Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Ghazoui: l'Etat doit garantir à tous les Marocains l'accès à l'eau
Publié dans Albayane le 29 - 01 - 2020

Outre ses responsabilités courantes visant à lui assurer stabilité et durabilité, l'Etat a le devoir de garantir à tous les Marocains l'accès à l'eau, en particulier l'eau potable dans les villes et les campagnes pour lutter contre l'exode rural, la pauvreté, la précarité et les disparités sociales et spatiales, a affirmé, le député Ahmed El Ghazoui, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme (GPPS).
C'était lundi 27 janvier, lors du passage mensuel du chef du gouvernement à la Chambre des représentants.
Tout en saluant la récente signature de la convention-cadre pour la réalisation du Programme prioritaire national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020–2027, dont le coût global est estimé à 115 milliards de dirhams, le député a souligné, dans une riposte aux réponses du chef du gouvernement, que toute solution recherchée se doit d'être «durable», étant donné que «sans eau, il ne peut y avoir ni vie, ni développement, ni stabilité économique et sociale».
C'est pourquoi, la question de l'eau doit faire l'objet d'un «traitement global et complémentaire», «tenant compte des points forts et des points faibles du potentiel national existant en eaux de surface et souterraines et des possibilités de stockage des eaux et de dessalement de l'eau de mer», selon lui.
C'est pourquoi, il est nécessaire de mettre en place une politique publique fondée sur «la capitalisation des accumulations positives réalisées», une politique «performante et efficace», a-t-il dit, expliquant que pour y parvenir il est nécessaire de partir du principe que «c'est à l'Etat qu'incombe la responsabilité de garantir à tous l'accès à l'eau».
Ce qui n'est malheureusement pas le cas actuellement : des enfants, des femmes et des vieillards traversent aujourd'hui de longues distances pour aller s'approvisionner en eau la plupart du temps dans des conditions difficiles, a-t-il dit, remettant en cause les chiffres officielles, selon lesquels l'approvisionnement en eau dans le monde rural aurait atteint 98%.
Dans la région du Gharb par où passent deux rivières (Sebou et Ouargha) sans oublier les ouvrages hydrauliques dont elle dispose, une grande partie de la population est encore privée de son droit à l'eau. Le raccordement individuel au réseau national d'eau ne dépasse pas 30%, car les droits de raccordement à ce réseau d'eau potable sont élevés ou parce que ce réseau est inexistant, a-t-il indiqué.
Selon le député, sans exonération des habitants de ces droits de raccordement et sans extension de ce réseau pour couvrir toute la région, il est faux de prétendre que tous les ménages bénéficient de l'eau potable, a-t-il martelé.
S'agissant des cultures irriguées qui consomment quelque 80% des ressources du pays en eau, il est temps de repenser le modèle en place pour parvenir à un mode de production agricole plus rentable, mais moins consommateur d'eau, a-t-il estimé.
Surtout que des alternatives économiques plus rentables et d'une plus grande valeur ajoutée existent.
Dans le cadre de la refonte du système en place, marqué par de grands gaspillages des eaux, il est nécessaire d'assurer aux différents politiques publiques en eau la convergence requise pour pouvoir parvenir à une planification performante, maitrisée et une meilleure gestion des possibilités et des moyens existants, a-t-il expliqué.
Tout en soulignant l'impératif de mettre fin aux gaspillages des eaux, une ressource de plus en plus rare, non seulement à l'échelle nationale mais également internationale, le député El Ghazoui a rappelé que le Maroc se situe, selon des rapports internationaux, dans une zone qui devra perdre à l'avenir quelque 50% de ses ressources hydriques du fait des changements climatiques.
Mette fin au gaspillage et à la surexploitation des ressources hydriques existantes et des nappes phréatiques se doit être le mot d'ordre de toute nouvelle politique publique visant à épargner au pays un scénario catastrophique, a-t-il dit, estimant que l'une des solutions les moyens couteuses pour le pays consiste notamment en le recours aux techniques de dessalement de l'eau de mer qui utilisent de l'énergie solaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.