RAM: El Othmani promet des aides urgentes    Equipementiers: L'après crise encore plus critique…    L'OCP défend sa marge d'Ebitda    Covid-19: D'autres moyens de dépistage bientôt lancés    A partir du 6 avril : Al Barid Bank versera les aides financières aux bénéficiaires    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Tuez-les par balle» : tel est l'ordre du président philippin contre ceux qui refusent le confinement    Coronavirus : 17 nouveaux cas confirmés, 708 au total, jeudi 2 avril à 21h    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Le dernier délai pour renouveler l'assurance automobile fixé au 30 avril    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    Rummenigge : La crise va stopper l'inflation malsaine dans le foot    Une amende pour Boateng après avoir quitté Munich sans autorisation    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Des communes d'El Jadida mettent la main à la pâte    La croissance économique devrait s'établir à 2,2% en 2019    Mohamed El Youbi: On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie au Maroc    Ministère de la Solidarité et ONG main dans la main    Le Fonds des Nations unies pour la population lance l'opération Salama    Léa Seydoux : Pour moi, un héros ça pardonne    Décès de Marcel Botbol des suites du coronavirus    Un sosie d'Elvis donne un concert depuis sa fenêtre    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    Commerce extérieur : Les indices reculent au quatrième trimestre 2019    Coronavirus : Décès à Paris du musicien marocain Marcel Botbol    Brèves Internationales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc, héraut de la bonne gouvernance dans la région Mena
Publié dans Les ECO le 11 - 11 - 2012

«Cet événement annonce le lancement du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) au Maroc». C'est ainsi qu'Abdelaâdim El Guerrouj, ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration qualifie la conférence internationale tenue hier à Rabat et portant sur la mise en place des politiques de gouvernance ouverte. L'événement, organisé par son département, en partenariat avec l'OCDE constitue une étape importante dans le processus d'adhésion du Maroc au PGO. Ce club, fondé en septembre 2011 par les Etats-unis et le Brésil «n'est pas un club comme les autres», selon Dafna H. Rand, membre du Conseil national de la sécurité des Etats-unis et représentant la Maison Blanche à cette conférence. Il vise avant tout à encourager la transparence, l'efficacité et la reddition des comptes pour les gouvernements, dans l'optique de créer des institutions qui répondent au mieux aux demandes et aux attentes des citoyens. «Aux Etats-unis, depuis le début de la mise en œuvre des principes du PGO, il ne se tient pas une réunion de haut niveau à la Maison Blanche, sans que nous nous posions la question : que dit le we people ?», a ajouté Mme Dafna H. Rand.
Le «we people» est le dispositif de consultation des avis du public mis en place par l'administration Obama et qui concerne presque l'ensemble des sujets liés à la bonne gouvernance. Car le PGO, c'est surtout la «démocratie participative». Par ce biais, les citoyens peuvent directement interpeller les responsables politiques sur des questions touchant aussi bien à la sécurité, à la corruption, qu'à la bonne gestion des deniers publics. Un exemple de «bonne gouvernance» que le Maroc entend lui aussi expérimenter, à l'instar de 75 pays à travers le monde. «Le PGO viendra s'adosser aux initiatives déjà lancées dans le royaume, notamment dans le cadre de la réforme constitutionnelle», indique El Guerrouj. La réforme de la loi organique de finances, la loi sur l'accès à l'information et l'élaboration de la charte des services, sont autant de chantiers qui pourront profiter des dispositifs du PGO. Ce partenariat ne vise pas uniquement à renforcer l'efficacité et la transparence des services publics, mais il prend aussi en compte le secteur privé. «C'est une initiative importante dans la mesure où elle touche la gouvernance de l'entreprise», lance Saïd Sekkat de la CGEM.
Selon lui, le PGO pourrait aider le royaume à se ressaisir dans certains classements importants au niveau mondial, comme dans le Doing Business, où le Maroc traîne toujours le pied. Le gouvernement et la CGEM ont déjà mis en place un comité bipartite co-présidé par le chef de l'Exécutif, Abdelilah Benkirane et par la patronne des patrons marocains, Miriem Bensalah Chaqroun. «Il y a une volonté de la part du gouvernement d'aller de l'avant dans ce domaine. Il suffit à présent de concrétiser les engagements», préconise le représentant de la CGEM lors de cette conférence, qui avait aussi pour objectif de promouvoir le concept du PGO dans la région Mena. À en croire El Guerrouj, ces pays arabes frères en «sont très demandeurs».
«L'OCDE est là pour soutenir l'adhésion du Maroc»
Rolf Alter, Directeur de la Gouvernance publique et du développement territorial à l'OCDE
Les Echos quotidien : Au niveau de l'OCDE, en quoi le PGO a permis d'améliorer la bonne gouvernance ?
Rolf Alter : Ce partenariat montre parfaitement que la question de la bonne gouvernance ne concerne pas uniquement les pays en développement. Elle s'adresse à l'ensemble des pays. L'initiative lancée dernièrement attire aujourd'hui plus d'une soixantaine de pays. Cela montre tout l'intérêt et l'aura dont elle jouit à travers le monde. Elle nous permet de partager les expériences. Nous nous sommes rendus compte de l'importance d'avoir un gouvernement ouvert.
Pensez-vous que la dynamique de réformes en cours au Maroc contribuera à faciliter son adhésion au PGO ?
Le Maroc mène déjà une politique qui poursuit tous les objectifs du PGO. Il y a cependant des conditions définies pour toute adhésion. Nous espérons que d'ici le printemps 2013 le royaume aura réussi à les remplir. L'OCDE est là pour soutenir le travail restant à accomplir pour atteindre ces objectifs. Le G8 a mandaté l'OCDE pour assister le Maroc dans ce chantier.
Qu'en est-t-il des autres pays de la région Mena ?
Je peux vous assurer que ces pays sont très intéressés par cette initiative. La Jordanie en est le seul membre pour le moment. La Tunisie, l'Egypte et la Libye s'intéressent également au PGO et œuvrent dans le sens d'une implication à ce partenariat. Le Printemps arabe a eu une influence dans ce sens et pas seulement dans les pays de la région Mena.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.