Examen de la coopération sécuritaire maroco-américaine    Josep Borrell brise les rêves du Polisario et de l'Algérie    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Le Maroc émet avec succès un emprunt obligataire de 1 milliard d'euros en deux tranche    Médicaments covid-19, la rupture est confirmée    Grand oral du Maroc à Genève sur la politique des services    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Enzo Zidane proche du Wydad de Casablanca    Messi, prié de rester au Barça mais privé de sa garde rapprochée    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Vaccin anti-Covid19: la Chine veut produire 610 millions de doses par an    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo: ce que l'on sait    Quel avenir pour le tourisme au Maroc ?    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    La vision de la CGEM pour la relance    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Plus de 80% des cas dans les pays africains sont asymptomatiques, annonce l'OMS    António Guterres : « la coopération internationale a échoué face à la Covid-19 »    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Test PCR. On a piégé un laboratoire    Internats fermés. Des élèves dans la rue    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    LF 2021 : voici les propositions de la CGEM [Document]    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Dislog Group consolide son portefeuille de marques avec « Fine »    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Communiqué final du 16ème Congrès du Parti de l'Istiqlal
Publié dans L'opinion le 08 - 07 - 2012

Au terme de ses travaux dimanche dernier, le 16ème Congrès du Parti de l'Istiqlal qui s'est tenu à Rabat 29, 30 juin et 1er juillet sous le signe : « Attachement aux constantes de la Nation et mobilisation pour une saine gestion de la chose publique », a rendu public un communiqué final général. Ci-après la traduction des volets relatifs aux domaines économique, social, de l'évaluation de l'action du parti et des questions régionales et internationales.
.
Trois : Dans le domaine
économique
Le projet économique égalitariste : actualité de l'option égalitariste face aux défis et aux retombées de la crise économique mondiale
Ayant présents à l'esprit les objectifs de l'égalitarisme économique et social fondé par le regretté leader Allal El Fassi et dont le Parti de l'Istiqlal a fait une référence pour son modèle de développement sur la base, notamment, de son document en date du 11 janvier 1963, tenant compte de la crise économique mondiale et de ses répercussions sur l'économie marocaine, le congrès réaffirme que l'option égalitariste est toujours d'actualité face aux défis et aux retombées de cette crise, qu'elle est, comme elle a été, une alternative économique et sociale sérieuse, actuelle et efficace, une alternative rationnelle et adaptée à la période de crise et aux périodes d'après la crise, en ce qu'elle prône l'humanisation de l'économie de marché, le renforcement de l'économie sociale et solidaire et la réduction des disparités sociales et spatiales.
Le congrès propose à ce sujet de construire le projet économique égalitariste à partir d'une stratégie économique s'articulant sur deux axes :
Primo : consolider le « principe de souveraineté » et dépasser celui de « la règle d'or » budgétariste afin de parvenir aux équilibres macro-économiques à travers une approche consistant à limiter le taux de la dette extérieure par rapport au PIB à des niveaux permettant de préserver la souveraineté des décisions économiques nationales et d'honorer les engagements dans les domaines du développent et social.
Il suggère, à ce propos, certaines mesures à même d'orienter l'économie nationale dans ce sens, essentiellement, à travers le soutien et le renforcement de la demande intérieure, la protection du pouvoir d'achat, l'amélioration des mécanismes de solidarité et de protection sociale, l'encouragement de l'investissement et la création d'opportunités d'emploi, la qualification de l'élément humain, l'encouragement de l'économie solidaire et sociale, la consécration de la justice fiscale et l'élargissement de l'assiette fiscal en vue de financer le Fonds de solidarité, le développement du monde rural, ainsi que par le renforcement de la compétitivité de l'offre nationale à l'export, l'amélioration du climat des affaires afin d'immuniser davantage l'entreprise nationale et de renforcer le rôle des acteurs économiques, aussi bien qu'à travers la consécration de la bonne gouvernance et la lutte contre l'économie de rente et l'évasion et la fraude fiscales.
