Espagne : des centaines d'agriculteurs en tracteur convergent vers Madrid    World Summit Awards : L'UM6P primée à l'international pour sa technologie T3    Sénégal: Macky Sall confirme que son mandat prendra fin le 02 avril 2024    Espagne: Luis de la Fuente reste à la tête de la Roja jusqu'en 2026    L'Initiative royale au Sahel pousse l'Algérie à réaliser la route Tindouf – Zouerate    Océan Atlantique : Le Maroc partage les ambitions des Etats-Unis    Tournoi international U19 de l'Académie Mohammed VI de football: le FC Copenhague et l'Ajax Amsterdam en finale    Allemagne : l'économie dans une "situation dramatique"    Inclusion des femmes : entre aspirations et réalité, où en est-on ?    Des parlementaires à Londres pour le renforcement de la coopération entre le Maroc et le Royaume-Uni    Nouvelle Instruction pour les « Duty free shops » : ce qui change    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Session extraordinaire du Conseil de la ville de Casablanca : Le prix du ticket du busway fixé à 6 dirhams    Plus de 400 millions d'euros investis par la BERD au Maroc dans le domaine de l'eau    Le SIAM 2024 honore l'Espagne    Investissement : plus de 170 projets accompagnés en 2023    Conseil de gouvernement : Vers l'amélioration de la qualité d'air au Maroc    Data Tika : l'ONDH adhère au programme    SM le Roi félicite le Prince Héritier d'Arabie Saoudite à l'occasion du Jour de la Fondation    Maroc : Les effets dévastateurs de six ans de sécheresse vus du ciel    Tunisie: Des ONG dénoncent « le discours haineux » contre les migrants subsahariens    Manifestations des agriculteurs: Négociations fin mars entre la Pologne et l'Ukraine    Escobar du désert : Quand Naciri invoque des problèmes de santé pour garder le silence    Conseil de sécurité. Là où l'Algérie balade le Polisario    Dani Alves condamné à 4 ans et demi de prison pour agression sexuelle, le Brésilien fait appel    Mohamed Boudrika dément être recherché par la Brigade nationale    Le SG du Raja reconnaît l'«illégalité» du contrat avec le sponsor russe 1XBET    Rallye Aïcha des Gazelles : 200 équipages participeront à l'édition 2024    Sahara marocain: Pedro Sanchez réitère la position de soutien de l'Espagne au plan d'autonomie    Rafales de vent : les usagers des routes appelés à faire preuve de prudence et de vigilance    bulletin d'alerte: Fortes rafales de vent avec chasse-poussières locales vendredi et samedi dans plusieurs provinces    Spanish PM Sanchez departs Morocco with no date set for Ceuta-Melilla customs reopening    DGSN : Le parc automobile fait peau neuve    Météo: les prévisions du jeudi 22 février    Morocco's International Agricultural Show excludes Israel amidst war on Gaza    Moroccan consumer prices dip, but core inflation rises in January    Addahre : "Les nouvelles adhésions marocaines au réseau mondial des villes apprenantes de l'UNESCO consacre "l'engagement ferme" du Royaume en faveur de l'éducation"    Séisme: Le Japon s'associe à l'UNESCO pour le développement des techniques de reconstruction au Maroc    Botola D1 / J20: Ce soir, MCO-CAYB, un duel de haute tension    Foot féminin / Qualif. JO 2024: Arrivée des Lionnes de l'Atlas à Tunis    La Cathédrale Sacré cœur, un édifice emblématique converti en levier du rayonnement culturel de Casablanca    Les bijoux berbères du Palais Royal à Doha    Dak'Art 2024. 5 artistes marocains à la Biennale de l'art africain contemporain    Coup d'envoi de l'année culturelle Qatar-Maroc 2024 avec l'exposition de bijoux berbères du Palais Royal    Interview avec Hajar Habi : « BookTube contribue à la démocratisation de la lecture »    L'Ivoirien Nincemon Fallé remporte le prix littéraire Voix d'Afriques 2024    CNN met les projecteurs sur l'artiste marocaine Amina Agueznay, lauréate d'un prix d'art contemporain africain    Le camerounais Moustapha Baidi Oumarou expose à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Savoir et comprendre la poésie de Luisa Futoransky
Publié dans Le Soir Echos le 11 - 10 - 2011

Je n'aurais donc jamais écrit la moindre phrase d'accueil et de salut à l'une de mes lectures de poésie dans laquelle j'aime replonger, éprouvant à chaque fois le sentiment de retrouvailles nécessaires ? Me saisissant à nouveau de ce livre d'à peine quarante pages que je possède depuis plus de vingt ans et dont je ne me suis jamais séparé, j'éprouve aussitôt ce vif sentiment d'adhésion qui fait tout le prix de la poésie lorsqu'elle surgit en interlocutrice et tient compagnie à nos questions sans autre réponse possible que la poésie elle-même.
