Service militaire 2022: Début au 7e CFA de la Marine Royale de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    Espagne : Une vice-présidente de la Chambre basse du Parlement sur la liste des invités du Polisario    Botola Pro D1 / DHJ-IRT (2-2) : La perte des points à domicile continue pour les Jdidis !    Ibenge : « Le football, c'est la tête avant les jambes »    Maroc: le déficit budgétaire à fin avril 2022    Rabat: Akhannouch s'entretient avec la PDG d'Oracle Corporation    Tourisme: le Maroc sort la tête de l'eau    Délais de paiement, nouvelles nominations... Au menu du prochain Conseil de gouvernement    France: Élisabeth Borne officiellement nommée première ministre    Il y a 19 ans, des attentats terroristes frappaient Casablanca (VIDEO)    On en sait plus sur la réouverture imminente du point de passage Bab Sebta    Benkirane traite le président de la 1ère Chambre d'« âne » (VIDEO)    Ligue des champions: Al Ahly se « résigne » à jouer la finale à Casablanca    Maroc/Covid-19: le bilan de ce lundi 16 mai    Météo Maroc: temps chaud sur l'extrême Sud ce mardi 17 mai    La lettre d'orientation d'Abdellatif Hammouchi pour le 66e anniversaire de la DGSN    France: fin du masque dans les transports en commun    Casablanca : Débat autour de la musique andalouse    Botola: l'Union Touarga promu en première division !    « Les infirmières et infirmiers ont toujours été au cœur des réformes de notre système de santé »    Une délégation marocaine s'entretient avec le président de la Chambre des députés de la République Dominicaine    «Dialogue joyeux avec un mort»    «La rencontre», nouveau roman de Mamoun Lahbabi    Mehdi Qotbi : « une ode à l'histoire commune entre le Maroc et l'Espagne »    Photos. De nouvelles structures de police à Marrakech et à Al Hoceima    Calendrier chargé pour les Lions de l'Atlas au mois de juin    Noussair Mazraoui témoigne sa reconnaissance à Labyad et Ziyech    Ligue1: Mbappé, meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ    Kamala Harris conduit une délégation de haut niveau aux Emirats arabes unis    Promotion de l'allaitement maternel : Campagne nationale du 14 mai au 14 juin 2022    Le Mali se retire de l'organisation régionale G5 Sahel    Pétrole : L'Arabie saoudite portera sa production à 13,4 millions de barils    Législatives libanaises : Le tandem chiite préserve ses sièges    Renault vend ses actifs en Russie à l'Etat russe    Tout savoir sur les prévisions de la campagne 2021-2022    Rapport CNDH : 3.018 plaintes traitées en 2021    Maroc: Les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Aérien : l'ONDA table sur un taux de récupération de 75%    Alfa Romeo Tonale. Objectif reconquête pour la marque italienne    Russie-OTAN : L'adhésion de la Finlande et de la Suède « va changer le monde »    «Green Card» à l'assaut des salles obscures dès le 18 mai    Fondation Ali Zaoua, 13 ans déjà !    Rabat rend hommage à feue Haja Hamdaouia    Températures prévues pour mardi 17 mai 2022    Souveraineté sanitaire : Comment le Maroc se prépare à la période Post-pandémie    Nayef Aguerd ne remporte pas le prix Marc-Vivien Foé    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Congrès international de la SMMU appelle à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc
Publié dans Aldar le 18 - 10 - 2021

Le 5ème du Congrès international de la Société marocaine de médecine d'urgence (SMMU), tenu à Rabat (15/16 octobre), a insisté sur l'impératif de promouvoir cette discipline, au vu de son rôle central dans la gestion des situations critiques ou l'organisation des filières de soins.
Les participants à cette rencontre ont été unanimes à souligner « la nécessité » de promouvoir cette discipline, qui « constituera la seule locomotive de développement de la prise en charge dans nos structures d'urgences, que ce soit dans la gestion des situations critiques ou de l'organisation des filières de soins, conformément aux principes du nouveau modèle de développement marocain », lit-on dans les recommandations issues du Congrès, qui a rassemblé d'éminents experts marocains et étrangers.