Secundo : accentuer et activer le processus de réformes structurantes sectorielles (les secteurs du transport et de l'équipement, de l'agriculture et des pêches maritimes, du commerce, de l'industrie et des nouvelles technologies, de l'énergie et des mines, du tourisme et de l'artisanat) à même d'améliorer les conditions de vie des citoyens et d'arrimer l'économie nationale aux économies mondiales à travers une méthodologie d'intervention intégrée basée sur la coordination et l'harmonie des politiques et des plans stratégiques sectoriels, en vue d'un développement spatial équilibré et durable et de créer des pôles économiques régionaux compétitifs propres à faire des régions des zones propices à la création d'emplois et de richesses.
L'environnement et le développement durable :
Tout en prenant acte de la place centrale de l'environnement et du développement durable dans les stratégies de développement économique et social et dans le domaines des droits de l'Homme, en rappelant l'approche islamique dans le traitement réservé par le parti aux questions de l'environnement et son souci de promouvoir l'environnement et le développement vert et durable à même des garantir les droits des Marocains d'aujourd'hui et de demain, le congrès recommande ce qui suit :
- De mettre en œuvre la Charte nationale de l'environnement et du développement durable,
- D'élaborer une stratégie nationale et régionale ainsi que des programmes locaux dédiés à l'environnement et au développement vert,
- D'intégrer les dimensions environnementales dans les plans de développement,
- D'accorder l'intérêt requis aux ressources naturelles tels l'eau, le sol et l'air, de préserver la diversité biologique végétale et animale à travers une exploitation rationnelle de ces ressources et la réduction de leur pollution et leur dégradation et de prendre les mesures nécessaires à leur régénérescence,
- De protéger l'environnement urbain en élaborant et appliquant des plans et documents urbanistiques qui tiennent compte des spécificités des régions et des collectivités, axés sur les plans territoriaux et environnementaux nationaux et régionaux,
- De solutionner les problèmes des déchets solides, de mettre en place un réseau adéquat et suffisant d'évacuation des déchets liquides et de veiller à une gestion rationnelle des déchets industriels, médicaux et dangereux,
- De lutter contre les pollutions atmosphérique et industrielle en augmentant les subventions des fonds spéciaux dédiés à ce volet, en resserrant le contrôle afin d'inciter les régions polluantes à respecter les critères techniques et réglementaires relatifs aux émissions de gaz, aussi bien que de combattre la pollution urbanistique (laideur architecturale, anarchie des transports, occupation des zones vertes, occupation du domaine public, bruits, etc.),
- De préserver la qualité du sol et de limiter sa dégradation et son éboulement ainsi que de lutter contre la désertification et la salinisation,
- D'encourager l'investissement dans les énergies renouvelables, de soutenir les programmes d'efficience énergétiques et de rationaliser l'exploitation de l'énergie fossile,
- D'élaborer un schéma directeur territorial en vue d'aménager et d'urbaniser le littoral et qui tienne compte des variations climatiques aux niveaux mondial, régional et national,
- D'intégrer la durabilité et la protection des zones précaires dans le Code de l'urbanisme et de s'y conformer dans les faits,
- De développer l'économie verte en tant que moyen de parvenir au développement durable dans le cadre d'une stratégie nationale et régionale idoine,
- De promouvoir l'éducation environnementale et de propager la culture et principes de protection de l'environnement.
