Evolution du coronavirus au Maroc. 116 nouveaux cas, 1 166 100 au total, mercredi 18 mai 2022 à 15 heures    Efficacité énergétique: l'AMEE et l'ANEP coopèrent pour des bâtiments publics durables et résilients    Covid-19 au Maroc : 116 nouvelles infections et 1 mort ce mercredi    Tunisie : Les réformes politiques qui divisent    Elections législatives françaises pour le Maghreb et l'Afrique de l'Ouest : Mehdi Reddad lance sa campagne    Londres veut des garanties « juridiquement solides » pour autoriser la vente de Chelsea    L'AMDV dénonce l'instrumentalisation de la défense des droits humains contre le Maroc (vidéo)    Covid-19 : le protocole sanitaire marocain adapté aux annonces des autorités    Vidéo. « Green Card » en avant-première au Mégarama de Casablanca    Malgré la crise, les recettes douanières enregistrent un record avec 111,2 Mds de DH en 2021    Lions de l'Atlas: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-USA (Amical)    Amnesty International « inquiète » pour l'état de santé d'un militant en détention en Algérie    Le Marocain Nasser Larguet nommé directeur technique national en Arabie saoudite    Paris, première étape du "Light Tour" de l'ONMT    Covid-19. Voici les nouvelles conditions d'accès au territoire national par voie aérienne    Véhicules d'occasion : L'entreprise marocaine Kifal Auto achetée par le Nigérian Autochek    Safae Hbirkou a-t-elle mis fin à sa carrière ? (VIDEO)    Royaume-Uni: l'inflation atteint 9% en avril, une première depuis 1982    Régionales de l'investissement : Une approche sectorielle innovante adoptée pour l'édition 2022    Commerce frontalier en Afrique : Nécessité d'une stratégie de «transformation digitale»    Les villes intermédiaires au cœur du Sommet Mondial de Kisumu    La sélection marocaine scolaire remporte deux médailles de bronze    Equipe nationale : L'annonce de la liste des convoqués reportée à la semaine prochaine    Finale de la Ligue des champions : Les six conditions ''menaçantes'' d'Al Ahly !    Foot asiatique - Arabie Saoudite : Nasser Larguet Directeur Technique National de la Fédération saoudienne    Basketball : Plusieurs blessés après l'effondrement d'une tribune d'une salle à Tanger    Autoproduction électrique: «une réforme qui incitera le privée à investir», assure Leila Benali    Espagne/sécurité sociale: Les Marocains se maintiennent en tête du classement    Plus de 4 millions bénéficiaires du programme d'alphabétisation dans les mosquées    Températures prévues pour le jeudi 19 mai 2022    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    France : Gesticulations à Grenoble autour du «burkini», autorisé à Rennes depuis 2018    La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet    Littérature tunisienne : La clause paternelle ou la rupture atavique    Menart Fair : Les pionniers du mouvement de Casablanca célébrés à Paris    «Dak'art» 2022 : Le Maroc présent en force    Dynamique de Marrakech : Deux autres pays réitèrent leurs appuis à la marocanité du Sahara    Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire à Casablanca (DGSN)    Canada : Le Maroc à l'honneur du Festival du film de l'Outaouais    Voya envisage de racheter la majorité des activités de gestion d'actifs d'Allianz aux Etats-Unis    Ouverture des points de passage de Bab Sebta et Beni Ansar aux voyageurs    Le temps qu'il fera ce mercredi 18 mai 2022    Plus de 1,2 million d'hypertendus pris en charge en 2021    Marrakech : petite frayeur pour le ministre Skouri et son hôte européen après une panne d'automobile    Le Bahreïn remercie le roi Mohammed VI    France: coup d'envoi du Festival de Cannes    Le Bahreïn exprime sa gratitude pour les efforts du Roi pour préserver l'identité d'Al-Qods    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Savoir et comprendre la poésie de Luisa Futoransky
Publié dans Le Soir Echos le 11 - 10 - 2011

Je n'aurais donc jamais écrit la moindre phrase d'accueil et de salut à l'une de mes lectures de poésie dans laquelle j'aime replonger, éprouvant à chaque fois le sentiment de retrouvailles nécessaires ? Me saisissant à nouveau de ce livre d'à peine quarante pages que je possède depuis plus de vingt ans et dont je ne me suis jamais séparé, j'éprouve aussitôt ce vif sentiment d'adhésion qui fait tout le prix de la poésie lorsqu'elle surgit en interlocutrice et tient compagnie à nos questions sans autre réponse possible que la poésie elle-même.
