Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    Aérien. Le Canada rouvre les vols directs en provenance du Maroc    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Officiel: un pass vaccinal « provisoire » dès la première dose    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Chambre des représentants : Séance plénière lundi prochain consacrée aux questions orales    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»
Publié dans L'opinion le 16 - 09 - 2021

Connue par les Marocains pour avoir redonné vie à la chanson « Hak a Mama », Neta Elkayam, musicienne et chanteuse israélo-marocaine, sera à Casablanca, en octobre prochain. Elle nous raconte ses débuts et ses ambitions.
- Vous êtes montée pour la première fois sur scène au Maroc en 2013, où vous avez interprété la chanson traditionnelle « Hak a Mama ». Quels souvenirs gardez-vous de cet événement ?
- J'ai des souvenirs incroyables de ma première participation au Festival d'Essaouira. Quand j'ai chanté Hak a mama, je m'attendais à ce que les gens quittent la salle, vu qu'un gourou de la musique m'a dit que c'était un mauvais choix... Il m'avait dit : « Si tu veux chanter Hak a mama, tu dois d'abord appeler une ambulance pour le public » (Rires). Mais j'y croyais fort et le public l'a vraiment aimé.
- Depuis votre interprétation, cette chanson est devenue un tube, repris des dizaines de fois et visionné sur le Net par des millions de personnes. Quel est votre secret ?
- J'aime choisir de vieilles chansons...surtout celles chantées par des femmes...Je ne trouve pas d'explication à cela mais c'est sûr qu'il y a de la magie qui te pousse à aimer une chanson plus que d'autres. C'est comme avoir un coup de foudre pour une personne. Je suppose que le secret est d'écouter son coeur et de suivre l'instinct.
- Vous interprétez et composez vos morceaux avec votre mari Amit Hai Cohen. A quel point cette combinaison participe-t-elle à votre réussite ?
- J'adore travailler avec Amit Hai. Nous nous inspirons beaucoup. A vrai dire, nous partageons la même vision et pouvons parfois lire dans les pensées de chacun... mais c'est aussi très difficile de travailler avec votre partenaire de vie. On risque d'oublier de tracer une ligne entre la vie personnelle et professionnelle.
- Dans certains de vos titres, vous explorez les passerelles entre mélodies pop et jazz, sample électro et rythmes d'Afrique du Nord. Quelles mélodies, marocaines et autres, vous plaisent le plus ?
- J'aime beaucoup de styles de musique...c'est pourquoi j'utilise toutes ces inspirations dans ma musique. Au niveau du répertoire marocain, j'aime écouter le vieux chaâbi classique : Haja el Hamdaouia, Doukkali, Zohra El Fassia, Mohamed El Idrissi, Albert Suissa, musique Gnawa, Amazigh et de la musique Ahidous, La Aïta, mais aussi de la trap marocaine et de la musique hip hop. Je suis beaucoup de musiciens contemporains marocains, dont Manal, Issam Kamal, Saâd Lamjared, Shayfeen et d'autres.
- Comptez-vous produire un duo avec des artistes marocains ? Si oui, lesquels ?
- J'ai déjà enregistré une chanson avec un nom de musicien Gnawa : Mokhtar Gania. Elle sort bientôt !
- A quel point la reprise des relations israélo-marocaines permettra-t-elle d'enrichir les liens entre les artistes des deux pays ?
- J'ai l'impression que nous partageons beaucoup de coutumes et idées. J'ai grandi avec la cuisine, la musique et la langue marocaines. Aujourd'hui, les jeunes ne parlent plus la darija mais j'espère que ça va changer.
- Les judéo-marocains, comme vous, sont très attachés à leurs origines marocaines. Comment avez-vous vécu cette distanciation, avant la reprise des relations israélo-marocaines ?
- Avant de me réapproprier ma langue et ma culture marocaines, j'avais l'impression que quelque chose me manquait. J'ai senti un énorme fossé entre la maison de ma grand-mère et la société israélienne. J'ai l'impression que je fais face à cet écart depuis mon enfance jusqu'à maintenant.
- Par ailleurs, pour répondre à la question récurrente de nos lecteurs, avez-vous reçu votre passeport marocain ? Qu'est-ce que cela représente pour vous ?
- Pas encore. Mais dès que je serai de retour au Maroc, je le ferai. D'abord parce que c'est possible, et parce que cela représente pour moi un rapprochement avec mon grand-père. Il a conservé dans une boîte tous ses papiers toutes ces années. Il était fier de son Identité... il s'est toujours senti Marocain. Quand j'ai eu sa boîte après sa mort, j'ai su qu'il l'avait fait pour nous... c'était comme un message dans une boîte.
Recueillis par Safaa KSAANI

Portrait
Une passionnée du patrimoine marocain

Grâce à son talent et à son courage, Neta ElKayam a réussi à se forger une place sur la scène artistique en Israël et au Maroc, jusqu'à devenir la chanteuse favorite des Juifs orientaux, en particulier ceux originaires du Maroc.
Cette chanteuse est une amazighe de Tinghir, où ses grands-parents paternels sont nés. Sa mère a vu le jour à Casablanca. Ses parents ont immigré en Israël, où elle est née en 1980.
Quant à son mari, Amit Haï Cohen, il est un pianiste autodidacte dont la mère est née à Tizgui, village berbère proche de Ouarzazate, et son père à Djerba. Amit et Neta ont grandi dans la même ville à Netivot, qui est le plus grand rassemblement de Juifs d'origine marocaine. Ils parlent couramment la darija et l'arabe. Ils ont ensemble créé un groupe où ils se réapproprient et revisitent leur héritage musical judéo-marocain.
Dans la vie comme sur la scène, le couple explore cette identité duelle, voire plurielle, comme pour réparer les blessures de l'exil de leurs parents. Ses chansons en darija marocaine sont très populaires.
Elle continue de participer à des festivals, des soirées et des concerts, notamment avec l'orchestre philarmonique andalou à Jérusalem. Ce qui a sans doute contribué à accroître sa réputation...
S. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.