Environnement et climat politique : Les mises en garde de Ségolène Royal    Mahmoud Abbas reçu par Emmanuel Macron    Kénitra : Un Incendie dans une usine    Fraude fiscale. Les scandales en hausse en Espagne    Boycott : La baisse du prix du lait de Centrale Danone insuffisante ?    Averses orageuses localement fortes ce vendredi dans plusieurs régions du Royaume    Alger entrave la coopération bilatérale et régionale    Décès de l'ancien Premier ministre Mohamed Karim Lamrani    Fifa : Trois anciens cadres du foot nord-américain suspendus à vie    Attijariwafa bank : Une nouvelle offre publique de vente dans le pipe    Le MP lance les candidatures pour le secrétariat général    18 milliards DH en appui aux catégories vulnérables    Saad Lamjarred continuera à être diffusé sur Chada FM    1ère édition du Festival de la poésie arabe à Marrakech    La société générale lance un hub technologique à Casablanca    Sommet intercoréen: Un nouveau pas vers la paix…    Décès du président vietnamien    Qui dit mieux… DHJ: 145 supporters pour un leader    Attijariwafa bank : Un RNPG en hausse de 6,35% au premier semestre    Le WAC appelé à rebondir face à l'ESS pour une place au dernier carré    Turquie : Le Maroc participe à un Festival de soufies    Arrestation à Casablanca de deux récidivistes pour leur implication présumée dans un homicide    Personnes en situation de handicap mental. La société civile toujours mobilisée    Partenariat : Hyundai porte les couleurs du Wydad    SAR le Prince Moulay Rachid au funérailles de Mohammed Karim Lamrani    Le Conseil de gouvernement adopte un projet de loi réglementant la pratique de la médecine légale    Edito : Le modèle INDH    El Khalfi : Le hrig en baisse chez les Marocains    Ouverture des travaux du 1er Forum de la justice de Laâyoune    Paris SG : La "MCN" pas encore au niveau européen    Boateng avait parlé avec Tuchel de son possible rôle à Paris    S.M le Roi lance la troisième phase de l'INDH    Entretiens maroco-britanniques sur les relations post-Brexit    Christine Blasey Ford, l'universitaire qui pourrait faire tomber le juge de Trump    Les dirigeants européens pour un nouveau référendum sur le Brexit    L'Agence urbaine d'Essaouira tient son conseil d'administration    Managem signe de bonnes performances au premier semestre    C'est le Nord qui les intéresse, mais c'est vers le Sud qu'ils sont repoussés    Calculs rénaux et montagnes russes, singes imitant l'homme au menu des anti-Nobel 2018    Le ministre sierra-léonais des AE loue le sérieux et la crédibilité du Plan d'autonomie au Sahara    Le gouvernement étrangle les médias algériens    City surpris, le Real assure Ronaldo voit rouge    Abdessamad El Azrak et Victoria El Asbat enchantent le public casablancais    Nouvelle édition du Festival Taragalte à M'hamid El Ghizlane    James Gray présidera le jury du 17ème Festival international du film de Marrakech    James Gray présidera la 17ème édition du FIFM    Le film marocain «Razzia» de Nabil Ayouch en salles au Mexique    Bahreïn: un Marocain lauréat du Prix Cheikh Aissa Al Khalifa de bénévolat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le secteur du BTP exposé à des entraves :
Concurrence déloyale, informel et retard de paiement Vers une feuille de route pour relancer le secteur
Publié dans L'opinion le 22 - 02 - 2018

Une feuille de route pour la relance du secteur de la construction sera enfin élaborée. C'est ce qui été convenu, ce mardi à Rabat, lors d'une rencontre d'Abdelahad Fassi Fihri, ministre de l'Aménagement du Territoire National, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la Ville, accompagné de Fatna El Khiel, Secrétaire d'Etat chargée de l'Habitat, avec des membres de la Fédération Nationale du Bâtiment et Travaux Publics (FNBTP) et de la Fédération Marocaine du Conseil et de l'Ingénierie (FMCI).
Après de longues années d'attente, les professionnels du BTP, ingénierie comprise, verront ainsi leur souhait, tant attendu, se concrétiser, à savoir une feuille de route susceptible de donner une bouffée d'oxygène au secteur. Une fois élaborée et mise sur les rails, cette stratégie permettra, selon les professionnels, de maximiser les retombées économiques de la commande publique, de disposer d'une ingénierie pérenne, performante et compétitive, de consolider le rôle de la FNBTP et la FMCI en tant qu'interlocuteurs des
pouvoirs publics, de renforcer les compétences humaines, et d'accompagner les entreprises dans leur processus d'internationalisation...
Une bouffée d'oxygène sera alors donnée à ce secteur, affecté par pas mal d'entraves. Premièrement, la baisse du volume des commandes privées et publiques a, bien sûr, un impact négatif sur l'activité des entreprises, dont une grande partie a été, en effet, obligée d'arrêter son activité. Selon l'Observatoire du commerce de l'assureur crédit Euler Hermes, parmi les 6 000 défaillances d'entreprises enregistrées en 2016, une grande partie est issue du BTP.
La CNCP voit le jour
Pour remédier d'ailleurs à cette question de la commande publique, la Commission nationale de la commande publique (CNCP), qui remplace la Commission des marchés, a vu le jour en janvier dernier. C'est un organe autonome dont le rôle majeur est l'encadrement de la commande publique en vue d'une meilleure maîtrise des dépenses publiques. Elle doit, en outre, veiller à l'application des textes réglementaires régissant les marchés publics et traiter les réclamations des candidats aux appels d'offres.
De même, les entreprises s'activant dans ce domaine font face au problème de la concurrence étrangère, puisque tous les appels d'offres financés par le Budget de l'Etat sont ouverts à la concurrence étrangère. En principe, ces appels d'offres publics sont ailleurs réservés aux entreprises nationales uniquement. Cette situation les expose au refus de la majorité des maîtres d'ouvrage d'appliquer la préférence nationale fixée par les cahiers des prescriptions spécifiques, selon laquelle 15% des marchés seraient réservés aux entreprises marocaines.
L'informel prend, lui-aussi, des ampleurs angoissantes. Certains promoteurs font appel à des entreprises non structurées, sous prétexte que leurs services ne sont pas chers. Et ce, bien sûr, au détriment de la qualité et de la sécurité.
Le retard de paiement est aussi pointé du doigt, puisqu'il dépasse généralement les 90 jours. Ce qui affecte la trésorerie des entreprises qui se trouvent obligées d'emprunter auprès des banques pour assurer la continuité de leur activité.
En 2017, le secteur des BTP a créé 11.000 postes nets d'emplois, 3 000 en milieu urbain et 8.000 en milieu rural, après une création annuelle moyenne de 20.000 postes au cours de la période 2014-2016.
A. CHANNAJE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.