L'amélioration des prestations des services d'urgences requiert « une qualification du personnel soignant, par l'ouverture de postes d'enseignement, la spécialisation et la formation professionnelle continue », a-t-on suggéré.
Pour ce faire, les experts ont recommandé la création d'Unités pédagogiques et de recherche (UPR) dans toutes les facultés de médecine dans le Royaume, ainsi que des Centres d'enseignement des soins d'urgences (CESU) dans tous les centres hospitaliers.
Les participants ont, d'autre part, plaidé pour « une réorganisation de la prise en charge des urgences et des soins non programmés pour rationaliser les conduites et faire face à l'augmentation significative du nombre de passages aux urgences pour des soins qui ne revêtent pas toujours d'un caractère urgent ».
La SMMU rappelle, à cet effet, que les services d'urgences ont pour mission de prendre en charge 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, en priorité, les besoins de soins immédiats, susceptibles d'engager le pronostic vital et/ou fonctionnel, qui exigent, quels que soient l'endroit ou les circonstances, l'intervention d'un médecin spécialiste formé à la prise en charge des urgences ou ayant les compétences et les moyens d'intervenir.
Afin d'améliorer la prise en charge pré-hospitalière et l'adaptation de l'orientation des patients en inter-hospitalier, les experts ont proposé 'la mise en valeur de la régulation médicale et des services d'aide médicale urgente (SAMU) régionaux » et « la rationalisation des conduites pratiques concernant le transport sanitaire urgent par la limitation des intervenants et la redéfinition des rôles et limites de chacun d'eux ».
Ils ont, dans ce sens, mis l'accent sur l'importance « d'un contrôle régulier des moyens humains et matériels mis en œuvre dans cette activité de soins ».
Le Congrès a aussi recommandé l'utilisation de « la simulation en santé » comme moyen pédagogique dans l'enseignement de la médecine et des sciences de la santé pour son intérêt didactique, en mettant à disposition des enseignants et des formateurs du matériel permettant d'exposer les étudiants à des situations cliniques habituelles ou critiques.
Au regard des problèmes de santé qui affectent des régions entières et qui, parfois, prennent une proportion pandémique, les moyens de communication constituent un outils pour atteindre un état de bien-être physique, mental et social, a-t-on par ailleurs relevé.
C'est dans ce sens que les participants ont privilégié le recours à des stratégies de communications interpersonnelles, organisationnelles et médiatiques visant à informer et à influencer positivement les décisions individuelles et collectives, propices à l'amélioration de la santé.
Evoquant la question des infrastructures, les experts ont recommandé le développement de plateaux techniques hyperspécialisés permettant une prise en charge rapide et maximaliste d'emblée des patients en situation critique (Trauma-center, Cath-Lab, Stroke-Unit..., etc.) et d'organiser les structures sanitaires universitaires en pôles d'excellence.
Cette proposition émane du fait que la pratique de la médecine d'urgence impose une «course contre la montre» ayant pour objectif final de préserver la vie, dont l'efficacité se mesure par « la mortalité évitable », qui constitue un indicateur de qualité de tout système de soins.
De plus, l'innovation technologique, la sophistication des équipements, le développement de la robotique, entre autres, constituent une tendance que l'on retrouve aujourd'hui dans tous les secteurs professionnels, en particulier celui des soins.
En liaison avec la crise sanitaire de Covid-19, les participants ont considéré que la vaccination « constitue le seul moyen disponible actuellement pour endiguer la progression de l'épidémie et éviter la mise en tension de notre système de santé ».
Ils ont, ainsi, recommandé la généralisation de la vaccination et « l'accélération de la 3ème dose pour toutes les couches sociales, y compris les enfants de plus de 12 ans », aux côtés du maintien des mesures barrières, surtout dans les espaces publics, et l'utilisation du «passe sanitaire» pour y pouvoir accéder.
Le Congrès international de la SMMU avait pour objectif de favoriser et d'assurer une pleine participation des toutes les communautés médicales à l'action de soins de santé, visant à améliorer la prise en charge des patients au niveau des structures d'urgences, moyennant la qualification des ressources humaines, l'optimisation des moyens et la diffusion efficace de l'information.
C'était aussi l'occasion de partager l'immense richesse dans la variété des systèmes de gestion, des défis et des approches innovatrices dans cette discipline.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.