Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mario Vargas Llosa, un amoureux lucide de l'Amérique latine
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 08 - 2012


Le fait d'avoir lu des centaines et des centaines de romans en près d'un demi-siècle n'empêche pas que l'une de ces innombrables fictions continue de résonner dans la mémoire plus puissamment et fonde une admiration qui n'a pas varié. Le Péruvien Mario Vargas Llosa n'avait pas encore reçu le Prix Nobel de Littérature quand parut Conversation à « La Cathédrale » (Gallimard) dont la lecture me passionna. Soudain, c'est tout un pays, Le Pérou, dont j'ignorais tout qui m'était révélé avec les pérégrinations de Santiago Zavala et «La Cathédrale » qui est le nom d'un bar fréquenté par le journaliste demeure dans mon souvenir comme un de ces lieux qui vous hantent parce qu'un romancier en a fait l'épicentre d'une fresque remarquable. Il me faudrait avoir accès aux archives du Matin pour que je puisse relire la chronique que je consacrai en 1973 à Conversation à « la Cathédrale ». Mon enthousiasme ne se démentit pas lorsque je lus en 1980 La Tante Julia et le scribouillard un roman dont l'aspect hilarant n'ôte rien à ce mélange de perspicacité et de scepticisme propre à Vargas Llosa. Il s'agit d'un maître-écrivain. Aussi n'ai-je pas hésité à me plonger dans son Dictionnaire amoureux de l'Amérique latine (Plon, 2005) traduit de l'espagnol par Albert Bensoussan, lui-même un écrivain attachant et le traducteur attitré de Vargas Llosa auquel il a consacré un essai. Ce dictionnaire tient de l'autobiographie sentimentale, intellectuelle et politique. Vargas Llosa a été candidat malheureux à la Présidence du Pérou mais on notera que les premières phrases du Dictionnaire amoureux de l'Amérique latine le présentent comme ayant été dans sa jeunesse une sorte de latino-américain ayant la tête ailleurs. Et c'est ailleurs qu'il redevint latino-américain : « c'est à Paris, dans les années soixante que j'ai découvert l'Amérique latine (...) A l'exception de quelques célébrités, comme Pablo Neruda et Jorge Luis Borges, c'est à peine si je connaissais un ou deux auteurs hispano-américains ». La traduction française des auteur latino-américains encouragea la reconnaissance par l'Amérique latine de ses propres écrivains. Voici que Vargas Llosa évoque l'écrivain cubain Alejo Carpentier (que Mohamed Ben Abdesslam, alors responsable des émissions francophones de la RTM m'invita à interviewer en compagnie d'Ignacio Ramonet, le romancier du Partage des eaux et de Concert baroque étant de passage à Rabat) et le Dictionnaire amoureux de l'Amérique latine nous prodigue des souvenirs, des analyses et des descriptions que Vargas Llosa accumula à partir des années soixante pour dire le multiplicité des enjeux, des prestiges et des drames de l'Amérique latine. Il commence par évoquer son compatriote, Ciro Alegria dont il salue le roman Vaste est le monde, puis le Brésilien Jorge Amado auquel il destine une jolie formule : « Et j'en mets ma main au feu, il n'y a pas une personne au monde ayant connu et lu Jorge Amado qui s'aviserait de l'expulser du paradis. » L'entrée Amazonie de ce Dictionnaire... repose sur le souvenir qu'a Vargas Llosa d'une expédition à laquelle il put participer en 1957, à l'invitation d'un anthropologue là où vivent des tribus aguarunas et humbistas : « Passer de Lima à Chicais ou Urkusa, c'était sauter du XXe siècle à l'âge de pierre, entrer en contact avec des compatriotes qui vivaient à demi-nus, dans des conditions extrêmement primitives et, de surcroît, impitoyablement exploités ». A la lecture de ces lignes, le souvenir m'est revenu de ce qu'écrivit Edward W. Saïd dans Réflexions sur l'exil et autres essais (Actes Sud, 2008) : « La fameuse analyse de Mario Vagas Llosa d'un massacre andéen de journalistes péruviens (Inquest in the Andes : A Latin American Writer Explores the Political Lessons of a Peruvian Massacre, New York Times Magazine, 31 juillet 1983) est fondée sur la prédisposition des Indiens andéens à des formes particulièrement terribles de meurtre systématique ; la prose de Vargas Llosa est lestée d'expressions sur les rituels, l'aspect rétrograde et l'immuabilité lugubre propre aux Indiens, qui se fondent toutes sur l'autorité ultime de descriptions anthropologiques ». C'est bien la preuve qu'un grand talent n'empêche pas de donner prise à des polémiques ! Vargas Llosa apparaît dans son Dictionnaire amoureux de l'Amérique latine plus mesuré dans ses analyses qu'il n'en a quelquefois donné le sentiment, mais sa révolte est intacte contre le sort des paysans au Pérou lorsque la crise et le terrorisme les réduisaient « à une économie de subsistance et à un statut d'infra-humanité ». On s'amuse dans ce livre foisonnant, quand le romancier, natif d'Arequipa, rapporte la « névrose passagère qui affecte l'autochtone. Un beau jour, le plus paisible des Aréquipiens cesse de dire bonjour, passe des heures la mine renfrognée, dit et fait les pires extravagances et, pour une simple divergence de vues, prétend assommer son meilleurs ami. » La culture maya et aztèque est évoquée par Vargas Llosa à travers l'œuvre de l'écrivain guatémaltèque Miguel Angel Asturias. La première femme célébrée par Vargas Llosa est l'agent littéraire Carmen Bacells dont il dresse un portrait haut en couleurs. Voici la Bolivie que Vargas Llosa connut dans son enfance. Et les relectures se poursuivent : L'Argentin Jorge Luis Borges dont notre auteur affirme qu'il fut le phénomène le plus important de la littérature moderne de langue espagnole. Vargas Llosa se souvient de l'avoir interviewé en 1963 : « Qu'est-ce que c'est, pour vous, la politique, Borges ? » : « Une des formes de l'ennui ». Le défilé se poursuit avec le peintre Fernando Botero et le cinéaste Luis Bunuel. Il est question de Che Guevara aussi bien que du poète mexicain José Emilio Pacheco, des Incas et de Flora Tristan qui demeura huit mois à Arequipa et deux à Lima en 1834 : « Dans ces Mémoires, elle devait brosser un formidable portrait de cette société féodale et violente... » Le Dictionnaire amoureux de l'Amérique latine de Mario Vargas Llosa constitue une sorte d'hymne à la création littéraire, à la liberté et manifeste un effort constant de lucidité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.