Ciment : Légère hausse des ventes à fin mai    Doctorat : L'UIC s'associe à ESC Clermont    Finance participative : Bank Al Yousr décortique les enjeux    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Bac : Le taux de réussite en hausse de 20% à Casa-Settat    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Groupe Al Omrane. Une nouvelle stratégie marketing pour les MRE    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le sous-continent indien sous tensions…
Publié dans Albayane le 01 - 03 - 2019

La frappe «préventive» effectuée ce mardi par l'armée indienne contre un camp d'entraînement du groupe islamiste «Jaish-e-Mohammed» au Cachemire, proche d'Al-Qaïda, qui avait revendiqué l'attentat qui, le 14 février dernier, avait tué 41 paramilitaires dans la région indienne de Jammu-et-Cachemire a permis à New Delhi de tuer «un grand nombre de combattants» alors qu'ils s'apprêtaient à commettre de nouveaux attentats sur le sol indien.
«Au vu du danger imminent, une frappe préventive était devenue nécessaire» dira, ce mardi en guise de justification, un haut responsable de la diplomatie indienne lors d'une conférence de presse mais il n'évoquera pas le mode opératoire alors que la presse locale indienne a parlé, quant à elle, d'un bombardement du camp par plusieurs chasseurs Mirage 2000.
Le lendemain, Islamabad a annoncé, de son côté, avoir abattu deux avions indiens qui avaient violé son espace aérien, arrêté le pilote de l'un d'eux tombé au Cachemire pakistanais et promis de répondre «à l'heure et à l'endroit de son choix» à cette «agression intempestive».
L'Agence indienne PTI s'est contentée de signaler que des avions pakistanais qui avaient «brièvement» violé l'espace aérien indien, dans les secteurs de Poonch et Nowshera, avaient immédiatement été repoussés. Dans leur fuite, ces derniers auraient largué quelques bombes.
Mais malgré la virulence des opérations menées de part et d'autre, les deux protagonistes font, tout de même, preuve de leur souci profond d'éviter une « escalade » de la violence en faisant des déclarations allant dans le sens de l'apaisement. Et si Imran Khan, le Premier ministre du Pakistan, a donné l'ordre «aux forces armées et au peuple pakistanais d'être préparés à toutes les éventualités», un communiqué du ministère pakistanais des Affaires étrangères dira qu'Islamabad qui ne veut pas entrer en guerre avec son grand voisin n'entend pas effectuer des «représailles » mais seulement faire valoir son «droit, (sa) volonté et (sa) capacité à l'auto-défense». En réponse, Sushma Swaraj, la ministre indienne des Affaires étrangères rappellera que les frappes du mardi 26 février «ne visaient pas d'installations militaires» appartenant au voisin pakistanais.
Mais bien que ces propos soient plutôt rassurants, la situation sur le terrain l'est beaucoup moins. Raison pour laquelle, le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a appelé les deux parties «à la retenue» et encouragé les ministres des Affaires étrangères des deux pays «à faire, de la communication directe, une priorité et à éviter de nouvelles activités militaires».
De leur coté, la Chine et l'Union européenne, craignant de voir un nouveau conflit éclater entre les deux pays, ont appelé ces derniers à la «plus grande retenue».
Et si, durant la journée de ce mercredi les forces aériennes pakistanaises ont effectué plusieurs bombardements en représailles à l'incursion effectuée la veille en territoire pakistanais par des Mirage 2000 indiens, le porte-parole de l'armée d'Islamabad a déclaré, tout de même, que «les chasseurs pakistanais avaient fait feu dans leur espace aérien sans faire d'incursion dans le ciel indien».
En considérant, enfin, qu'une dégradation des relations entre les deux puissances nucléaires du sous-continent indien – en perpétuel affrontement depuis 1947 – risque de mettre la région à feu et à sang et de s'étendre bien au-delà plus vite qu'on ne le pense, il n'y a plus qu'à espérer que le bon sens finira par l'emporter pour le plus grand bien des peuples de la région et du monde. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.