El Otmani : la confiance dans les corps intermédiaires est cruciale    Atlantic Dialogues 2019 : L'énergie, un chantier plus que prioritaire pour l'Afrique !    Industrie auto: Bientôt de nouveaux écosystèmes    Trois individus arrêtés à Casablanca pour détention d'une arme à feu et trafic de drogue    L'Unesco partenaire du festival de Fès    Alerte météo : Vagues dangereuses de 4 à 6 mètres sur les côtes atlantiques à partir du lundi    Un policier contraint de dégainer son arme pour arrêter deux individus à Fès    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Secteur industriel : L'indice des prix à la production en hausse    Rabat: Huit accords de partenariat pour l'accompagnement des personnes en situation de handicap    El Othmani loue l'action de l'AMMC    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Oriental: Le CRI en mode proximité    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Les prémices d'un nouvel espoir    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Ce que la Turquie pense du Polisario    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ZLECA : Le Maroc prédisposé à se conformer aux exigences du «Made in Africa»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 06 - 2019

L'expérience marocaine sur le marché européen lui a permis d'acquérir les outils adéquats de promouvoir sa production locale de façon structurée et détaillée.
«Le Maroc est bien positionné pour répondre aux exigences de règles d'origine recommandées par la CNUCED pour la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA)», C'est en ces termes que Lilia Hachem Naas, directrice du bureau sous-régional Afrique du Nord pour la commission économique pour l'Afrique des Nations Unies, dévoile les opportunités du Maroc en cette Zone de libre-échange panafricaine. Ce commentaire intervient en marge de la présentation du rapport annuel de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Cette publication onusienne a souligné l'importance d'établir des règles d'origine en vue de promouvoir le «made in Africa» en cette zone et promouvoir l'émergence d'un secteur manufacturier plus compétitif.
«Ces règles d'origine, servant à établir la nationalité des produits fabriqués en Afrique, détermineront à cet effet si la libéralisation préférentielle des échanges changera les paradigmes de l'industrialisation au niveau continental», peut-on relever du rapport. Face à cette mutation, le Maroc a toutes les chances d'asseoir son positionnement sur le marché intra-africain. Mme Hachem Naas énumère dans ce sens la diversification de l'économie marocaine et l'effort consenti par le Royaume pour plus de valeur ajoutée en termes de produits et de composantes locales. «Le Maroc à l'instar des pays de l'Afrique du Nord a déjà cette habitude de produire de la documentation, de montrer la composante nationale et à quel taux le produit est effectivement local. Ainsi, si l'on met des règles qui sont transparentes, qui sont relativement au niveau de la zone de libre-échange continentale africaine, je pense que le Maroc n'aurait absolument pas du mal à se conformer à ces exigences», peut-on relever de Lilia Hachem Naas. Et de poursuivre qu' «il faut des discussions au niveau continental et que les pays se mettent d'accord sur le pourcentage qui donnera un label de produit local».
L'expérience marocaine sur le marché européen lui a permis d'acquérir les outils adéquats de promouvoir sa production locale de façon structurée et détaillée. Sur le plan africain, le Royaume a tous les atouts de libérer son potentiel commercial. Les différentes stratégies sectorielles placent le Maroc parmi les pays africains les plus dynamiques sur ce plan. La Zone de libre-échange continentale, dont l'entrée en vigueur date de mai dernier, permettra au continent de libérer son potentiel économique et d'assurer l'intégration régionale tant attendue par les opérateurs africains. «La zone ouvrira une opportunité beaucoup plus large aux pays de la région. J'espère que la ZLECA favorisera l'éclosion des entreprises africaines pour devenir des gérants mondiaux», estime pour sa part Karim Hajji, directeur général de la Bourse de Casablanca et président de l'Association des bourses africaines.
M. Hajji a souligné dans ce sens que le marché Boursier africain jouera un rôle prépondérant dans l'intégration africaine. C'est dans cette optique que l'Association des Bourses africaines a mis sur les rails un projet d'interconnexion de 7 Bourses de la région, représentant plus de 90% de la capitalisation boursière du continent. La Bourse de Casablanca fait partie de ces acteurs qui mènent ce projet d'intégration régionale. L'objectif est de stimuler les flux intra-africains, d'offrir des opportunités aux investisseurs et participants commerciaux dans plus de 14 pays de la région. Ce projet contribue également à augmenter la liquidité sur le marché financier et par conséquent libérer le potentiel de ces marchés leur permettant ainsi d'accéder aux capitaux nationaux et internationaux et les redistribuer pour contribuer au développement économique du continent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.