Quatre : Dans le domaine social
Le modèle sociétal égalitariste et le développement escompté
Tout en rappelant les fondement de la pensée istiqlalienne et du projet de société que le parti n'a cessé d'œuvrer à sa réalisation et à la consécration de son modèle à travers ses programmes qu'il propose régulièrement dans les divers domaines et secteurs du développement économique, social, culturel et humain en vue de satisfaire les besoins des citoyens, de leur progrès et de leur prospérité et tout en considérant comme il convient ce que la nouvelle Constitution propose et consacre comme droits sociaux et humains, le congrès affirme :
1- Dans le domaine culturel et pour une renaissance culturelle globale
Qu'il n'est de développement économique, social et politique sans un développement culturel interactif avec son environnement, enraciné dans ses origines et apte à émanciper l'être marocain et à libérer ses énergies créatives,
Appelle à la nécessité d'avoir la volonté politique pour ce faire et à œuvrer, partant, à transcender les slogans destinés à la consommation au profit de l'acte culturel rationnel, de libérer les énergies créatives marocaines et de leur ménager les conditions de la création dans tous les domaines intellectuels et artistiques, de prendre soin des symboles de la culture nationale et d'œuvrer à pérenniser leur image dans l'esprit du citoyen ;
Il insiste, de même, sur la nécessité, pour les media publics, de s'ouvrir sur les productions intellectuelles et artistiques dans toute leur diversité, de veiller à réhabiliter les élites culturelles, de réduire le fossé qui sépare l'intellectuel et l'opinion publique. Il insiste également sur l'impératif et le besoin, pour l'intellectuel, de reprendre et d'assumer son rôle d'avant-garde dans l'encadrement de la société, sur celui de l'éducation et de l'enseignent dans la promotion de la culture nationale à travers la formation sociale, culturelle et artistique et la révision des programmes et manuels scolaires afin d'inculquer aux pousses le sens de la critique et de la création, de réagir à la culture marocaine positivement, tout en insistant aussi sur la nécessité d'accorder de l'intérêt à l'industrie culturelle, d'encourager l'investissement dans le secteur culturel et d'améliorer les conditions matérielles des intellectuels, créateurs et artistes.
2- Dans le domaine de l'information
Le congrès appelle l'Etat à revoir ses relations avec les media sur de nouvelles bases axées sur les libertés d'opinion, d'expression et de la presse ainsi qu'à l'ancrage de la responsabilité morale et déontologique dans l'exercice de ces libertés ;
Insiste sur la nécessité de rompre avec les pratiques du passé, de s'impliquer sérieusement dans le projet modernisateur tel que consacré par la nouvelle Constitution, de contribuer à relever les défis culturels, intellectuels et des valeurs auxquels la société marocaine est confrontée et de répondre aux attentes des citoyens dans tous les domaines ;
Appelle à libérer les énergies au sein des entreprises de presse et de promouvoir la liberté de création et d'innovation à l'abri de toute tutelle ;
Pour ce qui est de la presse écrite, le parti préconise la mise à jour du cadre juridique régissant la liberté de presse, de supprimer les peines d'emprisonnement, de regrouper les lois relatives à l'information dans un seul et unique code et de consacrer une pratique communicationnelle alliant liberté et responsabilité professionnelle et morale.
Il considère que la promotion de la nouvelle presse ou presse électronique est de nature à développer la pratique communicationnelle dans notre pays ; aussi appelle-t-il à hâter la mise en place du cadre légal y afférent et à fixer les critères juridiques pour l'exercice de cette profession conformément aux normes en vigueur.
3- Dans le domaine de l'enseignement, de la recherche scientifique, de la formation des cadres et de la lutte contre l'analphabétisme
Le congrès soutient que pour gagner le challenge du développement humain, il faut impérativement veiller à l'efficience du système éducatif et de formation et à son adéquation avec les exigences de son environnement et les besoins impérieux et sans cesse renouvelés.
Aussi et après avoir rappelé les objectifs du système éducatif et de formation dans sa globalité, le congrès insiste, concernant l'enseignement préscolaire, sur la nécessité d'en élargir la base et de le lier progressivement à celui primaire, de ménager des espaces et des structures convenables pour l'enseignement préscolaire en milieu rural et de le mettre à niveau afin de faciliter l'intégration naturelle de la langue amazighe dans le cycle primaire.
Dans le domaine de l'enseignement scolaire, il appelle à sa généralisation complète dans les milieux urbain et rural, d'améliorer le taux de rétention des élèves au sein du système à travers la lutte contre l'abandon scolaire et l'interruption de la scolarité et de ménager les conditions pédagogiques et administratives à même de promouvoir l'école publique.
