PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    Transformation digitale au Maroc: une nouvelle stratégie sera prochainement lancée    Allocations familiales: ce que prévoit le gouvernement en 2023    PLF 2023: priorité donnée à l'emploi, les détails    Un sardinier marocain avec 23 marins à bord en difficulté au large de Casablanca    Champions League (tours préliminaires): voici les adversaires du Wydad et du Raja    Mercato : Yassine Labhiri choque le WAC et le Raja en signant à ... Berkane (PHOTO)    Maroc/Covid-19: 191 nouveaux cas et 1 décès ces dernières 24h    Réforme de la Santé: ce que prévoit le gouvernement Akhannouch en 2023    Tanger: un camionneur marocain de 37 ans pris la main dans le sac    Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule "dans de bonnes conditions", un pic attendu fin août    Taïwan organise des exercices militaires, accuse Pékin de préparer une invasion    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts soutenus de SM le Roi, Président du Comité Al-Qods    Algérie-arnaque d'étudiants : prison ferme pour deux personnes    Le CCME célèbre les Marocains du Monde et leurs régions    #Dégage_Akhannouch : «le patron d'Afriquia est accusé d'augmenter les prix à la pompe pour s'enrichir»    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc (politologue)    Finances publiques: regain de forme des économies    Jeux de la solidarité islamique : Noura Ennadi offre l'or pour le Maroc au 400m haies    Jeux de la solidarité islamique/400 m haies: Noura Ennadi remporte la médaille d'or    Jeux de la solidarité islamique : Laaraj offre l'or au Maroc, El Bouchti en argent au taekwondo    Football : Le championnat marocain, destination préférée des joueurs algériens    Bourse de Casablanca: Clôture en bonne mine    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    Juillet 2022, l'un des plus chauds mois jamais enregistrés dans le monde    Compteur coronavirus: 191 nouveaux cas, plus de 6,7 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    La Marine royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    Les Casques bleus en Afrique, entre consentement et crise de légitimité    Une nouvelle étude révèle que 58% des maladies infectieuses seraient liées aux menaces climatiques    Frontière turco-syrienne : Erdogan déterminé à mettre en place un corridor de sécurité    L'UE annonce une aide de 261 millions d'euros à l'UNRWA    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Interview avec Ahmed Taoufik Moulnakhla : « Nous voulons contribuer au développement du partenariat Sud-Sud »    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Magazine : Hicham Matini et Saad Nazih, dialogue à distance
Publié dans L'opinion le 03 - 04 - 2022

La galerie d'art 38 ose une exposition bicéphale. Une approche proche de tout et éloignée du reste. Deux artistes s'y «affrontent», étalant une maitrise remarquable, communiquant un amour longtemps prononcé à l'endroit de l'art. Le résultat est surprenant. Les «Deux» se découvrent sans forcément se donner la réplique.
Une généreuse fraîcheur bruine actuellement sur cet espace casablancais. Un duo dont le vis-à-vis est parfois complémentaire, souvent fracturé par des approches éloignées, un pari de faire dialoguer deux artistes ne parlant que très peu le même langage. Un «deux en un» doucereusement cognant. Ils sont jeunes et comptent encore le prouver, le vivre et le magnifier. Un face-à-face qui, pour la circonstance, se fait respectueux, insolent de bonnes ondes. Le tutoiement de ce qui dérange, le grondement du lustré. La bravoure dans un monde tranquille, l'inertie devant la menace.
A malaxer ce tout, c'est la perplexité qui s'exprime. Une heureuse occasion de s'interroger, de laisser s'exciter sa cellule nerveuse, de s'extraire de son confortable drapé. Des pièces où la rigueur n'est palpable que par l'acharnement minutieux de l'exécution. Deux artistes, deux visions, deux univers... Deux !
