Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    African Lion 2021 : les préparatifs s'enchaînent avant le grand exercice    Donald Trump conforte son emprise sur sa famille politique    Journée Internationale de l'Arganier: La recherche scientifique sur l'arganier dans l'agenda de la FSR    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    Témoignage: Kacem Bellouchi, le médecin passionné de littérature    Un allègement contrôlé des mesures restrictives est envisageable    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    Aid El Fitr 2021: voici la date de la fin du Ramadan au Maroc    Gloire au peuple palestinien    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    Elections 2021: Le Mouvement populaire, le pivot de la majorité    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mercredi 12 mai    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    Covid-19 : l'Unesco appelle à une science ouverte des brevets sur les vaccins    DGAPR : Une légère baisse des contraventions notifiées au ministère public    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Pourquoi il faut réhabiliter le tourisme culturel    Indices PMI : les tensions inflationnistes continuent de se renforcer dans le secteur manufacturier    Echec d'une manœuvre grossière du polisario au Parlement européen    Lutte contre la production de sacs en plastique interdits : Démantèlement d'un atelier clandestin à Benslimane    Edito : Data cash    MCO-RCOZ (0-0) : Un nul et beaucoup de regrets !    IRT-HUSA (1-1) : Le Hassania n'a pas volé le nul !    Covid-19 : le variant indien détecté dans 44 autres pays    DHJ-OSC (0-1) : La rechute jdidie, l'arrêt de l'hémorragie mesfouie !    Météo/Maroc : Temps stable avec ciel dégagé ce mercredi 12 mai    Maroc/Conseil de gouvernement : L'ordre du jour de la réunion de ce mercredi 12 mai    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Le Groupe socialiste dénonce un agissement allant à l'encontre de toutes les normes diplomatiques et qui doit interpeller les forces vives d'Espagne    Botola pro D1 : Le Raja lorgne de nouveau la pole position    Akid sanctionné par l'OCK    Report de la séance mensuelle de politique générale de la Chambre des conseillers    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Chelsea : Des changements contre Arsenal avant la finale de FA Cup    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    Botola Pro D1: le classement provisoire (16e journée)    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    Le Maroc réitère son rejet catégorique des violations qu'a connu Al Qods    Fatima Tabaamrant : la voix engagée !    Patrimoine: la Villa Harris fait peau neuve    L'ONU "profondément préoccupée" par la violence à Al Qods-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Pr. Redouane Rabii a la médecine dans la peau et la patrie dans le cœur
Publié dans Libération le 25 - 10 - 2020

Un des pères fondateurs de l'endourologie au Maroc, premier Marocain à traiter les maladies de la prostate avec du laser, premier à utiliser les cellules souches contre le diabète et le vieillissement, précurseur de la chirurgie urologique robotisée en 3D... A 54 ans, le professeur Redouane Rabii, urologue émérite, spécialiste de santé sexuelle et pionnier de la médecine régénérative au Maroc, au monde arabe et en Afrique, est un habitué des premières fois et un abonné aux exploits scientifiques et médicaux. Entre consultations, bloc opératoire, travaux de recherche (il en a publié 160) et visioconférences, l'homme, un science-addict infatigable et insatiable, est surbooké. Ce qui ne l'empêche pas de recevoir, pendant plus de deux heures, l'équipe de BAB dans son bureau chic et sobre au sein de l'hôpital universitaire international Cheikh Khalifa à Casablanca.