S'agissant de l'enseignement secondaire, le congrès préconise l'amélioration, l'élargissement et la diversification de l'offre pédagogique, de qualifier et de mettre à niveau ses établissements en termes de cadres pédagogiques et d'équipements de base, de mettre en place un système de transport scolaire en milieu rural et de veiller à orienter les élèves assez tôt.
Du fait de la diversité des branches du secondaire (originel, technique et professionnel), le congrès insiste sur la nécessité de revoir les programmes et les séances, de ménager les conditions objectives d'un meilleur niveau de ce cycle en tant qu'il constitue une étape débouchant sur l'enseignement supérieur, d'adapter la formation professionnelle en raison de son importance dans le développement économique et social, d'accorder de l'intérêt à l'enseignement originel en ce qu'il constitue l'une des bases de l'attachement à l'identité islamique et civilisationnelle du Maroc et de faire en sorte qu'il soit capable de s'ouvrir aux langues vivantes et aux sciences modernes ; de promouvoir l'enseignement privé en encourageant l'investissement dans ce domaine de façon à en accentuer l'attractivité et à en renforcer les capacités organisationnelles et pédagogiques étant donné que c'est un partenaire essentiel de l'Etat en ce domaine.
Concernant l'enseignement supérieur et la recherche scientifique et partant du principe selon lequel l'édification de la société du savoir et le développement de son économie passent par la réhabilitation du rôle pionnier de l'université marocaine dans la formation, le rayonnement et la recherche scientifique, le congrès insiste sur la nécessité de renforcer le rôle de l'université en matière de développement et de diffusion du savoir, de la science et de la culture, sa contribution à l'enracinement de l'identité marocaine, toutes composantes et confluences confondues, de revoir le cadre réglementaire régissant ce secteur afin de lui permettre de relever les nouveaux défis, d'en améliorer la gouvernance, de développer les filières de la recherche scientifique et techniques et de l'invention, de soutenir et d'améliorer les prestations sociales en faveur des étudiants et de diversifier les partenariats avec l'environnement économique et social.
Quant à lutte contre l'analphabétisme, le congrès recommande la mise en œuvre de la proposition de loi N° 5-07-11, présentée par le groupe istiqlalien à la Chambre des représentants en 2011 et relative à l'obligation de lutter contre l'analphabétisme, de hâter la création de l'Agence nationale de lutte contre l'analphabétisme, d'élaborer une stratégie en vue de renforcer l'évaluation des précédentes expériences et de nouveaux programmes adossés à des partenariats avec la société civile et les collectivité territoriales, de renforcer la gouvernance financière et la gestion du secteur, de s'intéresser à l'éducation informelle de manière à soutenir l'effort fourni en matière d'endiguement de l'analphabétisme et d'en effacer les traces surtout en milieu rural.
4- Dans le domaine de la santé
Afin d'améliorer le système de santé et de garantir au citoyen le droit à la santé sur une base égalitaire et de qualité des prestations, le congrès appelle à l'adoption de la régionalisation élargie dans la gestion des questions de santé tout en dotant les administrations régionales de toutes les spécialités, à moderniser et à améliorer les offres de soins en créant de nouveaux centres de santé, à soutenir l'autonomie financière et administrative des établissements régionaux et provinciaux, à permettre l'accès des citoyens aux prestations de base et à garantir leur droit à la santé, à œuvrer à la généralisation de la couverture médicale dans la perspective d'un système de solidarité entre toutes les caisses (de prévoyance et d'assurance maladie), dans l'intérêt des bénéficiaires et adhérents, à fournir des prestations de soins de proximité, notamment en milieu rural, tout en généralisant le système d'assistance médicale aux profits des couches pauvres et précaires, à opter pour une politique médicamenteuse fondée sur le partenariat et ouverte sur tous les partenaires concernés, à développer le partenariat et à assurer au privé la place qui lui convient en tant que partenaire stratégique.