Rêver d'un lendemain sans fin
Hicham Matini et Saad Nazih font dans le contemporain, nous dit-on avec forte force dans le catalogue de l'exposition. Certes, mais suavement dans le MODERNE. Ils se battent et combattent, ironisent et chatouillent. Si cela ne fait d'eux que des modernes, il les maintient comme contemporains. Et l'art, où se situe-t-il ? Dans les coins et les recoins d'une approche vieille comme le futur qu'ils tracent au compas du présent. Leur passé est opiniâtrement récent. Et c'est la fête des formes et des couleurs, de la géométrie et des courbes, du solide et de l'effilochement. La salve des matières apprivoisées finit par mettre aux prises le contemporain et le moderne, justement.
Nous sommes en 2022 et notre discours n'a pas d'âge. Les deux perturbateurs que nous avons sous le regard sont des témoins d'une société qui les connaît moins qu'ils ne la connaissent. Elle les ignore, puisqu'elle ne les compte pas parmi ses affidés. Eux, la secouent avec fermeté. Mais est-elle sensible à leurs codes ? S'en soucie-t-elle ? Dans pareil cas, suggérons, même si cela paraît démesuré, le «work in progress» civique. De toute la sphère artistiquement créative. Sans embrasser des citations ou se référer à des réalisations d'antan, ni évoquer de grands précurseurs pour comparer le présent au lourd et fondateur passé, occupons-nous de ce que nous recevons comme gifles actuelles, riches d'un fécond devenir. Comparer n'est pas parer. Bien à l'inverse, cela signifie : «Vous ne faites que 'copier' ce qui a déjà été réalisé.»
De grâce, laissez-nous rêver d'un lendemain sans fin. Ceux qui citent sont ceux qui espèrent étaler leurs connaissances au mépris de l'oeuvre qui se présente à eux. Ils sont critiques et le soulignent à travers d'écrits auto-satisfaisants. Dommages, sans réels intérêts. Et lorsqu'on se perd dans pareilles mises en abime, on est pris par une incongruité prête à faire oublier le sujet principal, l'oeuvre produite et livrée au «traitement» de dieux auto-proclamés de l'esthétique plastique parfois assimilée à de nouveaux médiums d'expression dont ils ne maîtrisent pas forcément la genèse. Maintenant, lâchons ce pénible segment pour revenir à nos amours simples, celles de l'art tout bonnement. Saad et Hicham étant, ici, les maîtres de cérémonie.
Piste de glisse, rose des sables
Que dire de cette exhibition bicéphale riche en enseignements? Qu'elle touche l'oeil et le coeur, qu'elle a besoin d'un approfondissement d'actes plus poignants, d'une fluidité séparée, d'un cheminement logiquement personnel démontré par l'actuelle exposition. Nazih et Matini ne se connaissent pas forcément, mais cet accrochage les unit pour une expérience capable de leur dire que le dialogue artistique est possible. Chacun des deux a sa piste de glisse, chacun des deux a sa rose des sables.
Seulement, chacun des deux est loyalement épris de ses propres attaches créatives. L'oeuvre de Matini, matinée de pop'art, clache le dessin pour le récupérer en associé jonché d'une peinture passablement non identifiée, la diva Oum Kelthoum en partance. Quand Nazih se brûle les sens en associant l'huile à ses toiles, il s'ouvre grandes les portes à des saisons qu'il compte en quatre et qui ne sont que l'assaisonnement d'une belle et troublante approche, signifiée par ce «Et Dieu créa l'homme, la femme et l'argent».
Que gardons-nous de ces oeuvres ? Des lendemains à redessiner, un lyrisme qui ne communique pas toute sa poésie. Nos sentiments enlaceront-ils une expression exaltée ? Nous y tenons, mais laissons faire le temps qui court, laissons jaillir les talons qui font courir. Quant aux talents, ils nous suivent au pas. Espérons qu'ils ne se lassent pas de nous surprendre, l'arme étant dans le feu de la création.
Anis HAJJAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.