Cocimar diminue sa participation dans le capital de Ciments du Maroc    Royal Air Maroc a transporté plus de 160.000 passagers sur sa ligne Casablanca-Tunis en 2019    Alsa City Bus : Les raisons du débrayage    Trophées du FIFM: Le suspens est levé    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    FIFM : Plusieurs projets récompensés dans le cadre des ateliers de l'Atlas    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Infantino va entrer au CIO en janvier    Des juges et des professionnels du sport débattent à Agadir des moyens pour lutter contre le hooliganisme    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    Comment protéger vos données personnelles    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tarif extérieur commun : La CEDEAO fait le point
Publié dans Les ECO le 06 - 09 - 2016

Après plus d'un an et demi d'application, les ministres des Finances de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ont évalué, à Dakar, l'état de mise en œuvre du Tarif extérieur commun (TEC), en vigueur depuis le 1er janvier 2015.
Le Tarif extérieur commun (TEC) est entré en vigueur depuis vingt mois dans l'espace CEDEAO. C'est dans ce sens que les ministres des Finances de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) se sont réunis à Dakar pour évaluer les mesures qui avaient été préconisées par une telle initiative. Il s'agissait, pour les représentants des pays, de voir si les avancées notées peuvent conduire à la création d'un marché commun, d'un Tarif extérieur commun et d'une politique commerciale commune. «Cet instrument, qu'est le TEC, constitue une avancée significative dans la marche, résolue vers la création d'un marché commun ouvert, libre et concurrentiel», a souligné le ministre délégué chargé du Budget, Birima Mangara.
Dans une perspective de promouvoir l'intégration économique, accélérer le progrès économique des Etats et améliorer le niveau de vie des populations, les pays s'étaient engagés à supprimer les obstacles à la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux, de même que le droit d'établissement. Cependant, force est de constater, au cours des évaluations, que certains pays sont à la traîne. Le rapport présenté aux ministres des Finances des pays membres de la CEDEAO sur l'état d'application du Tarif extérieur commun (TEC) indique, que seuls 9 pays, sur les 15 que compte l'union, ont fait le pas décisif pour se conformer aux directives communautaires.
Une évaluation périodique du TEC exigée
Pour booster cet instrument de politique commerciale commune, les ministres des Finances des pays membres de la CEDEAO ont invité la Commission de l'organisation régionale à évaluer périodiquement la mise en œuvre du Tarif extérieur commun et son impact sur l'économie dans l'espace. Ceci, disent-ils, pour s'assurer que tous les obstacles techniques liés à la mise en œuvre du tarif régional sont levés et ce qui contribue à la consolidation du marché régional. Non sans relever la nécessité d'appliquer les clauses du TEC, un excellent instrument, catalyseur du développement économique et social de l'Ouest-africain.
Des engagements
Pour être au même niveau que les autres Etats membres de la CEDEAO, les deux Guinées, la Gambie, le Libéria et la Sierra Léone se sont engagés à appliquer le TEC, mais avec des échéanciers différents. La Guinée-Bissau annonce l'application du TEC à partir du 1er septembre 2016. La Guinée Conakry, la Gambie, le Libéria et la Sierra Léone pensent intégrer le peloton en janvier 2017 pour l'appliquer. Alors que le Cap-Vert, sans avancer de date, reste imprécis. Pour le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel Alain De Souza, «l'existence de deux ou plusieurs régimes tarifaires dans un même espace communautaire se traduit par l'application de droits de douane différents sur les mêmes produits... Selon lui, les recettes douanières sont en nette amélioration, dissipant ainsi les appréhensions négatives du TEC sur les économies ouest-africaines»...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.