Luisa Futoransky vit son recueil Partir, digo traduit en 1985 par Françoise Campo, aux éditions Actes-sud, sous le titre Partir, te dis-je. Cette poétesse argentine, qui habite Paris depuis des lustres, avait publié en 1984 un récit drolatique et mystérieusement grave Chinois, chinoiseries (Actes-Sud) dans lequel ses pérégrinations pékinoises nous étaient contées à partir de son activité de speakerine à Radio-Pékin, en langue espagnole. Je ne possède plus, hélas, mon exemplaire de ce livre, mais c'est comme si je l'avais sous les yeux : un récit où l'humour est la politesse de l'exil, un précis de dépaysement intérieur, fin et sensible, loufoque et franc, mélancolique et gai comme un pinson, une confession faite à soi-même, la quête avide d'une forme de désabusement enthousiaste devant les farces et la force de la vie, avec toujours sous-jacent, l'écho impossible à étouffer des suffocantes tragédies collectives. Il y a cependant quelque chose de subtilement victorieux dans l'écriture de Luisa Futoransky, un paradoxe entêté et vibrant, une révolte volatile qui revient nous hanter, la marque ineffaçable du savoir que tout sera effacé.
Luisa est un personnage de lutteuse gourmande dont les combats avec la phrase ne portent jamais la marque d'une arrogance creuse ou d'une pensée veule. C'est quelqu'un qui sait regarder la vie en face et déchire silencieusement, avec des délicatesses de funambule, un rideau de larmes et d'alarmes jusqu'au moment où son rire va poindre. Dans la vie. Mais la poésie, c'est autre chose que la vie, à moins que ce ne soit, tout simplement, le seul avis audible sur la vie. Retrouvez donc Luisa Futoransky, venue de la pampa, en ce restaurant d'Ekoda : « On m'a servi le poisson qui palpite encore/ et ce n'est pas illusion de mon délire / on l'a découpé en fines lamelles avant de lui placer/ sur le cœur un tout petit chrysanthème/ les fleurs et les algues dilatent son agonie / car la vie, me semble-t-il, souvent tarde à s'éloigner / mais n'étant pas de la race des vainqueurs/ je n'ai jamais savouré le sang des vaincus ».
Les poèmes japonais de Partir, te dis-je ne peuvent pas refouler longtemps au loin le pays natal de Luisa Futoransky : « kayabuki, une sorte de maison japonaise / qui se penche à la fenêtre de certains trains/ me renvoie aux ranchos de mon pays/ et dans ces lointaines constructions / où le vert est frontière de lui-même/ je bredouille : pampa, pampa, la pam-pa. / Il faudra sans faute que j'apprenne la technique orientale/ pour ne pas montrer la trame de l'amour ou de la peine / qui débordent en moi. »
Heureusement, il y a un tigre dans le moteur poétique : « le tigre s'allonge / rugit afin d'aimer ses propres poumons ». Et une question : « Pourquoi donc n'ai-je jamais parlé / les langues du pays où j'ai vécu ? » De fait, Luisa Futoransky parle français en cascade veloutée et rugueuse, l'espagnol argentin sertissant la bourrasque de ses phrases.
Avec tout ça, la tendresse demeure la grande énigme résolue par le poème. Regardant les autres, Luisa Futoransky convoque son propre reflet. Elle dessine le profil perdu et retrouvé de l'absence et de la présence au monde. Voici l'envoi d'un poème japonais : « Le père coud des kimonos/ la mère est coiffeuse. / Masatsugo joue d'un tambour appelé taiko / et dort à même le plancher de la boutique./ La mère en pleurant lui a dit hier de cesser de jouer / qu'il devait gagner sa vie d'une autre manière. » Le vers final affirme : « Le plus beau en lui, c'est que même endormi il sourit. » Ce sourire-là n'est pas celui de Masatsugo mais le sourire du « jeune chien Tango ».
Il m'arrive de regretter que Luisa Futoransky soit arrivée trop tard au XXe siècle pour être lue par Jules Supervielle, merveilleux poète né en Uruguay et dont les œuvres sont désormais publiées dans un volume de la collection La Pléiade. Je crois que tel vers de Luisa aurait pu chanter sur une page de Supervielle : « Mon cœur a brouté dans toutes les prairies du monde. »
Où ai-je lu plus troublante suggestion que celle-ci : « les mots comme un couvre-feu/ comme un substitut de la vérité, capable d'être prolongé » ?
Alors, quoi ? « J'ai tant résisté à ce qui est simple, j'ai mis si longtemps / à libérer les pois de leur cosse / dans le creux de ma main il y a trois pois, trois pois verts, tendres et sans destin : l'un sert à savoir, l'autre sert à comprendre, le dernier à oublier savoir et comprendre. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.