Fusillade à Utrecht : Le suspect poursuivi pour homicide à caractère « terroriste »    Jamaat Shaïm : Un boucher égorge sa femme et lui coupe la tête    Marrakech : Trois hommes arrêtés pour avoir séquestré et violé collectivement 3 filles    Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi    Brexit: May demande un report à des Européens « fatigués » de la saga    Nicaragua : Le gouvernement va libérer tous les opposants pour relancer le dialogue    Etats-Unis : La Fed met un coup d'arrêt à la remontée des taux    Motor Village et Marokoto, partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia    Tennis : Grand Prix Hassan II du 7 au 14 avril à Marrakech    Migration irrégulière. Les pateras, un business qui rapporte gros    Communiqué du BP du PPS    Sahara marocain: Ouverture à Genève de la 2e table ronde    3è Festival «Les Océanes» à Essaouira : Le surf et la protection du littoral à l'honneur    Mujer : Tout un numéro réservé au Maroc !    Vidéo de l'attentat de Christchurch : Facebook s'explique    Centres hospitaliers universitaires. Opération sauvetage en marche?    Italie : 51 enfants pris en otage, échappent au drame de justesse    La cystite: une infection urinaire très féminine    Le cancer colorectal: le dépistage sauve des vies    Flexibilité du DH: L'élargissement de la bande pas pour demain    Le détenteur de Sapress prend le contrôle de Sochepress    Le ver dans le fruit !    La journée mondiale de la poésie célébrée à la Villa des arts de Rabat    AFMA: Résultat net consolidé en baisse de 15% en 2018    Préscolaire    Projection du documentaire "A Thousand girls like me" qui ouvre le débat sur l'inceste    Le PSG obtient gain de cause devant le TAS    Les enjeux de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019    Edito : L'eau    Organisation de la Femme Istiqlalienne    La jeunesse face à la classe politique    La Commission interministérielle spécialisée examine le plan de mise en œuvre de la déconcentration administrative    Radio Medi1 : Guergarate et Nouadhibou sur la fréquence 99.8    Haute commission mixte entre le Maroc et le Rwanda    Etudiants et professionnels de Santé défilent contre Bouteflika à Alger    Prochaine tenue du Forum national du handicap    Brigitte Bardot pète les plombs    Syrie    Baisse considérable de la fécondité au Maroc    Finances publiques. Une guide pour la programmation triennale    Le Onze national à Lilongwe en vue de peaufiner les ultimes réglages    Insolite : Promotion mensongère    Quand la langue de Molière nous rapproche et nous unit    "L'Algérie.. La crise du régime et l'illusion de l'Etat" nouvel ouvrage de Mohammed Benhamou    Les Trophées de l'automobile 2019 décernent leurs prix    Championnat arabe de boxe : Le Maroc prend part à la 3è édition à Khartoum    Les Lions se préparent pour leurs prochaines échéances    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le secteur du BTP exposé à des entraves :
Concurrence déloyale, informel et retard de paiement Vers une feuille de route pour relancer le secteur
Publié dans L'opinion le 22 - 02 - 2018

Une feuille de route pour la relance du secteur de la construction sera enfin élaborée. C'est ce qui été convenu, ce mardi à Rabat, lors d'une rencontre d'Abdelahad Fassi Fihri, ministre de l'Aménagement du Territoire National, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la Ville, accompagné de Fatna El Khiel, Secrétaire d'Etat chargée de l'Habitat, avec des membres de la Fédération Nationale du Bâtiment et Travaux Publics (FNBTP) et de la Fédération Marocaine du Conseil et de l'Ingénierie (FMCI).
Après de longues années d'attente, les professionnels du BTP, ingénierie comprise, verront ainsi leur souhait, tant attendu, se concrétiser, à savoir une feuille de route susceptible de donner une bouffée d'oxygène au secteur. Une fois élaborée et mise sur les rails, cette stratégie permettra, selon les professionnels, de maximiser les retombées économiques de la commande publique, de disposer d'une ingénierie pérenne, performante et compétitive, de consolider le rôle de la FNBTP et la FMCI en tant qu'interlocuteurs des
pouvoirs publics, de renforcer les compétences humaines, et d'accompagner les entreprises dans leur processus d'internationalisation...
Une bouffée d'oxygène sera alors donnée à ce secteur, affecté par pas mal d'entraves. Premièrement, la baisse du volume des commandes privées et publiques a, bien sûr, un impact négatif sur l'activité des entreprises, dont une grande partie a été, en effet, obligée d'arrêter son activité. Selon l'Observatoire du commerce de l'assureur crédit Euler Hermes, parmi les 6 000 défaillances d'entreprises enregistrées en 2016, une grande partie est issue du BTP.
La CNCP voit le jour
Pour remédier d'ailleurs à cette question de la commande publique, la Commission nationale de la commande publique (CNCP), qui remplace la Commission des marchés, a vu le jour en janvier dernier. C'est un organe autonome dont le rôle majeur est l'encadrement de la commande publique en vue d'une meilleure maîtrise des dépenses publiques. Elle doit, en outre, veiller à l'application des textes réglementaires régissant les marchés publics et traiter les réclamations des candidats aux appels d'offres.
De même, les entreprises s'activant dans ce domaine font face au problème de la concurrence étrangère, puisque tous les appels d'offres financés par le Budget de l'Etat sont ouverts à la concurrence étrangère. En principe, ces appels d'offres publics sont ailleurs réservés aux entreprises nationales uniquement. Cette situation les expose au refus de la majorité des maîtres d'ouvrage d'appliquer la préférence nationale fixée par les cahiers des prescriptions spécifiques, selon laquelle 15% des marchés seraient réservés aux entreprises marocaines.
L'informel prend, lui-aussi, des ampleurs angoissantes. Certains promoteurs font appel à des entreprises non structurées, sous prétexte que leurs services ne sont pas chers. Et ce, bien sûr, au détriment de la qualité et de la sécurité.
Le retard de paiement est aussi pointé du doigt, puisqu'il dépasse généralement les 90 jours. Ce qui affecte la trésorerie des entreprises qui se trouvent obligées d'emprunter auprès des banques pour assurer la continuité de leur activité.
En 2017, le secteur des BTP a créé 11.000 postes nets d'emplois, 3 000 en milieu urbain et 8.000 en milieu rural, après une création annuelle moyenne de 20.000 postes au cours de la période 2014-2016.
A. CHANNAJE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.