Immobilier: Les prix en hausse de 0,4% au T2    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Selim Amallah décline une offre de l'Olympiakos    Mdiq-Fnideq: les efforts se poursuivent pour circonscrire l'incendie de la forêt "Kodiat Tifour"    Egalement influenceuse et actrice: Safia Tazi chante «Ghandirha»    «Al Majdoubia» remporte le Grand Prix du Festival Al Fida National de théâtre    Chtouka Aït Baha à l'heure du salon provincial de l'artisanat    Algérie-Espagne : Les relations commerciales toujours suspendues    Le SG de l'ONU jeudi en Ukraine pour une rencontre avec Zelensky et Erdogan    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Jeux de la solidarité islamique : Cinq médailles de bronze pour le Maroc    La bonne gouvernance s'étend à la société civile    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    Forêt    Casablanca : Kidnapping, séquestration et viol : 10 ans de prison ferme pour un jeune voyou    Saisie de cocaïne à Rabat et d'ecstasy à Meknès    Jerada: trois morts par asphyxie au dioxyde de carbone dans un puits d'extraction de charbon    Découverte macabre à Fkih Ben Salah    A l'initiative du CRI : Souss-Massa se mobilise pour «Ouled Leblad»    Jerada : Trois personnes mortes asphyxiées dans un puits de charbon    Intérieur: vaste mouvement des agents d'autorité touchant 43% de l'effectif    Tunisie: la nouvelle constitution adoptée à près de 95% des voix    Universités marocaines : Grandes absentes du Classement de Shanghai    Mouvement de mutation dans les rangs des agents d'autorité, 1.819 agents concernés    Automobile : Le Maroc importe 1,1% de voitures espagnoles en 2021    Programme PRIM : 5 projets en matière de migration sélectionnés dans l'Oriental    «La Marocanité du Sahara, une vérité incontestable, le plan d'autonomie, un choix stratégique»    La tribu Ouled Dlim réitère son engagement au processus de développement régional    En attendant fin novembre prochain...    Au moins 50 morts depuis juin au Nigeria    L'armée se retire du Mali après plus de neuf ans d'intervention    Un film brésilien remporte le Léopard d'Or    La pièce « Al Majdoubia » de Sami Saâdallah remporte le Grand Prix    Casablanca / Film éducatif : « La dernière vague » décroche le Grand Prix    Khadija El Bidaouia rassure ses fans et garde espoir (VIDEO)    La Turquie annonce le départ de 5 navires supplémentaires de céréales ukrainiennes    20e édition de L'Boulevard : Le Tremplin du 23 au 25 septembre au R.U.C Casablanca    Crise sino-américaine : Mise en garde US contre les manœuvres chinoises "irresponsables"    Football : le tirage au sort de la Botola Pro D1 et D2 le 19 août    Tournoi feu Ahmed Ntifi : L'Oriental accueille la 34ème édition    Lions de l'Atlas. Adil Ramzi: «Je contacterai Ziyech, une fois nommé adjoint de Regragui»    Ligue des champions de la CAF (Dames) : L'AS FAR exemptée des éliminatoires zonales en cours (Agadir)    Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Hakim Ziyech toujours une priorité d'Erik ten Hag    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le torchon brûle de nouveau entre Ankara et Athènes
Publié dans Albayane le 30 - 06 - 2022


Nabil EL BOUSAADI
La Méditerranée réputée pour avoir, tout au long de son Histoire, rapproché les peuples éloigne, aujourd'hui, la Turquie de la Grèce à telle enseigne qu'à la veille même de son départ pour Madrid afin d'assister au sommet de l'OTAN, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait tenu à préciser qu'en marge de cette rencontre, il ne s'entretiendra pas avec le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis.
