Jeux de la solidarité islamique/Taekwondo: Abdelbasset Wasfi décroche la médaille d'or, Safia Salih et Nezha El Assal en bronze    Le Real Madrid remporte la Supercoupe de l'UEFA contre l'Eintracht Francfort    Bancarisation : l'offre de BCP pour les 12-17 ans    فيروس كورونا: 148 إصابة جديدة وحالتي وفاة خلال ال24 ساعة الماضية    La Bourse de Casablanca clôture en légère hausse ce mercredi    Transport routier : c'est parti pour les primes à la casse    Donald Trump suggère que le FBI pourrait avoir «placé» des preuves lors de la perquisition    Le Maroc organise des colonies de vacances au profit des enfants d'Al-Qods à partir du vendredi    Rabat: Hammouchi reçoit son homologue espagnol    PLF 2023: le gouvernement veut réduire les disparités territoriales    La CAF lance la Super League    Vahid Halilhodzic va quitter les Lions de l'Atlas (L'Équipe)    Covid. 148 nouveaux cas et 2 décès enregistrés au Maroc (Bilan quotidien)    Vague de chaleur vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Oscars 2023: Appel à candidatures pour sélectionner le long-métrage qui représentera le Maroc    CAF: la Super Ligue africaine dès août 2023    Relever le nez du guidon !    L'UE présente le « texte final » visant la réactivation de l'accord de Vienne    L'hépatite C trop peu soignée à causes de « barrières » dans l'accès aux traitements    Le tableau se précise sur les symptômes et la transmission    La Jeunesse Socialiste dénonce le terrorisme de l'entité sioniste    Une vie et demie pour la profession et la patrie    Un point de connexion pour se réunir et vivre une nouvelle expérience    Un autre coup cinglant au patrimoine de la ville    « Surveiller » ! Le Maroc et la peu reluisante vocation des Apparatchiks d'Alger    Contre vents et marrées, Biden engrange des succès    Algérie: Deux anciens ministres condamnés pour corruption    Education: le PLF2023 décline les grandes lignes de la réforme    Bejaad : Festival du cinéma et des arts plastiques    El Jadida : Entre les Doukkalis et le cheval, un lien particulier    Cinéma junior : Et de 5 pour le Festival éducatif de Soura    Le Guatemala est un « allié fiable » du Maroc en Amérique centrale (ministre des relations extérieures)    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    Célébration de la « Journée du migrant » : Entre acquis et défis des temps futurs    Espagne : près d'un million de demandes de résidence et de travail en 2021, un record !    KFC ouvre un nouveau restaurant à Derb Ghallef    La 6ème édition du forum international de la TPE à Dakhla    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans
Publié dans L'opinion le 26 - 06 - 2022

L'hydrogène vert s'est imposé comme l'un des meilleurs candidats pour décarboner les filières dépendantes de l'électricité et le Royaume a tous les atouts pour devenir un fournisseur clé pour le vieux continent.
Nous sommes en 2050 et le Maroc a efficacement relevé le défi d'enrayer le changement climatique, et a activement établi un système énergétique zéro carbone abordable et fonctionnel, l'hydrogène en constituant l'épine dorsale. Cette image est tout à fait réalisable. Le Maroc, qui pourrait commencer la production d'hydrogène vert « made in Morocco » d'ici trois ans, a tous les atouts pour devenir un fournisseur clé d'hydrogène vert pour l'Union Européenne, ont souligné des ministres européens à l'occasion de la 2ème édition du Sommet « World Power-to-X Summit » (PTX22) qui se tient du 22 au 24 juin.
Pendant essentiel de la production d'énergie renouvelable, l'hydrogène fournit un moyen de stockage d'énergie pour surmonter l'intermittence et équilibrer l'offre et la demande. L'établissement d'un système énergétique basé sur l'hydrogène ne sera cependant pas facile.
Parallèlement à l'expansion rapide et continue des énergies renouvelables, plusieurs phases techniques, politiques et d'investissement sont encore nécessaires pour faire évoluer l'industrie de l'hydrogène. Ces enjeux impliquent, sans doute, la mise en place d'une action réfléchie et collaborative.
L'hydrogène, d'une idée à un véritable catalyseur économique
Soulignant le potentiel important du Maroc au niveau du secteur de la transition énergétique, le ministre néerlandais des Affaires économiques et de l'action pour le Climat, M. Rob Jetten, a indiqué que le pays «peut devenir un fournisseur clé d'hydrogène vert» pour l'Europe qui a un grand besoin d'hydrogène.