Luisa Futoransky vit son recueil Partir, digo traduit en 1985 par Françoise Campo, aux éditions Actes-sud, sous le titre Partir, te dis-je. Cette poétesse argentine, qui habite Paris depuis des lustres, avait publié en 1984 un récit drolatique et mystérieusement grave Chinois, chinoiseries (Actes-Sud) dans lequel ses pérégrinations pékinoises nous étaient contées à partir de son activité de speakerine à Radio-Pékin, en langue espagnole. Je ne possède plus, hélas, mon exemplaire de ce livre, mais c'est comme si je l'avais sous les yeux : un récit où l'humour est la politesse de l'exil, un précis de dépaysement intérieur, fin et sensible, loufoque et franc, mélancolique et gai comme un pinson, une confession faite à soi-même, la quête avide d'une forme de désabusement enthousiaste devant les farces et la force de la vie, avec toujours sous-jacent, l'écho impossible à étouffer des suffocantes tragédies collectives. Il y a cependant quelque chose de subtilement victorieux dans l'écriture de Luisa Futoransky, un paradoxe entêté et vibrant, une révolte volatile qui revient nous hanter, la marque ineffaçable du savoir que tout sera effacé.
Luisa est un personnage de lutteuse gourmande dont les combats avec la phrase ne portent jamais la marque d'une arrogance creuse ou d'une pensée veule. C'est quelqu'un qui sait regarder la vie en face et déchire silencieusement, avec des délicatesses de funambule, un rideau de larmes et d'alarmes jusqu'au moment où son rire va poindre. Dans la vie. Mais la poésie, c'est autre chose que la vie, à moins que ce ne soit, tout simplement, le seul avis audible sur la vie. Retrouvez donc Luisa Futoransky, venue de la pampa, en ce restaurant d'Ekoda : « On m'a servi le poisson qui palpite encore/ et ce n'est pas illusion de mon délire / on l'a découpé en fines lamelles avant de lui placer/ sur le cœur un tout petit chrysanthème/ les fleurs et les algues dilatent son agonie / car la vie, me semble-t-il, souvent tarde à s'éloigner / mais n'étant pas de la race des vainqueurs/ je n'ai jamais savouré le sang des vaincus ».
Les poèmes japonais de Partir, te dis-je ne peuvent pas refouler longtemps au loin le pays natal de Luisa Futoransky : « kayabuki, une sorte de maison japonaise / qui se penche à la fenêtre de certains trains/ me renvoie aux ranchos de mon pays/ et dans ces lointaines constructions / où le vert est frontière de lui-même/ je bredouille : pampa, pampa, la pam-pa. / Il faudra sans faute que j'apprenne la technique orientale/ pour ne pas montrer la trame de l'amour ou de la peine / qui débordent en moi. »
Heureusement, il y a un tigre dans le moteur poétique : « le tigre s'allonge / rugit afin d'aimer ses propres poumons ». Et une question : « Pourquoi donc n'ai-je jamais parlé / les langues du pays où j'ai vécu ? » De fait, Luisa Futoransky parle français en cascade veloutée et rugueuse, l'espagnol argentin sertissant la bourrasque de ses phrases.
Avec tout ça, la tendresse demeure la grande énigme résolue par le poème. Regardant les autres, Luisa Futoransky convoque son propre reflet. Elle dessine le profil perdu et retrouvé de l'absence et de la présence au monde. Voici l'envoi d'un poème japonais : « Le père coud des kimonos/ la mère est coiffeuse. / Masatsugo joue d'un tambour appelé taiko / et dort à même le plancher de la boutique./ La mère en pleurant lui a dit hier de cesser de jouer / qu'il devait gagner sa vie d'une autre manière. » Le vers final affirme : « Le plus beau en lui, c'est que même endormi il sourit. » Ce sourire-là n'est pas celui de Masatsugo mais le sourire du « jeune chien Tango ».
Il m'arrive de regretter que Luisa Futoransky soit arrivée trop tard au XXe siècle pour être lue par Jules Supervielle, merveilleux poète né en Uruguay et dont les œuvres sont désormais publiées dans un volume de la collection La Pléiade. Je crois que tel vers de Luisa aurait pu chanter sur une page de Supervielle : « Mon cœur a brouté dans toutes les prairies du monde. »
Où ai-je lu plus troublante suggestion que celle-ci : « les mots comme un couvre-feu/ comme un substitut de la vérité, capable d'être prolongé » ?
Alors, quoi ? « J'ai tant résisté à ce qui est simple, j'ai mis si longtemps / à libérer les pois de leur cosse / dans le creux de ma main il y a trois pois, trois pois verts, tendres et sans destin : l'un sert à savoir, l'autre sert à comprendre, le dernier à oublier savoir et comprendre. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.