui préfère laisser seule ses enfants dans la maison plutôt que de les réveiller tôt pour les accompagner dans une "école d'été". "Je ne conçois pas que les enfants passent 11 mois à avoir la même routine tous les jours", a-t-elle confié, ajoutant que "les vacances ont été créées pour se reposer et changer de routine".
A vrai dire, souligne-t-elle, "je préfère laisser mes enfants à la maison plutôt que de les confier à ces écoles".
Ce n'est pas le cas pour d'autres enfants qui sont obligés de passer une partie ou la totalité de leurs vacances dans des "summer schools" puisque les parents ne peuvent pas prétendre à un congé pendant la période estivale.
C'est l'exemple de Laila qui préfère que son fils passe par la case "Summer School" que de rester entre quatre murs. Selon elle, l'enfant apprend énormément lors de ces journées bien remplies. Elle décline le programme qu'a suivi son fils, l'année dernière: sport, cours d'anglais, ateliers de peinture ou encore de théâtre. "Chaque jour, il apprend de nouvelles choses dans une ambiance décontractée", a-t-elle tenu à préciser, relevant qu'elle renouvellera l'expérience cette année avec un autre établissement.
A travers ces "camps d'été", cette jeune maman active souhaite que son enfant soit plus autonome et s'imprègne de l'esprit du groupe. "Les prix sont élevés et les horaires ne me conviennent pas, mais il faut faire des sacrifices", a-t-elle toutefois déploré.
"Quand mon fils reste à la maison, il ne fait que regarder la télévision ou jouer avec sa tablette", a-t-elle constaté, relevant qu'elle n'a pas énormément le choix puisque personne ne peut garder ses enfants à part l'école.
Même son de cloche chez Houria qui a déjà inscrit son enfant dans une école d'été. C'est pour la 3ème année qu'elle renouvelle l'expérience avec le même établissement qui propose de multiples activités mais surtout des gardes. Elle a choisi cet établissement pour sa proximité et espère que son fils sera "satisfait".
Pour Hanane, maman de deux garçons (8 et 3 ans), la question ne se pose même pas. Son aîné est parti chez sa grand-mère et le cadet sera installé dans une école d'été.
"Je ne trouve aucune autre solution pour mes enfants lors des vacances d'été", a-t-elle noté, ajoutant que sa mère, une personne âgée, ne peut pas garder deux enfants surtout en bas âge.
Pour Nadia, qui tente pour la première fois l'expérience, elle est très optimiste quant aux avantages de cette solution.
"J'ai inscris mon fils dans un camps d'été pour l'occuper au cours des vacances surtout pendant la période où je ne serai pas en congé", a-t-elle dit, formulant le souhait que les activités proposées dans cette école estivale permettront à ce garçon de s'épanouir, de s'amuser et de développer ses capacités d'intégration "vu que cela sera une nouvelle expérience pour lui dans un nouvel endroit et avec de nouvelles personnes". Selon elle, le prix et les horaires proposés par cette école sont "convenables".
La responsable d'une école d'été a confié que chaque année, "il y a de plus en plus de programmes de divertissement qui sont proposés au profit des enfants".
"Ce ne sont pas des cours accélérés, des cours de soutien ou de rattrapage", a-t-elle assuré, ajoutant qu'"il faut que le Summer School soit un amusement, une relaxation totale pour l'enfant et non une garderie".
"Un centre aéré ou camp d'été permet de s'amuser, de faire du sport et de faire autre chose que l'enfant n'a pas fait pendant l'année, a-t-elle précisé, encourageant les parents à opter pour ce nouveau concept de vacances pour enfants.
Qu'ils restent à la maison ou qu'ils passent les vacances dans une école d'été, l'essentiel pour les enfants est de grandir tout en s'épanouissant !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.