Cette production ne peut pas être réalisée dans sa totalité par les pays de l'Union Européenne, a fait savoir Jetten, précisant qu'une partie de cette production va provenir d'autres régions, comme l'Afrique du Nord, notamment le Maroc.
Ceci dit, les gouvernements ont le devoir de créer un environnement politique où l'industrie est habilitée à accélérer le déploiement de l'hydrogène, à travers notamment la création d'une demande d'investissement et d'innovation accrus, et la réduction des coûts associés à la production et à la distribution d'hydrogène, tandis que les acteurs de l'industrie, tels que les fournisseurs d'énergie, les fabricants de transports, doivent poursuivre leur engagement à développer les technologies qui conduiront le monde vers un avenir plus propre.
Chacun a son propre rôle à jouer, mais la collaboration public-privé est le moyen principal pour transformer l'économie de l'hydrogène d'une idée en un véritable catalyseur de la transition énergétique. En ce sens, le responsable a indiqué que plusieurs entreprises néerlandaises travaillent déjà sur des projets de partenariat avec des acteurs de l'écosystème au Maroc, rappelant que « le Maroc et les Pays-Bas reconnaissent l'importance de l'hydrogène vert dans la transition énergétique pour décarboner nos économies ».
De son côté, la ministre allemande de la Coopération économique et du Développement, Mme Svenja Schulze, a indiqué que le Maroc et l'Allemagne avaient signé un accord pour la mise en place d'une usine pilote de production d'hydrogène vert. « Un hydrogène vert made in Morocco sera produit d'ici trois ans », a-t-elle relevé.
Le Maroc, un modèle à suivre
Schulze s'est ainsi félicitée de la construction de cette unité de production qui sera « un jalon important pour la réalisation de notre vision commune », appelant les autres pays à suivre l'exemple du Maroc, qui a adopté une politique audacieuse et visionnaire dans le domaine de la transition énergétique.
Dans ce sillage, la responsable allemande a noté que les technologies associées au Power to X, qui est basée sur la conversion d'électricité ou son stockage pendant les périodes où la production d'énergie renouvelable intermittente dépasse la demande, parmi lesquelles l'hydrogène vert, se présentent aujourd'hui comme des outils clés pour concrétiser la promesse de l'Accord de Paris, faire face au réchauffement climatique et décarboner les économies.
Le potentiel de l'hydrogène vert pour de nombreuses utilisations en fait une alternative prometteuse pour les secteurs où la décarbonation et l'utilisation de l'électricité sont complexes tels que les industries de la raffinerie, et des transports lourds terrestres, aériens et maritimes.
Pour sa part, la ministre belge de l'Energie, Mme Tinne Van Der Straeten, a fait valoir que le Sommet «World Power-to-X Summit» à Marrakech constitue une plateforme importante pour unir les efforts de la communauté internationale en faveur du développement des technologies liées au Power to X, soulignant que l'hydrogène vert constitue une alternative aux énergies polluantes et contribue ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique.
« Nous pouvons réaliser le rêve de construire une société zéro carbone si nous travaillons la main dans la main », a déclaré la ministre belge, mettant en avant l'importance des perspectives de coopération dans le domaine des énergies renouvelables entre les différentes parties de l'écosystème dans les continents européen et africain.
Organisé par l'Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles (IRESEN), en partenariat avec l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), le PTX22 vise à mettre sur la table du débat les stratégies innovantes dans le domaine de l'hydrogène vert et de sceller des partenariats pour une nouvelle ère énergétique propre.
Outre les risques climatiques accrus relatifs au réchauffement climatique, l'importance des systèmes énergétiques basés sur l'hydrogène a connu une grande envergure avec la flambée des prix des carburants. L'une des principales utilisations de l'hydrogène vert est celle de substitut aux carburants et à l'hydrogène d'origine fossile dans divers procédés actuellement réalisés au niveau des raffineries et des usines pétrochimiques.
Kawtar CHAAT
Hydrogène : un système de stockage prometteur attendu

En marge de la deuxième édition du « World Power-to-X Summit », HDF Energy et la Somas ont annoncé un projet de stockage d'hydrogène vert dans les cavités de la mine de sel de Mohammedia. Dénommé Melhy Project, ce chantier, qui s'inscrit dans le cadre du plan d'action de la feuille de route de l'hydrogène vert publié en 2021, permettra de stocker l'équivalent de 10 gigawatts d'électricité, soit l'équivalent de 6 heures de consommation d'électricité à Casablanca.
La première phase du projet porte sur les études de faisabilité qui seront marquées par la participation de l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), l'Université Ibn Tofail de Kénitra, l'entreprise espagnole Enagas ainsi que la Green Energy Park, plateforme de recherche de l'Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.