Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Covid-19 : L'infection procure une immunité naturelle de 5 à 8 mois    Banque mondiale : la crise sanitaire offre une fenêtre d'opportunités au secteur privé marocain    Impôt : un projet de décret adopté sur les professions et activités exclues du régime du bénéfice forfaitaire    Développement territorial et résilience : La Banque mondiale appuie la gestion durable du littoral marocain    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    ONP : Digitalisation de la criée    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Décès de Hafida El Malki    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Akil Macao, le metteur en scène de l'extraordinaire...    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Peine capitale : la polémique refait surface    WhatsApp met à jour les règles de confidentialité    Premier League : Aston Villa covidé, son match de dimanche reporté    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    Sahara: La proposition d'autonomie est la solution la plus réaliste et le «polisario» se trouve dans une situation «difficile»    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    Migration : la justice espagnole approuve les aides accordées au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





NOTRE HISTOIRE
« Mémoires de Abdelkrim Khattabi » recueillis par J. Roger Mathieu
Publié dans L'opinion le 07 - 12 - 2012

Sous forme d'interview recueillie sur le bâteau Abda qui emmenait l'Emir Abdelkrim Khattabi à son exil à l'île de la Réunion, Roger Mathieu a eu la chance d'obtenir le maximum d'informations de la bouche de Abdelkrim sur le déroulement de la guerre du Rif de 1921 é I926
Son ouvrage de 165 pages, qui devient rare et introuvable sur ce conflit hispano-franco- rifain se trouve actuellement disponible grâce aux Editions La Porte à Rabat qui nous régale souvent de ses nouveautés.
L'ouvrage répond à l'exigence de notre époque traversée au Maroc par un courant arabo- amazigh aigu dans les régions rifaines... Il est prouvé à travers « les Mémoires de Abdelkrim « que ce personnage devenu légendaire par ses victoires contre les Espagnols, se dit lui-même d'origine arabe et non rifain berbère, que ses ancêtres sont venus des côtes de l'Arabie Heureuse sur la Mer Rouge pour s'installer dans le Rif et s'assimiler au dialecte et aux coutumes locales.
Si l'introduction de l'ouvrage présentée par Roger Mathieu prend une grande proportion du livre (34 pages ), le reste du livre consiste en un questionnaire posé à Abdelkrim par ce journaliste français sur le bateau Abda et raconte toutes les péripéties passées par l'Emir dans sa guerre de libération d'abord contre l'Espagne monarchiste ( 1921-1925 ) et ensuite contre la France républicaine (1925-1926 ).
Si Abdelkrim a commencé la guerre contre l'Espagne, c'est parce que, selon lui, ce pays était expressément venu exploiter les multiples richesse minières du Rif par la pose de nombreux rails de chemins de fer, semer la terreur dans les populations rifaines en pratiquant l'enlèvement, l ‘assassinat, la mise à sac des maisons, surtout celles de la tribu de Abdelkrim les Beni Ouariaghel connues pour leur puissance de feu. Le père de Abdelkrim, avant de mourir, constatant les méfaits des Espagnols, jura devant ses deux enfants Mohammed et M'Hammed d'essayer de rejeter les Espagnols à la mer d'où ils étaient venus... Si on suit la lecture facile de l'ouvrage à travers les questions-réponses du journaliste, on apprend que dès la mort du père, la famille organisa la résistance au commencement avec deux cents vieux fusils de chasse et mobilisa des troupes devant les postes espagnols à TAFERSIT en vue de les attaquer opportunément. La famille Khattabi était vraiment déçue des comportements immoraux des Espagnols. Le maréchal français Lyautey, résident général à Rabat, faisait à l'époque des reproches à l'Espagne qu'il accusait de la mal gouvernance des Rifains. Le maréchal ne bougea pas le petit doigt pour aider l'Espagne dans sa guerre de six ans au Nord du Maroc.
A TAFERSIT, où il resta vingt deux jours, le père de Abdelkrim, Cadi de son état, tomba malade et mourut, paraît-il, empoisonné par les Espagnols .Son corps fut enterré au marabout Sidi Mohammed Ben Ali d'Ajdir, siège de l'état major riffain.
Abdelkrim prit aussitôt le commandement de tout le Rif pour en faire un pays libre. Auparavant, il prit le soin avec son frère d'écrire une lettre aux Espagnols pour une collaboration loyale. Rien n'y fit. Les Espagnols ne répondirent pas, influencés d'après Abdelkrim par les prêtres de l'église qu'ils écoutaient.
A travers la lecture de cet ouvrage, on apprend des renseignements inédits sur la guerre et son déroulement, guerre d'après Abdelkrim, imputable exclusivement aux Espagnols...
Même après la disparition du général espagnol Sylvestre en 1921 à la tête du commandement du Rif , Abdelkrim fit savoir qu'aucune aide ne lui était parvenue du général Sylvestre décidé à faire la guerre aux Riffains, d'où la guerre et l'aboutissement des désastres espagnols à Anoual et au Mont Al Aroui où le général Sylvestre subit une mort atroce et ses vingt mille soldats la guerre et la reddition de Abdelkrim aux Français qu'il préférait aux Espagnols arrêtés et libérés contre vingt millions de pesetas pour organiser le Rif et acheter aux Anglais des armes en prédiction d'une vengeance espagnole...
Abdelkrim dément formellement qu'il cherchait à se venger du général Sylvestre qui commandait la ville de Mélilia parce qu'il l'aurait souffleté et jeté à terre quant l'Emir était cadi des Musulmans de Mélilia. Sylvestre mourut à la bataille d'ANOUAL et son corps fut transporté sur ordre de Abdelkrim aux portes de sa ville de commandement, Mélilia. Abdelkrim dit de lui qu'il était un militaire très brave, orgueilleux et dépourvu de tout sens politique. Abdelkrim avoue aussi qu'à la veille de la bataille victorieuse d'ANOUAL, l'émissaire du résident espagnol Primo de Rivera, le senior ETCHEVARIETE, l' incitait à plusieurs reprises contre armes et argent à attaquer la France dans la zone sud du Maroc. L'Emir refusa net, sachant que l'Espagne jouait le double jeu . Il attaqua, sans tarder, les Espagnols qui avançaient sur Sidi Boujane à proximité d'Anoual et fit massacrer et emprisonner par ses trois cents guerriers contre des milliers de soldats espagnols. En cinq jours, du 21 au 26 juillet 1926, la bataille d'ANOUAL fut emportée par Abdelkrim. Il fit capturer vingt mille soldats et les fit échanger contre vingt millions de pesetas par l'entremise de l'Angleterre. Sur le champ de la bataille, Abdelkrim découvrit subitement le corps de son ami intime à Mélilia quant il était Cadi, le colonel Moralès. IL ordonna le transfert immédiat du défunt à sa famille.
En suivant la lecture passionnante de ce beau livre, on a hâte de savoir la fin de cette guerre de libération...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.