CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    FIFM : Plusieurs projets récompensés dans le cadre des ateliers de l'Atlas    Un américain arrêté pour l'utilisation de Playstation pour son trafic de drogue    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    France : Des opérations escargots sur des routes à forte circulation    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté de la presse: Freedom House accuse, le gouvernement conteste
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 05 - 2014

La liberté de la presse est à son plus bas niveau. C'est le constat global qui ressort du rapport de l'ONG américaine Freedom House sur la liberté de la presse dans le monde. Celle-ci place le Maroc dans la catégorie des pays «non libres».
Sur 197 pays, le Royaume est recalé à la 147ème place derrière l'Algérie qui occupe la 127ème position. Notons que le Maroc a enregistré une légère amélioration par rapport à l'année précédente où il se situait à la 157ème place. Malgré ce bond de 10 places, le Royaume vient néanmoins loin derrière la Mauritanie, reconnue comme étant le pays arabe où la liberté de la presse est la mieux respectée (95e), le Liban, la Tunisie (112e) ou le Koweït.
Dans le bas du classement, on retrouve la Syrie (189e), l'Arabie Saoudite (181e) et le Bahreïn (188e), Cuba (190e), Iran (192e) et la Corée du nord (197e).
Sans grande surprise, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède arrivent en tête du classement et sont considérés comme les pays les plus libres. Selon l'ONG américaine, seulement 14% de la population mondiale a accès à des médias libres. Ce qui signifie que seulement «une personne sur sept vit dans un pays où la couverture médiatique est solide, la sécurité des journalistes garantie, l'implication de l'Etat dans les médias minimale, et où la presse n'est pas la cible de fortes pressions juridiques et économiques», déplore l'ONG.
La publication de ce rapport a été fortement contestée. Vendredi, lors d'un point de presse à l'issue du Conseil de gouvernement, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a jugé que ce classement est «inéquitable» et ne reflète pas la réalité de la pratique journalistique au Maroc. Le ministre n'a pas manqué de faire remarquer que certains pays qui ont connu des arrestations de journalistes, saisies de journaux et fermetures de portails web, ont été mieux classés que le Royaume, qui «n'a pas enregistré de telles décisions».
M. El Khalfi est allé encore plus loin en soulignant que «le Maroc a tranché la question de la reconnaissance juridique de la presse électronique comme il a fixé des critères fondés sur la transparence, l'impartialité et le pluralisme pour ce qui est du soutien à la presse écrite». Un avis qui est loin d'être partagé par le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM).
Dans un rapport publié à la veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le syndicat a vivement critiqué le bilan législatif pour garantir la liberté de la presse. Le président du SNPM, Younès Moujahid, a dénoncé le retard que prend la réforme du code de la presse en faisant observer que ni le code de la presse et de l'édition ni le statut du journaliste professionnel, ou encore la loi sur l'accès à l'information, n'ont été promulgués jusqu'à présent.
Ce dernier a également estimé que les établissements médiatiques publics «n'ont connu aucune nouveauté depuis les années 90» tout en déplorant l'absence d'orientation vers une véritable réforme.
Classement RSF : Le Maroc mauvais élève
Le classement mondial de la liberté de la presse publié en février 2014 par Reporters sans frontières (RSF) avait révélé une dégradation importante de la situation dans plusieurs pays dont le Maroc. Classé à la 136ème place loin derrière l'Algérie (121 e), le Maroc fait partie des mauvais élèves. Dans son rapport, RSF avait indiqué que «les autorités marocaines, placées sous la houlette des islamistes depuis les élections de 2011, tardent à concrétiser les promesses des réformes annoncées depuis le référendum constitutionnel de 2011». Rappelons que ce classement s'articule autour de sept indicateurs: le niveau des exactions, l'étendue du pluralisme, l'indépendance des médias, l'environnement et l'autocensure, le cadre légal, la transparence et les infrastructures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.