« Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Le parlement de l'enfant : Une expérience prometteuse    Le Registre national électronique des sûretés mobilières prévu pour le printemps 2020    La sélection nationale des joueurs locaux s'impose face à la Guinée    Casablanca accueille la 3ème édition de China Trade Week    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    Les avocats manifestent contre l'article 9 du PLF    Ford se lance dans l'électrique, avec sa marque emblématique Mustang    «Le Mans 66» vrombit en tête du box-office nord-américain    Range Rover Evoque. Sur les traces du Velar    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    La sécurité au coeur de la stratégie de Vivo Energy Maroc    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    SIDA. L'expérience marocaine évaluée    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Le PPS dans l'opposition    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    Violences sur les réseaux : Seule une femme victime sur dix porte plainte    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Hay Mohammadi en fête    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réelle histoire de Bou Hmara
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014


Jilali Azzarhouni, alias Bou Hmara est né en 1865 à Zerhoun et était exécuté le 13 septembre 1909 à l'âge de 44. Il est regrettable que les écrits soient rares traitant le soulèvement de Bou Hmara. Cette insurrection avait éclaté contre le Makhzen sous le règne de Sultan My Abdelaziz durant sept ans de 1902 à 1909. Pour ce faire, le rougui prétendait être My M'hamed fils ainé du sultan My Hassan 1er à qui le monarque My Abdelaziz avait soi-disant usurpé le pouvoir grâce à l'appui du chambellan Ahmed Ben Moussa alias Ba Ahmed (1884-1908). Je juge utile d'indiquer que l'intéressé est surnommé Bou Hmara (Homme à l'ânesse) parce qu'il montait à dos d'une ânesse. Bou Hmara, sous couvert de la dynastie alaouite, s'était présenté aux tribus qui l'avaient soutenu et proclamé sultan à Taza après les avoir convaincus de ses idées par les reproches et griefs qu'il fait au monarque et à son makhzen. Iconoclaste, il outragea le pouvoir établi en mobilisant contre le régime les ressources financières et le matériel militaire. Bou Hmara fonda son siège à Salouan Kasba, une mystérieuse forteresse crée par le sultan My Ismaïl en 1680. Néanmoins, sous le règne du sultan My Abdelhafid, Bou Hmara a été capturé, enfermé dans une cage tel un animal féroce et exposé dans une grande place à la curiosité des habitations de Fès. Contrairement à une idée tenace qui veut que Bou Hmara ait été jeté aux lions, j'endosse sans hésitation que le rebelle fut sans doute exécuté pour usurpation de pouvoir le lundi 13 septembre 1909 par balles de la main du caïd Mennou. Il fut enterré eu secret dans une fosse inconnue, selon Abdelwahad Ben Mansour, historiographie du Maroc. A première vue, ce plan de Bou Hmara pour la prise du pouvoir paraît stupide et irraisonné à l'instar du coup d'Etat du général félon Madbouh et du colonel Ababou le 10 juillet 1970 à Skhirat, en provoquant un carnage inouï au détriment des Marocains. Vu la haute trahison et le crime de lèse-majesté, je pense fermement qu'une science sans conscience est une ruine qui mène à l'anarchie. Pour preuve, ces exemples à méditer doivent être cités pour que le Maroc ne soit plus jamais victime de pareille injure à son régime. Quant au général félon Oufkir, il méritait amplement la peine capitale suite à la tentative du coup d'Etat contre le Roi Hassan II en 1972 au grand dam du Maroc. Bou Hmara, Madbouh et Oufkir ayant commis ce qu'on pourrait appeler « l'Erreur de la Bête », la légitimité de la dynastie alaouite n'était jamais mise en cause et la dissidence même du Pacha Glaoui en 1953, tout en visant la personne du Roi Mohammed V se gardait de porter atteinte à la légitimité de la royauté du royaume du Maroc. Cet article de mon credo que je soumets aux lecteurs, est un résumé succinct au sujet de l'état d'esprit de l'époque remontant à 100 ans (1909-2009). Toutefois, dans cent ans, Bou Hmara sera toujours bon pour la petite histoire comme aujourd'hui. Ali Alaoui-Salé