Le Maroc quitte la compétition la tête haute : Il a difficilement été défait par le Portugal    Elle fait l'actu : Farida Loudaya, ambassadeur du Maroc en Colombie et en Equateur    Le Maroc quitte le Mondial 2018    Iberostar rouvre à Agadir    Le français GFI regroupe ses principales filiales marocaines    Jeune enfance… grande misère    Agents d'autorité: SM le roi veut une rationalisation des ressources humaines    Oumaya Naamane Guessous: Le taux de divorce au Maroc est normal    L'ONU lance le Rapport des Objectifs de Développement Durable 2018    Daroua : Arrestation de 3 pilleurs de câbles électriques en cuivre    Casablanca : Démantèlement d'une bande de malfaiteurs dont une fille    «Les musiques et les sons aux intersections méditerranéennes» à Essaouira    Célèbre série britannique : «Baghdad Central» en tournage au Maroc    La lutte continue…!    Maroc-Portugal : les compos probables    Afailal: 190 sites menacés d'inondations ont été traités    Audiovisuel : Le CSCA adopte une nouvelle décision relative à la garantie de l'expression pluraliste    El Othmani: « Le gouvernement déterminé à aller de l'avant pour le développement des langues et des expressions culturelles nationales »    Franc succès de «Mawazine, Le Before »    Ivan Duque, nouveau président de Colombie...    Michael Kohler : «Un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient»    Les chevaliers des temps modernes    Les Lions pour rééditer l'exploit de 1986    Travailleuses en Espagne : Des actes de mauvais traitement « très isolés » selon Yatim    Le cas ZIANE    Les Etats-Unis claquent la porte du Conseil des droits de l'homme de l'ONU    Malgré la tempête, Trump persiste et signe sur les séparations d'enfants migrants    Kénitra : Un policier contraint de faire usage de son arme de service pour arrêter six criminels    Un navire des garde-côtes italiens accoste avec plus de 500 migrants en Sicile    Armes chimiques : Une réunion de haut niveau à Marrakech    El Othmani : Les accords de libre-échange ont grandement profité aux exportations marocaines    Aïd Al-Adha : Les vétérinaires veulent « collaborer efficacement » avec l'ONSSA    Un élève auteur d'une agression contre un surveillant d'examens à Salé    Si la Selecção est un serpent...coupons-lui la tête    Polémique    Mondial 2018: La Russie s'impose face à l'Egypte (3-1)    48ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Edito : We Casa ?    (Vidéo)Auto-emploi: Zoubida donne l'exemple    Facebook partenaire de Maroc Cultures pour Mawazine    Les Africains se concertent à Marrakech contre les armes chimiques    Agression d'un élève contre un surveillant : la direction provinciale réagit    Burundi : L'économie otage de la crise politique    Souss-Massa : Une délégation du Conseil régional prospecte à San Pedro    Union du Maghreb Arabe : L'UA y croit toujours!    Alphadi : «Avec le Maroc, le cinéma africain peut aller très loin»    YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical    Mohamed Ziane, entre rejet et admiration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le secteur du BTP exposé à des entraves :
Concurrence déloyale, informel et retard de paiement Vers une feuille de route pour relancer le secteur
Publié dans L'opinion le 22 - 02 - 2018

Une feuille de route pour la relance du secteur de la construction sera enfin élaborée. C'est ce qui été convenu, ce mardi à Rabat, lors d'une rencontre d'Abdelahad Fassi Fihri, ministre de l'Aménagement du Territoire National, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la Ville, accompagné de Fatna El Khiel, Secrétaire d'Etat chargée de l'Habitat, avec des membres de la Fédération Nationale du Bâtiment et Travaux Publics (FNBTP) et de la Fédération Marocaine du Conseil et de l'Ingénierie (FMCI).
Après de longues années d'attente, les professionnels du BTP, ingénierie comprise, verront ainsi leur souhait, tant attendu, se concrétiser, à savoir une feuille de route susceptible de donner une bouffée d'oxygène au secteur. Une fois élaborée et mise sur les rails, cette stratégie permettra, selon les professionnels, de maximiser les retombées économiques de la commande publique, de disposer d'une ingénierie pérenne, performante et compétitive, de consolider le rôle de la FNBTP et la FMCI en tant qu'interlocuteurs des
pouvoirs publics, de renforcer les compétences humaines, et d'accompagner les entreprises dans leur processus d'internationalisation...
Une bouffée d'oxygène sera alors donnée à ce secteur, affecté par pas mal d'entraves. Premièrement, la baisse du volume des commandes privées et publiques a, bien sûr, un impact négatif sur l'activité des entreprises, dont une grande partie a été, en effet, obligée d'arrêter son activité. Selon l'Observatoire du commerce de l'assureur crédit Euler Hermes, parmi les 6 000 défaillances d'entreprises enregistrées en 2016, une grande partie est issue du BTP.
La CNCP voit le jour
Pour remédier d'ailleurs à cette question de la commande publique, la Commission nationale de la commande publique (CNCP), qui remplace la Commission des marchés, a vu le jour en janvier dernier. C'est un organe autonome dont le rôle majeur est l'encadrement de la commande publique en vue d'une meilleure maîtrise des dépenses publiques. Elle doit, en outre, veiller à l'application des textes réglementaires régissant les marchés publics et traiter les réclamations des candidats aux appels d'offres.
De même, les entreprises s'activant dans ce domaine font face au problème de la concurrence étrangère, puisque tous les appels d'offres financés par le Budget de l'Etat sont ouverts à la concurrence étrangère. En principe, ces appels d'offres publics sont ailleurs réservés aux entreprises nationales uniquement. Cette situation les expose au refus de la majorité des maîtres d'ouvrage d'appliquer la préférence nationale fixée par les cahiers des prescriptions spécifiques, selon laquelle 15% des marchés seraient réservés aux entreprises marocaines.
L'informel prend, lui-aussi, des ampleurs angoissantes. Certains promoteurs font appel à des entreprises non structurées, sous prétexte que leurs services ne sont pas chers. Et ce, bien sûr, au détriment de la qualité et de la sécurité.
Le retard de paiement est aussi pointé du doigt, puisqu'il dépasse généralement les 90 jours. Ce qui affecte la trésorerie des entreprises qui se trouvent obligées d'emprunter auprès des banques pour assurer la continuité de leur activité.
En 2017, le secteur des BTP a créé 11.000 postes nets d'emplois, 3 000 en milieu urbain et 8.000 en milieu rural, après une création annuelle moyenne de 20.000 postes au cours de la période 2014-2016.
A. CHANNAJE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.