C'est un homme grand et élancé, à la chevelure lisse et noire, enveloppé dans sa blouse blanche immaculée et tout sourire qui vient à notre rencontre en noussaluant chaleureusement (verbalement et pas physiquement, distanciation sociale oblige). Malgré les dizaines de prix et de certificats de reconnaissance internationaux et les photos souvenirs avec de grandes personnalités politiques et médicales qui tapissent le mur de son bureau, le professeur Rabii garde en son être et paraître cette humilité et cette simplicité caractéristiques des grands hommes. La glace est immédiatement brisée et la conversation s'engage à bâtons rompus, fluide, spontanée et agréable. C'est avec faconde et une vive passion dans la voix et le regard que notre hôte nous entretient des transformations qu'a connues l'urologie au Maroc, ses perspectives de développement et sa contribution, comme enseignant-chercheur, praticien et associatif, à l'essor de la discipline. Ayant roulé sa bosse pendant 25 ans dans ce domaine, il est capable de disserter sur le sujet pendant des heures et des heures, dans un arabe, français et anglais irréprochables. Un "Ibn Battouta" de la médecine. France, Allemagne, Etats-Unis, Royaume-Uni, Japon, Corée, Australie... , de congrès en congrès et d'hôpital en hôpital, le Pr. Rabiisillonne les capitales mondiales de la recherche médicale. De ses pérégrinations, il rentre toujours avec une innovation chirurgicale ou une découverte thérapeutique qu'il va implémenter sans tarder dans son pays natal. C'est d'ailleurs grâce à lui que l'endourologie a fait son entrée au Royaume, en 2000. Idem pour la vaporisation photo sélective de la prostate (VPP), une technologie laser très avancée qu'il a introduite en 2013 et qui offre un maximum de sécurité et de confort aux patients pour un prix abordable.
De tous ses faits d'armes, difficiles à énumérer, deux sont de principalessources de satisfaction pour le professeur Rabii: le premier, c'est d'opérer, dans le cadre d'une caravane médicale organisée annuellement par l'Association marocaine d'endo-urologie dont il est le président-fondateur, les habitants d'un douar ou d'un patelin enclavé moyennant les meilleurestechnologies médicales du monde, celles adoptées par les établissements de santé les plus prestigieux en Corée et au Japon. "Pour moi, c'est l'extase, un moment fort de mon existence", confie-t-il. Le deuxième motif de fierté de notre interlocuteur, c'est d'avoir pu "démocratiser" et "démystifier" la chirurgie de la prostate au Maroc, dansla mesure où, grâce à la technique de VPP, cette opération "ne fait plus peur comme avant, n'a presque pas d'effets secondaires et ne nécessite plus de séjour à l'hôpital". Et de toutes ses rencontres, au fil d'un quart de siècle de carrière, c'est celle avec Anthony Atala, président du département d'urologie de la Wake Forest School of Medicine en Caroline du Nord aux Etats-Unis et légende vivante de la médecine régénérative, qui l'a marqué le plus.
Invité de marque du 16ème Congrès arabe de l'urologie, organisé à l'initiative de l'AMEU en 2019 à Casablanca, le Pr. Atala a noué une profonde amitié avec le Pr.Rabii et les deux hommess'échangent depuis visites et correspondances. Un pionnier des cellules souches dans le monde arabe La médecine régénérative est la deuxième passion de ce spécialiste après l'urologie, son amour premier et éternel. "Les cellulessouches c'est l'avenir de la médecine. Dans quelques décennies, la médecine telle qu'on la connaît et la pratique actuellementsera en voie de disparition. Les immenses applications, encore inexplorées, de la médecine régénérative en font une solution miracle pour guérir des maladies réputées incurables et pour lesquelles la science ne propose que des soins palliatifs comme le diabète, l'Alzheimer, le vieillissement et j'en passe. Les cellulessouches peuvent s'avérer efficaces aussi contre les dysfonctionnementsimmunitaires, tel celui lié à la Covid-19. Il y a là un océan de possibilités à sonder", fait-il savoir, des étoiles plein les yeux. C'est que pour le Pr. Redouane Rabii, l'impossible n'existe pas. "Pas mal de fois, quand j'allais expérimenter telle ou telle innovation chirurgicale au Maroc, on me disait: ‘Mais bon sang, qu'est-ce que tu comptes faire là ? Arrêtes de délirer, ça va pas marcher ici, tu perds ton temps, etc... Ma détermination n'en est que plus grande. Je prends la chose comme un défi personnel et je fais des mains et des pieds pour réussir mon projet et prouver aux sceptiques qu'avec de l'ambition et de la persévérance on peut repousser les limites de l'impossible car, là où il y a une volonté, il y a un chemin". Féru des expérimentations médicales, le docteur à la cinquantaine épanouie applique l'adage qui dit "charité bien ordonnée commence par soi-même". Il s'est fait lui-même cowboy pour les besoins de certains de ses essais cliniques.
