Déficit budgétaire de 41,3 MMDH à fin juillet    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté de la presse: Freedom House accuse, le gouvernement conteste
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 05 - 2014

La liberté de la presse est à son plus bas niveau. C'est le constat global qui ressort du rapport de l'ONG américaine Freedom House sur la liberté de la presse dans le monde. Celle-ci place le Maroc dans la catégorie des pays «non libres».
Sur 197 pays, le Royaume est recalé à la 147ème place derrière l'Algérie qui occupe la 127ème position. Notons que le Maroc a enregistré une légère amélioration par rapport à l'année précédente où il se situait à la 157ème place. Malgré ce bond de 10 places, le Royaume vient néanmoins loin derrière la Mauritanie, reconnue comme étant le pays arabe où la liberté de la presse est la mieux respectée (95e), le Liban, la Tunisie (112e) ou le Koweït.
Dans le bas du classement, on retrouve la Syrie (189e), l'Arabie Saoudite (181e) et le Bahreïn (188e), Cuba (190e), Iran (192e) et la Corée du nord (197e).
Sans grande surprise, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède arrivent en tête du classement et sont considérés comme les pays les plus libres. Selon l'ONG américaine, seulement 14% de la population mondiale a accès à des médias libres. Ce qui signifie que seulement «une personne sur sept vit dans un pays où la couverture médiatique est solide, la sécurité des journalistes garantie, l'implication de l'Etat dans les médias minimale, et où la presse n'est pas la cible de fortes pressions juridiques et économiques», déplore l'ONG.
La publication de ce rapport a été fortement contestée. Vendredi, lors d'un point de presse à l'issue du Conseil de gouvernement, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a jugé que ce classement est «inéquitable» et ne reflète pas la réalité de la pratique journalistique au Maroc. Le ministre n'a pas manqué de faire remarquer que certains pays qui ont connu des arrestations de journalistes, saisies de journaux et fermetures de portails web, ont été mieux classés que le Royaume, qui «n'a pas enregistré de telles décisions».
M. El Khalfi est allé encore plus loin en soulignant que «le Maroc a tranché la question de la reconnaissance juridique de la presse électronique comme il a fixé des critères fondés sur la transparence, l'impartialité et le pluralisme pour ce qui est du soutien à la presse écrite». Un avis qui est loin d'être partagé par le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM).
Dans un rapport publié à la veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le syndicat a vivement critiqué le bilan législatif pour garantir la liberté de la presse. Le président du SNPM, Younès Moujahid, a dénoncé le retard que prend la réforme du code de la presse en faisant observer que ni le code de la presse et de l'édition ni le statut du journaliste professionnel, ou encore la loi sur l'accès à l'information, n'ont été promulgués jusqu'à présent.
Ce dernier a également estimé que les établissements médiatiques publics «n'ont connu aucune nouveauté depuis les années 90» tout en déplorant l'absence d'orientation vers une véritable réforme.
Classement RSF : Le Maroc mauvais élève
Le classement mondial de la liberté de la presse publié en février 2014 par Reporters sans frontières (RSF) avait révélé une dégradation importante de la situation dans plusieurs pays dont le Maroc. Classé à la 136ème place loin derrière l'Algérie (121 e), le Maroc fait partie des mauvais élèves. Dans son rapport, RSF avait indiqué que «les autorités marocaines, placées sous la houlette des islamistes depuis les élections de 2011, tardent à concrétiser les promesses des réformes annoncées depuis le référendum constitutionnel de 2011». Rappelons que ce classement s'articule autour de sept indicateurs: le niveau des exactions, l'étendue du pluralisme, l'indépendance des médias, l'environnement et l'autocensure, le cadre légal, la transparence et les infrastructures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.