Il recommande, aussi, d'opter pour une politique de redressement et de renforcement du système de santé à travers le développement et la qualification des ressources humaines, la gouvernance et la définition de priorités stratégiques pour ce qui est des équipements de santé.
5- Dans le domaine de l'habitat
Le congrès appelle à garantir le droit au logement décent à travers un intérêt accru en faveur des couches à revenu limité et en étoffant l'offre, des politiques régionales favorisant le droit à un habitat, en faisant des villes des espaces d'intégrations et de cohésion sociales, l'élaboration d'une nouvelle génération de projets d'urbanisme, la mobilisation de l'immobilier public, l'aménagement de nouvelles zones urbaines, l'adoption d'une nouvelle approche en matière de lutte contre toutes les formes d'habitat insalubre, l'encouragement de l'habite solidaire (coopératif) et l'élaboration du plan national des nouvelles villes.
6- Dans le domaine de l'emploi et de la protection sociale
Le 16è congrès affirme que la création d'opportunités d'emploi est tributaire de la poursuite de l'édification d'une économie forte et apte à créer de la richesse, du renforcement de l'efficience des investissements publics générateurs d'emploi et de richesses, d'une croissance capable de réduire le taux de chômage, d'une formation en adéquation avec les besoins de l'économie et du marché du travail ainsi que de l'encouragement de l'auto emploi.
Il insiste, également, sur la nécessité de parachever le cadre légal et réglementaire régissant les relations de travail, l'actualisation de la structure et des conditions du travail et de promouvoir le niveau des rapports professionnels et la culture du dialogue à travers le dialogue social.
Pour ce qui est de la protection sociale, il appelle au renforcement de la solidarité sociale en renforçant le système de protection sociale, en réformant les caisses de retraite, en améliorant la qualité des prestations, en mettant en œuvre les résolutions et recommandations du dialogue social ; il recommande de soutenir l'action sociale et solidaire pour l'égalité, l'équité et la justice sociales, la mise en œuvre des programmes sociaux ciblés à travers l'élaboration de stratégies en matière de développement social en faveur de l'enfance, de la femme, de la famille, des handicapés et des personnes âgées et en créant et gérant les structures d'accueil au profit des enfants abandonnés, des orphelins, des personnes en situation difficile ou ayant des besoins spécifiques, des femmes en situation sociale difficile et des personnes âgées ; de se pencher sur la situation des retraités, des anciens combattants et anciens membre de l'armée de libération et anciens militaires, des enfant adoptifs de la nation, des ayants droit et des veuves de martyrs ; de promouvoir l'action d'entraide et de solidarité (adoption d'autrui ou des personnes à besoins spécifiques), d'élaborer des programmes en faveur des mineurs vivant dans la rue ; de promouvoir les valeurs de solidarité et d'entraide, de mettre en place des mécanismes de gestion de la sécurité publique ; de combattre le phénomène de la mendicité et de l'éradiquer et d'encourager l'économie sociale.
7- Dans le domaine du développement humain
Le congrès appelle à une évaluation objective et globale de l'Initiative nationale du développement humain (INDH) ; à l'adoption d'une approche verticale, intégrée et englobant tous les programmes concernant les collectivités et quartiers ciblés afin de l'améliorer ; à orienter les programmes de l'Initiative vers les régions pauvres, notamment celles exposées aux variations climatiques (sécheresse et/ou inondations), tout en révisant les secteurs ciblés ; à se focaliser sur les acticités génératrices de revenu ; à privilégier la gouvernance dans la gestion par les associations des projets de programmes dans le cadre de l'INDH.
