«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il y a 50 ans, Nasser...
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 07 - 2002

L'Egypte a célébré mardi le cinquantenaire de l'arrivée au pouvoir des «officiers libres» de Mohamed Néguib et de Gamal Abdel-Nasser à la suite d'un coup d'Etat militaire qui a renversé le roi Farouk, mort en exil.
L'Egypte a décidé de rendre hommage au coup d'Etat militaire du 23 juillet 1952, qui a renversé la monarchie mais fait, encore aujourd'hui, l'objet de vifs débats. «La pleine renaissance à laquelle accède aujourd'hui l'Egypte, et la société sûre dans laquelle nous vivons, n'auraient pas été possibles sans les efforts précédents», a assuré lundi lors d'une parade militaire le président Hosni Moubarak, issu de la hiérarchie militaire tout comme Nasser et Anouar Sadate, qui lui avait succédé à sa mort en 1970.
A la suite du coup d'Etat, Farouk, dont le régime était accusé de corruption et des prestations médiocres de l'armée égyptienne lors de la guerre de 1948 face à Israël, avait été remplacé par son fils, Fouad II. Ce dernier avait été à son tour déposé en juin 1953, et la République proclamée.
Après une brève lutte intestine avec Mohamed Néguib, Nasser était devenu président en novembre de l'année suivante. Nasser sera Premier ministre en 1954, puis président omnipotent de 1956 jusqu'à sa mort, en 1970, d'une crise cardiaque, à l'âge de 52 ans. Il a été l'inspirateur des mouvements arabes de libération, force que l'on croyait capable d'unifier le monde arabe sous la bannière du socialisme et du refus de l'Occident, l'un des fondateurs du mouvement des non-alignés.
Avec la nationalisation du canal de Suez en 1956 est né le mythe. Mais il a aussi subi la terrible défaite de 1967 face à Israël et l'échec de la République arabe unie réunissant Egypte et Syrie.
La rhétorique enflammée de l'ancien dirigeant socialisant, fer de lance des «non alignés», a aujourd'hui été remplacée par un ton plus modéré, l'Egypte ayant acquis un rôle de médiateur au Proche-Orient après être devenue, en 1979, sous Sadate, le premier pays arabe à conclure un traité de paix avec l'Etat hébreu.
Le Caire peut ainsi se vanter d'être l'un des principaux alliés des Occidentaux dans la région. Si le rôle de Nasser est aujourd'hui officiellement reconnu, le gouvernement égyptien s'est d'ailleurs employé à ne pas trop le vanter, expliquant que des choix cohérents à son époque ne le seraient plus à l'heure actuelle. Pour Khaled Mohieddine, l'un des derniers «officiers libres » encore en vie, la «révolution de juillet» a amélioré la vie dans les zones rurales grâce notamment à la réforme agraire, sans toutefois déboucher sur une réelle amélioration démocratique.
Après la mort de Nasser, son dauphin Anouar Sadate s'est rapproché des Etats-Unis et a fait de l'Egypte le premier Etat arabe à signer la paix avec Israël, ce qu'il a payé de sa vie. Aujourd'hui, dans une Egypte dominée par le parti national démocratique du président Hosni Moubarak, les nassériens n'ont que peu de poids : un tout petit parti divisé et un hebdomadaire, «Al-Arabi», se chargent d'entretenir la flamme. Nasser, lui, n'est pas vraiment mort. Son nom, synonyme d'unité et de dignités arabes, de socialisme, d'anti-sionisme et de rejet de l'influence occidentale, est toujours scandé dans les manifestations anti-israéliennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.