"Pour vérifier le pouvoir anti-âge des cellulessouches, je m'en suisfaitfaire injecter dans le visage. En recommandant cette technique à mes patients, je sais donc parfaitement de quoi je parle", raconte-t-il, gaiement et sans complexe, en caressant sa mâchoire avec désinvolture. Dans une chambre d'hôpital juste à côté, une femme septuagénaire plie bagage après un bref séjour dans l'unité de soins du Pr. Rabii. "Atteinte de troubles de la mémoire, on lui a administré des cellules souches quiremplaceront celles détériorées par l'âge. Pour l'anecdote, une dame de sa famille qui l'accompagnait a tellement apprécié ce qu'elle a vu qu'elle a demandé à être prise en charge elle aussi pour une thérapie cellulaire anti-âge. Le succès est tellement éclatant que des gens de Dubaï viennent se faire soigner ici parce que chez eux, la thérapie cellulaire n'existe pas encore".Contre responsabilité lourde, âme légère. Poursuivant cette visite guidée dansle centre de médecine régénérative dirigé par notre interlocuteur, nous débouchons dans la salle de soins, où les patientssont confiés aux bons soins d'une équipe pluridisciplinaire qui comprend une esthéticienne, un gynécologue et un dermatologue, pour un résultat zéro erreur. La pièce, à l'image de tout le département, est peinte en couleurs pastel à dominante jaune et orange, "mes couleurs préférées, couleurs de la joie et de la vie". Le Pr. Rabii est un bon vivant. Le poids de ses responsabilités on ne peut plus sérieuses n'a pas réussi à écraser son tempérament jovial, son rire puéril et sa légèreté de corps et d'âme qui laisse admiratif, ni à détourner ce mari aimant et père dévoué de sa petite famille, son premier soutien dans la vie
"Difficile quand on est un professionnel de santé très sollicité en ces temps de crise sanitaire de garder l'équilibre entre sa vie professionnelle et familiale. Le plus dur, c'est de partir chez-soi le soirla peur au ventre d'apporter le virus à ses proches. Mais, Dieu merci, j'ai la chance d'avoir une famille aimante dont le soutien me donne l'énergie et le courage d'aller de l'avant", s'attendrit-il. Seule une de ses quatre filles a emprunté la voie de son père en poursuivant des études de médecine à l'Université Mohammed VI des sciences de la santé. L'aînée est diplômée de la London School of Economics, tandis que la troisième fille passera son baccalauréat l'année prochaine et la cadette est inscrite dans l'enseignement primaire collégial. "Tous les goûts sont dans la nature. Une de mes filles rêve d'être pilote et l'autre voue une passion pour les métiers de la bouche, la pâtisserie notamment. La première avait l'habitude de taquiner sa cadette en mettant en avant le prestige dont jouissent les pilotes, leurs revenus élevés par rapport aux cuisiniers, etc. Or, par ces temps de pandémie où les avions sont cloués au sol et les pilotes sont au chômage au moment où les industries alimentaires classées comme essentielles tournent à plein régime, notre pâtissière en herbe semble avoir pris sa revanche", dit-il dans un éclat de rire.
"La moralité de l'histoire, c'est que le coronavirus a bouleversé les paradigmes, changé notre regard par rapport à beaucoup de choses et nous a aidés à distinguer l'essentiel de l'accessoire dans notre existence. C'est l'une des grandes leçons de Covid-19". Parole de professeur !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.