8- Les Marocains résidents à l'étranger et la garantie de l'exercice effectif de leur nouveau rôle
Tout en prenant acte de l'importance particulière que le parti accorde à nos compatriotes à l'étranger et en étant fier de leur haut esprit patriotique et de leur rôle, à divers niveaux dans les pays d'accueil et dans le leur, le Maroc, appelle à leur permettre d'exercer effectivement leurs droits constitutionnels, d'assumer leurs nouvelles missions et de participer à la réalisation des chantiers de développement que connait le Maroc, à améliorer les conditions de leur accueil et de leur intégration au retour au pays ; à favoriser leur intégration légale, sociale, culturelle et professionnelle dans les pays d'accueil, à améliorer les prestations qui leurs sont offertes dans les chancelleries, consulats et dans les établissements publics de l'intérieur, à élaborer et exécuter des programmes culturels, linguistiques et religieux afin de consolider les liens des deuxièmes générations et suivantes d'émigrés avec la mère patrie et à concevoir une gouvernance efficiente de la Question de l'émigration au Maroc.
9- La jeunesse et les sports
* Dans le domaine de la jeunesse
Le congrès préconise l'élaboration de politiques publiques, intégrées et complémentaire en ce domaine, à adopter une approche intégrée dans le traitement des questions des jeunes et une autre partenariale pour l'exécution des programmes, à améliorer les programmes et prestations offrant des opportunités aux jeunes d'en bénéficier dans toutes les régions, surtout en milieu rural, à poursuivre la construction de structures d'accueil des jeunes dans divers domaines, à hâter la création du Conseil consultatif des jeunes et de l'action associative et à réhabiliter les jeunes ressources humaines en leur redonnant confiance en la pertinence de leurs initiatives et potentialités.
* Dans le domaine sportif
Le congrès insiste sur la nécessité de réglementer le secteur afin de le réhabiliter et de réorganiser les associations sportives, de fixer les domaines de développement du sport marocain et les priorités générales à bref, moyen et long termes, de démocratiser les instances chargées de gérer le secteur, d'imposer la gouvernance dans la gestion des fédérations et des clubs et d'adapter le cadre légal et réglementaire à son évolution, de promouvoir les sports féminin, scolaire et universitaire, de s'intéresser davantage aux handisports, d'adopter un plan de création d'installations sportives à même de permettre au pays d'accueillir des manifestations internationales, d'améliorer la médecine sportive et de créer un Conseil supérieur du sport.
Cinq : De l'évaluation de l'action du parti
Le congrès affirme que l'évaluation de l'action du parti est une pratique constante en application du principe d'autocritique et afin d'améliorer et de renforcer cette action de manière à lui permettre d'honorer sa mission nationale, politique et sociale d'encadrement, de formation et d'orientation des citoyens au service de l'intérêt général, directement ou indirectement.
Et afin de consolider la structuration du parti et d'améliorer son rendement politique en vue de pallier les carences et en aspirant à une bonne gouvernance partisane, le congrès recommande d'opter pour la contractualisation dans l'exercice de la responsabilité, de lier celle-ci à la reddition de comptes et de veiller au respect des règlements et statuts du parti et de réviser ces derniers dans le sens de la décentralisation et de la déconcentration, de revoir les prérogatives de nombre d'organisations parallèles, de renforcer les structures régionales du parti, d'opter pour le système de canaux concernant la structuration et les fonctions du parti, de promouvoir sa presse et de veiller à sa diffusion et de renforcer la communication électronique du parti avec son environnement national et étranger.
Six : Des questions régionales et internationales
L'Union maghrébine, un chois stratégique
Le congrès réaffirme que l'Union du grand Maghreb arabe est un choix stratégique et constant dans l'intérêt de ses cinq peuples et de leur droit à la stabilité, au progrès et à la prospérité ; il table, en sus de la charge historique commune et de l'intérêt commun, présent et futur, sur l'évolution démocratique dans la région en vue de concrétiser cette option.
