Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Imane Humaydane, une romancière libanaise virtuose de l'intime
Publié dans Le Soir Echos le 18 - 02 - 2013


Certains romans ont le pouvoir de poursuivre dans notre mémoire un trajet secret, patient et obstiné. Ils nous accompagnent dans une méditation songeuse longtemps après la dernière page tournée. C'est ainsi que j'ai conservé à l'esprit le charme inquiet du nouveau roman de la Libanaise Imane Humaydane D'autres vies (Verticales, 2013, traduit de l'arabe par Nathalie Bontemps) au point de m'y replonger pour en vérifier la séduction. La bonne surprise était intacte. C'est un livre qui résiste parfaitement à la relecture tant sa ligne mélodique affirme sa justesse. L'exil est le lampion mélancolique de ce roman nocturne qui fore avec une sincérité non exhibitionniste des blessures secrètes. Le roman d'Imane Humaydane répand un parfum de femme libre de se penser elle-même à travers les douceurs amères et les stupeurs du retour. Venant du Kenya où elle est mariée sans amour, Myriam, revenue à Beyrouth est donc attendue à Mombassa tandis que Wafa lui enjoint presque de ne pas se réinstaller au pays natal : « Cherche un autre endroit, tu ne pourrais pas vivre ici. La vie ici est écœurante, comme tu vois. Le pays est scindé entre assassins et... assassins. Et on est pris en otage, c'est immonde ». L'amertume née de la guerre civile subie avec tous ses outrages résonne dans D'autres vies comme un tocsin. Or, Myriam a conservé pour son pays un attachement viscéral. Au Kenya, elle allait chercher à la poste des colis de livres envoyés de Beyrouth. D'autres vies nous procure cette même impatience pour ce qui vient du Liban. A Beyrouth, Myriam est hantée par le souvenir de Georges, l'homme qui ne la rejoignit jamais en Australie. L'errance semble devenue l'autre nom de Myriam, la couleur insaisissable de son destin. Imane Humaydane nous promène avec une virtuosité musicienne dans les humeurs et la colère intime de Myriam dont les refus sont devenus les refuges. On est requis dans ce livre par l'entêtement si loyal à tâcher de redéfinir la place de chacune et de chacun dans le déchirement qu'éprouve l'héroïne. Son frère a été tué au début de l'année 1978 : « Un obus explosa, et ses éclats s'éparpillèrent jusqu'au balcon du premier étage de notre maison à Zuqaq el-Balat (...) Deux jours après l'enterrement, les jeunes du quartier trouvèrent des lambeaux de ses membres accrochés aux branches de quelques arbres du voisinage, calcinés par l'explosion. » Cet affreux souvenir est au cœur de ce roman tel une hantise nimbant tous les instants du retour de Myriam tandis que les habitants de la ville veulent se persuader que la guerre est finie. Myriam peut-elle accepter les propos du journaliste lui assurant qu'à « Beyrouth, tout commence en drame et se termine en caricature » ? Ce que le roman d'Imane Humaydane dessine fébrilement, c'est, tout au contraire, une véritable répulsion pour la caricature comme condition de l'existence et imposition d'identité. La romancière interroge sans répit le dessein mystérieux des âmes et des corps. Myriam dialogue avec les vivants dans une subliminale fidélité à ses morts. D'autres vies est le roman sans condescendance d'un voyage en soi-même et au Liban comme si la narratrice caressait, autant que tel amant, un cèdre qui ne cède pas sous l'orage des souffrances et dans la brume des atermoiements amoureux. Ici, la pensée de l'amour participe d'un amour de la pensée. Au final c'est bien des tourments d'une liberté de femme que la romancière qui vit elle-même entre Beyrouth et Paris nous aura fait les témoins non point médusés mais absolument conquis. Ce qu'il y a de futile dans l'amour, le philosophe Günther Anders l'observait dans Aimer hier, notes pour une histoire du sentiment (New-York 1947-1949), un ouvrage qui vient d'être traduit de l'allemand par Isabelle Kalinowski aux éditions Fage. Il écrivait : « Que nous le déplorions ou non, le monde étant ce qu'il est, la vie privée, de nos jours, ne peut être au centre de notre vie ; elle ne doit donc pas nous gâcher la vie ». Ce qui fait tout le prix du roman d'Imane Humaydane, c'est précisément l'effort de ne pas se gâcher la vie qui court dans son récit comme un oiseau dont le chant ne sera audible qu'après la traversée des cercles de l'égoïsme et de l'altruisme qui jouent si souvent à se méprendre l'un sur l'autre tandis que brûlent au dehors et en dedans les feux jamais éteints de la violence humaine. Pourquoi d'autres vies est-il un roman qui résiste à l'oubli ? Peut-être parce que Imane Humaydane sait créer des personnages qui ne sont pas figés dans des certitudes mortifères. Myriam affronte sa fragilité avec la fraîche insolence de qui désire regarder la vie dans les yeux pour parvenir à se comprendre et à comprendre autrui. Il n'est pas indifférent, évidemment, que la romancière ait par ailleurs consacré son travail d'anthropologue aux récits de disparus pendant la guerre civile libanaise. Avec D'autres vies, elle nous pose à tous la question du manque, de pourquoi et comment nous risquons de nous détourner du bonheur comme du malheur d'autrui en nous contentant de nous taire sur nous-mêmes et sur les autres.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.