La Chambre des représentants approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux postes supérieurs    L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes    Hausse de 95,5% des exportations marocaines vers le Brésil en janvier    Les chiffres de la vaccination au Maroc au mardi 2 mars    Le Maroc a reçu lundi son 5ème lot de vaccins, 8 millions de doses au total    Marché des voitures neuves au Maroc : des ventes qui progressent de 6,23%    Université Euromed de Fès-OFPPT : signature d'une convention-cadre de partenariat    La Bourse de Casablanca clôture en hausse    Le double jeu de l'Allemagne contre les intérêts stratégiques du royaume    Hirak : à la recherche d'une maturité    Assurances : le géant allemand Allianz accusé de bafouer le droit international    Arabie Saoudite: des civils blessés par un projectile houthi à Jazan    Baie de Cocody : les ouvrages maritimes achevés    L'Opinion : La goutte qui fait déborder le vase    Une banque sur tous les fronts    L'art pour tous !    Le ministre de l'intérieur présente la nouvelle loi électorale au parlement    Le Maroc invité d'honneur de la 7e édition de l'Africa Agri Forum    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    Covid-19: «Les vaccins seuls ne protégerons pas»    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    Le groupe Somagec jette l'éponge pour le téléphérique de Tanger    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Visa For Music 2021 : L'appel à candidatures est lancé !    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    La France et l'Allemagne peinent à écouler leurs vaccins AstraZeneca    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Elections : ça chauffe au parlement    Edito : Régions centralisées    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 01 - 2021

Certaines plantes fréquemment utilisées peuvent constituer une source d'intoxication.
C'est le cas de l'ansérine (nom scientifique: Chenopodium ambrosioides L) appelée communément M'khinza (darija). Cette plante pousse actuellement au Maroc dans les champs incultes, sur les bords des chemins mais aussi dans les lieux abandonnés. Elle est appliquée depuis l'antiquité pour ses vertus médicinales (antipyrétique, antalgique, hémostatique et antispasmodique). Ainsi comme le relève le dernier numéro de la revue Toxicologie Maroc, elle est utilisée surtout chez l'enfant, comme antipyrétique, vermifuge et antispasmodique. Néanmoins, il faut signaler que son usage peut s'avérer dangereux.
D'ailleurs en 2011 déjà et suite à plusieurs déclarations d'effets indésirables graves suite à l'usage de M'khinza, le Centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc (CAPM) avait émis une alerte et a recommandé de ne pas utiliser la plante chez l'enfant. Le revue prend comme exemple deux cas d'intoxication graves liés à l'usage thérapeutique de M'khinza chez deux nourrissons hospitalisés aux urgences pédiatriques du CHU Hassan II de Fès et pour qui l'évolution a été favorable chez l'un et fatale pour l'autre. Sous forme d'infusion ou de jus frais, l'ansérine est employée en médecine traditionnelle (racine, feuilles, fleurs, écorce, graines), fraîche ou desséchée, dans les affections gastro-intestinales, la typhoïde, la dysenterie de l'enfant et de l'adulte, contre les abcès buccaux, les ulcérations et les plaies purulentes.
La même source explique qu'en applications locales, la plante fraîche est utilisée comme antipyrétique. «L'usage thérapeutique de cette plante peut être responsable de nombreux cas d'intoxications, qui seraient probablement liées à un surdosage, d'autant plus que la dose toxique est très proche de la dose supposée efficace. D'autres éléments comme un stockage inadéquat, une contamination par des toxines fongiques telles l'aflatoxine ou autres (métaux lourds, herbicides) peuvent également être responsables de cette toxicité», indique-t-on. Cette plante peut engendrer des effets indésirables : digestifs (vomissement, douleurs épi-gastriques), cardio-vasculaires (tachycardie), neurologiques (céphalées, convulsions voire coma), rénaux (insuffisance rénale aiguë), hémorragiques et cutanés (prurit, purpura).
L'ansérine continue d'être une source d'intoxications «graves et de mortalité, notamment dans la région de Fès-Meknès où le recours à la phytothérapie est fréquent dans la population. Ces cas de toxicité neurologique fréquents doivent inciter le professionnel de santé à évoquer l'intoxication par M'khinza devant des signes neurologiques inexpliqués», indiquent les auteurs de cette analyse ajoutant que pour lutter contre ce type d'intoxications, plusieurs actions doivent être menées, les parents doivent être avertis, les médecins sensibilisés à l'intoxication par M'khinza.
Outre les cas cliniques cités sur les intoxications dues à l'ansérine, Toxicologie au Maroc a mis l'accent sur l'intoxication par la MDMA (ecstasy) en pédiatrie. Dans ce récent numéro, les projecteurs ont été mis sur la région de Fès-Meknès en s'appuyant sur les données du Centre antipoison et pharmacovigilance du Maroc. Elle a également mis un éclairage sur le laboratoire de pharmaco-toxicologie du CHU Hassan II de Fès. Dans le même sens, la revue a abordé le projet d'évaluation des risques sanitaires chez les artisans tanneurs liés à l'exercice du métier de tannage traditionnel au niveau de la ville de Fès. Parallèlement, ce numéro traite aussi des sujets comme «Vitamines et compléments alimentaires : quel usage pour une meilleure sécurité», ou encore «L'intoxication par le chardon à glu : Addad».
A cet égard, la même source précise qu'entre 2009 et 2018, le CAPM a reçu 98 cas d'intoxications par chardon à glu. Parmi eux, 41,8% étaient des enfants. Le décès a été observé chez 13 patients, ce qui correspond à un taux de létalité de 13,26% avec une forte prédominance chez l'enfant (92,3%).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.