Algérie : un parti d'opposition dénonce une répression d'une « extrême violence » à l'égard des manifestants    Botola Pro : Le Hassania Agadir s'impose à domicile face au Youssoufia Berrechid    Hervé Renard : "On m'a promis l'enfer avec les Lions de l'Atlas"    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Encore des années avant le retour à la croissance pré-Covid !    Israël devrait-il se méfier de la scène que le Qatar donne à Haniyeh, alors que la confrontation avec le Hamas entre dans son huitième jour?    Industrie automobile, l'embellie se concrétise !    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Bourses d'excellence «Moroccan Scholarships for African Youth»: Bien outillée, la jeunesse africaine face aux défis de demain    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    Tourisme : Adel El Fakir lance une offensive de charme au Moyen-Orient    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Hakima Yahya, directrice du LNPS : l'institut a étoffé ses dispositifs, ses mécanismes ainsi que ses plates-formes    Nouvelles frappes aériennes d'Israël contre Gaza, électricité coupée    Cette souffrance silencieuse et invisible de notre jeunesse    Algérie : garde à vue prolongée pour une journaliste, arrêtée lors de la manifestation du vendredi    Liga : Dimanche prochain, aura lieu la bataille de Madrid pour le titre !    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Centre national de l'arganier : Les travaux seront lancés cette année    Nomination : Un nouveau PDG à Philip Morris International    Covid-19 : l'Algérie annonce une réouverture partielle de ses frontières malgré le contexte sanitaire difficile    Tourisme : les opérateurs broient toujours du noir    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Rabat: Le Café des Oudayas rouvre ses portes    Déficit budgétaire de 22,5 MMDH à fin avril    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Tanger: interpellation de deux individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Edito : Piqures de rappel    Solidarité avec la Palestine : Arrivée des lots d'aide marocaine    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    Variant indien : Le gouvernement britannique rassure quant à l'efficacité des vaccins    Une face cachée de la France au sujet du conflit israélo-palestinien [Vidéo]    Chelsea défait en finale par Leicester    Hammadi Ammor, figure de la création nationale, s'est éteint    «Il faut travailler sur des œuvres théâtrales dans l'expectative d'une reprise culturelle»    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    Le droit à la différence au coeur "La Cigogne Volubile "    Conflit israélo-palestinien : «le carnage doit cesser immédiatement», réclame le chef de l'ONU    Art moderne et contemporain: une pléiade d'artistes marocains de renom à la Menart Fair à Paris    Situation en Palestine : Le Maroc participe à la réunion d'urgence des ministres des AE de l'OCI    Jordanie: Arrivée du deuxième lot de l'aide humanitaire d'urgence au profit des Palestiniens sur Très Hautes Instructions Royales    Botola Pro D1 « Inwi » (17è journée): Résultats et programme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le "New York Times" brosse un tableau sombre de la situation en Algérie
Publié dans Barlamane le 05 - 10 - 2020

Le prestigieux quotidien américain "The New York Times" brosse un tableau particulièrement sombre de la situation en Algérie où "un an après le Hirak, l'espoir d'un renouveau se dissipe".
"Un an après qu'un soulèvement populaire ait chassé du pouvoir Abdelaziz Bouteflika, l'autocrate aux commandes depuis 20 ans, et conduit l'armée à placer en prison une grande partie de l'oligarchie dirigeante, l'espoir d'un changement radical du système politique et d'une vraie démocratie en Algérie se dissipe", écrit le journal sous la plume de son chef de bureau à Paris, Adam Nossiter, qui s'est déplacé à Alger où il a notamment interviewé le président Abdelmadjid Tebboune.
Pour le quotidien américain, "les vieilles habitudes ont la vie dure dans ce pays du Maghreb qui a vécu près de 60 ans de répression, d'ingérence de l'armée, d'élections truquées, et très peu de démocratie". Lors de l'entretien avec le président algérien, ce dernier se défend que son pays est désormais "libre et démocratique" mais le journaliste américain rappelle que c'est au sein de ce même "ancien régime corrompu qu'il (Tebboune) a construit toute sa carrière".
"L'Etat emprisonne les dissidents, et les sièges (du parlement ) sont à vendre — pour environ 540.000 dollars, d'après les aveux à la justice d'un parlementaire — dans cette même assemblée qui a ratifié la nouvelle constitution de M. Tebboune, rédigée après son accession au pouvoir suite à une élection contestée en décembre", analyse-t-il en rappelant que "l'opposition, elle, est affaiblie par son manque de leaders et l'absence d'un projet alternatif cohérent pour le pays".
"Nous faisons marche arrière à toute vitesse", déplore dans ce contexte Mohcine Belabbas, un élu de l'opposition qui a joué un rôle important dans le soulèvement populaire. Pour The New York Times, "il y a aujourd'hui deux récits politiques en Algérie : celui de M. Tebboune, du confort de son bureau, et celui de la rue".
"Le soulèvement de la rue qui a commencé l'année dernière, connue sous le nom du Hirak, avait semblé au départ amorcer une nouvelle ère, dans un pays longtemps étouffé par ses militaires. Mais l'incapacité du mouvement à se regrouper derrière des dirigeants et à s'accorder sur des objectifs a créé un vide", écrit le quotidien américain de référence pour lequel "les vestiges de l'appareil répressif algérien et ses puissants services de sécurité sont rapidement intervenus pour le combler".
En Algérie, rappelle encore la même source, "l'armée s'est très vite imposée sur la scène politique et n'a cessé d'y jouer un rôle capital, ouvertement ou en coulisses. La guerre civile avec les islamistes dans les années 90, qui fit près de 100 000 morts, n'a fait que consolider cette influence".
Après avoir souligné que M. Tebboune, "un éphémère premier ministre sous M. Bouteflika, soupçonné d'avoir été soutenu par M. Gaid Salah" a été élu au terme d'un scrutin auquel ont pris part "moins de 10 % de la population", le quotidien américain indique que la pandémie du coronavirus "a mis un coup d'arrêt aux manifestations et depuis, le gouvernement joue à cache-cache avec ce qui reste du Hirak, arrêtant certains et relâchant d'autres".
Le New York Times rappelle à cet effet l'arrestation et la condamnation pour "atteinte à l'unité nationale" du journaliste Khaled Drareni pour avoir dénoncé un "système (qui) se renouvelle sans cesse et refuse le changement".
Durant son interview avec le président algérien, le journaliste américain note que M. Tebboune a encouragé ses ministres, "d'habitude réticents, à se laisser interviewer", allant même jusqu'à inciter son chef d'état-major, le général Saïd Chengriha, "d'ordinaire inaccessible aux médias, à s'y prêter également".
"L'armée est neutre", se défend sans convaincre le militaire de 75 ans avant de s'interroger "comment voulez-vous que nous soyons impliqués en politique? Nous ne sommes pas du tout formés pour ça".
Pourtant, "le général et le président affirment se réunir au moins deux fois par semaine pour s'entretenir de la situation du pays, qui est de plus en plus instable en raison de la baisse du prix du pétrole", écrit le quotidien en rappelant que le pétrole et le gaz constituent plus de 90% des exportations de l'Algérie qui, pour se sortir du gouffre actuel, à besoin d'un baril à 100 dollars, ce qui est loin de la réalité actuelle d'un marché en chute libre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.