Au niveau du Monde arabe
Soutien à la cause palestinienne et solidarité avec le peuple syrien
Le congrès, tout en rappelant la position constante du parti qui place constamment la question palestinienne en tête de ses préoccupation depuis la « Nakba » de 1948, réitère la solidarité du parti avec le peuple palestinien dans son combat pour libérer sa terre et édifier son Etat indépendant avec Al Qods comme capitale, appelle à davantage de soutien et d'action en sa faveur en engage les frères palestiniens à s'unir et à resserrer leurs rangs face à l'ennemi ; il salue, de même, l'action du Comité Al Qods et de sa direction pour sa défense du saint sanctuaire.
Le congrès stigmatise la boucherie et le génocide infligé au peuple syrien frère pour avoir réclamé la démocratie, la liberté et la dignité, proclame sa solidarité avec lui et invite la communauté universelle à intervenir d'urgence en vue de mettre un terme à cette terrible tuerie et à protéger les civils contre la machine de guerre du régime.
Il prend acte, également, de l'importance du « printemps » des peuples et de leur volonté de changer nombre de régimes tyranniques en Afrique du Nord et au Moyen Orient, salue leur soulèvement, forme le vœu de voir ce dernier couronné par le triomphe de l'alternative démocratique et appelle à le soutenir et à favoriser les conditions de la stabilité dans ces pays ainsi qu'à aplanir les difficultés naturelles qui caractérisent toute étape transitoire et à se solidariser et appuyer les peuples de ces pays afin de favoriser leur transition démocratique.
L'Afrique et la coopération Sud/Sud
Le congrès recommande le renforcement des relations de coopération du Maroc avec l'Afrique et les pays du Sud, appelle à la consolidation des relations maroco-subsahariennes dans les domaines culturel, humain, sportif, commercial et des investissements de manière à consolider la position du Maroc sur le continent et à se répercuter positivement sur la cause de son intégrité territoriale.
Préconise le renforcement des relations Sud/Sud en général, notamment dans le cadre des pays sahélo-sahariens afin de mieux lutter contre le terrorisme, la contrebande et le crime organisé transfrontalier, de circonvenir les conflits sécessionnistes et de mettre un terme aux guerres civiles et à l'absence d'Etats nationaux fédérateurs et à leur impéritie face aux structures tribales.
Salue les efforts du Maroc en vue d'aider les pays subsahariens dans les domaines de la formation et de l'aide médicale et humanitaire.
Recommande de poursuivre et d'étoffer les relations culturelles et commerciales avec l'Amérique latine eu égard à ce qui nous lie comme patrimoine culturel, civilisationnel et andalous commun.
Appelle à réactiver l'organisation des Non-alignés selon une nouvelle approche qui conforte et donne corps à la coopération Sud/Sud et œuvre à démocratiser les décisions de l'ONU au lieu de les laisser au seul service des grands de ce monde.
L'Union Européenne et les pays nordiques
Le congrès recommande de mettre à profit le statut avancé du Maroc et de partenaire démocratique avec l'UE afin de soutenir le processus de ses réformes politiques et économiques et de mieux défendre ses intérêts supérieurs ;
De veiller à renforcer les relations historiques du Maroc avec les USA, de mettre à profit l'Accord de libre échange qui les lie en vue de renforcer ces relations et de consolider la position internationale du Maroc, notamment par le biais des organisations mondiales, continentales et régionales et de s'impliquer dans les initiatives propres à lui permettre de défendre ses intérêts nationaux.
Jeter davantage de ponts de coopération avec les pays d'Asie
Compte tenu des excellentes relations du Maroc avec de nombreux pays asiatiques, notamment la Chine Populaire, le Japon et l'Inde, et eu égard au développement et à l'émergence dans ce continent de nouvelles puissances économiques, le congrès met l'accent sur la nécessité de jeter davantage de ponts de coopération et d'échanges culturels et commerciaux avec les pays de la région.
Les relations internationales et la diplomatie parallèle
Le congrès recommande de renforcer et de diversifier les relations partisanes bilatérales et de les améliorer dans l'intérêt vital du Maroc aussi bien que d'ouvrir le champ devant la diplomatie parallèle, institutionnelle et civile et de l'appuyer et de la soutenir dans la défense des causes nationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.