En cause, le fait que, durant la visite officielle qu'il avait effectuée, aux Etats-Unis, les 16 et 17 mai 2022, en prenant la parole devant le Congrès américain – Parlement bicaméral composé du Sénat et de la Chambre des représentants – le Premier ministre grec avait instamment demandé aux députés des deux chambres de ne point vendre d'avions de chasse à la Turquie alors même que, dans le cadre des sanctions mises en place, par Washington, en 2019, pour punir la Turquie d'avoir acheté auprès de Moscou le système russe de défense aérienne S-400 destiné à détecter et à détruire les avions de l'OTAN, ceux-ci avaient déjà interdit toute transaction avec l'agence gouvernementale turque chargée des achats d'armement (SSB) et exclu la Turquie du programme d'achat des F-35 avec lesquels elle comptait renouveler son parc désormais obsolète.
Ce serait donc pour « enfoncer davantage le clou » alors que le Congrès américain rechigne à donner son feu vert quant à la vente d'armes à la Turquie, que le Premier ministre grec aurait demandé, avec insistance, à Washington de ne point vendre d'avions de combat à Ankara.
Mais, ce qui est inquiétant c'est qu'en accusant Athènes de « militariser » ses îles de la Mer Egée – celles qui avaient été données à la Grèce en vertu des accords de Lausanne en 1923 et de Paris en 1947 – l'armée turque violerait régulièrement les espaces aérien et maritime de la Grèce ; ce qui constitue une sérieuse atteinte à la souveraineté de cette dernière.
Ainsi, après la relative accalmie qui avait duré quelques mois, le torchon s'est remis à brûler entre Athènes et Ankara en ce moment où tous les regards sont tournés vers l'Ukraine quand le 9 Juin, dans un tweet particulièrement incendiaire où il accusait ouvertement les autorités grecques d'avoir fait fi « des accords internationaux sur la démilitarisation des îles » de la Mer Egée, le président Recep Tayyip Erdogan avait sommé « la Grèce d'être prudente, de rester à l'écart des rêves, de la rhétorique et des actions qui la conduiront à des résultats qu'elle regrettera, comme cela s'était produit il y a un siècle ».
Le président turc reviendra à la charge quelques temps plus tard lorsqu'en assistant à un exercice militaire de grande ampleur près d'Izmir, sur la mer Egée, il déclarera : « Je ne plaisante pas [...] la Grèce a violé le statut de ces îles et doit les désarmer sinon un débat sur leur souveraineté commencera ».
Mais, en dénonçant le « révisionnisme » d'Ankara et l'activisme de la Turquie en Méditerranée orientale, le ministère grec des Affaires étrangères avait tenu à rappeler que la fameuse doctrine juridique et géopolitique ambitieuse de la « Patrie Bleue » (Mavi Vatan), élaborée par des amiraux turcs conscients de l'importance stratégique de la mer et basée, essentiellement, sur la revendication d'un vaste domaine maritime, menace la paix dans la région dès lors qu'elle offre au président Erdogan l'occasion de consolider son alliance avec les mouvements nationalistes et un cadre juridique à son action en Libye même si cela reste, néanmoins, subordonnée à une amélioration des forces navales turques ; ce qui requiert le maintien de solides partenariats internationaux.
Pour rappel, ayant hérité d'un tracé défavorable de ses frontières maritimes en Mer Egée et en Méditerranée orientale, Ankara, qui ne reconnait pas la Convention des Nations-Unies sur le droit de la mer, a mis en place cette carte dite de la « Patrie Bleue » pour y remédier en empiétant sur les Zones Economiques Exclusives (ZEE) revendiquées par les grecs et les chypriotes car pour les tenants de cette doctrine l'ennemi principal reste le « panhéllénisme » c'est-à-dire, comme l'affirme Aurélien Denizeau, chercheur en relations internationales et spécialiste de la politique étrangère turque, la crainte que la Grèce et Chypre ne parviennent à unifier leur stratégie en encerclant la Turquie et en bloquant son accès à la Méditerranée.
Autant de faits qui ne font qu'éloigner l'idée d'une paix pérenne entre Ankara et Athènes et Nicosie mais attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.